­
 

Partagez
 

 Au Vautour Ecarlate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alayde Lusignan
L'Épine
L'Épine
Alayde Lusignan
Philosophie : Egoïsme (Neutre mauvais)
Divinité(s) : L'or.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Tiefflin
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue120/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (120/5000)
Adage: N'attends point, vole !
MessageSujet: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyMer 25 Fév 2015 - 9:37

Il régnait à l'intérieur du Vautour Ecarlate une atmosphère qui combinait à la fois le besoin de décadence des marins qui avaient voyagé pendant plusieurs mois sans toucher terre, et l'instinct de survie de ceux qui s'étaient déjà fait détroussés et savaient que même la main d'un ami pouvait devenir mortelle. On se regardait, on s'épiait, et l'instant d'après, un rire gras éclatait et vous renvoyait à des pensées plus détendues, loin de la paranoïa qui avait pu vous cueillir en entrant dans cette taverne qui ressemblait davantage à un bouge qu'à autre chose.
Quelques donzelles étaient là pour divertir l'assemblée de marins, et leurs parfums capiteux n'arrivaient pas à chasser l'odeur de transpiration et de poisson que les matelots avaient ramené avec eux. L'étrange mélange qui en découlait était écoeurant à souhait et faisait fuir les âmes les plus sensibles.
Le reste s'en accommodait par habitude ou par paresse. Personne ne venait ici pour y rechercher l'élégance des beaux quartiers.

Assise à une table, elle observait ce petit monde d'un air satisfait et presque curieux. Il n'était pas rare que certains marins un peu trop éméchés la prennent pour une des prostituées du Vautour, aussi l'homme qui l'accompagnait était là spécialement pour éviter ce genre de désagréments insolites. Elle aurait pu s'en débarrasser elle-même sans problème, après tout ce ne serait pas la première fois, mais il y avait un avantage indéniable à venir accompagné dans ce genre d'endroit. Personne n'était jamais sûr d'en ressortir les pieds devants, et ce malgré la réputation ou le charisme qu'il pouvait avoir.
Le dernier Resquilleur avait surestimé son aura auprès du petit peuple des voyous en tout genre et l'avait payé de sa vie. Quand elle repensait au magnifique palais qui avait servi autrefois de quartier général à la Guilde en Varak, elle ne pouvait s'empêcher de sourire avec ironie : autant s'attacher un panneau autour du cou avec écrit « Tuez-moi ! ». Elle l'avait vendu dès qu'elle avait repris le poste, se débarrassant de toutes ces fanfreluches inutiles et d'une position bien trop voyante.
Ce genre d'endroit avait été un appel au meurtre pour des personnes comme Anfauglith... A ses yeux, un membre de la Guilde efficace était un membre de la Guilde qu'on ne voyait pas. L'invisibilité était devenue son maître-mot, et elle l'avait propagé à travers toute la Guilde de Varakir avec une efficacité redoutable. Le Maître n'ayant jamais critiqué à voix haute ses procédés, elle en déduisait qu'il les appréciait et conservait cette ligne directrice.

Par mesure de sécurité, son quartier général changeait donc assez fréquemment, et entre deux déménagements toujours fait à la va-vite, elle se réfugiait dans ce genre de bouge pour y rencontrer ceux qu'elle cherchait.

« Andrean doit-il venir ? » demanda-t-elle sans même daigner jeter un regard sur son partenaire d'un soir.
« J'crois pas... L'a rien dit... »

Il avait craché ces mots entre deux bouchées affamées, postillonnant presque autant de nourriture que de syllabes. Agacée, elle se concentra quelques instants, murmurant à voix basse quelques mots... Et son acolyte recracha aussitôt ce qu'il avait en bouche, avant de grimacer avec éloquence.

« Je déteste quand vous faites ça !! »
s'exclama-t-il avec une agressivité toute contenue.

Il protestait pour protester, mais sa rébellion était en papier mâché et Alayde n'en tenait pas compte. Celui-là n'aurait jamais assez de cran pour grimper dans la hiérarchie de la Guilde, et c'est pourquoi elle le choisissait souvent pour l'accompagner. Rien ne valait un larbin sans courage ! Ils étaient les plus malléables et les plus fidèles : à défaut d'invoquer la loyauté, on se faisait respecter par la crainte.
Trop occupé à se nettoyer la bouche, où les aliments avaient perdu toute saveur, il ne remarqua pas le petit sourire amusé qui se dessina sur les lèvres de la Resquilleuse de Varakir. Un sourire si fugace qu'il ne fut bientôt plus qu'une vague chimère.

« J'ai un contrat qui ne peut attendre. » reprit-il d'une voix si basse qu'elle fut couverte par les cris paillards des marins.
« C'est vous qui avez voulu déménager aussi vite : on aurait pu attendre quelques jours et Andrean serait venu. »
« Il était temps de bouger. »
« Vous dites toujours ça... »
bougonna-t-il en tentant de reprendre une bouchée qu'il recracha aussitôt dans son assiette.

Elle aperçut soudain une figure familière dans un angle de la taverne et imperceptiblement, elle inclina la tête dans sa direction, le saluant avec une impassibilité glaciale. L'homme, dépenaillé et décoiffé, lui retourna son salut et esquissa même un sourire ravi qui aurait pu la faire tiquer en temps normal.

« Qu'est-ce que Léopold trafique en ce moment ? » demanda-t-elle avec une discrétion toute particulière à l'adresse de son acolyte.

Hors de question que ce petit voyou réussisse à lire sur ses lèvres.

« Faites pas attention, il joue au lèche-cul et veut se rendre intéressant. J'crois qu'il triche aux cartes avec un partenaire, mais rien n'est sûr. »
« Le mois dernier, il escroquerait sur le marché... »
répondit-elle en haussant un sourcil.
« Ca rapportait pas assez, et on l'a repéré. Fallait qu'il change d'atmosphère, pigez ? »
« Je vois. »
dit-elle en esquissant un sourire carnassier vers le dénommé Léopold, dont le visage réjoui s'assombrit aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Sourk'Is
La Souris
La Souris
Sourk'Is
Philosophie : Paranoïa
Divinité(s) : Les pièces.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Orc
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue300/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (300/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyJeu 26 Fév 2015 - 17:37

"Allez, t'as assez bossé pour aujourd'hui. Viens, on va boire un verre".

Quand votre chef vous propose à boire, généralement on refuse. Faire des choses qui puissent vous discréditer aux yeux du mec qui fournit la paye, c'est jamais un bon plan. Sauf dans le milieux de la rapine et du vol à l'arraché. Là, fallait plutôt avoir un foie de compétition, fabriqué et remodelé par Ferrari (le seul mécano qui soit toujours en vie, voire demandé, dans le domaine dangereux des courses de char de l'arène illégale) pour tenir la distance.

La Souris était une orc, son chef un nain. Cela promettait une belle beuverie. Allez savoir qui allait tenir debout en dernier. Surement qu'aucun des deux ne s'en souviendrait. La Souris soupira. C'était toujours ainsi, on commençait à boire tranquillement, et fallait déjà planifier de nombreuses autres soirées pour savoir qui tenait le plus. Il pouvait pas admettre qu'un orc était naturellement plus résistant à l'alcool. Cela mettrait un terme à toutes les disputes, et on pourrait continuer à se battre sans réfléchir.

Son chef l'emmena dans des ruelles sordides. Sourk'Is les trouvaient plutôt joyeuses, mais les zigotos bien habillés qu'elle détroussait habituellement n'était pas du même avis. Tant pis pour eux, ils ne connaitraient jamais l'ivresse de se battre la tête dans le cul sans craindre de représailles.
L'esprit alerte et l'oeil vide, l'orc épiait chaque coin sombre. La présence d'un chef de la Guilde ne la rassurait en aucun point, et elle sentait partout des yeux qui la scannait pour lui voler ses précieuses pièces.
Un mendiant, sale comme le doit l'éthique de sa profession, lui demanda l'aumône. Il était manchot, et la Souris trouvait qu'il était courageux de faire la manche. C'est pourquoi elle planta directement le couteau dans le coeur de l'homme.
Le nain continua sa route, mais leva quand même un sourcil d'incompréhension. Il ne voyait pas l’intérêt de se donner la peine de tuer un pauvre miséreux. Sourk'Is lui expliqua en deux mots.

"Mes pièces. Pas touche."

Le nain sourit et la Souris n'interpréta pas cela comme un quelque chose de positif. Cela était toujours étrange de voir sourire quelqu'un qui pouvait tuer sans bouger un petit orteil. C'était carrément malsain.
Le nain poussa la porte d'une taverne. Une lumière vive et des chants disharmonieux entrèrent dans le champ de vision de l'orc. Enfin, voilà quelque chose qui lui plaisait.

Partout, cela bougeait. Des hommes sur les tables se disputaient les faveurs de femmes à moitiés dévêtues qui servaient des boissons qui n'avait pas été commandées. Des musiciens complétement saouls interprétaient sur des guitares sans cordes des chansons paillardes à faire rougir un Ursidae alcoolique. Des trapézistes professionnels regardaient en se moquant des marins traverser la salle, accrochés au lustre, qui était sculpté dans un bois rouge en forme de vautour. Des marins professionnels regardaient en se moquant des trapézistes se noyer dans une bassine de rhum. Des gens rampaient par terre, croyant être sur un champ de bataille et des champs de bataille rasaient les murs par peur des généraux. Ces mêmes généraux qui étaient en grande discussion pour savoir, qui de l'oeuf ou la poule avait bien pu être manger en premier par le kraken.

Le nain s'assit à une table un faisant valdinguer un pochtron et commanda à boire. Sourk'Is s'assit aussi et commença à boire, sans commander. Le nain lui montra une humaine dans le fond, qui semblait tout voir et tout entendre, malgré les nombreuses chopes vides autour d'elle.

"Allez, premier cours de la Guilde. Pour éviter que tu fasses trop de gaffes. Elle, c'est Alayde, la resquilleuse de Varak. C'est à dire que c'est la boss, le patron. Si t'as une emmerde façon dragon qui a la chiasse, c'est elle qui faut voir. Pas sûr qu'elle t'accueille avec un coussin en velours, mais elle t'entendra et fera en sorte de régler ton problème. Pas sur que la solution te convienne, mais à ton niveau tu la boucles.
C'est aussi grâce à elle qu'on peut vivre sans se faire trop emmerder par la flicaille."

La Souris n'écouta que d'une oreille :

"Et on peut boire avec elle ?
- Pas si tu tiens à la vie."

Cela suffisait à Sourk'Is. Elle recommença à boire. Le nain se leva et alla voir la resquilleuse. Il était connue dans la Guilde, et avait besoin d'une mission en ce moment. Coûteuse était la vie d'un assassin.
Il allait lui parler quand il entendit chanter. C'était un exploit d'entendre quelque chose dans le brouhaha ambiant, mais il reconnut cette voix. Qui commença à lui vriller les neurones. Il se tourna vers la resquilleuse, des larmes commençant à lui couler des yeux :

"Vite, il faut arrêter la Souris"

Il désigna l'orc qui chantait à gorge ouverte. Déjà, autour d'elle, un vide commençait à se créer. Le chant n'était pas très fort, mais suffisamment pour être désagréable. Et le nain savait qu'il pouvait devenir dangereux pour la santé de tout l'établissement. Il prit le temps de se boucher les oreilles avant de s'avancer vers la Souris, qui s'échappa.
Sans s'arrêter de chanter, elle monta les escaliers, sauta sur le lustre et brailla de tous ses poumons :

"LA BOHÊME !!"

Le nain se tourna vers de potentiels secours. Dans ses yeux, une grande tristesse se lisait. Une tristesse ancestrale, comme s'il avait perdu toutes les pierres de la montagne qu'il n'habitait plus. Et visiblement, tout le monde dans la salle commençait à sortir un mouchoir.
Revenir en haut Aller en bas
Alayde Lusignan
L'Épine
L'Épine
Alayde Lusignan
Philosophie : Egoïsme (Neutre mauvais)
Divinité(s) : L'or.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Tiefflin
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue120/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (120/5000)
Adage: N'attends point, vole !
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyVen 27 Fév 2015 - 2:29

Avec une impassibilité à toute épreuve qui faisait tâche dans ce lieu de perdition, Alayde regarda le nain se faufiler entre les tables pour l'atteindre. Très rapidement, son cerveau enregistra l'information et combina les différentes possibilités qui s'ouvraient à elle, débouchant sur une multitude de schémas et de scénarios qui allaient du plus plausible au plus dangereux.
Un pion restait un pion, mais Alayde avait une préférence pour ceux qui avaient la tête sur les épaules et tâchait de les garder le plus longtemps possible. Qu'un trouffion sans cervelle se fasse mitrailler par les autorités était une perte inoffensive, mais qu'un nain aussi courageux et malin que celui-là perde la vie dans une mission dangereuse, c'était là une dette importante qu'elle ne tenait en aucun cas à présenter au Maître.
A défaut de l'apprécier, elle estimait ses capacités. Aussi le laissa-t-elle s'approcher et inclina brièvement la tête à son encontre.

« Cher ami, comment te portes-tu ? » demanda-t-elle avec une politesse étudiée.

Elle était née dans le caniveau mais avait décidé que ce coup du destin ne serait jamais sa seule définition : en se montrant raisonnablement polie avec le plus rustaud des ruffians, et indubitablement distante, elle gagnait en charisme et en autorité. Le plus malin des voyous était toujours désarçonné face à un interlocuteur dont il ne comprenait pas tous les codes, ce qui avait servi plus d'une fois à Alayde.
Mais son geste ne dû guère cacher l'illusion plus longtemps au nain : passant sa paume derrière le gobelet de bière de son acolyte, elle le fit rapidement glisser sur la table, l'amenant au niveau du nain dans une invitation muette à s'asseoir. Invitation qu'elle renforça d'un mouvement de tête qui lui désigna le tabouret le plus proche.

Si Andrean ne se pointait pas, elle aurait au moins cet énergumène sous le coude pour la mission.
Elle allait ouvrir la bouche pour entamer les négociations quand le chant lui parvint. Ce fut comme une douche froide dans son être tout entier et son regard s'arrêta un court instant sur le bois de la table, comme pétrifié.
Les émotions n'avaient jamais été le fort d'Alayde et elle mettait un point d'honneur à les oublier dans sa vie quotidienne. A les enterrer aussi profondément que possible comme on se débarrasse d'un corps gênant qui pourrait servir de preuve accablante.
Sauf qu'en un instant, le cadavre ressurgissait, sortant une main de terre, encore plus effroyable que quand elle l'avait enterré.

La voix du nain la tira de son ahurissement et soudain emplie d'une fureur monstre envers celle qui avait osé réveiller ce qu'elle voulait oublier, elle se tourna vers la cause de sa folie soudaine. Le regard qu'elle darda sur elle aurait pu tuer, voire lacérer cette peau grise, et instinctivement, ses griffes s'enfoncèrent dans le bois imbibé d'alcool de la table.

« Raaah ! »

C'était un cri de pure rage, et son visage était à mille lieux de l'impassibilité dont elle se targuait habituellement. Il ne reflétait qu'une haine pure et violente, née du besoin pressant de faire taire cette maudite voix, et cette maudite orc.
En un instant, elle sut exactement ce qu'elle fallait faire. Ou plutôt, quelque chose en elle le sut, car elle n'était pas sûre d'avoir toute sa tête en cet instant précis. Pas quand cette voix étrange, un peu rocailleuse, s'éreintait à tous les faire languir d'angoisse et d'horreur !

La salle s'était entièrement transformée : plus de rire gras ou de chant paillard, et même les prostituées, parfaites poupées de porcelaine montées sur ressort, affichaient un air si lugubre qu'on aurait pu craindre un suicide collectif. La musique s'était tu, remplacée par cet odieux chant aux notes fausses, et un malaise pesant vibrait dans la salle toute entière.

De rage, Alayde dégaina et se précipita vers un angle de la taverne, bousculant sans ménagement les ivrognes figés de stupeur et les matelots qui en avaient renversé leurs chopines, se frayant un passage bon gré mal gré, animée par une seule obsession en cet instant : qu'on fasse taire cette maudite orc !

D'un geste sec, elle trancha la corde qui retenait le lustre, provoquant ainsi sa chute, et celle de l'orc avec ! Le tout s'écrasa dans un bruit cacophonique mais presque rassurant après le chant terrible de la peau grise. Un bruit qui parut en réveiller certains et les sortir de leur stupeur malsaine.

« SILENCE ! » hurla Alayde en dardant un regard furieux sur l'orc à terre.

L'étrangère pouvait se vanter d'une chose désormais : elle était la première à avoir fait hurler Lusignan de tous ses poumons, et ce n'était pas peu dire !
Revenir en haut Aller en bas
Sourk'Is
La Souris
La Souris
Sourk'Is
Philosophie : Paranoïa
Divinité(s) : Les pièces.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Orc
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue300/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (300/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyVen 27 Fév 2015 - 7:25

Le cri était bien plus qu'un cri. C'était de la rage à l'état pur. De la rage vibrante, forgée dans des émotions cadenassées puis enterrées si profond que les abysses de la mer des Larmes en paraissaient éclairées. On pouvait prendre cette rage à deux mains et découper un chevalier qui en armure qui disait à sa princesse "A demain". La Souris cessa son chant sur le champ. Elle ne comprenait pas pourquoi la femme qu'elle avait au dessus d'elle était si en colère. Chanter est quelque chose de naturel, que l'on fait après toute batailles. Ou toute journée bien remplie. Et la Souris avait l'âme dans le vague en ce moment. Ses marais lui manquait un peu.
La femme à la chevelure de marbre lui rappelait d'ailleurs le crapaud tigrée des marais. Calme et impassible la plupart du temps, il se meut si vite quand il a repéré sa proie que celle-ci n'a même pas le temps de se retourner.

Sourk'Is avait arrêté de chanter, et comme toujours après, il y eut un temps de latence. Ce temps dépendait des gens et des circonstances. La Souris eut juste le temps de déplacer délicatement la main griffue qui menaçait d'enserrer sa gorge et de tournebouler à l'écart.
La resquilleuse darda un regard effroyable sur l'orc. Les yeux étaient humains, le regard était diabolique. L'orc eut l'impression que le passeur du Marashpour et ses neuf catins allaient lui tomber dessus, lui arracher la peau et la désosser os par os.
La Souris, bien que toujours allongée, pris une chaise pour faire un semblant de bouclier.

Ce fut le nain qui évita à la Souris de terminer sa carrière de voleuse dans un bain de son propre sang. Les yeux encore rouges, il monta sur la table et gueula :

"MUSIQUE !"

Les musiciens se secouèrent, les marins se remirent à draguer, les catins à minauder et les trapézistes ... à ne rien faire, le vautour étant à terre. Par miracle, il n'avait qu'une aile de cassée. Cela fit rire la Souris qui, oubliant les conséquences de son chant, dit à la resquilleuse :

"On a plus qu'à appeler cette taverne au vautour manchot."

La resquilleuse la dévisagea, le regard de nouveau indéchiffrable, et le nain, revenu sur ces entrefaits, se tapa la main contre le front. Il était persuadé que la Souris allait finir en compote d'orc. Avec des poires, si la resquilleuse était dans un bon jour.
La Souris poursuivit sur sa lancée :

"C'est toujours mieux qu'au manchot vautour."

Et les yeux se remplissant de larmes de joie, elle éclata de rire, tapa des poings sur le sol. Cela eut pour effet d'éclater la chaise en plusieurs morceaux. Le nain eut un sourire contrit, releva l'orc d'un coup et l'assit de force sur une table. Bien obligé, il n'y avait pas de chaises aux alentours. Sauf celle démembrée de la Souris.
Pour adoucir une quelconque punition, le nain se sentit obligé de défendre sa protégée :

"C'est une voleuse remarquable. Elle est nouvelle dans la Guilde, mais elle promet."

Le nain passa ainsi sous silence les quelques frasques de la voleuse, tout en sachant pertinemment que la resquilleuse devait être au courant de tout cela. La Souris tendit un verre à la femme terrible :

"C'est du rhum spéciale. Ca r'met les idées en place. Ca déplace les boyaux par contre."
Revenir en haut Aller en bas
Alayde Lusignan
L'Épine
L'Épine
Alayde Lusignan
Philosophie : Egoïsme (Neutre mauvais)
Divinité(s) : L'or.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Tiefflin
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue120/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (120/5000)
Adage: N'attends point, vole !
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyVen 27 Fév 2015 - 9:11

Le regard de la Resquilleuse n'était pas aussi indéchiffrable qu'il l'était en temps normal : au fond de ses prunelles dansait une lueur agitée. Tout comme un phare essaye désespérément de reprendre le dessus sur la mer démontée, Alayde était en proie à des sensations terriblement diffuses et incontrôlables : le chant de l'orc avait éveillé en elle quelque chose qu'elle n'aimait vraiment pas. Quelque chose qu'elle haïssait de toutes ses forces.

Alors que son corps reprenait peu à peu son souffle, peu habitué après tout à crier aussi fort, elle darda un regard où l'agacement du début faisait place à une certaine curiosité tandis que l'orc se mettait à déblatérer des idioties, sans doute pour dissimuler sa propre gêne. Ou peut-être était-elle simplement stupide : Alayde n'excluait jamais aucune possibilité.
En tout cas, la chaise vola en morceaux et le nain réagit aussitôt, comprenant sans doute que la Resquilleuse s'interrogeait déjà sur le futur sort de ce nouvel « élément » dérangeant. Il s'agita un peu plus qu'il ne l'aurait dû, ce qui finit par détourner l'attention d'Alayde. Son regard de glace se posa sur le nain qu'elle étudia dans un silence étudié, cocon de danger contenu au milieu de cette foule bigarrée qui hurlait plus qu'elle ne parlait.

« Je sais qu'elle fait partie de ta petite troupe, et je sais ce qu'elle vaut. »
répondit simplement Lusignan.

En d'autres termes, elle soupesait intérieurement les avantages et les inconvénients de la perdre, tout comme ceux de déplaire au nain. Non pas qu'une Resquilleuse se soucie réellement de ce que pensaient les pions qu'elle manipulait, mais diriger tous ces hommes demandaient une certaine dose de diplomatie. L'ancien Resquilleur ne l'avait guère compris et il n'avait pas vécu longtemps : contrairement à lui, Alayde ménageait parfois sa monture pour aller le plus loin possible. Et ce « parfois » était aléatoire, suivant l'humeur de la dame.

Elle ne regarda même pas l'orc qui lui tendait un verre à la propreté douteuse, et balaya ses paroles comme on se débarrasse d'un insecte agaçant.

« Si cela te procurait le dixième du quart de la discrétion dont tu aurais besoin, je t'en ferais boire des tonneaux entiers, petite souris. » répondit-elle sèchement.

Son regard ne quittait pas le nain, qui semblait accepter l'évaluation de bon gré, attendant le verdict. C'est à peine si ses épaules s'affaissèrent quand la Resquilleuse finit par attraper le verre tendu pour le lui donner, comme pour effacer l'offense qui avait été faite.

« Chante-t-elle ainsi à tout bout de champ, ou sait-elle se contenir quand il le faut ? Parce qu'à défaut d'être intelligente, elle pourrait peut-être se rendre utile.» enchaîna Alayde sur un ton plus bas, décidée à garder cette conversation privée.

D'une manière ou d'une autre, personne n'oserait venir mettre son nez dans les affaires de la Resquilleuse de Varakir, mais mieux valait prévenir que guérir.
Revenir en haut Aller en bas
Sourk'Is
La Souris
La Souris
Sourk'Is
Philosophie : Paranoïa
Divinité(s) : Les pièces.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Orc
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue300/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (300/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyVen 27 Fév 2015 - 16:57

Le nain ouvrit de grands yeux. Pas parceque la plus mystérieuse et puissante des resquilleuses qu'il eut vu lui demandait son avis. Non, ça il aurait pu gérer, en gardant un air de glace et des réponses pratiques. D'autant plus qu'il n'avait pas vu énormément de resquilleurs. A ce qui parait, celui de Bélin est quand même bien plus sanguinaire.
Par contre, voir la voleuse qu'il avait personnellement recruté voler cette resquilleuse, cela lui donnait des frissons. Et elle qui semblait ne rien voir. Ou plutôt si, elle ne voyait que le nain et ne regardait pas l'orc. Ce qui, pour un voleur, est une occasion rêvée, il faut bien l'avouer.

Essayant de ne rien trahir, il garda un air calme et le regard de glace qu'il affichait en toute circonstance.

"Ho, elle chante quand elle en a envie. C'est la deuxième fois que je l'entends. Mais la première fois, c'était différent. Faut dire qu'elle était beaucoup plus torchée que ça. Après, niveau gymnastique des neurones, elle casse pas trois pattes à un canard, c'est sur. Mais étonnamment, elle se débrouille toujours pour se sortir des situations sans issue.
Et question discrétion, elle est aussi forte que les autres.
La Souris, rend lui sa bourse."

La sus-nommée regarda le nain comme si elle avait subit la pire des trahisons. Ses yeux s'agrandirent d'indignation, ses lèvres s'arquèrent pour protester, tout son corps, des épaules aux chevilles changèrent de positions pour plaider l'innocence.
Puis elle vit la tête du nain, sévère, et dit en toute mauvaise foi :

"Tiens, la voilà."

Puis, elle fit un effort pour se justifier. Ne trouvant pas ses mots et n'en ayant somme toute rien à carrer, elle renonça.
Le tavernier pointa le bout de son nez, furax. Il commença à hurler qu'il fallait réparer le lustre. Sourk'Is se leva, brisa un verre sur la table et le mit sous la gorge du tavernier. Puis, prenant un air de vieux loup de mer, elle dit :

"Viens avec moi, bouseux puant. Je m'en vais t'expliquer une ou deux bricoles. T'as l'air nouveau, c'est normal que tu saches pas.
Elle, c'est ma pote. Pis elle est pas vraiment commode en ce moment. Une histoire de lune, tu peux pas comprendre. Donc faut pas l'embêter.
Je pourrais te menacer, te dire qu'on allait te sortir les boyaux et en faire un bonnet de douche. Mais j'ai la flemme. Pis j'ai pas de douche non plus."

Le tavernier dégonfla. Le nain avait toujours son air glacial, mais sa tunique était ouverte sur ses dagues. La resquilleuse, elle, restait de marbre. Ce qui était bien plus flippant que les deux autres réunis.
Le tavernier repartit tout penaud. La Souris ne dit plus rien, visiblement épuisée. Pas évident de parler aussi longtemps. Sans plus se soucier de ses deux compères, elle prit deux ou trois bout de bois qui trainaient, de l'alcool et de la poudre, et se mit en tête de réparer lustre.
Revenir en haut Aller en bas
Alayde Lusignan
L'Épine
L'Épine
Alayde Lusignan
Philosophie : Egoïsme (Neutre mauvais)
Divinité(s) : L'or.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Tiefflin
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue120/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (120/5000)
Adage: N'attends point, vole !
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptySam 28 Fév 2015 - 8:15

Cela faisait des années que personne n'avait osé voler Alayde. Elle se souvenait avec une précision effroyable de la dernière fois où cela était arrivé : le voleur y avait laissé sa main, et elle sa dernière parcelle de pitié. Cela lui avait d'ailleurs valu sa réputation sanguinaire et cruelle, qu'elle avait ensuite travaillé avec attention.
Il fallait croire que tant d'années à se complaire dans cette réputation avaient endormi sa méfiance initiale pour tous ses congénères. Ou peut-être avait-elle réellement cru que son statut de Resquilleuse la mettrait à l'abri des mains baladeuses...
Toujours est-il qu'elle regarda sa propre bourse tendue par l'orc avec une surprise non feinte. Surprise qui se traduisit par un haussement de sourcil en direction de la Souris et un regard franc posée sur elle.

D'un geste vif elle récupéra sa bourse et la remit dans sa poche, se promettant intérieurement de la coudre une prochaine fois afin d'éviter cet incident regrettable. Ou encore de faire un exemple du prochain fou qui oserait poser la main dans ses poches ! S'en prendre à cette orc simple d'esprit ne lui serait d'aucune utilité : si peu de membres la connaissaient que son histoire finirait par être déformée et deviendrait une vague rumeur sans attrait. Qui se souciait réellement des orcs après tout ?
Mais qu'un membre de la guilde renommé et connu de ses pairs soit pris la main dans le sac – ou plutôt dans la poche en l'occurrence – donnerait plus de poids à l'histoire, et davantage encore à la punition qui suivrait.
Peut-être devrait-elle évoquer à demi-mots cet accident avec l'orc à ces empêcheurs de tourner en rond qui se montraient trop ambitieux... Cela leur donnerait des idées qu'elle aurait ensuite le plaisir d'exploiter...

Toute entière à ses réflexions, elle rata l'arrivée du patron de la taverne, qui fut rapidement pris en charge par l'orc aux doigts baladeurs d'une façon qui finit par lui arracher une grimace agacée.

« Hep ! » cria-t-elle au tavernier qui s'éloignait déjà.

Elle lui lança la bourse qu'elle venait de récupérer et hocha sobrement la tête :

« En dédommagement. »

Sans être le taudis idéal, le Vautour Ecarlate était une planque suffisamment discrète où la Guilde pouvait de temps en temps venir préparer ses mauvais coups. Plus diplomatique que La Souris, Alayde savait pertinemment qu'elle se devait de ménager un minimum ses arrières, et le bon fonctionnement de la Guilde en Varak. D'autres taverniers seraient peut-être un peu plus curieux que celui-là, ou encore un peu trop proches des autorités pour être totalement honnêtes. Trouver de bons collaborateurs relevait de la gageure de nos jours, et Alayde tenait à son réseau.

D'un regard sur la Souris, elle statua alors :

« Quoi que tu arrives à faire, il le jettera pour un nouveau lustre. Oublie cela et rejoins-moi à table, j'ai un contrat pour vous deux. »

Et sans attendre, elle revint s'asseoir à sa place initiale, rejoignant son acolyte encore stupéfait par le précédent chant : d'un geste brusque elle chassa son assiette de la table, ignorant ses cris de protestation, et désigna les deux chaises libres au nain et à l'orc.

« Commande-nous trois bières, et dépêche-toi. »
ordonna-t-elle au sous-fifre qui s'exécuta aussitôt alors qu'elle adressait un sourire ironique à la Souris : "En espérant que cela ne te donne pas à nouveau envie de beugler."
Revenir en haut Aller en bas
Sourk'Is
La Souris
La Souris
Sourk'Is
Philosophie : Paranoïa
Divinité(s) : Les pièces.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Orc
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue300/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (300/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyDim 1 Mar 2015 - 4:33

La Souris suivit du regard le nain et la resquilleuse aller à la table de celle-ci. N'ayant pas fini de recoller l'aile du vautour, elle hésitait à les rejoindre. Après tout, elle aussi voulait faire quelque chose pour le tavernier. Pas au point de lui donner des pièces. Non, fallait être un grand seigneur pour faire cela. Ou quelqu'un de sacrément fêlé. Avec un pète au casque énorme. Une fêlure dans la caboche quoi.
Ces réflexions amenèrent Sourk'Is à considérer la femme aux cheveux blancs d'un oeil nouveau. Peut-être qu'elle n'avait pas la lumière à tous les étages. Oui, ça se tenait. Sou'k'Is pouvait donc espérer quelques pièces.
Et puis, la plupart des gens feignaient de boire et de s'amuser, mais la Souris voyaient bien qu'ils tournaient un peu trop souvent leurs regards vers elle. Peut-être en voulait-ils à ses pièces. Pire, aux pièces de la dame griffue ! Non, ça elle ne pouvait pas le permettre. Les pièces de la resquilleuse étaient ses pièces.
Et comme la poudre et l'alcool mélangés ne ressemblent absolument pas à de la colle, la Souris se leva et rejoignit les membres de la Guilde attablés. Elle trainait derrière le lustre manchot. Il n'y avait aucune raison pour qu'elle ne finisse pas son boulot.

La resquilleuse évoqua trois choses qui firent plaisir à l'orc. Le contrat signifiait des pièces, les bières signifiaient alcool et le chant signifiait quelque chose de beau. Si beau qu'elle laissa échappa un grognement ressemblant d'assez loin à une vocalise. Le nain lui donna aussi sec un coup de pied. Il espérait que cela ne mettrait pas la resquilleuse dans de mauvaises dispositions. Déjà qu'elle devait l'avoir mauvaise.
La Souris, indigné répliqua :

"Non, vous pouvez vous détendre et apprécier le spectacle. Il n'y a plus aucune raison à ce que je chante.
- Je l’espère Assez de spectacle pour aujourd'hui. Qu'en est-il de ce contrat ? - demanda le nain.
- Ouais, aboule les pièces - précisa l'orc
- Sans être aussi rapiat que ma collègue, j'aimerais beaucoup connaître le montant de ce contrat."

Le nain faisait sa mijaurée. Cela embêtait pas mal l'orc. Elle regarda la resquilleuse, attendant sa réaction. Si elle n'aimait pas les mielleux, c'était foutu. Il n'aurait jamais le contrat et l'orc pouvait dire adieux à ses pièces.
Heureusement que le nain était un assassin réputé et que Sourk'Is l'avait déjà vu bouger. C'était fou ce mouvement. En ne le quittant pas des yeux, même en restant fixé sur lui, il arrivait à disparaître sans qu'on s'en rende compte. Un génie du mouvement ce mec.

Le tavernier apporta les trois bières alors que le nain finissait de parler. Sourk'Is en prit une, trempa une aile du vautour dedans et la mordit comme si c'était un bout de pain. Ses yeux s’agrandirent de stupeur : c'était pas si mauvais le bois écarlate.
Tout en mâchonnant son bout de bois, la Souris attendit la réponse de la resquilleuse, des pièces à la place des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Alayde Lusignan
L'Épine
L'Épine
Alayde Lusignan
Philosophie : Egoïsme (Neutre mauvais)
Divinité(s) : L'or.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Tiefflin
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue120/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (120/5000)
Adage: N'attends point, vole !
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyDim 1 Mar 2015 - 6:13

Alayde n'était pas dupe : des deux énergumènes devant elle, le nain était sans aucun doute le plus rapiat – et le plus dangereux. L'orc semblait, à première vue cela dit, faire partie de cette graine de vaurien qui poussait dans les rues comme du chiendent et se développait en profitant du soleil et des bourses remplies des bourgeois naïfs. Elle était comme un diamant brut qui ignorait tout de la taille et des capacités infinies que cela offrait : c'était d'ailleurs pour cette raison qu'Alayde l'avait laissé vivre pour l'instant. Peut-être qu'un jour, elle deviendrait réellement dangereuse pour elle, mais en attendant, on ne jetait pas les vulgaires cailloux de peur de laisser choir un ou deux diamants avec eux.

Par contre, le nain était fait d'un autre bois et s'il savait manier aussi bien les mots, c'est parce qu'il en connaissait l'utilité et la ruse. On lui avait déjà évoqué sa rapidité et son habileté dans la réalisation de ses contrats : il restait l'un de ses meilleurs assassins, et de ce fait, s'élevait au-dessus des pions communs de la Guilde. Sans doute était-il resté trop longtemps dans l'ombre pour réellement prétendre à grimper dans la hiérarchie, mais prendre ce risque était trop dangereux pour Alayde.

Elle regarda avec un calme olympien le tavernier ramener les bières et avisa son acolyte qui était resté accoudé au comptoir : elle savait pertinemment qu'il ne la quittait pas des yeux, mais certains contrats nécessitaient une intimité où il aurait été de trop. Mine de rien, ce grand dadais n'était pas aussi bête qu'il s'efforçait de paraître.

Attrapant l'une des chopines, elle trempa ses lèvres dedans avant de grimacer sous l'amertume qui lui dévora la langue. Pas besoin de trinquer, il ne s'agissait pas d'une invitation de courtoisie : le nain ne devait attendre qu'une seule chose, à savoir s'assurer que la boisson n'était pas empoisonnée.
Les vieilles habitudes de la Guilde avaient le cuir tenace...

« Il y aura de l'or, évidemment. M'as-tu déjà vu payer mes contrats avec de la bière, le nain ?»


Avec une lame entre les omoplates, peut-être... Mais ni le nain ni l'orc ne rentraient actuellement dans ce genre de catégorie « à éliminer ». Pas pour l'instant.

Elle attendit un acquiescement somme toute inutile avant d'enchaîner, baissant encore d'un ton pour être sûre que personne d'autre ne l'entende.

« Tu sais comme j'apprécie les aventuriers... Il se trouve qu'un de ces illuminés est allé dernièrement s'égarer dans la Jungle noire et en est revenu avec... et bien, un objet qui intéresse particulièrement le Maître. »

Cette seule évocation avait de quoi faire frémir n'importe quel membre de la Guilde possédant plus de deux neurones connectés sporadiquement. Légèrement optimiste, elle estimait que le nain en possédait un peu plus, et parfaitement connectés. Pour l'heure, elle réservait son jugement concernant l'orc, surtout quand elle voyait l'aile du vautour en bois à demi-entamée.
Cela dit, elle ne devait pas coûter cher en nourriture celle-là... Si les orcs se contentaient de bois, elle devrait peut-être songer à en embaucher davantage !

« L'objet est chez un antiquaire, à l'abri dans son coffre j'imagine. Et le Maître trouve cela dommage qu'on se contente de l'y laisser moisir. »

Elle but une nouvelle gorgée avant de lâcher tout à propos, comme on évoque la pluie et le beau temps :

« Evidemment, l'antiquaire en sait un peu trop pour sa propre sécurité... »
Revenir en haut Aller en bas
Sourk'Is
La Souris
La Souris
Sourk'Is
Philosophie : Paranoïa
Divinité(s) : Les pièces.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Orc
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue300/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (300/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyDim 1 Mar 2015 - 14:36

L'orc soupira d'aise. Le mot pièce d'or cliqueta dans sa cervelle, comme si une pluie de goutte d'or tombait à l'intérieur de son crane en jouant une musique cristalline. Et quand elle apprit qu'un aventurier avait réussi à dérober un objet dans la jungle, elle en déduisit aussitôt que c'était au nez et à la barbe des orcs de la jungle.
Une vieille rivalité existe entre Ours-hurlants, Griffes-rouges et Pieds-visqueux. En fait, il existe une rivalité entre deux orcs qui se rencontrent. Prenez maintenant tous les orcs et divisez les en trois groupes, chacun avec une identité propre. Vous n'aurez pas besoin de leur dire de se taper dessus, ils seront sûrement déjà entrain.
Bref, la nouvelle de ce vol réjouit encore plus l'orc qui s'exclama :

"Ils sont mauvais ces Ours-hurlants. Pas capable de maîtriser un pauvre aventurier. Si ça avait été dans la jungle ...
- Et bien, on aurait pas eut de contrat - termina calmement le nain."

Il était dans son élément. L'art du dialogue était très ressemblant à l'art de l'assassinat. Tout aussi subtil, secret et mortel. L'orc était tel un éléphant s'étant assis sur un cactus : prévisible. Le nain n'avait aucun mal à la juguler et à s'en servir pour lui même.
Cette réflexion fit taire la Souris. Effectivement, si les orcs de la jungle n'avait pas été aussi mauvais, il n'aurait pas eu le contrat. Mais quand même, se faire voler sur son propre territoire. C'est assez risible.
Un détail la chiffonnait cependant. Faisant preuve de clairvoyance car se doutant que cela allait lui retomber sur le coin de la courge, elle murmura au nain une demande :

"C'est qui le Maître ?"

Le nain la regarda avec des yeux ronds. Ca, il ne l'avait pas prévu. L'éléphant avait pris une pince à épiler et s'arrachait les poils d'orteils. Totalement imprévisible et complétement stupide. Pour la première fois, le nain se questionna sur la qualité de cette recrue. S'il voulait qu'elle persiste dans ce domaine, il fallait qu'il augmente son potentiel intellectuel. Ou au moins ses capacités de raisonnement. Ca allait prendre un temps fou, au vu du chantier.
La Souris n'avait pas demandé ça par hasard. Elle se foutait pas mal de qui était le maître, et était prête à lui casser gentiment une assiette sur la tête s'il s'en prenait à ses pièces. Mais on sentait que la resquilleuse mettait une majuscule à ce nom. Que ce soit du respect ou de la peur, quelqu'un capable d'inspirer ces sentiments à cette dame méritait un peu d'attention.

Le but de la mission intéressa peu la Souris. Pas de pièce à voler, elle s'en foutait. Des pièces à l'arrivée, c'était mieux. Mais pas de quoi s'intéresser au contenu exact. On verrait au fur et à mesure.
La fin de la mission dérangea un peu l'orc. Ca ne la dérangeait pas de tuer, mais il y avait des personnes pour ça, non ?
Le nain prit la parole, et la Souris comprit qui était cette autre personne.

"Et pas de traces, j'imagine. Mort apparemment naturelle. Classique. Dîtes m'en un peu plus sur la boutique de l'antiquaire. La Souris est quelqu'un qui peut voler tout est n'importe quoi. Mais il faut parfois la cadrer avec un plan.
Il me faut des détails pour établir ce plan. Localisation de l'objet ? Entrée et type de fermetures des portes ?"

La Souris s'étrangla dans sa bière.

"Je ne suis pas sur qu'on ait besoin de savoir tout ça. La boutique est forcément en bas, non ? Il suffit de rentrer dans la boutique par le haut."

L'orc pensait à un système ingénieux de cordes accroché à une poutre, qui lui permettrait de faire balancier par la fenêtre. Et elle avait vu des trucs ronds qui s'accrochait de partout au marché. Une occasion de tester si elle pouvait marcher sur le plafond.
Le nain quant à lui, pensait plutôt à comment entrer dans ce second étage. Soudoyer les habitants, les tuer. Si cette personne était l'antiquaire, cela ferait du deux en un.
Revenir en haut Aller en bas
Alayde Lusignan
L'Épine
L'Épine
Alayde Lusignan
Philosophie : Egoïsme (Neutre mauvais)
Divinité(s) : L'or.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Tiefflin
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue120/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (120/5000)
Adage: N'attends point, vole !
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyJeu 5 Mar 2015 - 2:44

Alayde observait l'étrange duo avec attention, malgré son calme apparent. Il existait une dynamique intéressante entre ces deux-là qui la rendait curieuse malgré elle. Si le Nain avait cette retenue et cette discrétion née de l'habitude, l'orc semblait vivre l'instant présent avec une naïveté déconcertante qui la rendait aussi instable que facile à manipuler. Nul doute que le nain n'avait vu que cela en elle dès le départ : elle faisait un pion de choix dans une équipe. Sauf qu'il y avait en elle cette parcelle de sauvagerie, de brusquerie qui devait rendre son conditionnement beaucoup plus dur que pour une recrue normale. A entendre ses questions insolites qui fusaient à tout bout de champ ou ses réactions parfois disproportionnées, elle faisait partie de ces âmes libres capables du pire comme du meilleur : ces âmes libres qu'Alayde enviait parfois... Un peu. Un tout petit peu.

Cela dit, sa liberté se rapprochait bigrement de la stupidité parfois, surtout quand elle se permettait d'interroger la tablée sur le Maître. Alayde adressa un regard terrible au Nain, seul responsable à ses yeux d'un tel oubli.
La Guilde fonctionnait aussi bien parce que les sous-fifres craignaient plus que tout leurs supérieurs, et que les supérieurs craignaient plus que tout le Maître. Baser un édifice entier sur la peur était risqué mais fonctionnait depuis des années, et demandait une attention de tous les instants.

« Le Maître, c'est celui que tu dois craindre au-delà de tout, petit Souris. Celui qui sera l'unique sujet de tes pires cauchemars. » déclara-t-elle d'une voix sombre, tout en continuant de fixer le nain dans un avertissement muet.

Ce dernier avait intérêt à rattraper l'éducation de ses troupes avant que cela ne dégénère davantage.

« Est-ce bien compris ? »

Elle n'attendit aucune réponse, qui de toute façon aurait été positive, pour sortir aussitôt un petit papier de sa poche qu'elle tendit au nain en le faisant glisser sur la table. Il contenait un plan sommaire avec possédant toutes les informations essentielles.

« Un de mes hommes a déjà repéré l'endroit : double serrure à verrou, et un coffre renforcé dans l'acier le plus résistant. Par contre, l'antiquaire a fait des études de magie autrefois, et il semblerait qu'il la manie à la perfection, donc méfiez-vous. Nous ne désirons que ce seul objet : le reste du butin vous appartiendra.»

Elle entendit plus qu'elle ne vit l'orc s'étrangler dans sa bière et risqua un coup d'oeil vers elle pour lui répondre :

« La boutique est en sous-sol en réalité, bien protégée, et l'antiquaire vit au premier étage. Le rez-de-chaussé sert à accueillir ses clients. Il est visiblement du genre... méfiant.»


Ce qui constituait un défi de choix pour un voleur habile.

« Par contre, l'objet que nous désirons est très ancien, et très fragile. Le moindre choc vous sera facturé. »

Et généralement, la Guilde payait avec du sang...
Revenir en haut Aller en bas
Sourk'Is
La Souris
La Souris
Sourk'Is
Philosophie : Paranoïa
Divinité(s) : Les pièces.
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Orc
Réputation:
Au Vautour Ecarlate Left_bar_bleue300/5000Au Vautour Ecarlate Empty_bar_bleue  (300/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate EmptyDim 8 Mar 2015 - 17:54

La Souris entendit les louanges adressées au maître. Cela semblait presque une prière. Manquait plus que le sacrifice. Le regard, lancé par la dame sur le nain qui le dévia sur l'oc, lui fit comprendre que ce serait elle la sacrifiée. Qu'un mec, qui ne se trouvait pas ici et que Sourk'Is soupçonnait d'habiter très loin d'ici, puisse inspirer autant la peur et l'obéissance, cela était respectable. Mais pas assez pour être le sujet de ses cauchemars.
Déjà, l'orc ne faisait pas de cauchemars. Ou alors, ils concernaient ses pièces. Et elle connaissait personnellement (voir intiment) quelques chefs de guerre orcs qui inspiraient trois fois plus de peur en ne haussant qu'un sourcil.
Une fois, l'orc avait vu un Chaman se pisser dessus juste en croisant le regard d'un de ces chefs. Ça, c'était de la terreur.

La Souris jugea pourtant prudent de ne pas répliquer. Cela aurait été préjudiciable (ce mot lui donna le tournis. Beaucoup trop compliqué) au nain. Et comme c'était lui qui fournissait les pièces, autant ne rien dire.

Elle profita de ce mutisme pour écouter la description de l'endroit.

...

Le vent est quelque chose de fantastique. Quand il passe par une oreille, il peut ressortir sous certaines conditions de l'autre coté de l'oreille.

...

Il peut aussi enrhumer le singe qui joue de la trompette à l'intérieur de cette cervelle.

...

Voilà le singe qui s'en va. Mais il revient avec de la bière. Et la bière c'est bon. Mais pas autant que tord-bayou. C'est de la boisson d'orc y'a pas à dire. Le grand mystère réside dans sa conception. De la pomme, pas de pommes. Certains disent qu'il y en a. D'autres boivent cette boisson. Une fois, quelqu'un qui n'était pas un orc avait tenté d'y goûter. Il est parti en courant, les yeux exorbités. Puis il s'est mis à boire l'eau du marécage. Peut-être aurait-il survécu. Mais une limace géante en a décidé autrement.

...

Une limace géante, c'est très grand. Pis c'est gluant. Pis c'est très rapide. Pis ça a une très grande gueule avec beaucoup trop de dents. Et c'est pas comestible. Et ça creuse des galeries énormes sous les marécages. Un nuisible, en somme.

...

Bref, Sour'Is décrocha au bout du deuxième mot. Cependant, elle entendit parfaitement que le reste du butin leur appartiendrait. Bonne nouvelle.
La Souris sourit, puis suspicieuse demanda :

"Et il y aura quelqu'un d'autres pour nous accompagner ?"

Dans ces yeux, on pouvait lire PTAP " PAS TOUCHE AUX PIÈCES !§!"
Le nain, étonné d'entendre quelque chose de sensé sortir de cette bouche, repris la balle au vol.

"La Souris a raison. Il nous faudrait quelqu'un qui connaisse la maison, l'arrangement des lieux. Et qui puisse détecter deux trois bricoles. Comme les effluves magiques par exemple.
Je pense déjà à un plan qui devrait tenir la route. Du moins, si on s'y tient."

Le nain fusilla sa partenaire du regard. C'était une mission pas très difficile, mais il fallait néanmoins du doigté. L'antiquaire étant un magicien, il devait avoir posé des pièges un peu partout. Si on y allait en braillant comme un chameau.
Il fallait d'abord sécuriser le premier étage, ce qui devrait être relativement facile. Généralement, on ne piège pas le lit dans lequel on dort.
Ensuite, on passe au rez-de-chaussée. Là, il faudrait tout le talent de la Souris. Le nain espérait qu'elle pouvait vraiment se faufiler partout.

L'orc se leva, prête à en découdre :

"Allez, c'est parti !!
- Attends, on  s'est pas concerté sur le plan.
- On verra en chemin, faut que je me dégourdisse les jambes.
- Quoi, tu veux y aller tout de suite ?
- Ben ...
- Hors de question. Tu as trop bu !
- Ca améliore mes réflexes."

Le nain regarda la resquilleuse, désespérée. Il se rattrapa vite, afficha un regard neutre et dit froidement.

"Elle ne connaît pas l'adresse."

La Souris ouvrit la porte et sortit ... dans les toilettes. Étrange, le dehors était beaucoup plus ouvert d'habitude. Et sentait beaucoup la moins la pisse et le vomi. Elle se retourna pour retourner dans la taverne, mais buta sur un homme sombre, qui la regardait fixement, comme si rien ne l'atteignait. Il continua à regarder la Souris pendant un moment, puis dit d'une voix atone :

"C'est les toilettes des hommes."

Pour la première fois de sa vie, l'orc s'excusa. L'homme approuva, contourna l'orc et alla faire son affaire.
Encore hébétée, l'orc retourna s’assoir à coté du nain et de la resquilleuse, qui avait continué à discuter plans.

"J'ai croisé une statue, mais qui bougeait."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Au Vautour Ecarlate   Au Vautour Ecarlate Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Au Vautour Ecarlate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­­Varakir :: Varak :: Place marchande-