­
 

Partagez | 
 

 Fôret de cendres et de cauchemars.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Fôret de cendres et de cauchemars.....   Mer 8 Nov 2017 - 15:35

Les jours s'étaient si rapidement écoulés. Trop rapidement en réalité. Lylim, comme la majeure partie du groupe, avait profité un maximum de ces jours de répits pour passer du bon temps, essentiellement en compagnie d'un certain Felidae. Sans toutefois se priver de quelques visites à une alter égo rousse.... Elorias commençait à respirer de nouveau, mais cette nouvelle étape de leur voyage allait également être décisif. Il était convaincu que dans un endroit pareil, ils allaient forcément faire des rencontres peu amicales. Et c'était dans le conflit qu'il pourrait voir si le semblant d'ordre qu'avait rétablit Shotra il y avait maintenant quelques temps, était réellement effectif, ou s'il allait voler en éclat à la première occasion.... En y regardant bien, il n'y avait bien que Shotra et Loth pour ne pas semblait affecté par le changement d'environnement. A vrai dire, Loth paraissait même assez impatient à l'idée de pouvoir se confronter de nouveau à des créatures quelconques. Shotra lui s'en moquait. S'il y avait opposition, il l'exterminerait, s'il n'y avait rien, ce n'était pas plus mal. Il était assez impatient de pouvoir avancer. Autour d'eux, ce n'était qu'une répétition d'arbres d'ébènes et de gris anthracite, de sol tout aussi ternes et foncés, l'environnement n'étant peint que par des nuances allant du noir au gris claire. Et de manière assez inattendue, le groupe évoluait relativement bien dans cette sordide forêt pourtant désolée.

Il fallait dire qu'ils constituaient tout même une bonne petite escouade. Et que la plupart des gobelins et faune hostile du coin préféré attaquer des groupes d'environs six personnes en état d'attaquer maximum. Au delà cela devenait délicat de pouvoir garder une ascendance sur leur cible. En plus ici, il n'y avait pas que de l'ildirien.... Il y avait "autre chose", et ces invités mystères effrayaient tout simplement les ennemis les plus faibles. Des petites monstruosité serpentiforme avaient bien tenté de se dresser sur le chemin des aventuriers, mais ce n'était que du menu fretin comparé à leurs derniers ennemis. Finalement, la plus grande difficulté resta le terrain. Il était sinistre, la flore environnante n'offrait aucune nourriture, les points d'eau étaient très rare, et les chemins constitués de nids de poule, de rocailles et de branche de ces étranges arbres dénudés. Lilym, Loth et quelques autres membres du groupe déblayaient le chemin pour permettre la progression. Elorias mit les autres en garde en reconnaissant plusieurs plantes vénéneuses ou fichtrement irritante. Les plus gentilles relevaient comptaient des orties et des ronces, mais il y avait aussi des sumacs vénéneux, des sabots de Vénus géant, et autres lichens grimpants qui se nourrissaient de tout ce qu'il pouvait coloniser.

Après une journée entière de voyage dans les environs, Lylim finit par interpeller Elorias.


Et maintenant vieil homme ? Que faisons-nous ? Comment trouver le chemin à suivre dans cette forêt de la désolation ?

Eh bien, je sais que cette réponse ne va pas te plaire mais.... Je ne pense pas que ce soyons nous qui allons trouver notre homme, mais plutôt lui qui nous trouvera....

Sérieusement ? Pendant combien de temps allons nous tourner indéfiniment en rond dans ce coin paumé !

Patience Loth, nous venons d'arriver. Je suggère d'aller mener nos recherches à la jonction de cette forêt, de la crypte et de Paria qui ne sera plus très loin.

Chercher d'accord, mais chercher quoi ? Je doute que Zaïthan nous ai laissé un gentil petit panneau pour nous indiquer son repère.

Des activités magiques suspectes, qui pourraient se rapprocher de l’œuvre d'un conjurateur. Des pièges également, qui pourraient nous indiquer que nous nous rapprochons de son domaine.

Pour résumer, tu es entrain de nous dire qu'il faut que l'on se cherche.... Des ennuis ? Tu as perdu l'esprit ?

Moi ça me plaît !


Parfois ma bonne Lylim, le meilleur moyen de déjouer un piège est encore de le déclencher. Crois moi je n'emploie ce genre de procédé qu'en cas de dernier recours, mais nous n'avons pas d'autres choix. Nous ne sommes encore qu'aux prémices de cette forêt. Demain nous aurons très certainement plus de difficultés.... Préparons nous et puisons un maximum de force cette nuit. Les prochains jours risquent d'être.... sportifs.


Lylim poussa un soupir en secouant la tête tandis que Loth jubilait. Cela allait enfin devenir intéressant. Et il fallait bien avoué que cette forêt semblait avoir entendu les demandes du bélinois. Durant le nuit, des bruits étranges s'étaient faits entendre. Malgré les tours de garde successifs, rien ni personne ne s'approcha du camp. Pourtant les bruits étaient là. Mais même torche levée, on ne distinguait que des arbres et des cailloux. Ce ne fut qu'au levé du jours que l'on pu constater qu'il s'était réellement passé quelque chose. Aucun des aventuriers ne pu reconnaitre les alentours. C'était comme si tous les arbres avaient changé de place, comme si les cailloux et le sol eux-mêmes s'étaient déplacés pendant la nuit. Impossible pour quiconque de dire o ils étaient à présent. Lylim, méfiante et sur la défensive, observait avec prudence les alentours en fronçant les sourcils. Loth ricanait, amusé par la tournure des choses avant d'interpeller Elorias.

Et celle-là tu l'avais vu venir l'ancêtre ? Tu sais où on est à présent ?

Je.... Je n'en ai aucune idée.... il n'y a plus que ces bois à perte de vue. Le temps est plus froid et humide qu'hier.... Comment aurions-nous pu bouger sans nous en rendre compte ?

Shotra poussa un grondement sourd. Tout cela ne lui plaisait pas du tout. Si l'environnement se liguait contre eux, cela allait devenir compliquer à gérer même pour lui. Elorias, soupira, mais il se redressa empli de détermination.

Ne restons pas là. Inutile de trembler, nous savons tous que nous allons au devant d'ennuis. Autant veiller à ce qu'ils ne nous prennent pas par traîtrise.

Et donc ?

On continue d'avancer. Nous avons été déplacés.... Ou la forêt s'est déplacée pendant la nuit, mais cela nous fait également gagner du temps. Ouvrez l’œil sur d'éventuels pièges ou inscriptions magiques !

La troupe avait repris la route, mais l'ambiance était plus tendue. Chacun s'attendait à être attaqué par un de ces fichus arbres, ou happé par un buissons d'épineux, si ce n'était pas des sables mouvants. Mais ces derniers avaient été repéré par le groupe. Au grand damne d'Elorias, ces sables mouvants là étaient on ne pouvait plus naturel. Ils n'avaient pas été fabriqué artificiellement, ni magiquement, et étaient simplement le résultat de l'évolution climatique de la zone sur bon nombre de décennie. Néanmoins, il était de bon ton de ne pas passer au travers et de les contourner. La nuit commençait à tomber pour ce deuxième jour de voyage. Légèrement en contrebas, il y avait une clairière, où les sinistres arbres ne poussaient pas. Les seuls qu'il y avaient étaient couchés et mort depuis bien longtemps. Une aubaine, leur bois sec alimenteraient le feux pour la nuit. De plus l'absence d'arbres dressés offraient une bonne visibilité pour les équipes de garde. le crépuscule était déjà bien avancé alors que les aventuriers venaient tout juste de finir de monter le camp. Mais Shotra n'était pas du tout tranquille. Il n'avait pas approuvé l'idée de monter le camp ici. L'endroit était bien trop dégagé sans explication valable pour lui. Et ne pas savoir pourquoi il y avait une telle clairière en plein milieu d'une forêt, le perturbait. Il avait fait par de ses inquiétudes mais Elorias avait avancé les avantages de cette position. Loth avait également ajouté qu'à rester dans les bois, ils n'étaient pas sûr de se réveiller au même endroit le lendemain.

Autant d'argument qui se tenaient mais.... Dans cette forêt, tout semblait avoir un prix. Les dernières lueurs du jour se mourraient tandis que la lune, pleine et dégagée dans cet endroit, offrait une curieuse et importante lumière. Il y eut de nouveau des bruits étranges, mais très différents de ceux de l'autre nuit.... Des craquements, des sons d'un sol qui se déchire, que l'on crève.... Rapidement, une puanteur épouvantable vint choquer les sens olfactives de tout le monde, mais le pire était à venir. Des gargouilles infâmes, des râles étouffés d'êtres souffrants, et d'autres trahissant une folie meurtrière.... Des chairs en putréfaction s'étaient extirpés du sol, dressé le long de carcasses décharnées, plus ou moins pourrissantes, dont certaines laissaient voir des os à la blancheur ternie par le temps et la terre qui les enfermaient habituellement. L'alerte ne tarda pas à être donnée....


They're coming....:
 


Des goules !!!

Des zombies.

Ouais bon c'est plus ou moins pareil hein.

On discutera de la différence une autre fois ! Ils se rapprochent et ils sont nombreux !

Surtout, ne vous laissez pas mordre, en aucune manière !

Le vieux bélinoix n'eut pas le temps de renchainer que d'autres créatures sortirent de terre. Ces gros vers n'étaient pas que nécrophages visiblement, et ils appréciaient autant la chair fraîche pour se nourrir que pour y pondre leur progéniture. Malheureusement ils étaient plus gros que des moutons....


Worm's armageddon:
 


Des Wurms ?! Pourquoi ils n'attaquent pas les morts-vivants ?!

Parce que la chair fraîche les attire plus...

Attention à leur salive qu'ils crachent, elle est extrêmement collante ! Pas empoisonnée, mais elle peut vous clouer sur place !

La nuit va être longue....

Les créatures se rapprochaient, nombreuses mais heureusement lentes. Il fallait réagir vite et bien s'organiser. La lune éclairait le champ de bataille qui expliquait à présent pourquoi les arbres ne pouvaient plus pousser par ici... Le sol était habité par des occupants qui n'étaient pas décidés à servir d'engrais.



Les petites indications supplémentaires.:
 


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 28
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: Fôret de cendres et de cauchemars.....   Mer 15 Nov 2017 - 17:52

-Saleté de merde de bordel de crotte! Jurais-je en me tournant et en me retournant. J’avais mal partout, ma peau était égratignée  à cause des ronces,  nous avions passé une journée entière à marcher dans une végétation déprimante et des plus insolites. Le lendemain, nous nous étions réveillés dans un décor que nous ne reconnaissions pas…bref, je commençais à oublier le pourquoi de nôtre voyage et son utilité. Soupirant d’impatience, j’avais entrepris à enquêter, mais sans trop de succès, bien que j’avais repéré des chasses trappes, sûrement pour la chasse et j’avais passé à côté d’une pierre avec un symbole étrange…j’étais allée aussitôt voir Elorias pour l’en informer.


-Heu… Là-bas, proche du grand arbre noueux, j’ai remarqué une pierre avec un symbole.  Faites attention, j’ai repéré des sumacs vénéneux.  J’ignore  la signification de ce symbole, mais je vous laisse y jeter un coup d’œil.  Bon, je vais aller me mettre quelque chose sous la dent, je meurs de faim…


Disant cela, j’avais tourné les talons, et passant proche de Lylim, je lui pinçais sa hanche généreuse pour la taquiner et je m’éclipsais  pour manger un morceau de pain sec.  Savourant ce festin des plus rudimentaires, j’observais le rassemblement de conjurateurs qui étaient en grande conservation. Ils devaient discuter de la suite des choses, mais j’étais trop lasse pour m’en soucier…en fait, lasse et sur les nerfs, car je détestais cette forêt. J’espérais retrouvée l’homme que l’on cherchait le plus tôt possible afin de revenir à mon navire.  D’un profond soupir, je rivais mon attention vers le Commandant et ses hommes et je décidais de m’approcher d’eux. Je n’avais pas eu l’occasion de parler à Khaalâm depuis son intervention me concernant, par bouderie, mais aussi parce que je me sentais très intimidée. Me raclant, je lui tendis le restant de mon morceau de pain.


-Tenez, commandant, voilà de quoi grignoter, même si je vous soupçonne préférer la viande. Du sanglier, peut-être?


J’eus un petit rictus, puis plus sérieusement, je demandais :


-Avez-vous trouvé quelque chose de votre côté? Moi, un symbole, mais je ne suis pas certaine si c’est important.  Elorias va sûrement m’en faire part tout à l’heure…en entendant, la nuit tombe, je vais aider à préparer le camp. Ce voyage est épuisant…


Sur cet aveu si peu commun à ma fière personne, je m’éloignais du groupe de guerriers pour aider à monter les tentes et à faire du feu. Or, cette clairière me donnait des frissons dans le dos. Tout semblait si…mort et si…dangereux. Essayant de garder l’esprit positif, malgré le froid qui m’imprégnait, c’était qu’on allait pouvoir apercevoir le danger de loin, vu l’espace découvert d’arbres.  Un peu plus tard, j’allais dormir…enfin, j’essayais de dormir, mais sans succès. Jurant et rageant, je finis par me lever debout pour prendre de l’air quand quelque chose m’alerta…à quelques mètres du campement, le sol se déchira et des Humains pourries sortirent du sol…l’odeur qui s’en dégagea faillit me faire vomir, heureusement que je n’avais pas bu du rhum. Dégainant mon épée, je m’écriais :

-Réveillez-vous! On nous attaque! Des…des…morts-vivants nous attaquent et…NOM DE DIEU!

Je fis un pas en arrière en apercevant d’autres créatures qui étaient loin d’être des moutons, mais bien des vers carnivores…visiblement, la chasse était sonnée. Me rappelant de la promesse que j’avais faite, je pris sur moi pour ne pas bouger ou attaquer, et je soufflais en levant mon arme :

-merde…

hrp:
 


La mer est mon unique patrie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 26
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: Fôret de cendres et de cauchemars.....   Lun 18 Déc 2017 - 10:20

Si la suite du voyage s’était déroulée sans embuches particulières, c’était une bonne chose pour Zakaerii qui en avait profité pour essayer de reprendre – littéralement – du poil de la bête. Grâce aux onguents d’Elorias et les soins particulièrement attentifs de Lylim, le Félidaë avait petit à petit réussi à se remettre sur pieds, finissant par pouvoir à nouveau abattre de longues distances sans se fatiguer. Et même si la convalescence avait été assez difficile, il ne regrettait pas son geste, quoique puisse en dire la Succube et sa supposée invulnérabilité. Après tout, il devait bien exister sur cette terre des poisons capables d’en faire voir de toutes les couleurs à des démons, voire même à les renvoyer dans leur plan d’existence. Car lorsque les Conjureurs avaient réussi à faire apparaitre des créatures d’un autre monde dans celui-ci, nul ne pouvait douter qu’ils avaient également cherché tous les moyens possibles pour les y renvoyer, si les choses devaient mal tourner. Et, de toute manière, il ne regrettait pas son geste et ce n’étaient pas les protestations de Lylim qui allaient y changer quelque chose, il l’appréciait bien trop pour laisser quelqu’un lui faire du mal, d’une façon ou d’une autre. Il lui suffisait de l’observer la nuit, alors qu’elle dormait paisiblement contre lui, les mains enfouies dans son pelage, pour comprendre que ce qui avait commencé comme un jeu était devenu quelque chose de beaucoup plus sérieux. Le Suli n’aurait probablement pas su dire s’il avait été dépassé par les évènements ou s’il avait laissé les choses se passer de cette façon. C’était d’ailleurs probablement un peu des deux. Mais quelle que soit la manière dont cela s’était produit, les conséquences, elles, restaient immuables, et il les acceptait pleinement, même si cela devait les placer sur un sentier chaotique et potentiellement dangereux.

Malheureusement, si la première partie de leur voyage terrestre avait eu le mérite de se dérouler dans une forêt verdoyante et plutôt agréable à traverser – si on ne comptait pas l’embuscade tendue par le groupe de Conjureurs – leur nouveau terrain de jeu était bien moins agréable à l’œil, même si, pour le coup, le Félidaë se fondait beaucoup mieux dans les nuances de gris de cette forêt désolée. Il était difficile d’imaginer qu’un tel paysage de désolation existait en ce monde, mais, il fallait bien se rendre à l’évidence, ils évoluaient bien dans une contrée particulièrement… dévastée. Les arbres semblaient déjà morts et l’absence de couleur à perte de vue ne faisait que renforcer ce sentiment que rien ne semblait vivre dans les lieux alentours. Heureusement, leurs provisions leur permettraient de tenir plusieurs jours, car, il leur fallait se rendre à l’évidence, ils ne trouveraient pas de quoi manger en partant en chasse de petits gibiers ou de baies comestibles. L’ouïe et la vue de Zakaerii, pourtant relativement développées, ne parvenaient pas à distinguer ne serait-ce que l’ombre d’un indice pouvant indiquer la présence d’une faune ou d’une flore qui ne soit pas hostile à la petite compagnie. Des fleurs aux habitants de l’endroit, rien ne semblait véritablement les accueillir à bras ouverts et quelques-uns des compagnons eurent leurs lots d’irritations et de piqûres d’une végétation souvent récalcitrante. Ce qui ne fut pas pour déplaire au Suli qui eut l’occasion de passer un peu d’onguent sur les bras et les jambes d’une Succube boudeuse et râleuse, mais qui ne manqua pas d’apprécier un massage de réconfort. Malheureusement, ces petits moments joviaux n’étaient que de trop courte durée dans un environnement qui ne cherchait visiblement qu’à se jouer d’eux, au point de les déplacer pendant la nuit sans même qu’ils ne s’en rendent compte. L’atmosphère s’était tendue et même si leur voyage n’avait jamais été une promenade de santé, les derniers espoirs bucoliques de leur traversée à pieds avaient définitivement disparus.

Visiblement s’ils n’avaient pas de destination précise, il allait leur falloir essayer de tomber dans la gueule du loup, tout en s’assurant un minimum de là où ils allaient mettre les pieds, afin de trouver la personne qu’ils cherchaient. Elorias les avait un peu briefé sur ce qu’ils devaient essayer de dénicher dans cette végétation peu accueillante et fort de son expérience de voyageur, Zakaerii, maintenant bien remis, s’était porté volontaire pour partir en éclaireur dans les alentours de leur nouveau lieu de campement afin de faire une petite reconnaissance avant la tombée de la nuit. Il quitta donc la clairière et s’enfonça dans les bois alentours, les oreilles aux aguets. Le silence ambiant était particulièrement sinistre, presque davantage que l’absence de couleurs. Ouvrant l’œil, le Suli guetta les traces de civilisation ou de présence humaine ou, au moins, intelligente : pièges protégeant l’accès à quelque chose – car il pensait bien que personne ne penserait à chasser ici -, inscriptions diverses, signes divers et variés, tout ce qui pouvait sortir de l’ordinaire et qu’il pourrait rapporter à Elorias en rentrant au campement. Après quelques heures d’exploration, la nuit commençant à tomber sur les environs, il jugea plus prudent de regagner le campement et de partager avec le Conjureur l’ensemble de ses découvertes, mais alors qu’il s’installait aux côtés de Lylim afin de prendre un repos bien mérité, il fallut se rendre à l’évidence, les choses ne se passeraient pas comme prévues cette nuit non-plus. Mais à défaut d’une forêt mobile, ils eurent le droit à des morts-vivants… et, si cela ne suffisait pas, des vers anthropophages. Apparemment, il faudrait défendre chèrement quelques heures de repos pour ne pas finir dans l’estomac d’une, ou de plusieurs créatures. Instinctivement, Zakaerii se positionna dans le dos de la Succube, protégeant ses arrières. « je sais que tu n’es pas contre, d’habitude, mais tu as entendu Elorias, essaie de ne pas te faire mordre. » Le Félidaë était déjà quelque peu fatigué par la journée de marche et son exploration, mais il lui restait visiblement quelques forces et un peu d’humour à partager avec sa partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 46
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: Fôret de cendres et de cauchemars.....   Mer 17 Jan 2018 - 12:51

Commanderie de l'ordre Draconnique, à des années de là, Scriptarium de la bibliothèque de l'ordre

A l'heure où l'âge mine mes forces de guerrier, je dois continuer à rédiger les mémoires des chevaliers des temps anciens ! Vous connaissez déjà, mes chers disciples ! Le récit des origines de l'ordre, des pertes qui furent les siennes durant son sacerdoce inébranlable. Mais il est une histoire que vous ne connaissez pas encore dans son entier : la quête de guérison de la Maîtresse-Chevalier Griffe-Lune ! Je ne vous ai rien caché, ni en mal ni en bien, du voyage vers l'autre bout de l'océan aux rencontres hasardeuses sur notre route ! Que ce fut mon mal de mer ou l'attaque des pirates, l'embuscade des conjurateurs ou la rébellion qui couvait chez les compagnons de notre félidae souffrante. Et si le reste du chemin se fit dans le calme, certains d'entre nous remuant dans leur âme les peines et soucis laissées à leur camarades, d'autres tentant de prolonger des rapprochements sentimentaux un peu plus intenses que de raison !

Et puis nous avons bien fini par atteindre l'orée de la forêt de cendres. Le nom n'est pas usurpé, loin s'en faut ! Pour un Canidae, la forêt c'est plus que de la verdure et du bois ! C'est notre Mère, notre Père, notre Maison, notre Monde ! Mais cette forêt, là ! Nul sentiment de ce type ne s'en échappait. La meute qui nous accompagnait jusqu'ici, nous fit savoir qu'elle ne traverserait pas avec nous, elle contournerait l'obstacle mais n'interviendrait que contrainte et forcée si nos vies étaient face à un péril trop grand pour nos pauvres forces de sulis. Ce que m'inspirait cette forêt maudite, c'était de l'agressivité, de la désapprobation et du défi : elle nous défiait d'oser passer l'orée de ses arbres morts et tordus, noirs de toutes les horreurs que la forêt nous réservait. Hélas ! Il ne nous était pas loisible de surseoir à cette épreuve de force, nous devions entrer pour trouver celui qui sortirait Griffe-lune de sa torpeur douloureuse et mortelle.

Dès que nous sommes entrés, mes compagnons Canidae et moi, avons sentit une chape de menace muette sur nos épaules, renforcée par la soudaine solitude que nous éprouvions sans la présence de la meute. Notre progression fut morose et relativement silencieuse. D'un geste je donnait instruction à ma garde  de se tenir aux aguets, précaution bien inutile car ce sont des soldats d'exception et qu'ils étaient déjà en formation de protection. Puis est arrivé le soir ! Les tentes furent montées et les tours de garde désignés. Un maigre repas précéda un repos plus ou moins troublé. C'est au matin que nous fûmes tous surpris : le paysage qui nous entourait était complètement différent de celui de la veille, j'envoyais mes gardes mener une enquête pendant que je contactait les mages de l'ordre par miroir interposés. Je demandais que les mages se penchent sur cette région et son histoire et qu'ils se renseignent sur la magie qui serait possible d'être utilisée pour agir de la sorte. Je les laissais travailler pour rejoindre ma garde personnelle.

Ils me montrèrent les éléments qui les avaient intrigués : ainsi, il semblait que la végétation se composait de plantes vénéneuse et d'arbres"morts, que la terre semblait avoir été enrichit par un substrat assez particulier et ce depuis des lustres ! De même pour "Fatale " et "Le cyclope", les plantes venimeuses devaient avoir puisées dans des toxines particulièrement nocives ! Ici se tramait je ne savais quelles horribles expériences et depuis longtemps ! Je ramassais divers restes et bout de terre et de plantes pour les envoyer aux mages de l'ordre ! En leur parlant de la transportation magique de la nuit et de la différence de cet endroit avec ce que nous avions pu en remarquer précédemment dans le reste de la forêt !

Les érudits de l'ordre avaient toute la matinée pour faire leurs recherches, nous nous nous posions beaucoup de questions ! Quand l'heure du midi fut venue nous fîmes encore halte, cette forêt nous déprimait insidieusement ! Les informations étaient plutôt morbides et désagréables : pour résumer ici des forces du bien et du mal s'étaient affrontée. Devinez qui avait gagné ? Les divers signes trouvés et étudiés suite à nos trouvailles laissaient présager que la forêt était certainement la responsable de notre déplacement ! On me déconseillât de rester ici et de fuir au plus vite car cette forêt ne nous voulait que du mal !

Je passais commande de divers objets préparés pour un usage bien précis ! Puis les conviais à être prêt dès le campement du soir ! Il arriva bien vite ! Trop vite sans doute ! Nous montâmes un feu et commencèrent à préparer le repas ! Le Capitaine Valdriana vint me voir pour m'offrir un bout de pain, faisant remarquer que j'apprécierais sûrement mieux un bon sanglier :

" Oh oui ! Surtout après une bonne chasse à courre ! "

J'avais eu peur que la forte volonté de la femme pirate m'en ai fait une ennemie, même si mes remontrances étaient justes et justifiées ! Je pris donc ce morceau de pain pour un signe de réconciliation. Puis elle redevint sérieuse et m'apprit qu'elle avait trouvée des marques étranges ! J'envoyais "Fatale" aller voir.

" Nous avons fait des recoupements, mais j'attends confirmation, mais il est sûr que cette forêt est dangereuse : trop de plantes vénéneuses ! Ce n'est pas normal ni anodin ! Soyez attentive ! J'ai préparer des défenses mais il faut attendre un moment ! "

Elle retourna monter les tentes des autres voyageurs ! Et moi je rentrais dans ma tente ! Là je demandais a voir les mages qui avaient finis leur travail ! Des flèches bénies, des fioles d'eau bénite, des décorations religieux assez pour toute notre équipe avec une majorité pour ma déesse mais d'autres se rapportant a d'autres divinités du bien. Les symboles étaient enchantés d'un sort de renvoi des morts qui se déclenchait par contact de la main et la prière "protèges tes enfants !", toute créature dédiée à la nécromantie, de près ou de loin, se réduirait en cendres si elle posait la main sur le dévot du moment ! Des fioles remplies d'eau bénites qui seraient autant de grenades anti-nécromants ! Des sacs de sels béni car le sel sert de barrière contre les forces du mal ! Un peu d'acide aussi pour faire bonne figure pour brûler des plantes carnivores ou dissoudre quelques squelettes animés ! J'espèrais être prêt ! La grande attente commença !


Au cœur de la nuit un cri ! "Des" cris ! Le sol s'ouvrait pour laisser sortir des cadavres desséchés a divers stade de décomposition et de momification ! Mais pas que ça ! Il s'y mêlait des vers géants, carnivores pouvions nous supposer ! Je sortis de ma tente et rassemblait les troupes !

" Venez ici ! J'ai des symboles religieux préparés pour ça essentiellement ma déesse Phélemée, mais vous trouverez, aussi d'autre symbole d'autres divinités du bien ! Ces fioles sont remplies d'eau bénite ! Ces flèches ont été bénies et enchantées avec un sort de feu sacré, la cible nécromantique s'enflâmme comme un morceau d'étoupe et deviens cendres ! En cas de cadavres trop pressant serrez votre symbole en main et dies la prière suivante : "Protèges tes enfants ! Accompagnée du nom de votre divinité c'est encore plus efficace ! Là de l'acide, c'était pour les os mais des vers en auront tout autant la primeur ! "

Je fis des signes pour ma garde ! Ils se mirent en position en cercle autour de moi et commencèrent à jeter des bombes à eau bénite sur les morts-vivants. avec succès ! Pour les vers ce serait différent l'acide était dangereux à manipuler, mais assez efficace, magie ou pas ! Les flèches aussi c'était bien ! Bon je pris mon épée en main et lançait !

" On coupe bras tête et jambes des cadavres vivants ! On dissous et réduit les vers en poussière avec l'eau bénite, les flèches ou le sel sacré ! Les fioles de terre cuite ! Ici ! Tenez bon ! Pour l'honneur de l'ordre ! "

Revêtu de mon armure et de ma tenue de chevalier-commandeur ! Je découpait bras et têtes assisté par un double-lame hilare ! Jamais je n'oublierais cette nuit d'horreur ! J'avais peur alors ! Qui n'aurait pas eu peur aurait été un menteur ou un fou ! Mais je faisais mon possible pour ne pas le montrer !

Je suis fatigué, je vais me reposer, demain je vous écrirais la suite ! Que votre cœur reste pur !





"Je suis un suli de paix mais gare à mon courroux !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: Fôret de cendres et de cauchemars.....   Ven 19 Jan 2018 - 16:52


Dans cette forêt de désolation et de morts, chacun affrontait la situation comme il pouvait. Sous les indications de Cassiopée, Elorias était allé voir le symbole dont elle lui avait fait mention. A moitié effacé par les affres du temps, le vieux bélinois ne pouvait pas en tirer la signification exacte. Mais il avait pu tirer certaines intentions de ce symbole. Il était en partie constitué de significations de protection, d'élément sacré... Le conjurateur resta quelques instants perplexe face à cette trouvaille. Était-il face à une sorte de totem runique ? De charme ? Il ne pourrait en savoir plus, mais en tout cas, il était sur ses gardes. Quoique ce symbole ait pu être il avait pour vocation la protection. Même s'il ne savait pas contre quoi, lorsqu'on se protégeait, c'était qu'il y avait un danger. Et à présent Elorias savait qu'il était relativement imminent.

Lylim avait observé cette forêt songeuse, un peu nostalgique. Quelque chose ici lui rappelait certains endroits de son propre monde... Néanmoins elle avait vite déchanté. Qu'est-ce que c'était que ces corps ildiriens ?! Cela avait un véritable dont pour se raccrocher et s'égratigner à la moindre occasion ! Et encore, elle avait le cuir plutôt dur comparé à un humain de base. Toutefois, les interventions de Zakaerii avait rendu ces menus désagréments assez rentables en cajoleries. Si le déplacement l'avait un peu troublé, ce fut bref. Déjà parce qu'elle restait en alerte, et aussi parce qu'une certaine rousse venait lui rappeler qu'il y avait certaine distraction à offrir et à s'offrir une fois le calme revenu. Il ne lui en fallait pas plus pour garder espoir. Il y en avait d'ailleurs un qui voyait les siens croître sans cesse. Loth était extrêmement attentif, mais pas pour les mêmes raisons que les autres. Car si certains voulaient se protéger d'un potentiel danger, lui chercher clairement à l'embrasser ! Il voulait de l'action, il voulait de l'adrénaline. Il espérait sincèrement trouver de quoi se défouler, n'importe quel prétexte pour laisser sa sauvagerie sanguinaire enfin s'exprimer. Il ne se doutait pas ô combien ses prières allaient être exaucées.

Lorsque l'attaque surprise eu lieu, chacun resserra les rangs. Si le groupe d'aventuriers fut surpris par la découverte de l'ennemi, il le fut beaucoup moins par l'attaque. Déjà parce que personne n'avait été inspiré de confiance par cette forêt. D'autres avaient trouvé des indices qui ne laissaient pas vraiment de doute à ce sujet. Et enfin un certain Commandant avait franchement entrepris des recherches plus poussées. Grand bien lui avait pris, car les précieuses informations qu'il avait pu en tirer lui avait permis de préparer une défense, et même une contre-attaque ! Il ordonna d'ailleurs à tous de se mettre en position pour tenir ce qui s'annonçait comme un véritable siège. Distribution d'équipement rapide, la réaction tenait dans une organisation réactive et adaptée. Mais cela n'empêcha pas certains de se lancer quelques boutades, pour se donner du courage dirons-nous. Ainsi, lorsque l'Once rappela à sa succube de suivre les recommandations de son maître et de ne pas se laisser mordre, celle-ci répliqua du tac au tac.

Tsah ! Si je dois me faire mordre, ça sera par toi sinon rien !

Sourire malicieux en coin, elle observa d'un oeil dubitative les échanges de fiole et autres dérivés de "bondieuserie". Non pas qu'elle doutait de leur efficacité, mais elle avait du mal avec ce genre d'objet. Bien qu'elle même n'y était pas sensible, elle ne pu s'empêcher de se demander si Loth ou Shotra allait avoir droit à un tire allié. La tentation de décocher une flèche bénie dans le séant de Loth avait tout d'une vision divine, mais hélas la situation ne se prêtait pas. Et pour cause, comme provoqué par l'armada distribuée par Loth, les zombie se mirent à sortirent encore et encore. Shotra poussa un grondement sourd qui résonna dans la forêt entière, dépassant la clairière. Il sentait la rage lui monter au nez. Si seulement il pouvait libérer sa force sans se trahir, il aurait annihiler sans effort cette piétaille ! Sa frustration était palpable. Il savait que cet endroit était louche, qu'une forêt n'était pas subitement très dense et fournie, pour ensuite laisser place à une clairière.

Dans quel pétrin venaient-ils de se fourrer ? D'un mouvement rapidement, il engloba littéralement Fleya dans son corps d'ombre, prêt à servir de couche de protection aussi impénétrable qu'offensive. Son regard vaporeux fixait d'un air méprisant les zombies et les vers. De la vermine de bas étage à ses yeux. Ce qu'il n'aimait pas chez les zombis, c'étaient qu'ils étaient dépourvus de peur. Le fait d'être déjà mort y était sûrement pour beaucoup. En revanche, ils étaient très loin d'être futés, pour ne pas dire assez stupides. Ils étaient mus par la volonté de la magie nécromantique, qui n'avait pas la puissance pour ranimer l'intelligence d'un trépassé. Au mieux, on pouvait en tirer des guerriers trépassés, quand le propriétaire du sort avait assez de puissance. Mais il n'en avait vu aucun. Pour l'heure, le plus gros problème restait le nombre.... En fin de compte, il n'y en avait qu'un de ravie, c'était Loth, qui s'en donnait à cœur joie. Il faisait voler des bouts de macchabée dans tous les sens, piétinant avec vigueur les vers, arrachant un tibia pour s'en servir comme massue, bref. En terme d'attaquant, il se montrait particulièrement débrouillard et productif. La succube s'attachait quant à elle à découper tout ce qui dépassait, ou plutôt pénétrait le périmètre de sécurité.

Elorias usait des fioles d'eau bénites pour tracer un cercle de protection au sol, qui était du plus bel effet sur les morts-vivants. En effet, à leur contact une réaction instantanée s'opérait, comme si les trépassés étaient rentrés en contact avec un mélange d'acide qui les enflammait. Le vieux bélinois était assez content de ses actes qui permettrait de protégeait ses compagnons un moment. Mais pour combien de temps ? Car entre les crachats gluant des vers affamés et les assauts soutenus et incessants des zombies, il y avait de quoi se fatiguer. Les équipements de Khaalâm faisait un véritable carnage, mais aux yeux de Shotra, cela ne suffirait pas. Autant il ne se faisait pas de soucis pour ceux qui venaient de l'Outre-Monde, les sujets de Sipriar était très endurants lorsqu'il s'agissait de se battre. Mais les ildiriens mêmes guerriers n'allaient pas tenir des heures de la sorte, surtout à ce rythme effréné. Shotra avait un avantage sur les autres. Comme il ne combattait pas il pouvait observer. Et comme il avait la connaissance martiale, il savait quoi chercher. Il commença à s'adresser au Commandant, étendant son corps d'ombre jusqu'à lui. Il souffla dans sa nuque.


Décapitez-les.... La tête suffit... à les neutraliser.... Les vers.... N'ont pas chitine.... Le sel rongera leur corps.... Comme de l'acide.

Aujourd'hui encore, certains se demandent à quoi avait pensé l'homme qui avait essayé de saler une limace, pour découvrir les effets dévastateurs de ce condiment sur les gastéropodes. Mais dans tous les cas, la vérité qu'il avait pu observer sur les malheureuses bestioles avait pu être étendue aux assimilés vers dépourvus de protection externe. Shotra observait la scène. Le fait d'être avec des aventuriers entraînés aux armes était on ne pouvait plus salvateur. Ils avaient les moyens de s'en sortir.... Jusqu'à ce que quelques squelettes complètement dépourvus de chair émergèrent du sol. L'ombre abyssal les avait tout de suite remarqué, plus organisé, beaucoup plus agressif et surtout équipé.... Dont l'un d'un bouclier, qui courait littéralement sur l'amas de cadavres renvoyés dans les limbes, protégé derrière sa protection !

Attention !

Trop tard, la percée avait été accomplie, et si personne n'était mort du côté de leur groupe, cela risquait de ne plus trop tarder. Le guerrier squelette était à présent dans le cercle de héros. Ce qui était certainement le dernier endroit o il aurait voulu être, à la merci de tous. Mais son objectif était de faire une brèche pour laisser les autres passer. Shotra poussa un grognement, et commença sans attendre à user de ses ombres pour attraper et éjecter au loin les zombies à porter. La situation se compliquait sérieusement, et il n'avait plus qu'à espérer que les autres parviendrait à s'en sortir, et que les divinités invoqués auraient bel et bien pitié de leurs enfants. Entre deux expulsions d'indésirables, Shotra essaya de prévenir les autres.

Les guerriers squelettes ! A tuer ! En priorité !

Pour lui c'était évident, mais tout le monde n'était pas versé dans le domaines des arts interdits. Mais qui ferait attention à ses conseils dans la panique et le chaos ambiant ?



Pour résumer:
 


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 28
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: Fôret de cendres et de cauchemars.....   Sam 20 Jan 2018 - 12:27

" Venez ici ! J'ai des symboles religieux préparés pour ça essentiellement ma déesse Phélemée, mais vous trouverez, aussi d'autre symbole d'autres divinités du bien ! Ces fioles sont remplies d'eau bénite ! Ces flèches ont été bénies et enchantées avec un sort de feu sacré, la cible nécromantique s'enflâmme comme un morceau d'étoupe et deviens cendres ! En cas de cadavres trop pressant serrez votre symbole en main et dies la prière suivante : "Protèges tes enfants ! Accompagnée du nom de votre divinité c'est encore plus efficace ! Là de l'acide, c'était pour les os mais des vers en auront tout autant la primeur ! "

Cette fois, je ne voulais pas désobéir. La mer, c'était mon domaine, mais combattre des morts vivants et des vers géants, non. J'écoutais attentivement les ordres du Commandant, essayant de garder mon sang-froid, même si cette situation extrêmement dangereuse me glaçait le sang. Bordel de merde! J'avais combattu un dragon, des lyres, des démons...je commençais à me demander sérieusement si je ne devais pas faire carrière en chasseuse de créature magique. Quoi qui en soit, je pris sans hésité des fioles d'eau bénite, l'acide et le sel, tout en retenant tant bien que mal la formule magique.


Dû au froid, je m'étais revêtue de ma cape de l'Ordre, autre protection qui allait pouvoir me servir si un zombie  foncerait sur moi pour me manger. Prenant une profonde respiration, je pris position à côté d'une des protectrices du Commandant, tout en me disant que celui-ci c'était préparé comme un maitre à cette attaque. Je n'en aurais pas fait autant, par manque d'expérience. À vrai dire, il venait de gagner mon respect, mais ce siège nocturne et hostile était encore loin de la victoire. L'épée levée, mon autre main était prête à lancer des bombes d'eau bénites sur les morts qui s'approchaient en grognant stupidement. Dès que le Commandant s'écria ses derniers ordres, je me laissais imprégner par l'appel de la guerre et oubliant la terreur de ces apparitions nécromanciennes et vers intestinales, je lançais l'eau bénite sur des zombies et ils s'enflammèrent.


-J'adore ça! Soufflais-je d'un rire machiavélique puis sans plus attendre je m'élançais dans le combat pour contribuer à pourfendre ses imbéciles de zombies dégueux et répugnants.   POUR L'HONNEUR DE L'ORDRE! m'écriais-je coupant une tête qui fut facile à faire tomber puis une jambe en lambeau. J'évitais un coup -assez lent et pathétique de la part de deux autres maccabées- et me penchant, je vins fendre leur ventre, des intestins chutèrent et me donnèrent la nausée. Beurk...bien sûr, vu qu'ils étaient morts, mon attaque n'eut guère d'effet et l'un s'élança sur moi. Je me relevais vivement et le retenant d'un bras afin d'éviter qu'il me morde, j'eus le réflexe de serrer le symbole en disant:


- Uria, protèges tes enfants !!!
-Arghhhhh! Hurla le mort en revolant à distance de moi, j'en profitais pour lui lancer de l'eau bénite, ce qui l'enflamma jusqu'à ce qu'il devienne cendre.

-Ououou..ça marche! Hahaha! Ah non, toi, va te faire foutre! M'écriais-je vers le second zombie dont je vins pourfendre le bras puis la tête. Ainsi continua ma lutte et celle de mes frères d'armes...décapiter des têtes et jeter du sel autant sur les morts vivants que sur les vers. Je n'utilisais pas l'acide, car  je ne voulais pas  me blesser pas inadvertance. C'est alors que des squelettes sortirent du sol, armurés et équipés d'armes.


Écarquillant les yeux, je reculais pour rejoindre mes confrères afin d'aider à maintenir les défenses, mais voilà, à mon grand effarement, l'un des squelettes réussit à les percer. Attaque suicidaire, mais pas dépourvu d'un but ultime, celui de laisser entrer les troupes dans notre cercle et nous achevé. La combat reprit plus d'ardeur, tandis que Shotra ordonna de son ton sourd:


-Les guerriers squelettes ! A tuer ! En priorité !


Sans attendre, j'obéis et je me lançais sur le squelette qui vint bloquer mon attaque de son bouclier, ainsi que mes autres tentatives à vouloir le trucider, jusqu'à temps que je sente mon énergie faiblir...se battre contre des Humains pouvait devenir épuisant quand le siège s'éternisait, alors imaginer en cet instant...je commençais à être à bout et ce squelette le savait. C'est alors qu'il réussit  à éviter une de mes attaques d'un mouvement de côté et il vint me fendre le flanc. D'un grognement de douleur, je pâlis et je tombais à genoux, l'épée devant moi...je baissais alors la tête, feignant la faiblesse, le squelette leva son arme pour me trancher la tête, laissant une ouverture...oubliant ma blessure, qui était relativement grave, je me lançais sur lui et le fit chuter au sol. Il poussa un râle de colère qui se fit interrompre d'un coup de poing de ma part. Ma crinière rousse en bataille, je recommençais inlassablement, la rage au cœur, les jointures en sang, en rugissant:

-Meurt sale tas d'os de merde!

La mâchoire se fendit puis essoufflée, je me levais avant qu'il ne le fasse et je lui coupais la tête. Le coup fut fatal, il cessa de bouger. Ma respiration se fit court, je commençais à voir flou, j'avais perdu beaucoup de sang. Oubliant le combat, je mis un genoux à terre et je m'appuyais sur mon épée, la lame au sol. Baissant la tête une seconde fois, je fermais les yeux, mes oreilles étaient engourdis, les cris se firent lointain, comme un écho...tous mes membres étaient lourds et froids; je me doutais que la blessure à ma côte n'en était pas seulement la cause...du poison, probablement...déjà, mes lèvres étaient pâles, presque bleus...je me souvins alors de mon agonie durant la tempête et de l'apparition d'Uria, ma déesse. Mon esprit vaporeux se souvint alors de sa parole:

- Certes, tu es humaine, mais tu es forte. Je sais que tu seras apte à accomplir ma volonté et tu ne seras pas seule dans cette guerre. Je t’aiderais, ainsi que de nombreux alliés et amis.

Mes yeux se remplirent d'eau et avant de m'écrouler, je levais mon regard turquoise vers le ciel, là où provenait la pluie qui remplissait les mers...d'une voix cassée, je priais avec ferveur et supplication:

-Uria...j'ai besoin de toi...mes alliés ont besoin de toi...


J'espérais qu'elle m'entende et qu'elle tienne promesse. Je savais qu'aucun ange viendrait nous sauver, les Dieux étaient notre seule chance. Sur cette dernière supplication, je tombais au sol et je perdis conscience. Je me sentais comme quitter de mon corps...dans cette étrange inconscience, proche de la mort, une pluie fine tomba sur ma peau froide...une pluie lourde de sel...


La mer est mon unique patrie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 26
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: Fôret de cendres et de cauchemars.....   Dim 21 Jan 2018 - 13:14

« J’espère bien. » Après tout, s’il devait choisir entre la laisser se faire mordre par des zombies, ou par lui, la question ne se posait pas le moins du monde. Cependant, l’heure n’était pas vraiment aux plaisanteries diverses, car la situation restait assez grave avec le flot de créatures mortes-vivantes et les vers nécrophages qui se joignaient au combat. Le nombre de la compagnie était relativement restreint alors que leurs assaillants étaient relativement… innombrables. Loin de s’inquiéter outre-mesure – on n’avait jamais vu Zakaerii reculer devant un combat et il n’allait pas commencer aujourd’hui – le Suli se concentra davantage sur ses adversaires peu communs, cherchant une faille, s’il devait y en avoir une. Néanmoins, malgré leur apparente faiblesse, il fallait croire que ces créatures sorties de terre n’avaient pas plus de faiblesses que les combattants qu’ils étaient autrefois. Peut-être était-il possible de rompre le sort qui les maintenait en vie, mais ce n’était en aucun cas dans son domaine d’expertise. Aussi, il ne chercha pas vraiment à tergiverser longtemps : il se contenterait de mettre en pièces tout ce qui se présenterait un peu trop près de lui, ou de Lylim. Le Félidaë attrapa l’une ou l’autre fiole d’eau bénite fournie gracieusement par le Commandant, peu convaincu d’en avoir réellement besoin, mais il aurait été idiot de s’en priver. Pour les symboles, il avait suffisamment foi en son propre dieu pour ne pas avoir besoin d’un symbole particulier. Après tout, Revoran n’était pas connu pour sa douceur face à ses ennemis et Zakaerii, en bon Dévot, ne doutait pas de Ses pouvoirs et de sa Foi pour venir à bout de ces zombies, aussi nombreux qu’ils soient. Il restait le problème des vers anthropophages… Car même si ces derniers faisaient quelques dommages dans les rangs morts-vivants, ils ne manquaient pas de montrer un intérêt certain pour les membres du groupe, probablement plus appétissants que les carcasses sur pattes.

Sans chercher à temporiser davantage, conscient qu’ils ne gagneraient pas en se retenant, le Suli fit le vide en lui, comme à son habitude lors de ses méditations, et en appela directement à son Dieu. Lorsqu’il rouvrit les yeux, quelques instants plus tard, son pelage blanc s’était couvert d’une aura rougeâtre et la même lueur brûlait désormais dans ses yeux. Déjà rapide en temps normal, Zakaerii semblait se déplacer si vite, qu’il ne pouvait pas, ne pas y avoir une once de magie sous ses performances surhumaines. Sans se soucier outre mesure du groupe d’aventuriers – sauf en ce qui concernait Lylim – le Suli passait de zombie en zombie, ouvrant leur garde et essayant de les décapiter aussi rapidement que possible, en quelques coups de poings. La force supérieure offerte par sa divinité lui permettant de venir rapidement à bout de cette piétaille. Il profitait également de sa vitesse pour se mouvoir dans les rangs ennemis, essayant de réduire le nombre de leurs assaillants avant qu’ils n’arrivent au contact de la petite troupe. Bien entendu, à ce niveau c’était presque comme essayer de faire baisser le niveau de la mer en piochant dedans avec un seau, mais, malheureusement, il n’y avait pas forcément de meilleure solution à proposer pour le moment. Aussi se concentrait-il à faire ce pourquoi il était bon, pour le moment. Les vers posaient quelques soucis, mais, visiblement leurs autres compagnons savaient plus ou moins les repousser pour les moments. Cela suffirait-il ? Le Suli aurait l’occasion de leur venir en aide si cela devait s’avérer nécessaire. Dans tous les cas, les objets distribués semblaient faire de petits miracles, ou, au moins, leur faisait gagner un peu de temps, ce qui n’était pas plus mal. Car le cercle formé par le petit groupe ne tenait pas à grand-chose.

Et ce pas grand-chose ne tarda pas à venir mettre son grain de sel dans la formation. Des guerriers squelettes, dans un état de décomposition plus avancés que leurs collègues, s’engouffrèrent dans la bataille et l’un d’eux chargea le groupe, s’offrant le luxe de briser la formation. Et leurs ennemis ne manquèrent pas de profiter de l’occasion pour se ruer dans la brèche. Zakaerii rejoignit le groupe en moins de temps qu’il n’en fallut pour le dire, se retrouvant à nouveau aux côtés de Lylim. La voix de Shotra résonna dans ses oreilles leur intimant de se focaliser sur les guerriers squelettes. Il en repéra quelques-uns relativement proches. « Lylim, tu vois les squelettes un peu plus loin ? Je te libère le passage et tu t’occupes d’eux. » Il ne lui laissait pas vraiment le temps de discuter du pourquoi ou du comment, mais ils n’avaient pas spécialement le temps de tergiverser, qui plus était, le Suli était clairement tout indiqué pour s’occuper des nombreux adversaires relativement faibles et laisser la Succube s’occuper des adversaires plus coriaces. Sans plus de mots, il laissa une de ses pattes glisser sur le dos de Lylim et dans un sourire complice se lança sans plus attendre lui dégager le chemin vers leurs premières cibles. Sans chercher à faire dans la finesse, Zakaerii tenta de s’occuper au maximum des zombies pour faciliter la progression de la jeune femme, juste derrière lui, afin qu’elle puisse se charger des guerriers squelettes avant qu’ils n’atteignent le groupe, déjà mal en point. Il fallait leur offrir un peu de temps afin qu’ils retrouvent un semblant de formation, même si cela impliquait de se retrouver au cœur de la mêlée. Ce n’était pas quelque chose dont avait peur le Suli, du moins, pas pour le moment. Il restait à voir comment le reste du groupe allait s’en sortir, pour l’instant, il ne pouvait que se reposer sur leurs propres capacités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Fôret de cendres et de cauchemars.....   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fôret de cendres et de cauchemars.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [résolu] Dispersion des cendres !
» cauchemars ou angoisse nocturne?
» bague de diamants faite à partir des cendres d'animaux
» petition contre l' entrée des cendres du general aux Invalides
» soutenir le transfert des cendres du général BIGEARD aux Invalides

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­­­­Paria :: Forêt des cendres-