­
 

Partagez | 
 

 The Sea, the Succubus and the Suli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 26 Jan 2018 - 18:05

La réaction de Zakaerii était largement suffisante pour satisfaire la vilaine demoiselle, qui avait à peine réussi à retenir un fou rire. Elle avait réussi à le perturber malgré sa nudité voilée. C'était tout ce qu'elle voulait, et elle ne manqua pas d'afficher son air satisfait, non sans administrer au passage, une autre caresse à ce "pauvre" félin. Un peu plus vêtue pour affronter les regards plus prudes du monde extérieur, elle observa un peu surprise le suli qui venait de la traiter de menteuse. Mais ce n'était que pour mieux rire davantage lorsqu'il affirma qu'ici ou ailleurs, elle était tout à fait capable de faire lâcher son cœur si elle le désirait. Elle secoua la tête, attrapant son bras, avant de lui concéder.

Mmmh c'est vrai, mais ça serait plus rapide si je suis à l'abri des regards....

Les choses étant dites, les deux s'étaient retrouvés dehors et Zakaerii proposait d'aller à la crique en premier lieu. Lylim acquiesçait, tout sourire, visiblement enjoué de pouvoir profiter d'un moment de quiétude et de tranquillité avec son gros matou. Et surtout, un moment d'intimité. Elle était prête à faire route gaiment aux côtés du léopard des neiges, mais celui-ci avait apparemment d'autres projets pour elle. Elle se retrouva hissée sur ses épaules, ce qui n'était franchement pas pour lui déplaire. Prendre de la hauteur lui était visiblement très agréable. Elle s'installa donc confortablement, et lui répondit enjouée.

C'est partie Capitaine ! Je te laisse fendre les eaux, je guette l'horizon ! En avant toute !

Dire que cela lui plaisait, c'était un euphémisme. Elle était très fière de sa position, contente de surplomber la foule, et en plus d'avoir une vue particulièrement agréable, voire même inédite. Et puis.... C'était une place qu'elle affectionnait particulièrement. Car cela lui rappelait un très bon souvenir, une certaine nuit de pluie.... Une soirée qui avait été riche en émotions. Alors que ce duo improbable était dévisagé par quelques passants, et que Lylim ignorait royalement, elle se mit à caresser discrètement la nuque du félin, et lui dit doucement.

C'est aussi agréable de jour que de nuit.... Quoique je préfère lorsqu'on a l'impression que l'on est seul au monde, et qu'il nous appartient.

Il fallait dire que cette soirée serait difficile à égaler car.... Elle avait quelque chose de spéciale. Un souvenir différent des autres... Plus doux, plus agréable.... Mais elle aurait tout le temps de savourer le passé lorsque le présent lui semblera terne. Et actuellement, il lui était tout à fait plaisant. Elle avait eu une matinée emplie d'une vengeance rondement menée. Un déjeuner en tenue légère et en charmante compagnie. Et la voilà à présent en vadrouille. Si plusieurs passants pestèrent contre le duo qui suscitait l'envie chez les enfants ou chez des amantes subitement inspirées, ils se retrouvèrent finalement seuls, pour le plus grand plaisir de Lylim ! La crique s'offrit à eux au bout d'une petite heure de marche. L'aubergiste ne leur avait pas menti, car l'endroit était magnifique. Mais l'eau aux alentours était emplie de grosses roches qui empêchaient les bateaux de pouvoir s'approcher. Seules des petites barques pouvaient oser pénétrer en ces eaux peu profondes. Mais comme l'avait précisé l'aubergiste, l'endroit était désert. La succube apprécia le paysage.

C'est sympa comme coin, mais interdiction de me jeter à l'eau cette fois ! Je n'aurais pas assez de vêtements de rechange, et je ne te sens pas encore assez téméraire pour m'effeuiller de ton plein gré !

L'occasion de le taquiner était trop belle pour être ratée. Le vent était présent, en bourrasque légère, juste ce qu'il fallait pour faire voleter cheveux et vêtements. Le temps était clément, et mis à part quelques goélands et le bruit de l'océan, l'endroit était calme. Sourire malicieux aux lèvres, personnes pour les regarder, la succube commença les hostilités en essayant de chatouiller par surprise son félin. Parfois l'élément de surprise offrait de meilleurs résultats. Et ce qu risque de tomber, mais qu'importe. Elle en profita même pour l'interroger.

Et donc mon gros chat, on continue de se balader ou tu vas nous faire des château de sable ? A moins que tu ne préfères me faire une démonstration de pêche ? Quoique je doute qu'il y ait des moules dans le coin....

Il n'y avait visiblement pas d'heure ni de lieu pour être infernale ! Mais il n'était pas dit que le félin allait se laisser faire non plus....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Dim 28 Jan 2018 - 12:52

« Comme si les regards des autres t’empêchent de faire ce que bon te semble… » Zakaerii lui adressa un petit sourire complice, conscient, qu’effectivement, elle serait potentiellement bien plus à l’aise pour le mettre, lui, mal à l’aise, s’il n’y avait personne pour entraver ses élans, mais la Succube n’était pas généralement du genre à s’embêter des regards, à moins qu’elle ne lui fasse un traitement de faveur en évitant de lui réserver un mauvais sort en public ? Si c’était le cas, il fallait bien admettre qu’il lui en était redevable, parce que, après tout, lui qui n’était pas forcément complètement à son aise en présence de Lylim – lorsqu’elle essayait de le titiller un peu, car autrement, comme lorsqu’ils partageaient leurs nuits ensemble, il se sentait particulièrement bien – perdrait probablement totalement ses moyens si, en plus, il devait y voir un quelconque public. Cependant, cela ne l’empêchait pas particulièrement de prendre quelques libertés bonnes enfant, même si, effectivement, elles pouvaient rappeler quelques souvenirs assez frais datant d’une nuit précédente où les émotions avaient été… nombreuses. La démone ne s’était pas privée de mettre son plan à exécution pour torturer un pauvre gamin – qui finalement s’était avéré son complice – pour obtenir ce qu’elle voulait du Suli. Les choses s’étaient ensuite… plus ou moins déroulées de façon imprévue, mais cela ne voulait pas dire qu’elles s’étaient mal passées. « Je compte sur tes yeux, là-haut, moussaillon ! » Zakaerii se fendit d’un nouveau sourire, se concentrant davantage sur le trajet que sur les souvenirs que pouvaient lui évoquer une telle situation et commença à fendre la foule pour traverser la ville en direction, supposée, de la fameuse crique indiquée par l’aubergiste. Heureusement, les passants, devant la hauteur du duo et probablement surtout devant la carrure du Félidaë, s’ingéniaient à laisser le passage libre ce qui évitait les mouvements qui pouvaient désarçonner sa passagère.

Elle lui fit remarquer qu’elle trouvait cela aussi agréable de jour que de nuit, même si elle avait une préférence pour cette dernière, avec la solitude qu’elle apportait au milieu de toutes ces rues. Mais visiblement, elle aussi se souvenait de cette même nuit. Zakaerii ne fit pas trop attention à la manière qu’elle avait de lui caresser doucement l’arrière de la nuque et se contenta de lui répondre. « Tu as définitivement l’âme poète, souffrirais-tu d’un peu de mélancolie ? » Il esquissa un tendre sourire et se contenta de rajouter. « Les balades nocturnes sont toujours plaisantes en bonne compagnie. » Il n’y avait pas besoin d’en dire plus, le reste de leurs souvenirs en disaient long pour eux-mêmes sans qu’ils n’aient besoin de les raviver, ou du moins le semblait-il. Après tout, cette fameuse nuit restait celle où il avait embrassé la Succube pour la première fois en lui avouant des choses qu’il n’aurait jamais cru pouvoir dire. Après quelques tours et peut-être détours, ils traversèrent finalement la ville et la quittèrent le long de la mer pour finir par arpenter un petit chemin dérobé qui les conduisit directement jusqu’à la fameuse crique indiquée par l’aubergiste. Avec le soleil de leur côté, il fallait dire que cette ballade était particulièrement agréable. L’endroit semblait particulièrement désert en ce début d’après-midi, probablement parce que la plupart des locaux étaient occupés en ville. Ces derniers viendraient peut-être profiter de l’endroit une fois leurs obligations en ville finies. Visiblement l’entrée de la crique était bloquée par des récifs dont on pouvait apercevoir certaines pointes, rendant l’endroit inaccessible par bateau, justifiant encore une fois que peu de personnes connaissaient son emplacement. Le Suli se mit à penser que c’était surement un coin idéal pour de jeunes amants et que ceux-ci devaient souvent se rencontrer ici à la nuit tombée. Avec la Succube sur les épaules, il se sentit légèrement idiot de l’avoir emmenée ici, se rendant compte de ce qu’allaient peut-être imaginer d’éventuels passants. Mais était-ce un mal ? Et puis était-ce simplement faux ? Il préféra ne pas y penser davantage.

« Promis, plus d’eau pour aujourd’hui. » Il continua de marcher vers le centre de la crique avant qu’elle ne se mette à tenter de le chatouiller insidieusement. Peu enclin aux chatouilles, il ne serait cependant pas dit qu’il se laisserait faire. Il se pencha légèrement en arrière, suffisamment pour désarçonner la jeune femme mais sans la laisser tomber, ne la retenant que d’une jambe, s’arrangeant ainsi pour qu’elle pendouille dans son dos. « Je vois qu’on attaque en traitre maintenant… Tu sais… L’adage dit que qui veut voyager loin, ménage sa monture. » Et, joignant le geste à ses paroles, il la laissa tomber, d’une petite hauteur pour le coup, sur le sable de la plage et se retourna vers elle. « Tu n’avais rien dit sur le sable, je crois, non ? » Le Félidaë lui esquissa un sourire amusé et jeta un regard aux alentours. « On pourrait profiter du coin pour nous reposer un peu. Mais j’avoue ne jamais avoir fait de châteaux de sable… Ça pourrait être tentant. Mais j’ai comme dans l’idée que ça t’ennuierais beaucoup. » Il s’approcha de la jeune femme et lui tendit la main pour l’aider à se relever. « Tu as d’autres idées à soumettre au vote ? Pour la pêche, je n’ai malheureusement pas beaucoup d’expérience dans le domaine, tout au plus ais-je attrapé quelques poissons dans le lit d’une rivière… Mais de toute façon, j’ai peine à croire que tu aies encore faim. » Car s’il y avait bien une chose qui aurait été dommage, c’était bien d’attraper du poisson pour ne pas le manger ensuite. Le gâchis était bien quelque chose que préférait éviter le Félidaë, conscient, à plus d’un titre, que le manque de nourriture pouvait être particulièrement désagréable pour justifier de ne pas en gâcher lorsqu’il y en avait assez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Dim 28 Jan 2018 - 17:59

L'espace d'un instant Lylim eu l'air songeuse, son regard se perdant vers le ciel, comme si ce dernier était l'intime témoin de quelques uns de ses secrets. Un sourire rêveur et gourmand aux lèvre, elle lâcha rêveuse.

Si tu savais.... Tu n'imagine pas ce que je pourrais faire si dans ce monde la majorité de mes actions n'étaient vues comme criminelles ou choquantes. Tout ce que je pourrais faire....


Elle se rapprocha doucement de son oreille lui susurrant doucement.

Tout ce que je pourrais te faire....

Elle se releva, un sourire satisfait aux lèvres. Bon, elle s'était pourtant dit qu'elle ne devait pas tenter ou attiser la flamme de son gros chat, mais ça avait été plus fort qu'elle. Et encore, une chance qu'elle ne puisse pas lui communiquer les scènes qu'elle avait eu en tête l'espace d'un instant.... Sans quoi, pour sûr Zakaerii n'aurait plus était capable de marcher droit, ou de marcher tout simplement. Peut-être que le souffle lui aurait également manqué.... Elle réprima un léger soupire. Qu'il pouvait être compliqué de ne pas tenter ceux que l'on chérissait pour cette pauvre succube. Elle se contenta de continuer de lui caresser la nuque, caresses qui muèrent en un massage langoureux et pourtant distrait. Il fallait dire qu'entre le fruit de son imagination et ceux de ses souvenirs, son esprit était occupé de façon plus qu'agréable. Lorsque le félin mit le doigt sur sa nature récemment poète, la demoiselle enfonça plus ou moins malgré le clou.

Le passé me gâte de beaux souvenirs, le présent m'offre des instants merveilleux, et le futur me promets des moments fantastiques.... Je ne peux donc souffrir, au mieux être ivre de plaisir.

Il n'en avait pas toujours été ainsi, et son passé un peu plus lointain recelait même des heures aussi noires et secrètes que les abysses. Mais Lylim n'était pas du genre à bouder son plaisir. Elle acquiesça silencieusement aux propos de l'Once sur les balades nocturnes. Elle espérait que plus tard, une fois leur quête menée à bien, elle aurait l'occasion de pouvoir réitérer cette plaisante expérience. Mais pour l'heure, les voilà arrivés à bon port, ou presque. La crique s'offrait à eux, et à leur jeux naissants. Lylim avait bien évidemment commencé, et Zakaerii n'avait pas tardé à répliquer. Ce fut donc tête en bas que Lylim se retrouva. Elle riait de bon coeur, amusée par la position. Elle tendit néanmoins les bras vers le sol, afin que ses mains y prennent appui pour pallier à toute chute éventuelle. Et entre deux rires elle répondait à son félin.

Il faut bien que je la réveille un peu cette monture ! Elle finirait par s'endormir debout sinon. Je me demande si elle ne se fait pas vieille en fait ! Hi hi hi !

A taquiner le fauve celui-ci la lâcha. Elle se retrouva un instant en équilibre sur les mains, mais le sable ne lui offrait pas de prise suffisamment stable pour lui permettre de tenir sa position. Aussi, après avoir été hissé droite sur ses bras, elle laissa retomber doucement ses jambes, pour mieux se replier dessus. Elle se retrouva ainsi à genoux, son Suli lui faisant face à présent. Elle était encore tout sourire, sa crinière ébouriffé par les changements de postures. Ce dernier souligna qu'elle n'avait rien précisé quant à la question du sable.

C'est exact, je peux donc t'enterrer dedans ? Hé hé hé, je n'imagine pas la galère que cela doit être de chasser le sable d'un tel pelage.

Il l'aida à se relever, et elle se mit à réfléchir aux propositions de son compagnon.

Mmmmh c'est vrai que j'ai connu plus passionnant comme activité. Pour ce qui est de la pêche, je pensais à la pratique de la pêche à main nue. Normalement le poisson n'est pas blessé dans ce type de pêche ce qui fait qu'on peut le relâcher une fois attrapé. C'est un exercice excellent pour faire travailler ses réflexes, mais également très compliqué. Cela dit, les poissons de mer sont certainement beaucoup plus infernaux que ceux d'eau douce et de rivières....

Et en plus ça sous entendait prendre le risque potentiel de se mouiller ce qui n'était malheureusement pas spécialement possible pour le moment. Elle se tourna donc vers Zakaerii, un large sourire aux lèvres.

Soit, nous allons donc nous reposer un peu. Après tout, il paraitrait qu'il me faut ménager cette drôle de vieille bourrique que j'ai pour monture alors....


Sans crier gare, elle se laissa lourdement tomber contre Zakaerii, "l'aidant" à chuter en lui fauchant les pattes avec son pied. Elle avait juste pris soin de glisser ses mains derrière la tête de son léopard pour empêcher sa tête de taper contre le sol. Le pauvre bougre se retrouva donc allongé contre son gré sur la plage de sable, qui était encore chaud à cette heure-ci. La tentatrice s'était quant à elle retrouvée allongée de tout son long sur lui, savourant sa bêtise autant que la douceur du pelage qui était sous elle. Elle leva la tête vers le museau de Zakaerii, son sourire de chipie aux lèvres et son regard malicieux le scrutant.

Effectivement je n'avais rien dit sur le sable... Hé hé hé !

Elle ponctua sa bravade en posant le bout de son index sur la truffe de Zakaerii. Elle prit ensuite clairement ses aises, toujours sur lui, et se laissa aller à une petite pause. Le bruit des vagues en fond, l'air marin en parfum, et la douceur de la température pour les accompagner. Ses mains s'engouffrèrent dans le pelage soyeux du Felidae, comme plongeant dans des écrins de douceur et de chaleur. Les caresses distraites reprirent leur ballet bienveillant.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Dim 4 Fév 2018 - 18:20

S’il y avait bien une chose avec laquelle Zakaerii n’était pas encore complètement à l’aise, c’était la façon qu’avait Lylim de jouer avec lui et d’arriver à réveiller d’un murmure des images des plus déroutantes. Elle ne manqua pas d’ailleurs de le lui démontrer à la rigueur, lui faisant remarquer que si, justement, elle n’avait pas à tenir compte de l’avis des autres personnes de ce monde, qui étaient promptes à juger ses actions, il y avait un nombre incalculable de choses qu’elle pourrait faire, voire, plus précisément, qu’elle pourrait lui faire. Il ne fallait pas beaucoup d’imagination au Suli pour savoir de quoi elle voulait parler, ou du moins, ce dont elle voulait lui suggérer par ces quelques mots judicieusement choisis. Prenant une grande inspiration, il tenta de chasser les souvenirs de la veille qui refluaient dans son esprit, tachant de se concentrer sur l’instant présent. « Jusque-là, je ne suis pas convaincu que cela ne t’ai empêché de me faire ce que tu voulais. Aurais-tu fait preuve de retenue à mon égard ? » En réalité, quelle que soit la vérité, il se doutait déjà de la réponse que pouvait lui donner la Succube, conscient que, même si ce n’était pas le cas, elle lui répondrait volontiers qu’elle était loin d’avoir atteint son maximum à ce sujet. Et, au fond, le Félidaë était convaincu que ce ne serait pas un mensonge, il y avait quelque chose chez la jeune femme qui lui intimait qu’elle ne le traitait pas nécessairement comme n’importe quelle autre personne et que, justement, elle était loin de lui avoir infligé tout ce qu’elle aurait pu infliger à un individu lambda. Elle faisait preuve de retenue bienveillante à son égard. Etait-ce, notamment, parce qu’elle avait appris qu’il avait été, jusqu’à hier encore, vierge ? Peut-être que maintenant qu’elle s’était occupée de sa virginité, elle n’y verrait plus aucun intérêt ? Peut-être était-il simplement inutile de se poser trop de questions…

Ils arrivèrent finalement à la crique, destination où la Succube profita visiblement de l’absence de témoins pour commencer à taquiner son grand félin, allant même jusqu’à lui faire remarquer que c’était nécessaire pour sa monture afin qu’elle ne s’endorme pas. « Vieille ? Venant de ta part, c’est un peu l’hôpital qui se fiche de la charité ! Si je te crois, tu dois bien avoir trois voire quatre fois l’âge de ta monture. » Il esquissa un léger sourire, il se retint de rajouter quelques mots supplémentaires. Certes, il aurait probablement lui dire qu’elle n’en était pas moins belle, mais il jugea que ce n’était peut-être pas le genre de chose à sortir au débotté de la sorte. Il laissa la discussion glisser sur le prochain sujet qui concernait le sable et la possibilité de se retrouver enterré dans le sable au beau milieu de la plage. « Je préfèrerais effectivement éviter d’avoir à me débarrasser de tous les résidus de sable. Ceci étant dit, il faudrait d’abord que tu arrives à creuser un trou suffisamment grand pour me mettre dedans, ce qui n’est pas forcément chose aisé. » Cependant, il n’était pas particulièrement pressé de savoir si Lylim était capable d’effectivement réussir à l’enterrer ou non. « C’est surtout que les poissons de mer ne trainent pas souvent au bord des plages. Il faut souvent faire un peu de plongée pour atteindre un minimum de profondeur où les dénicher. Et cela implique de se mouiller, et de trouver de quoi faire un harpon, même primitif… » Les poissons les plus gros vivaient dans des eaux plus profondes et généralement, ceux qui se trouvaient au bord des plages étaient trop petits pour être véritablement intéressants, à peine de la friture, et encore fallait-il pouvoir les attraper sans qu’ils ne vous glissent entre les doigts.

Mais visiblement, la pêche n’était pas à l’ordre du jour, ce qui n’était pas plus mal. Zakaerii ne se voyait pas trop crapahuter dans l’eau de mer pour dénicher de quoi faire leur diner, même si, en toute honnêteté, la perspective de passer la soirée sur la crique autour d’un petit feu et de faire griller leurs prises n’était pas si mauvaise que ça. Toutefois, l’heure était plutôt au repos, ou du moins ce qui s’en rapprocherait le plus avec une Lylim dans les parages, ce qui n’était pas forcément très reposant. D’ailleurs, elle le démontra rapidement, décidant de plaquer le Félidaë à terre en se laissant tomber contre lui, le déséquilibrant au passage d’un croche-patte bien senti. Il n’eut pas le temps de protester qu’il se retrouvait couché sur le dos, dans le sable, une jeune femme perchée sur son torse, déjà bien décidée à faire passer ses doigts dans son pelage, qu’elle semblait vraisemblablement apprécier. Le Suli ne protesta pas et la laissa faire, lui adressant un sourire tandis qu’il s’installait confortablement sur le sable chaud. Ce dernier n’était pas l’environnement le plus familier pour le Félidaë qui préférait de loin la neige au sable, d’ailleurs son séjour à Valak en avait été une preuve, mais il le supportait plutôt bien, d’autant qu’une légère brise venait en apaiser la chaleur. Il posa presque naturellement une de ses pattes dans le creux du dos de la Succube, passant l’autre dans ses cheveux, jouant avec l’une de ses mèches, les yeux clos. Il laissa passer quelques longues minutes, profitant des bruits ambiants et de la présence de Lylim, qu’il trouvait plus qu’agréable. « Si tu devais avoir la liberté d’arpenter ce monde ce soir, que ferais-tu ? » La question semblait sortie de nulle part et le Suli n’avait pas ouvert les yeux, aussi, pour un peu, elle aurait pu croire qu’elle avait rêvé. Il continuait d’ailleurs ses caresses comme si de rien n’était, mais il attendait effectivement une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 5 Fév 2018 - 8:47

La succube laissa échapper un rire face à la réplique de son gros matou. Il était si mignon quand il se montrait aussi naïf, c'était absolument irrésistible ! Secouant la tête, et une fois un peu calmée, elle lui répondit énigmatique.

Il y a tant de choses pour lesquelles tu n'es pas encore prêt mon petit chat.... Mais nous avons le temps. Tu sauras bien assez vite....

Enfin vite, pas vraiment au goût de la succube. Elle n'aurait pas été si prévenante, elle lui aurait sûrement fait des choses tout à fait exquises à son goût mais peut-être perturbantes pour quelqu'un de non initié. Mais bon, cela n'aurait pas été très professionnel pour la Maîtresse de son art qu'elle était. Son expérience arriva d'ailleurs dans la conversation, mais sous la forme de son âge. Zakaerii le devinait déjà fort avancé, du moins par rapport au sien. Mais la jolie rousse était loin de s'en laisser conter !

Je suis encore à l'aube de mon éternité mon petit chat. Pour les miens je suis encore très jeune, peut-être que même que je suis plus jeune que toi si on comparait à base égale.... Car si on se base sur les notions ildiriennes du temps.... Alors il est vain de vouloir m'attribuer un âge. Et dans un sens.... C'est peut-être ce qu'il y a de plus juste à faire. "L'âge"..... Pour les créatures éternelles, ce n'est jamais qu'un état d'esprit. Certains sont très rapidement matures. D'autres restent à jamais des enfants dans l'âme. Malheureusement pour vous autres créatures mortelles, le temps ne vous épargne aucun affront. Il traite bien durement vos corps, et finit même par altérer votre esprit.... Et c'est bien pour ça qu'il faut que je te dérouille un peu, déjà que tu prends la poussière ! Hi hi hi !

Pour être exact, le pauvre félin prenait plutôt le sable en cet instant.... Et le temps n'avait rien à voir là-dedans ! Il avait souligné que devoir creuser un trou pour l'enterrer aurait demandé un certain effort, mais la succube n'avait pas imaginé sa manœuvre de cette manière.


Pourquoi creuser un trou ? Je me serais contentée de te recouvrir de sable ! Humide pour qu'il tienne bien. Avec un bon petit dôme c'est suffisant. Mais ça serait encore plus infernal de le retirer de ton pelage....

Elle se voyait bien entrain de lui donner un bon bain, et de frotter vigoureusement son pelage pour le débarrasser du sable, mais l'idée aurait certainement été beaucoup moins jouissive pour le principal concerné. Ce dernier rebondit sur la condition des poissons de mer, et la difficulté qu'en attraper impliquait.


Ho c'est vrai que dans ce monde les poissons carnivores ne sont pas majoritaires.... Chez nous, la plupart sont carnivores et ils n'hésitent pas à s'approcher des rives pour essayer d'attraper les plus imprudents. Hé hé, parfois on ne sait plus trop qui pêche l'autre.

Généralement, la taille était ce qui impliquait ou non de se faire manger. Si on était trop gros pour que le poisson puisse vous avaler, alors il ne s'intéressait pas à vous. Exception faite pour les poissons qui attaquaient en bande, ou ceux capables de déchiqueter et mâcher.... Mais elle laissa les spécificités de l'Outre-Monde derrière-elle. Elle était à présent couchée contre son félin, pour ne pas dire sur lui, et savourait un moment de quiétude. Blottie contre lui, la patte dans son dos avait un petit quelque chose de sécurisant, tandis que celle dans ses cheveux mêlait le sentiment de réconfort et d'apaisement. Les yeux mi-clos, son esprit avait pris de parti de se laisser bercer par le bruit des vagues et de ne plus penser à rien. Dans un état de semi-somnolence, elle n'avait pas vu la question du félin arriver. Elle se retrouva arraché à ses rêveries, et il lui fallu quelques instant pour que son cerveau ne descende de son hamac. Elle réfléchit un instant à cette question simple, mais que d'apparence seulement.

Si j'étais complètement libre ce soir.... Mmmh..... En un seul soir je ne pourrais pas faire grand chose de plus que je ne peux déjà faire. Mais.... Si j'étais libre.... Complètement libre.... Je partirai faire le tour de ce monde, l'explorer, découvrir les cultures et les civilisations qui le peuplent.... Et je t’emmènerai avec moi ! Je suis certaine que c'est le genre d'expérience qui est déjà fabuleuse en elle-même, mais qui a deux devient absolument inoubliable. Il y a tant de choses à voir.... Mais une fois que ces choses sont vues, je trouve qu'il faut les partager.

Elle lâcha un petit rire avant d'ajouter.

Enfin, ce n'est pas demain la veille que je serais libre. Mais bon, nous partageons quand même des moments tous les deux.

Il y avait là un regret silencieux qu'elle avait. Il ne lui coûtait rien de prendre son mal en patience, car elle ne souffrait pas des affres du temps. Mais elle savait qu'il n'en était pas de même pour Zakaerii. Et elle ne pouvait que espérer qu'il ne serait pas trop vieux, ou simplement trop tard pour lui lorsqu'elle serait enfin en mesure d'arpenter ces terres librement. Elle se rendit compte qu'elle ne pouvait même pas lui retourner la question, car le suli était lire de ses mouvements, même si ici il s'était engagé dans une longue quête....

Et toi ? Que feras-tu quand nous aurons sauvé Griffe-Lune ?

Elle l'imaginait repartir à l'aventure, là où le vent guiderait ses pas. Elle n'avait pas spécialement envie de le voir retourner à ses occupations, et surtout être séparée de lui. Mais elle savait qu'elle devrait se faire une raison. Après tout, il ne lui appartenait pas non plus, et ce n'était pas le genre de chat qu'on pouvait tenir en laisse. Et que l'attente avant de le revoir serait bien longue.... Elle chassa ces tristes pensées de sa tête. Pour l'instant elle était bien avec lui, autant de pas gâcher cet instant !


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 5 Fév 2018 - 11:24

Comme il s'y attendait, la Succube était loin d'avoir démontré l'étendue de ses talents avec lui. La façon qu'elle eut de le lui faire remarquer suffit à lui laisser entrevoir qu'elle ne manquerait pas de le lui démontrer dans un avenir proche, tout en lui promettant néanmoins de ne pas les lui faire subir aussi tôt. Peut-être préférait-elle en garder un peu pour la suite, pour en avoir encore sous la main le moment venu ? Ou peut-être ne l'estimait-elle seulement pas encore prêt pour la suite de ce qu'elle lui préparait. Car oui, s'il y avait bien une chose dont le Suli avait l'impression, c'était qu'elle semblait avoir quelques plans à son égard. Pourtant, il ne savait pas, compte-tenu de ce qu'elle avait déjà fait en à peine quelques heures, s'il était curieux de connaître ce qu'elle lui réservait encore ou non. Pourtant, il fallait le dire, malgré les risques évident de se trouver aux côtés de Lylim, le Félidaë profitait de sa compagnie avec énormément de plaisir. S'il avait pu être gêné, par bien des égards, de certains élans charnels de la Succube, elle avait réussi à le mettre en confiance et à développer chez lui une certaine assurance, même si, avouons-le, il n'en restait pas moins un novice et relativement timide. A vrai dire, il ne savait pas vraiment s'il devait s'attendre à ce qu'il se passe encore quelque chose. La jeune femme semblait prendre beaucoup de plaisir dans sa compagnie et s'ingéniait à démontrer qu'elle ne manquait pas de curiosité à son égard, mais était-ce simplement parce qu'elle n'avait personne d'autre à embêter ou parce qu'il se prenait au jeu bien volontiers ? Mais, au fond, pourquoi se prenait-il au jeu, lui ? Bonne question. A vrai dire, il n'y avait pas vraiment réfléchi. Il avait conscience qu'elle avait pris une place non-négligeable dans sa vie, mais il n'était pas encore clair dans son esprit pourquoi elle et, s'il était possible de les définir, quelles en étaient les raisons.

Tandis qu'il l'observait, il réfléchissait silencieusement. Elle était belle, évidemment, mais ce n'était pas la seule. Et même si sa nature de Succube la rendait potentiellement plus désirable que nulle autre, n'avait-elle pas dit qu'elle n'avait jamais cherché à utiliser son pouvoir sur lui ? Peut-être avait-elle menti, mais il en doutait sincèrement. Il restait toujours son charme passif, mais elle n'était pas la seule jolie femme qu'il avait pu croiser jusque-là... Alors pourquoi elle ? Au mieux, ses petits jeux pour se moquer de lui aurait dû le mettre en colère, surtout celui de ce matin, et, pourtant, il avait finalement été beau joueur et accepté d'avoir mis les pieds dans le plat. Il aurait dû s'offusquer qu'elle se joue de lui en faisant semblant de torturer un enfant, mais, après coup, il ne pouvait que penser qu'elle avait admirablement joué son coup pour arriver à ses fins. Et que penser de ce qu'il avait fait pour se venger, allant même jusqu'à la déshabiller pour déposer des points rouges sur les moindres recoins de sa peau ? Si on le lui avait dit, il n'aurait jamais cru cela possible, et pourtant... Pourtant, il était là, avec elle, sur cette crique, et il n'aurait, pour rien au monde, accepté d'être ailleurs. Il avait accepté d'accompagner Griffe-Lune et Shotra par amitié, mais il sentait qu'il y avait désormais quelque chose de plus. Zakaerii ne faisait pas seulement le voyage pour aider son amie Félidaë, mais également pour continuer cette folle aventure en compagnie de la Succube, parce que, depuis qu'il était descendu la voir dans la cale du navire après la bataille, il s'était passé quelque chose. Elle avait su repousser, avec ses airs et sa ruse, la solitude du Suli, s'imposant à lui la nuit, mais sans jamais que cela ne le dérange, pas lorsqu'elle lui fit comprendre qu'elle n'oserait rien à son égard qui ne le mette mal à l'aise. Et quand bien même elle avait réussi à le pousser sur des sentiers inconnus, s'unissant à lui la nuit dernière, elle avait toujours eu de la bienveillance à son égard. Loin des représentations que l'on pouvait se faire des Démons. Était-ce cette différence qui l'avait troublé ?

Le grand Zakaerii, d'ordinaire si calme et posé, devait admettre, qu'en présence de Lylim, il y avait beaucoup de trouble en lui. Il suffisait de voir avec quelle facilité elle parvenait, de quelques mots à son oreille, à le déstabiliser. « Soit, soit... Si ça peut te faire plaisir, on dira que je suis le plus vieux. » Il eut un petit soupir amusé, conscient qu'il ne gagnerait probablement pas sur ce sujet-là. Mais il était vrai qu'il ne savait pas vraiment quel âge pouvait avoir la Succube. Ceci étant dit, elle avait raison... Pour une créature immortelle, il était idiot de parler d'âge. « Eh bien sache, que même soumis au temps, certains Ildiriens se considèrent également jeunes dans leurs têtes ! » Pour le Félidaë, il était surtout jeune de corps. Avec à peine une grande vingtaine d'années à son actif, il lui restait encore un peu de marge pour voir venir ses vieux jours. Une pensée lui effleura alors l'esprit, celle que Lylim le verrait probablement mourir un jour et qu'elle continuerait à parcourir ces terres, encore et encore, inlassablement. Sans qu'il ne puisse réellement le comprendre, cela le rendit particulièrement triste. Heureusement, la jeune femme eut le mérite de le détourner rapidement de ses pensées. « Toi qui apprécie tellement passer tes mains dans mon pelage, je suis surpris que tu veuilles à ce point lui infliger un tel traitement... » Il lui sembla alors légitime de penser que cela lui donnerait une excuse pour le laver, comme elle avait déjà pu le faire par le passé, mais il se contenta de sourire. « Nous avons quelques poissons carnivores, mais ils sont plutôt rares oui. Mais je serais curieux de connaître quelques détails sur la faune et la flore de l'Outre-Monde... Histoire d'avoir une meilleure idée du monde duquel tu viens. » A défaut de pouvoir le visiter un jour, pour sa propre survie, le Suli n'était cependant pas moins curieux d'en apprendre un peu plus sur le plan d'origine de Lylim, de son passé, de tout ce qui pouvait la concerner, de près ou de loin. C'était aussi pour cela qu'il lui avait demandé ce qu'elle comptait faire le jour où elle serait libre d'aller où et de faire ce que bon lui semble. Zakaerii ne fut pas surpris qu'elle lui confie de vouloir voyager, cependant, il le fut lorsqu'elle lui confia qu'elle l'emmènerait avec lui, argumentant qu'elle préférait pouvoir faire cela en compagnie de quelqu'un, afin que l'expérience soit plus agréable et enrichissante. Savoir qu'elle envisageait de partager sa liberté avec lui lui fit étonnamment plaisir. Mais il ne put s'empêcher de déceler la pointe d'amertume dans la voix de la Succube, consciente que ce jour n'arriverait pas de si tôt. Inconsciemment, le Suli appuya légèrement ses caresses dans la chevelure de Lylim, la serrant un peu plus contre lui pendant quelques instants. S'il avait pu pouvoir lui promettre que cela ne serait pas si long, il l'aurait fait, mais il n'avait malheureusement aucune idée du temps que cela pourrait prendre...

Comme pour rompre ce silence un peu gêné qui s'était installé entre eux, elle lui retourna la question, en quelque sorte, lui demandant ce qu'il comptait faire une fois qu'il aurait aidé Griffe-Lune, comme il s'était engagé à le faire. Zakaerii resta alors pensif quelques instants. « Je ne sais pas... Jusqu'à présent, je fais confiance à Revoran pour guider mes pas et surmonter les épreuves qu'il m'envoie. Je suis convaincu que ma présence dans la même auberge que celle où Griffe-Lune attendait les membres de l'Ordre était de son fait. Une fois qu'elle sera hors de danger... J'imagine qu'il aura peut-être d'autres objectifs pour moi... » Ainsi avait été sa vie ses dernières années, fidèle à son serment envers le Dieu de la Guerre, le Félidaë n'avait jamais tourné le dos à sa divinité, conscient que, mine de rien, c'était d'elle dont il tirait son pouvoir et une bonne partie de sa force. Il posa un regard bienveillant sur la Succube et lui adressa un léger sourire. « Mais peut-être me laissera-t-il choisir un bout de ma route ensuite, pour quelques temps... » Il n'était pas difficile de comprendre qu'il faisait référence à la possibilité de l'accompagner ensuite, elle, autant que possible. Mais cela supposait qu'Elorias, en premier lieu, ne soit d'accord, et, surtout, que Revoran le soit également, ce qui n'était peut-être pas certain. Mais, après tout, aucun signe divin n'était venu lui interdire de passer du temps avec la Succube, n'est-ce pas ? Le Suli redressa la tête et déposa un baiser sur le front de la jeune femme. « Et si tu me parlais un peu de toi Lylim ? De ce que tu aimes, ce dont tu rêves ? J'ai l'impression d'être un livre ouvert pour toi, mais je me rends compte que je ne sais pas beaucoup de choses de toi. Je ne trouve pas ça très juste... » Il lui adressa un nouveau sourire et la garda encore un peu plus près de lui, le bout de sa queue jouant inconsciemment avec l'une des jambes de la Succube, venant la caresser très légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 5 Fév 2018 - 13:05

L'affirmation de Zakaerii fit doucement rire sa succube.

J'espère bien ! Les gens ont tendance à se prendre trop au sérieux, il faut bien des grands gamins pour empêcher ce monde de sombrer dans l'austérité.

Elle savait pertinemment qu'elle faisait partie de ces fauteurs de trouble, qui empêchait le monde de tourner en rond. Mais après tout, c'était en évitant de tourner en rond que l'on pouvait avancer.... Malheureusement, c'était une chose bien rare en ce monde. Même si chez elle, il y en avaient beaucoup qui se prenaient trop au sérieux aussi. Voire même qui était carrément prétentieux et imbuvable. Cela dit, la nature chaotique de ses congénères faisait qu'on avait rarement l'occasion de s'ennuyer.... Malheureusement, pour le moindre "petit" jeu, les fiélons se sentaient obligés de mettre la vie des participants en périls. Pour Lylim, ce n'était pas forcément désagréable, mais c'était une chose qu'il fallait manier avec pondération. Quand on tuait trop vite les joueurs, et trop souvent, l'expérience devenait vite lassante. Et la notion de jeu disparaissait trop rapidement au profit de la notion de survie. Du challenge soit, mais pas à outrance.... Mais pour l'heure, elle était loin de ces considérations. Actuellement la tâche la plus ardue pour elle était une histoire de poils, et même de pelage.

Hé hé hé, c'est parce que je sais que je suis parfaitement capable de soigner et d'entretenir ce pelage....

Il y avait certaines choses pour lesquelles la succube était toujours prête ! Et savonner son matou en faisait parti. Celui-ci vint la questionner un peu plus en détails sur son monde. La question n'était pas difficile en soit, mais elle était extrêmement vaste.

Hé bien.... Il y a beaucoup de chose à dire.... Un fait amusant, il n'existe pas d'herbivore pur et dur chez nous. Au mieux la faune est omnivore, mais aucune ne se contente uniquement de végétaux. Nous avons également beaucoup de plantes carnivores. Malgré cet environnement plutôt très agressif et hostile, la vie est très foisonnante. En fait chez nous, c'est parce qu'il y a beaucoup de morts qu'il y a beaucoup de vies. Un peu paradoxal, mais efficace. La plupart des créatures vivent en troupeaux, ce qui facilite la survie et la sauvegarde des petits. Et généralement, les solitaires sont des êtres déjà assez évolués pour fabriquer et manier des armes, sans quoi on ne s'y risque pas. Ceux qui manipulent aussi une magie puissante peuvent prétendre à vivre seuls. Quand on est petit, on a une règle de survie. Presque tout veut notre mort. A partir de là on apprend vite à devenir méfiant. Nous autres fiélons avons de la chance, nous sommes suffisamment dangereux pour établir des territoires relativement sécurisés. Du coup on a la chance de pouvoir apprécier notre monde sans craindre constamment pour notre vie. Et avec un peu d'audace, on peut même faire des découvertes sympathiques.

Le monde des ildiriens était si calme en comparaison, certains fiélons le trouvaient même à la limite de l'ennuyeux. Bien entendu, il mettaient alors un point d'honneur à remédier à cela. Mais pour Lylim, il était surtout reposant. Elle pouvait faire preuve ici d'une insouciance qu'elle ne se serait jamais permise chez elle, sauf dans les endroits qu'elle connaissait par cœur. Ce monde là était mignon, certes il n'était pas vierge de danger mais tout de même. C'était comme voir une autre version de la vie. Et surtout, c'était un monde de mortels. Plongée dans ses réflexions, elle se confia à son gros matou.

Tu sais, en côtoyant ce monde, j'ai remarqué que votre mortalité n'était pas juste une fatalité. Certes vous naissez pour mourir inexorablement arrivé à une certaine tranche d'âge. Mais le fait que le temps pour vous soit compté.... Cela donne une tout autre valeur à votre vie. Et en plus, cela vous pousse à évoluer à une vitesse assez conséquente. Le monde d'aujourd'hui ne ressemble plus tant que cela à celui que j'ai connu lors de mes premiers jours. Et pourtant, je n'y ai passé que quelques décennies, je suis même encore très loin du siècle. Vos mentalités changent, votre technologie, vos mœurs.... Et pour moi qui suit éternelle, c'est captivant, car peu importe le temps que je passerai ici, il y aura toujours quelque chose à voir évoluer ou à découvrir. Là où chez moi, il me faudrait patienter plusieurs siècles. C'est étrange à dire.... mais votre mortalité vous rend précieux.

Et pour Lylim, Zakaerii était encore bien plus précieux encore, mais il n'était pas question pour elle d'y penser. Attendant sa réponse, elle réprima un soupire en l'entendant s'en remettre à son dieu Revoran. Elle se demanda l'espace d'un instant s'il était possible que ce dieu là veuille bien laisser son félin sur sa route.... Encore un peu.... Et lorsque l'Once déclara qu'il pourrait peut-être justement le laisser choisir sa route un certain temps. Chose que la succube interpréta immédiatement comme une invitation à l'accompagner encore quelques temps. Rien qu'à cette idée elle se serra davantage contre lui, heureuse plus que de raison de pouvoir rester encore un peu en sa compagnie. Elle espérait sincèrement que ce Revoran soit d'humeur à se montrer conciliant. Il était le seul obstacle à son bonheur, car pour elle, Elorias n'en était pas un. Autant il pouvait exiger qu'elle reste près de lui, ce qui était légitime vu leur contrat. Mais il n'avait aucune raison valable d'interdire à Zakaerii de les accompagner. Par ailleurs, elle aurait très bien su faire un caprice phénoménal pour le faire plier en cas de refus. Toutefois au fond d'elle, elle doutait que Elorias puisse réellement s'opposer à la présence du félin. Déjà parce que Zakaerii était franchement adorable et aussi parce que le vieux Bélinois était quelqu'un de bon. Mais voilà qu'une fois encore le léopard neigeux l'arracha à ses rêveries pour la questionner un peu plus ouvertement. Lylim l'observa visiblement surprise.

Ho vraiment ? Bizarre, j'avais l'impression que tu me connaissais bien toi aussi... Mmmh voyons.... Ce que j'aime.... Bon je suppose que tu as déjà une petite idée de certaines de mes... Passions, hi hi hi ! Mais en dehors de cela, j'aime beaucoup m'amuser et faire des farces. Mais ça je pense que c'est inhérent aux créatures éternelles. On a besoin de beaucoup de distractions pour ne pas dépérir. En plus j'aime voyager et découvrir de nouvelles choses. J'ai même envie de dire que.... J'aime ce qui donne du plaisir. Jouer, manger, partager, apprendre, explorer.... Me chamailler avec des gros matous en les faisant tourner en bourrique, hi hi hi !

Et en tant qu'enquiquineuse, elle était redoutable ! Elle avait ponctué ses propos en chatouillant brièvement le gros félin. Juste histoire de dire que. Elle reprit ensuite.

Ce dont je rêve.... Mmmh.... Voilà qui est plus difficile à dire ! Je pense que... Là tout de suite ce que j'aimerai, c'est qu'on puisse voyager librement entre les deux mondes, sans que ça ne cause une apocalypse chez l'un comme chez l'autre. J'aimerai tant pouvoir te montrer des choses de chez moi.... Et montrer des choses d'ici à des personnes de chez moi. Il y a tellement de choses qui méritent d'être vues et connues.... Mais c'est un peu trop utopique je pense. Que ce soit ici ou chez moi, la haine et la peur sont bien trop fortes. Sans compter que certains fiélons sont de nature un chouilla turbulente, et l'excitation pourrait leur faire faire quelques bêtises pas forcément du goût de tout le monde.

Ce qui était banal chez l'un ne l'était pas chez l'autre, Lylim avait eu l'occasion de s'en rendre compte. Sans compter les envies de conquête et de domination de certains rabat-joie. Lylim poussa un petit soupir. Son rêve n'était pas près de se réaliser. Mais en même temps, c'était ce qui faisait de lui un rêve....

Qu'est-ce que tu voudrais savoir d'autre de moi ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 6 Fév 2018 - 3:48

« Si plus de gens pensaient comme toi, il est évident que ce monde serait probablement meilleur. Enfin, à supposer qu'ils ne se mettent pas tous à échafauder des bêtises les unes plus grandes que les autres pour se venger d'un mauvais coup... » Parce que, mine de rien, si tout le monde commençait à agir comme la Succube, le monde risquait de deviner un joli bordel, après tout, la situation de ce matin l'avait démontrée, les choses pouvaient déraper rapidement et quelqu'un avec un caractère plus explosif que Zakaerii aurait peut-être engendré une funeste conséquence. C'était toujours le risque lorsqu'il y avait surenchère dans les mauvais coups ; il pouvait toujours y avoir quelqu'un pour en subir des conséquences, parfois inattendues, mais bel et bien dommageable. De plus, il n'était pas désagréable de penser qu'elle était unique en son genre, à la fois pour le bien de ce monde, mais également parce que cela la rendait précieuse, d'une certaine manière, non pas qu'elle en eut eu besoin d'une quelconque façon. « J'aurais du imaginer que ce n'était qu'un stratagème pour avoir une excuse pour me shampouiner... Et dire que, durant mon enfance, je me contentais simplement de me laver dans l'eau clair des torrents des montagnes de Norpalie. » Le Suli resta pensif quelques instants. « Alors doucement sur le savon, hein. Après tout, ce n'est pas forcément très bon pour nous, contrairement à vos peaux glabres. » Après tout, il n'y avait pas de savon ou de shampoing dans la nature et, surtout, les animaux sauvages et les Sulis ne passaient pas leur temps à se baigner. Tout au plus profitaient-ils de la fraîcheur et de la clarté de l'eau d'une rivière, de temps à autre, pour se débarrasser de la poussière ou de tout ce qui avait pu tâcher leurs pelages. A en écouter la Succube, il passerait probablement plusieurs heures tous les soirs dans une bassine à se faire frotter le dos ! Même si, il devait l'admettre, la perspective n'était pas la plus désagréable qu'il soit.

Le Félidaë écouta avec attention la description que lui fit Lylim au sujet de son monde. Sur l'absence d'herbivores, sur cette mouvance constante entre la mort et la vie. Zakaerii n'était pas choqué d'apprendre que le fait qu'il y ait beaucoup de morts impliquait qu'il y avait également beaucoup de vie. Après tout, ces deux choses n'étaient que les deux faces d'une même pièce qui ne faisait que tourner inlassablement. Sans la mort, il n'y aurait définitivement pas de vie, tout comme l'inverse était vrai. Certes, les êtres intemporels semblaient être insoumis à cette loi, mais eux aussi étaient capables de mourir et donc ils n'échappaient pas complètement à cette règle, même s'ils ne devaient pas se soucier du temps. « Il n'y a sans doute pas de comparaison avec notre monde, mais je comprends ce que tu dis. L'adversité nous pousse à nous adapter, sans quoi on finit par y passer. La vie sauvage ildirienne reprends ce mécanisme, probablement d'une manière risiblement moins violente que dans ton monde, mais, étant passé par là, c'est une façon de voir qui ne me choque pas. » Certes, la plupart des peuplades ildiriennes étaient loin de ce mode de vie sauvage où la survie du plus fort restait de mise, mais pour le Félidaë, qui été né dans les montagnes norpaliennes, cela avait été son quotidien pendant plusieurs années. Dans tous les cas, il n'en restait pas moins curieux de cet Outre-Monde, conscient de sa dureté et de l'âpreté qu'il dégageait. Il aurait probablement eu toutes les misères du monde à y survivre et y serait peut-être mort en quelques jours s'il y avait vécu. Mais cela ne l'empêchait pas d'exprimer une véritable curiosité, peut-être également parce qu'il s'agissait du monde de Lylim et que, par extension, il voulait en connaître plus sur tout ce qui la concernait, de près où de loin. Après tout, connaître son monde, c'était aussi apprendre à la connaître elle, car s'il y avait bien une chose qui définissait les personnes, c'était bien l'environnement dans lequel ils avaient pu évoluer pendant leur enfance.

La discussion dériva légèrement sur la mortalité ildirienne et ses conséquences. Il était vrai que la mortalité, quelque soit sa fatalité, n'était pas forcément une malédiction. Elle poussait les gens à accomplir des choses dans le peu de temps qui leur était donné pour vivre et motivait beaucoup de grands esprits à donner le meilleur d'eux-mêmes pendant un laps de temps très court. Une motivation qui n'aurait pas nécessairement de sens si tout le monde était convaincu d'avoir l'éternité devant lui. « Tout ce qui est fragile est souvent précieux... Mais ce n'est pas parce que l'on sait que quelque chose est éternel qu'il perd de son attrait. » Le Suli soupira légèrement, posant sa tête contre le sable chaud. « J'imagine que connaître notre sort à l'avance pousse une majorité d'entre-nous à profiter de nos années en ce monde. Que ce soit pour se faire plaisir ou pour faire avancer le monde. Mais, en toute honnêteté, je ne serais peut-être pas contre l'idée d'être éternel. Peut-être que je finirais par m'ennuyer, mais, comme tu le dis, en ce monde, il y aurait peut-être l'opportunité de toujours être émerveillé... » Surtout si la compagnie était aussi agréable qu'aujourd'hui. Mais, de toute façon, il ne l'était pas et ne le serait probablement jamais. Tout au mieux pouvait-il profiter du demi-siècle qui se présentait devant lui, peut-être un peu plus, et peut-être pourrait-il quitter ce monde, heureux de ce qu'il y aurait apporté, d'une façon ou d'une autre. C'était finalement peut-être la seule chose qui comptait lorsqu'il était question de laisser la patte de son existence. Tandis qu'il gardait la Succube près de lui, Zakaerii l'écouta se confier, lui parler de ses passions, dont il en connaissait certaines et ne fut pas surpris de l'entendre parler de farces et de plaisirs. Après tout, elle semblait surtout vivre pour le meilleur, même si cela signifiait parfois le pire pour les autres. Le Suli sursauta légèrement quand elle le chatouilla, menaçant de la faire tomber sur le côté, mais il la rattrapa avec agilité et la ramena doucement contre lui. « C'est malin de maltraiter son matelas, tiens. » Il avait dit cela dans un sourire amusé et en avait profité pour resserrer légèrement son étreinte, sa queue s'étant enroulée autour d'une des jambes de la jeune femme.

Son rêve était des plus utopiques, sans aucun doute, mais il était... engageant. Cette perspective de relier deux mondes aussi différents était probablement une mauvaise idée, mais il y avait sûrement moyen d'en tirer des bénéfices pour les deux parties. Malheureusement, il aurait également fallu un énorme contrôle, pour éviter que les plus belliqueux, des deux côtés, ne mettent leur grain de sel et ne fasse dégénérer la situation. Car, après tout, il n'y avait pas que les démons dont il fallait se méfier. « L'idée de visiter ton monde me plairait beaucoup, même si je doute que j'y serais tel un petit chaton sans défenses, ou presque. C'est dommage en effet qu'il ne soit pas possible d'aller et venir comme bon nous semble. Mais peut-être est-ce mieux ainsi... Certaines personnes en Ildir ne valent pas mieux que vos pires Démons... » Hélas. Quand Lylim lui demanda s'il y avait d'autres choses qu'il voulait savoir d'elle, le Suli prit le temps de la réflexion. Il se doutait que la réponse « tout » ne serait potentiellement pas celle qu'attendait la Succube. « Hmmm... Quelle a été ta première aventure dans ton monde ? Dans celui-ci ? J'imagine que tu ne tenais pas beaucoup en place à l'époque, aussi, l'appel de la découverte a sûrement été des plus forts te concernant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 6 Fév 2018 - 10:13

Mmmh ça aurait au moins le mérite d'être captivant à suivre. Jusqu'où iraient les gens, et qui sera le plus créatif....

Cela pouvait très vite déraper, et Lylim le savait. Mais elle préférait voir le bon côté des choses. Un monde un peu fantasque, empli de malice et de jeu, cela avait quelque chose de tentant pour la jolie rousse. Malheureusement, tout le monde n'avait pas le sens de la pondération.... C'était peut-être mieux ainsi. Elle écouta ensuite son gros matou se prendre dans un élan nostalgique sur les bains de son enfance. La succube se dit que l'eau devait être bien fraiche dans les montagne, et qu'il ne valait mieux pas être frileux ! Mais son gros matou vint mettre le savon au pied du mur, l'accusant de ne pas être très bon pour les velus. Ce qui fit pousser un petit rire à sa compagne d'excursion.

Pourtant les poils offrent une meilleure protection à la peau qu'un terrain vierge. Mais si tu crains les effets d'un savon trop artificiel pour ta fourrure, je peux aussi te laver avec des fleurs. Sur ces terres, il existe une cousine d'une plante lavante qui existe chez moi. Elle n'est pas dure à retenir, c'est la saponaire officinale. Sauf que chez vous elle est infiniment plus douce et complètement inoffensive.... De ce que j'ai appris, elle soigne même les démangeaisons et quelques maladies de peau. De quoi ménager ton pelage tout en le faisant mousser.... Peut-être même que tu sentirais bon la fleur après ça hi hi hi !

L'idée d'un gigantesque fauve qui avait tout du prédateur parfait, craint et redouté, mais qui sentait la fleur.... C'était quelque chose de parfaitement désopilant pour la jeune femme. Néanmoins, il fallait bien avouer que ce n'était pas très discret non plus comme odeur. De toute manière, il était davantage question de le mettre en boîte que de réellement le convaincre de le laver régulièrement avec des fleurs. Même si l'idée de le faire de temps en temps n'était pas impossible dans son esprit. Elle rangea dans un coin de sa tête l'idée de se procurer des plantes saponaires, dans un des projets à réaliser pour plus tard.... Elle l'écouta plutôt rebondir sur ses paroles, faisant le rapprochement sur la vie sauvage d'ici et celle de son monde. Elle n'avait eu aucun mal à trouver les similitudes dans les manières de fonctionner. Mais elle ne les trouvais pas si éloignée que son félin semblait l'affirmer.

On va dire que c'est beaucoup plus systématique chez nous qu'ici, mais sinon c'est très semblable. On a aussi une faune et une flore un peu plus variée en taille et en forme. En fait, la violence est identique, mais elle est plus omniprésente chez moi.... Quoique, c'est aussi peut-être dû au fait que la faune est beaucoup plus grouillante. Puisqu'ils y a plus de créatures, on voit plus ce genre de spectacle.

La mort faisait très rapidement partie du paysage des habitants de l'Outre-Monde. Ils en voyaient le spectacle souvent avant même d'être en âge de la comprendre. Ce qui expliquait souvent la vision parfois très décontracté qu'ils en avaient, et également la facilité avec laquelle, ils prenaient la vie d'autrui. C'était dans l'ordre naturel des choses pour eux. Même si beaucoup mourraient, ils avaient l'assurance qu'il y aurait foule pour remplacer ceux qui venaient de tomber. Mais ici, c'était différent. La vie était plus rare, plus fragile, plus précieuse. Et la mort en devenait beaucoup plus grave, même tabou pour certains. Aussi, lorsque Zakaerii vint à parler de l'éternité, et de son attrait, elle pouvait comprendre qu'il ne serait pas contre l'idée de l'expérimenté. Elle réprima un petit soupir, avant de lui répondre.

Si jamais cela arrive, j'espère que tu seras plus chanceux que les ildiriens de mes contes d'enfants. Nous avons plusieurs histoires d'ildiriens qui auraient volé ou obtenue l'éternité de fiélons. Et à chaque fois ça finissait très mal pour eux. Ils devenaient soit complètement fous, soit dépressifs, et ils mettaient fin à leur jour.... L'ennuyeux avec ce genre de conte, c'est qu'on ne peut jamais être sûr de savoir s'ils sont inspirés de faits réels ou non.... Alors si tu deviens éternel je vais devoir te surveiller de près, pour ne pas que tu fasses de bêtises, ou que quelque chose autre que moi te rende fou.


L'art de tourner les événements à son avantage, une des spécialités de Lylim. Et d'ailleurs, elle n'avait pas manqué de venir appuyer ses propos en chatouillant par surprise et par traîtrise son pauvre matelas, qui s'indigna gentiment. Elle n'avait rien trouvé de mieux à faire que de rire en s'accrochant à lui pour ne pas tomber de son couffin personnel poilu. Et de qualité supérieure qui plus est, car soucieux de sa cargaison, il avait pris soin de lui éviter toute chute en la rattrapant, pour mieux la serrer encore un peu plus contre lui. Pour sûr, Lylim ne regrettait définitivement pas cette petite taquinerie qui lui avait permis de se rapprocher encore un peu plus de lui.... Et qui lui offrait même le luxe de sentir la douce queue du léopard venir flatter la jambe autour de laquelle elle s'était enroulée. Que du bonheur.... La tentatrice sourit doucement en entendant le félin dire qu'il aurait bien aimé visiter son monde malgré ses dangers. Pour une fois que ce n'était pas un conjurateur qui tenait ce genre de discours ! Elle aurait elle aussi beaucoup aimer pouvoir lui montrer l'endroit d'où elle venait, son histoire, ses pièges, ses trésors.... Mais Zakaerii la ramena à la réalité.

Elle laissa échapper un petit soupir, mais il avait raison. Il y avait des âmes bien trop retors pour permettre ce genre de prodige, et pas seulement chez les fiélons.... Pas un pour rattraper l'autre. Ces histoires de haines lui pesaient parfois beaucoup. Elle lâcha.


Les gens devraient faire l'amour, pas la guerre....

C'était beaucoup plus agréable, moins dangereux, et en plus ça permettait de donner la vie. Mais pour l'heure, Zakaerii était décidé de découvrir celle de sa succube. Et lorsqu'il lui demanda la première expérience de ce monde, la jeune femme fut prise d'un fou rire rien qu'à évoquer ce souvenir. Dès qu'elle fut calmée, elle lui avoua.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que cela avait été sportif en effet ! J'avais attendu ce moment pendant des lustres ! Et enfin, j'avais réussi à répondre à un appel assez puissant pour me faire venir. J'étais excitée comme une puce, et quand je suis arrivée, j'ai à peine regardé mon invocateur. En fait c'est quand il s'est mit à hurlé que je me suis rappelée qu'il devait être là. Tout avait été si vite que je n'avais pas pris le temps de m'habiller.... Et en plus, je n'avais pas encore choisi d'apparence ildirienne. Ce conjurateur n'avais jamais vu de succube auparavant.... Et le bougre s'est enfuit ! Il a fallu que je lui cours après pour le rattraper et savoir ce qu'il attendait de moi. Tu aurais vu sa tête, hi hi hi, entre le horrifié, choqué et gêné ! Il ne savait pas s'il devait me scruter pour découvrir ce que j'étais ou au contraire ne surtout pas me regarder. Finalement il m'a renvoyé, il n'arrivait même plus à penser à ou articuler une phrase convenable. J'avais été très déçu, mais au moins j'avais pu voir à quoi ressemblait réellement un ildirien, et par la seconde fois, j'avais revêtue une forme plus humaine. Cela s'est beaucoup mieux passé, même si je n'avais pas des vêtements couleurs locales. j'ai eu quelques conjurateurs mais ils se séparaient vite de moi pour ne pas céder à mes charmes. Donc je n'avais pas trop le temps de voir du pays. Puis ce fut le tour d'Edward.... Il avait besoin de mes capacités de séduction et de combat. Il était jeune et fougueux à l'époque, plein d'ambitions et de rêves. Il m'a fait prendre la mer, découvrir de nombreuses îles et ports.... Il n'était déjà pas un enfant de chœur, mais l'âge l'a beaucoup changé...... C'est un homme que j'ai vu vieillir et changer. Comme si le poids du temps ne cessait de l'aigrir et de lui faire perdre tout simplement la capacité d'apprécier la vie....

Elle eu un pincement au cœur en se souvenant comment cela avait fini. Elle enfouit sa tête dans le pelage de Zakaerii, comme pour se cacher de ces mauvais souvenirs, comme pour ne plus jamais revoir sa peine et sa douleur. Elle releva la tête pour finalement reprendre son récit.

Heureusement le suivant fut Elorias. Lui aussi je l'ai vu vieillir.... Mais lui se bonifie avec le temps. Ou alors je l'ai trop usé hé hé hé, c'est possible aussi. Les conjurateurs comme lui et Griffe-Lune sont atypiques, mais je pense qu'ils sont ceux avec qui les fielons peuvent s'épanouir le plus. Sipriar seul sait sur quel genre de conjurateur je pourrais tomber par la suite....

Elle n'avait pas envie de quitter Elorias, car elle s'était habituée à lui et surtout à son caractère conciliant. Mais elle ne pouvait pas en demander autant à tous. Elle espérait surtout qu'elle ne tomberait pas sur un esclavagiste.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 6 Fév 2018 - 12:27

« Il y a créativité et créativité. Que les gens échafaudent des plans pour mettre en boîte leurs amis en leur faisant croire qu’ils ont été abusés par leurs maîtres, ça va. Mais j’imagine que certains seraient capables de mettre une ville à feu et à sang pour une blague. Mieux vaut peut-être éviter que cela ne dérape un peu trop rapidement… » Et ce n’était pas simplement des paroles en l’air, car le Suli était convaincu qu’il y avait certaines personnes auxquelles il ne valait mieux pas laisser une quelconque marge de manœuvre à ce niveau-là, sous peine de se retrouver avec plus de problèmes que d’éclats de rire. Lylim était peut-être maîtresse à ce jeu-là et maîtrisait probablement l’ensemble des conséquences de ses petites plaisanteries, mais le commun des mortels ne réfléchissait pas à plus loin que le bout de son nez et, en particulier, n’imaginerait probablement pas toutes les conséquences funestes qu’il pouvait y avoir. Après tout, la Succube avait probablement compté sur l’emportement du Suli et, visiblement, s’était positionnée, à la fois pour ne rien manquer du spectacle, mais également pour intervenir au besoin. Il n’était pas évident que tout le monde aurait envisagé cette possibilité. D’ailleurs, la jeune femme démontrait une nouvelle fois son habilité à rebondir sur n’importe quelle situation. Car si le Féidaë avait remis en cause le côté potentiellement dommageable du savon vis-à-vis de son pelage, elle n’avait pas manqué de lui faire remarquer qu’il existait des solutions naturelles tout à fait adaptées, avec le même effet qu’un savon tout ce qu’il y avait de plus basique. Ceci étant dit, la perspective d’être frotté avec des fleurs ne l’enchantait pas particulièrement. « Je vais finir par croire que sent naturellement mauvais à t’entendre me parler de bain et de savon. Déplairais-je à ton odorat ? » Bien entendu, il la taquinait un peu. Juste retour des choses. Même si, bien entendu, il était tout à fait possible que son odeur – plus sauvage que la plupart des individus – l’indisposait peut-être. Mais cette hypothèse était peu réaliste, compte tenu qu’elle n’hésitait pas à se coller contre lui. Ou peut-être faisait-elle simplement abstraction ?

Le débat se déplaça ensuite sur l’Outre-Monde, ses similarités avec le monde de Zakaerii. Compte-tenu des descriptions de Lylim, il n’était pas difficile pour le Suli de se faire une meilleure idée de l’endroit où elle avait pu passer ses jeunes années et, d’une certaine façon, ils semblaient avoir partagé un environnement un peu hostile dès leur plus jeune âge, un point commun qu’il trouva amusant de souligner intérieurement. Cependant, elle avait raison, l’omniprésence de la violence dans son monde venait peut-être du nombre. Plus de créatures signifiaient plus de rencontres fortuites et donc, plus de combats, qu’il s’agisse de territoires ou simplement de suprématie. Après tout, si le nombre d’animaux territoriaux devait croître dans une région donnée, la quantité d’affrontements entre eux augmenterait sans l’ombre dans doute, c’était une simple vérité mathématique. « C’est un fait. J’imagine qu’avec l’augmentation de la population vient l’augmentation du risque de conflit, c’est légitime. » Cependant, lorsqu’ils évoquèrent l’immortalité et que le Félidaë évoqua l’hypothèse de l’accepter si elle lui était offerte un jour, la Succube ne manqua pas de lui faire remarquer qu’il y avait là certaines légendes de son monde qui relataient l’histoire d’Ildiriens devenus immortels, et, par la suite, fous au point de mettre fin à leurs jours. Chose qui, effectivement n’était pas vraiment très engageante ainsi évoquée. Il n’eut cependant pas spécialement l’occasion d’en débattre qu’elle ne manqua pas de lui faire comprendre qu’elle préférait être la seule à pouvoir le rendre fou, en profitant pour le chatouiller à nouveau, comme elle savait si bien le faire. Pestant gentiment à son égard, il l’attira contre lui, alors qu’elle manquait de tomber, préférant la garder sur lui plutôt que de la laisser tomber sur le sable. « Les légendes ont toujours leur petite part de vérité. Mais je compte bien que tu me surveilles si je dois devenir éternel. Qui sait, je pourrais m’ennuyer et commencer à jouer des tours, comme toi. » Sur ces mots, il roula sur le côté et fit tomber la jeune femme à la renverse dans le sable. Il passa au-dessus d’elle dans un sourire narquois, lui vola un baiser timide avant de soupirer. « Mais je crois que je suis trop gentil… » Il s’allongea à nouveau à côté d’elle, sur le flanc, passant un bras derrière sa nuque pour lui servir d’oreiller tandis qu’il l’attirait à nouveau contre lui.

« A en juger par ma récente expérience, je ne peux qu’approuver tes propos, mais j’ai bien peur qu’il sera difficile d’inculquer ce genre de raisonnements à tout le monde… » Il était difficile de savoir pourquoi les Hommes finissaient toujours par se battre. Peut-être une question d’égo, une volonté de montrer sa force, sa suprématie… Et dans les Hommes il comptait tous les Ildiriens, qu’ils soient hommes, Sulis ou même Aasimars ou Tiefflins. Lui-même se battait lorsque c’était nécessaire, sans forcément chercher à raisonner son adversaire. Et, après tout, il était un dévot du Dieu de la Guerre. D’ailleurs quelque chose lui disait que la suite de leur voyage ne serait pas de tout repos… Quoiqu’il en fut, Lylim décida de lui raconter ses premières arrivées dans son monde, d’un premier invocateur trop gêné par sa présence à Elorias, en passant par un dénommé Edward, avec lequel elle avait probablement vécu une expérience… déplaisante. Alors qu’elle semblait se réfugier contre lui, il passa son bras autour de sa taille, l’attirant au plus près, posant son museau dans ses cheveux en déposant un baiser sur sa tête en signe de réconfort. Il se rappela d’Edward Barbe-de-Jais, qu’ils avaient croisé en mer et se rappela qu’effectivement ces deux-là semblaient avoir un passé commun assez chargé. « Est-il possible d’invoquer un Fiélon en particulier ? Ou essaye-t-on simplement d’en invoquer un, et puis c’est la chance qui choisit pour nous ? Je veux dire… A supposer que je sois un Conjurateur, pourrais-je explicitement appeler un Fiélon en particulier ? » La question était purement théorique, ou presque. Après tout, l’idée qu’Elorias puisse la congédier n’était pas apparue dans l’esprit de Zakaerii jusqu’à maintenant. Mais il était véridique que sa présence en ce monde dépendait du vieil homme… Il soupira pour lui-même, préférant ne pas trop penser à ce genre de chose. « Et donc comme cela tu peux changer de forme ? Est-ce que tu peux choisir à volonté où est-ce limité ? Je serais curieux de te voir sous ta véritable forme… » Ce n’était pas simplement de la curiosité mal placée, loin de là. Mais maintenant qu’il avait l’impression de ne pas avoir la véritable Lylim entre les bras, l’idée de pouvoir un jour voir sa vraie forme l’interpelait au plus haut point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 6 Fév 2018 - 16:40

Lylim soupira aux propos du félin, tout en acquiesçant. Elle connaissait trop de fiélons pour les citer qui auraient pu parfaitement correspondre à la description de Zakaerii. Alors si on ajoutait ceux qu'elles ne connaissaient pas et les ildiriens, on arrivait vite à une apocalypse inéluctable. Mais le ton changea rapidement lorsqu'il en vint à supposer qu'il ne fleurait peut-être pas la rose. Lylim se laissa aller à rire, avant de lui répondre.

Tu ne sens rien à mon goût, rassure toi. Je pense que tu es même plus propre que la majorité de ces messieurs ildiriens.... Hé hé hé je ne vais pas m'en plaindre. En plus, les pelages gardent toutes les odeurs des forêts et des plantes, c'est très rafraîchissant.

Ironie de la situation, son gros matou sentais le frais là où certains ildiriens sentaient le "fauve". Comme quoi les choses n'étaient pas forcément ce qu'elles semblaient. Elle acquiesça à la déduction mathématique sur l'explication du fort taux de conflits dans son monde. Elle se mit à rêvasser sur ce que serait ce monde si lui aussi venait à se mettre à grouiller de vie. Certes il y aurait automatiquement plus de mort, mais il y aurait plus d'activités.... Cette ébullition qui lui était si familière serait-elle la même ici ? Elle ne le saurait sans doute jamais. Mais ce n'était pas bien important. Elle se mit à rire lorsqu'il lui céda la responsabilité de le surveiller au cas où il commencerait à faire des bêtises dans un éternité hypothétique.

Tu compte vraiment sur moi pour t'empêcher de faire des bêtises ? Je serais la première à t'y encourager hi hi hiiiiiiiiiiii !

Et en parlant de bêtise, le voilà qu'il se mit lui aussi à joindre le geste à la parole. Elle se retrouva sur le sable, et se remit à rire une fois la surprise passée. Surtout qu'elle eut droit à un petit baiser pas désagréable au passage de ce matou narquois. Lorsqu'il se dit qu'il était trop gentil, la succube se mit à jouer avec ses moustaches en nuançant.

Mmmmh je suis sûre que tu peux être un félon félin quand tu t'y mets... Tu n'hésite déjà pas à mettre à terre des pauvres demoiselles sans défense alors le reste....

Elle lui tira un bout de langue malicieux, fière de sa provocation. Elle se laissa rêve à un monde où les gens préfèreraient faire l'amour à la guerre.... Dans un sens cela avait un petit goût de paradis, mais de l'autre elle craignait une rapide surpopulation ! C'était un détail qu'il faudrait étudier, car si les incubes et succubes pouvaient choisir de procréer ou non, ce n'était pas le cas des autres espèces. Zakaerii, lui, mit en avant la difficulté de faire adhérer tout le monde à cet état d'esprit. Elle esquissa un sourire malicieux avant de répondre le regard brillant.


Laissez ce monde quelques temps aux incubes et succubes, et je suis certaine qu'on pourrait faire des prodiges de persuasion.... Enfin sauf avec les type comme Shotra.... Là il faudrait des miracles.

Elle était tout à fait consciente qu'on pouvait lui résister et qu'elle n'était pas infaillible. Mais Shotra donnait l'image de ne pouvoir aimer personne. Et peut-être même de ne pas pouvoir aimer tout court. Si elle ne l'avait pas être aux petits soins pour Fleya, elle aurait même été persuadé qu'il était tout bonnement incapable d'apprécier quelqu'un d'autre. S'appréciait-il seulement lui-même ? Cela n'avait aucune importance au final. Zakaerii lui posa des questions sur les possibles choix en matière d'invocation. Lylim réfléchit un instant, avant de lui répondre.

Un conjurateur peut invoquer un fiélon qu'il connait déjà, mais cela se voit rarement. Soit les invocateurs gardent les fiélon qui sont à leur convenance, en prolongeant leur contrat. Soit dès qu'ils le peuvent ils s'en séparent, avec le plaisir de pouvoir passer à autre chose. Mais généralement, les conjurateurs se moquent de l'identité du fiélon. Du moment qu'ils sont suffisamment puissants pour avoir un type qui les intéresse, et que le fiélon réponds à leur besoin, le reste importe peu. Ils expriment leur besoin, et en fonction de leur puissance, les fiélons entendent ou non leur proposition. Il y a plusieurs fiélons capables de répondre à la demande, et à ce moment là c'est au plus rapide. Si un conjurateur veut un fiélon en particulier, il verra bien à l'arrivée si c'est le fiélon qu'il souhaite ou non.

Jusque là, tout allait bien. Mais vint le moment où Zakaerii lui demanda quelle était sa vraie forme. Lylim tiqua, les mauvais souvenirs lui revenant en tête de manière un peu trop pressante. Elle se redressa un peu, essayant d'organiser sa réponse.

Je ne peux pas voler l'apparence d'une personne. En dehors de cela je peux changer, mais c'est un processus assez long et prendre un nouveau corps en main est fastidieux. Aussi on essaie de choisir une apparence qui nous plaît et de la garder tant qu'on est pas forcé d'en changer. Après on peut effectuer des changements mineurs assez aisément, comme une coupe de cheveux ou la couleur des yeux. Et.... pour ce qui est de ma vraie forme.... je préfère ne pas la montrer. Ici, mon apparence fait peur aux gens. On me trouve monstrueuse, et outre le dégoût j'inspire des fortes idées de meurtre à mon égare. Je n'ai pas envie de prendre le risque que tu me vois sous cette angle, même si je sais que tu ne chercherais pas à me tuer pour mon physique.

En réalité, et bien qu'elle refusait de se l'avouer, elle n'avait pas envie de prendre le risque de l’écœurer, et qu'il puisse être dégoûté d'elle. Il ne lui semblait pas que Zakaerii soit du genre à condamner pour un physique pas forcément flatteur. Mais après tout, elle ne pensais pas non plus que Edward prendrait aussi mal sa vraie forme et qu'il veuille la tuer pour ça. Et si elle ne craignait pas pour sa vie, elle craignait de perdre une partie de l'intérêt que son matou lui portait. L'ennuie était qu'elle se doutait bien que cela allait une chose qui allait piqué au vif la curiosité du félin. Et elle ne pouvait lui en vouloir, bien consciente qu'à sa place, elle aurait sûrement tout tenté pour voir cette forme énigmatique. Elle devait essayer de désamorcer la situation.

Ce n'est pas bien grave va. Après tout tu as devant tes yeux un corps admis comme très agréable. Je pense qu'il ne sera pas dur de t'en satisfaire.

Elle doutait très sincèrement que cela suffise à apaiser la curiosité du félin. Mais en cet instant, elle ne pouvait pas faire grand chose de plus.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 6 Fév 2018 - 18:39

Les pelages avaient effectivement le mérite en quelque sorte, de retenir les odeurs des milieux dans lesquels ils évoluaient. D’ailleurs, il y avait fort à parier que, dans la soirée, il émane du corps du Suli quelques senteurs iodées provenant de la crique, sauf, si bien entendu, la Succube n’y imprègne davantage son odeur à elle, à force de se coller contre lui. Non pas que cela puisse le déranger pour un sou, loin de là. Depuis La Sirène, il devait admettre qu’il avait toujours apprécié le parfum naturel qui se dégageait de son corps. « Il est rare de voir des créatures à pelage ne pas en prendre soin… A moins bien entendu qu’elles ne soient mal en point ou malades. Cela fait partie des premières choses que l’on apprend dans la vie. » Alors que, étonnamment, la propreté ne faisait pas nécessairement partie des basiques lorsqu’il s’agissait de l’éducation Ildirienne. C’était quelque chose que le Suli avait déjà pu remarquer avec une certaine surprise. Son père adoptif lui avait alors appris que c’était également une question d’inégalité sociale et que, généralement, les plus pauvres n’avaient pas nécessairement l’accès aux moyens de se garder réellement propre. Néanmoins, il restait également quelques individus qui n’en avaient strictement rien à faire. Eduqué, autant par ses véritables parents que par ses parents adoptifs à privilégier une bonne hygiène, Zakaerii avait toujours fait en sorte de prendre un minimum soin de son pelage, même si ce n’était le plus souvent qu’à l’eau claire. N’en déplaise à la petite Succube qui espérait tant le savonner. « C’est vrai que ce n’est peut-être pas judicieux de te désigner comme garde-fou… Peut-être trouvais-je trouver une autre personne pour passer cette hypothétique éternité… » Il lui jeta un regard en coin, légèrement amusé. Non, décidément, il ne voulait pas imaginer une autre personne avec qui passer une possible éternité. Puis, de toute manière, il ne connaissait pas beaucoup d’autres immortels, à part peut-être Shotra, mais ce dernier semblait déjà bien moins engageant, quoi qu’on puisse en dire.

Tandis qu’il la surplombait, légèrement fier de son petit coup, digne retour des choses compte-tenu des petites misères qu’elle s’ingéniait à lui offrir, elle ne manqua pas de lui rendre la pareille, jouant avec ses vibrisses tout en arguant qu’il n’était pas si loin d’être un si mauvais fiélon félin compte-tenu de certains de ses comportements. Il esquissa un sourire tandis qu’il faisait glisser une main de ses flancs jusqu’à ses hanches. « Il faut dire que j’ai peut-être l’une des meilleures instructrices en la matière… Et puis… Il me semble que tu voulais faire de moi ton fiélon, non ? » Il abandonna ses caresses, reprenant une posture plus innocente et la reprenant contre lui d’une façon plus tendre que provocatrice. Aurait-il pu simplement s’abandonner là, au milieu d’une crique, en pleine journée, à la merci du moindre passant décidant de venir faire un tour par ici ? Rien n’était moins sûr. Mais l’idée lui avait effleuré l’esprit lorsque Lylim l’avait suggéré. Cependant, s’il y avait une chose qu’elle lui avait apprise, c’était de ne pas avoir honte de ce genre de pensées. Mais, malgré tout, l’idée de laisser le monde aux Succubes et aux Incubes… « J’imagine que faire mourir les gens de plaisir est plus agréable que de les passer par le fil de l’épée… Néanmoins, je serais curieux de voir ce que des Incubes et des Succubes pourraient réaliser ensemble, à part… Heam… S’arranger pour obtenir davantage de plaisir. » Il avait eu la brillante idée de penser à une multitude de Succubes et d’Incubes réunis au même endroit, dans une occupation qui n’avait rien de très chaste. Il préféra rebondir sur la question de Shotra. Il était vrai que le démon d’ombre ne semblait pas particulièrement des plus agréables. Mais Zakaerii avait plutôt l’impression que ce dernier était pragmatique et complètement dévoué à Fleya. « Pour un peu, d’une certaine façon, je pense qu’il apprécie Griffe-Lune et que c’est de toute façon la seule qui mérite son attention. Aussi, il n’est pas très étonnant qu’il paraisse froid et distant avec les autres. Je pense qu’il m’estime un minimum, mais seulement parce que je lui ai rendu un service par le passé. Après, je me trompe peut-être, Shotra n’est pas l’individu le plus facile à déchiffrer. »

La Succube lui apporta ensuite quelques précisions concernant l’invocation de Fiélons. Visiblement les Conjurateurs ne s’embarrassaient pas spécialement de l’identité de l’entité qu’ils invoquaient, plutôt de son pouvoir. C’était dommageable, en tout cas du point de vue du Félidaë, même s’il avait probablement une idée un peu trop naïve du concept qui reliait Conjurateurs et Fiélons. Les choses ne se passaient probablement pas aussi bien qu’elles pouvaient l’être entre Fleya et Shotra ou Elorias et Lylim… « Je vois. Ça m’a l’air à la fois plutôt simpliste et pourtant extrêmement compliqué. Je suis bien content de me contenter de me battre. J’ai toujours eu une haute estime pour les magiciens, la discipline m’a toujours semblé extrêmement complexe. » Sur la question de sa véritable forme, par contre, la jeune femme sembla plus… mal à l’aise. Si elle répondit relativement clairement sur ses capacités de changeforme, elle sembla néanmoins essayer d’éviter le sujet en bottant en touche. Etait-elle si monstrueuse qu’elle le mentionnait ? Il n’avait, pour ainsi dire, jamais vu de Succube, aussi ne pouvait-il se fier qu’à ce qu’elle lui disait. Mais pensait-elle vraiment que cela le dégouterait à ce point ? Peut-être savait-elle mieux que lui, ou peut-être était-elle simplement mal à l’aise de se montrer telle qu’elle était. Quoiqu’il en fut, Zakaerii n’insista pas, par égard pour elle. Il se contenta de rebondir sur la porte de sortie qu’elle s’était offerte, vantant les mérites de son corps actuel. « Personne ici-bas ne pourrait décemment te regarder sans dire qu’il ne te trouve pas magnifique. En tout cas, tu es probablement bien placée pour savoir que je ne serais pas le premier à le faire. » Il esquissa un sourire et passa une patte sur son visage, repoussant une mèche de ses cheveux roux derrière son oreille. « J’imagine que je saurais m’en contenter aisément, oui. » Il se redressa finalement, admirant l’horizon tandis qu’il s’installait en tailleur sur le sable. « C’est vraiment un coin tranquille par ici… Je pourrais presque en oublier ce pourquoi nous sommes ici… » Il avait dit cela plus pour lui-même que pour Lylim. Il prit une profonde inspiration, expirant très lentement et tourna la tête vers la Succube. « Tu préfères encore profiter de la vue ou tu veux qu’on aille jeter un œil aux autres recommandations de l’aubergiste ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 7 Fév 2018 - 13:51

Lylim acquiesça aux propos de son gros matou sur le soin que prenait les possesseurs de fourrure vis-à-vis de l'entretien de leurs poils.... Comme si elle savait très sincèrement de quoi il en retournait.... Mais elle afficha rapidement ce sourire qui n'indiquait rien qui n'aille, lorsque son félin émis l'idée de trouver quelqu'un d'autre pour partager son éternité. Si d'ordinaire la demoiselle était tout sauf possessive, il y avait certaines choses pour lesquelles elle ne tolérait rien d'autre que l'exclusivité. C'était très rare, mais il apparemment Zakaerii avait réussi à faire partie de cette catégorie soumise à un traitement de faveur.... Et bien qu'elle se refusait à l'admettre, elle allait en faire l'éloquente démonstration.

Il pourrait bien me venir l'envie d'écourter l'éternité de ladite personne.... Alors choisi bien hé hé hé !

Elle n'était pas peu fière de l'entendre la complimenter sur ses talents de professeur de bêtises. Tout sourire, ce n'était pas elle qui allait bouder un compliment. Elle renchérit donc.

C'est toujours agréable d'enseigner à des élèves motivés et investis. Il te reste encore du chemin à faire mais.... Je suis heureuse d'avoir encore de longues journées d'apprentissage avec toi. Je suis certaine que tu me réserveras des surprises merveilleuses et que je ne manquerais pas d'occasions d'être fière de mon choix ! Tu apprends vite, et pas seulement en terme de félonie, hi hi hi !

Elle vint déposer un baiser sur le bout de sa truffe, savourant la tendresse et la quiétude de ce moment. Moment qui aurait pu être propice à tout autre chose, mais la succube avait décidé de faire un effort pour laisser le matou tranquille. Certes, c'était dans l'espoir que ce soit lui qui fasse le premier pas, mais c'était tout de même un effort. Et jusqu'ici, elle parvenait à s'y tenir. Mais voilà que ce fut Zakaerii qui se mit à jouer malgré lui aux tentateurs. Le voilà qui suggérait quelques idées quant à la possible réunion d'incubes et de succubes en grand nombre et au même endroit, et des activités possibles en pareil rassemblement. Lylim afficha un air rêveur, se délectant de quelques images plus osées les unes que les autres, où elle ne se priva pas d'inclure un certain félin.... Qu'elle imaginait déchirait entre plaisir et gêne, les deux portés à leur paroxysme. Elle réprima un rire, difficilement, avant de lui répondre.

Sois sûr que le plaisir sera toujours présent dans leur projet....

Elle se connaissait, et elle connaissait les siens. Si on les laissait libre de choisir, ils ne feraient pas faux bond à leur réputation ! Elle soupira doucement en l'écoutant se prononcer sur le cas de Shotra. On ne pouvait nier que mis à part Fleya, le reste du monde ne semblait pas exister pour lui. Elle afficha un air impressionné quant à l'intérêt que son matou avait su suscité chez lui.

Hé bien, félicitation pour avoir su te faire bien voir de lui. Je pense que même si je sauvais la petite au péril de ma vie, il me regarderait toujours avec sa froideur et son mépris légendaire.... Hé hé, finalement c'est peut-être toi le plus irrésistible de nous deux, grand tombeur va !

Elle réfléchit un instant, en se demandant si elle trouvait la magie si compliquée à employé. Elle finit par dire.

Mmmh je pense que ça dépend le type de magie qu'on emploi. Et surtout si on né avec la magie ou si on doit l'apprendre. Pour ceux qui décident de l'apprendre ça doit être un véritable enfer.... Mais pour ceux qui naissent avec, c'est intuitif, c'est comme apprendre à marcher. Parfois il faut de la concentration, ou ça demande beaucoup d'énergie, mais c'est définitivement moins compliqué de faire quelque chose comme si on usait d'un réflexe. Par contre pour le combat, il n'y a pas de secret. Il faut apprendre et s'entrainer ! Finalement ce n'est pas si simple de savoir lequel des deux est le plus compliqué.

La conversation s'était risquée sur un terrain glissant, mais Zakaerii avait eu la sagesse de ne pas insisté. Ce qui soulagea grandement la tentatrice qui s'était considérablement détendue. Elle vint caresser la nuque du félin qui venait de la complimenter sur son apparence, qui était très à son gout.

Comme tu l'as dit, tu es peut-être trop gentil à m'affirmer que je suis magnifique ?

Elle ne doutait pas qu'il était sincère, mais cela ne l'empêchait pas de le taquiner un peu. Elle resta songeuse aux propositions du félin, lâchant dans un soupire béa de quiétude.

C'est vrai que l'endroit est calme et agréable. On se laisserait vite aller à l'abandon....


Et à dire vrai, si ça continuait comme ça ils allaient finir par s'assoupir, l'un contre l'autre, gentiment bercés par le bruit des vagues. Ils n'auraient pas dû reprendre la route le lendemain, elle se serait volontiers laisser aller à un peu de paresse. Mais elle ne savait pas quand ils pourraient de nouveau se balader à deux, alors qu'elle pourrait aisément dormir avec lui les nuits suivantes. Un sourire en coin, elle lâcha innocemment.

Tu sais, puisqu'on parlait d'incubes et de succubes réunis, je me suis dit qu'il était certain qu'en ville je pourrais trouver quelques confrères et consœurs qui seraient heureux de faire "plus ample connaissance" sur cette plage.... J'ai usé de quelques dons pour les inviter à nous rejoindre, j'espère que tu te sens en forme !

Elle laissa le doute planer quelques instants, espérant apercevoir une mine catastrophée ou au moins troublée chez son pauvre félin. Juste de quoi le réveiller un peu, avant de mettre fin à son tourment.

Je plaisante voyons ! Par contre, je ne serais pas contre l'idée d'aller voir la prairie aux coquelicots qui doit se trouer par delà la butée. Ce doit être beau à voir.... On y va ?

A vrai dire, elle avait déjà commencé à se relever pour prendre la direction de leur prochaine destination. Étant seuls, elle ne s'était pas gênée pour lui prendre la main. Des fois qu'il puisse se perdre.... Il ne leur fallu guère longtemps pour arrivée à destination, et Lylim ne regretta pas son choix.

Gentil coquelicot nouveau !:
 

Le tavernier n'avait pas menti, ça vaut le coup d'oeil.... Hi hi allons nous perdre dans les coquelicots !

Une fois encore Lylim entraina Zakaerii avec elle, amusée comme une grande gosse. Elle ne se lassait pas de l'insouciance et de la douceur de ces moments.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Jeu 8 Fév 2018 - 7:01

S'il y avait bien une chose à laquelle Zakaerii ne s'attendait pas spécialement, c'était remarquer à quel point la Succube pouvait sembler jalouse à l'idée qu'il puisse passer une hypothétique éternité avec quelqu'un d'autre qu'elle. Si elle aurait pu s'en formaliser avec un pointe d'humour, elle démontra cependant un certain sérieux lorsqu'elle lui fit remarquer qu'il pourrait bien lui passer par la tête d'écouter ladite éternité de la personne de son choix. Était-elle jalouse ? Le Félidaë l'observa pendant quelques courts instants, un peu surpris, peu enclin à savoir si elle se jouait de lui ou si elle était intimement sérieuse. Et si elle en avait ri, un peu, son regard n'était clairement pas celui qu'elle pouvait avoir lorsqu'elle essayait de le faire tourner en bourrique. Le Suli esquissa un léger sourire, un peu amusé du comportement ambigu de la jeune femme. « Cette Succube serait-elle donc jalouse ? Soit rassurée. A part Shotra, je ne connais pas beaucoup de créatures éternelles en ce monde. » Il lui jeta un regard taquin.  « Pour le moment. » Oui, il ne se gênait pas pour la provoquer, mais après tout, ce n'était qu'un juste retour des choses, non ? S'il devait bien apprendre quelque chose d'elle, c'était bien cette capacité à pouvoir utiliser n'importe quel prétexte pour taquiner son interlocuteur, ou dans le cas présent, son interlocutrice. D'ailleurs, il était convaincu qu'elle ne manquerait pas de prendre sa revanche, d'une façon ou d'une autre. D'autant que, dans le cas présent, Zakaerii savait, qu'à choisir, il ne chercherait aucune autre créature immortelle avec passer son improbable immortalité, Lylim lui convenant plus que parfaitement. A supposer, bien entendu, qu'elle reste en ce monde, ce qui n'était visiblement pas nécessairement acquis. Cependant, il n'était peut-être pas judicieux de ressasser ce genre d'idées. Heureusement, la Succube avait les moyens de le distraire de ces questions peu joyeuses. Et lorsqu'elle lui rendit son compliment, le qualifiant d'élève motivé et investi, il ne put s'empêcher de sourire, même s'il n'était pas certain d'être à ce point à la hauteur de ses attentes, souvent... éreintantes.

Il allait d'ailleurs répliquer, mais elle l'en empêcha, venant déposer un baiser sur le bout de sa truffe, le déstabilisant quelque peu. D'autant que cela avait le mérite de le chatouiller légèrement, en plus d'être un peu perturbant. « J'essayerais d'être à la hauteur de tes attentes. » Il avait fini par pouvoir dire quelque chose. Il allait visiblement rajouter quelque chose mais il préféra s'abstenir. Il se contenta de s'allonger aux côtés de la jeune femme, réduisant au maximum la distance qui les séparait tous les deux. Elle ne se serait probablement pas formalisée de ses pensées, mais il avait jugé bon de ne pas trop s'appesantir sur ce qui lui avait traversé l'esprit l'espace d'une seconde, peu aventureux de se laisser emporter dans une telle folie en plein jour et dans un lieu aussi ouvert. Ceci étant dit le sujet de discussion revenant aux Incubes et aux Succubes ne manqua pas de refaire surgir cette idée, et peut-être encore davantage lorsque Lylim n'eut pas de mal à lui rappeler que le plaisir était une condition inaltérable de tous leurs projets. D'ailleurs, heureusement qu'il n'avait pas spécialement connaissance des images que pouvaient s'imaginer la jeune femme, sans quoi son pelage entier aurait probablement viré au rouge tomate. Déjà l'idée d'une telle activité avec la Succube n'était pas une mince affaire à imaginer, mais si, en plus, il se retrouvait autour d'un grand nombre des siens... Il doutait de pouvoir survivre à une telle expérience pour pouvoir raconter une telle aventure. Heureusement, la discussion se détourna vers un sujet moins... gênant. Shotra était un atypique, étonnamment protecteur envers Fleya et particulièrement peu social, mais il n'en restait pas moins une personne que Zakaerii appréciait, mine de rien, et surtout que ce dernier avait appris à connaître et à qui il faisait confiance. Ce qui n'était probablement pas le cas de tout le monde quand on savait qu'il s'agissait d'un Fiélon. Cependant, après leurs aventures, il doutait sincèrement que la créature d'ombre n'en viennent à lui faire faux-bond, sauf si, bien entendu, les intérêts de Fleya passaient avant, ce qui, en soi, était compréhensible également. Le Suli eut un sourire amusé quand la Succube lui fit remarquer qu'il était peut-être le plus irrésistible d'eux deux. « Je pense que tu es loin du compte et entre toi et moi, tu es certainement la plus irrésistible, et de loin ! Mais je pense simplement que Shotra et moi avons fini par nous faire mutuellement confiance, car il sait que je ne laisserais pas tomber Griffe-Lune. » Et peut-être que le fait que Lylim était une Fiélonne, Succube de son état, poussait Shotra à la voir d'un mauvais œil à proximité de sa Conjuratrice, expliquant ainsi son comportement froid et distant.

La discussion se poursuivit encore et la jeune femme rebondit sur l'admiration du Suli sur la magie. Elle tempéra ses propos, précisant que c'était également une différence de savoir inné ou acquis. En effet, les personnes qui naissaient avec un don avaient probablement beaucoup plus de facilités que les autres, mais cela ne leur demandait pour autant pas moins de travail. « J'imagine que chacun verra midi à sa porte. Pour ma part, familier avec le combat à mains nues, j'ai conscience que c'est difficile, mais il me semble probablement plus naturel que la magie qui m'est complètement étrangère, ou presque. Après tout, mes pouvoirs ne sont pas uniquement dus à ma seule maîtrise. » Il faisait bien évidemment référence aux pouvoirs que lui accordait Revoran, car, en un sens, c'était bel et bien de la magie, mais, dans ce cas précis, il en était le dépositaire, pas l'instigateur. Aussi, il ne s'imaginait pas le moins du monde magicien, contrairement à ce que certains pouvaient penser. Lorsqu'ils évoquèrent les multiples formes de Lylim, Zakaerii préféra ne pas insister, conscient du malaise provoqué, ce qui, sembla parfaitement convenir à la jeune femme qui le gratifia d'une caresse et d'un petit compliment.  « Il n'y a rien de gentil à dire la vérité, enfin, de mon point de vue. » Il lui adressa un sourire, un peu timide, et posa un bras autour de ses épaules pour l'attirer doucement contre la sienne tandis qu'il lui demandait ce qu'elle comptait pour le reste de la journée. La perspective de rester ici, sur la plage, semblait suffisamment intéressante pour être considérée et ce n'était pas le Félidaë qui allait la contredire sur ce point. Un peu de tranquillité avant leur départ ne serait pas superflu. Cependant, la Succube ne manqua pas l'opportunité de taquiner son félin, lui annonçant en toute légèreté qu'elle avait contacté quelques uns des siens, présents à Ragepierre pour venir les rejoindre sur la plage, pour une activité qu'il était difficile de ne pas imaginer. Inquiet, le Suli s'était retourné vers la jeune femme pour savoir si elle disait la vérité et n'eut pour réaction qu'un éclat de rire, parfaitement heureuse de la réaction provoquée. Elle le rassura néanmoins, pour son plus grand plaisir, lui avouant qu'elle ne serait pas contre aller voir la prairie aux coquelicots qu'avait mentionné le tavernier et qui n'était pas très loin de la plage.

Se laissant entraîner par la Succube déjà partie avant même de finir sa phrase, il la suivit, sa patte dans sa main, ou plutôt l'inverse, dans leur petite ascension de la buttée derrière la plage. De là, ils purent découvrir une immense prairie verdoyante, ou plutôt rougeoyante. D'innombrables coquelicots pointaient leur couleur rouge vers le ciel, ponctuant à l'infini la verdure. C'était effectivement très beau à voir. Sans laisser davantage de temps à Zakaerii, Lylim l'entraina à sa suite parmi les coquelicots. L'air était bon et parfumé. De la végétation irradiait cette légère chaleur si caractéristique, mais agréable avec la petite brise qui faisait danser les plantes et les fleurs au rythme de ses vas et vients. Tandis qu'ils se perdaient, presque littéralement dans la haute verdure, le Félidaë se sentit assez soudainement un peu patraque. Il lâcha la main de la jeune femme quelques instants pour se masser le crâne.  « C'est bizarre, je... » Il tenta de prendre une grande inspiration mais cela ne sembla pas faire de grande différence. Il jeta un regard aux alentours et son regard se reposa sur la Succube, qui, visiblement semblait un peu inquiète. « Non, ça va. Enfin je crois, j'ai juste... » Il ne termina pas sa phrase. Son regard restait posé sur la jeune femme, et il ne pouvait pas s'empêcher de la trouver belle, attirante... Ses yeux fixèrent ses lèvres et sans pouvoir y résister, il attrapa Lylim par la taille, l'attirant contre lui, avant de l'embrasser passionnément. Il avait envie d'elle, il en avait toujours eu le désir, il fallait l'avouer, mais là, il n'arrivait simplement plus à se contrôler. Il avait besoin de sa proximité, il avait besoin d'elle et il n'avait aucune envie de s'en priver. Ses pattes commençaient à glisser sur les formes de la Succube, sans qu'il ne cesse de l'embrasser. Il y avait une pointe de sauvagerie dans cette étreinte, et si elle le connaissait bien, elle avait probablement du mal à savoir s'il laissait finalement son instinct parler, ou si quelque chose le faisait pour lui. La réponse était effectivement la seconde, mais ce n'était pas comme s'il faisait quelque chose qu'il n'aimait pas... L'environnement s'était simplement chargé de supprimer ses réserves. Car si la prairie était pleine de coquelicots, d'autres plantes parsemaient ce champs de verdure tapissé de rouge. Des plantes qui faisaient leur petit effet sur les félins, petits et grands. Rompant le baiser, s'écartant à peine de quelques millimètres, ses yeux plongés dans ceux de Lylim, Zakaerii lui murmura l'aveu qu'elle attendait peut-être depuis des heures. « J'ai envie de toi, Lylim. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Jeu 8 Fév 2018 - 11:07

Bien qu'elle n'en montra rien, et qu'elle s'amusa des propos du félin, sa remarque la perturba grandement après coup. Elle.... Jalouse ? Mais depuis quand ?! Ho elle ne doutait pas qu'elle puisse être capable de jalousie un jour mais cela impliquerait des circonstances particulières, très particulières.... Mais réfléchir davantage sur ce point, c'était s'élancer dangereusement sur la pente savonneuse d'une vérité qu'elle n'était pas prête d'affronter. Et dans une démonstration remarquable de déni caractérisé, elle refoula son début de raisonnement, se concentrant davantage sur la réponse qu'elle allait devoir donner au félin. Surtout que le coquin ne s'était pas privé de la mettre en boîte à ce sujet. Mais vis-à-vis de ses bêtises, la succube avait une politique maison toute faite et éprouvée depuis bien longtemps. Assumer, revendiquer, et être fière de ces dernières ! Et si on ne pouvait pas, elle se devait de faire une jolie pirouette.

Te laisser entre les mains d'autrui ? Pour qu'une tierce créature vienne mettre à mal tout le travail et l'enseignement que je t'aurais prodigué ? En voulant faire de toi quelqu'un de sage ? C'est hors de question évidemment ! Il sera bien difficile de trouver quelqu'un que je trouverai digne de mon prodige. Je ne veux pas qu'on te gâche, et qu'en plus on t'impose une éternité ennuyeuse. Quitte à renvoyer les prétendants là d'où ils viennent. Que ne ferais-je pas pour toi ?

Elle avait ponctué sa dernière phrase d'un sourire malicieux, pas mécontente d'avoir réussi à trouver un moyen de retomber sur ses pattes. Et peut-être même d'aller plus loin....

....A moins que je n'en profite pour mettre à l'épreuve tes aptitudes félonnes, et t'observer te débarrasser des gêneurs tout seul ? Cela pourrait être intéressant.... Te mettre quelqu'un sur le dos et voir comment tu te débrouilles....

Ce n'était pas forcément un projet qu'elle comptait mettre à exécution dès que possible, mais il n'était pas non plus totalement exclu qu'elle n'accomplisse pas ce vilain dessein un jour. Pour l'instant, elle voulait juste s'amuser à semer le doute dans l'esprit de son pauvre matou, comme toujours.... Et quand ce n'était pas ses mots qui le déroutaient, c'était ses baisers. Mais elle ne se lassait pas de ce spectacle, qu'elle trouvait toujours aussi adorable. Et quand en plus il venait déclarer qu'il tenterait de la satisfaire, elle ne pouvait que sourire attendrie. Elle caressa son visage, se voulant rassurante.

Jusqu'ici tu te débrouilles bien, rassure toi. Tu peux être fier !

La suite de la conversation se déroula gentiment, chacun partageant ses points de vue, et ses ressentis.... Et pour certaines ses incorrigibles bêtises ! Ce pauvre Zakaerii l'avait observé en se demandant si elle plaisantait ou pas. Car à sa décharge, c'était le genre de chose dont la chipie rouquine était tout à fait capable de faire ! Heureusement, elle se contenta de son air pas forcément rassuré, et n'insista pas plus que cela. Mais il était dit quelque part que ses provocations allaient finir par lui retomber dessus de manière inattendue.... Alors qu'ils s'étaient tous les deux rendus dans les champs de coquelicots, Lylim l'y avait entraîné avec l'enthousiasme d'une grande gosse. Mais alors qu'elle s'amusait de voir les coquelicots s'écarter pour mieux reprendre leur place après leur passage, la situation commença à changer doucement. Zakaerii commença à présenter quelques troubles.

Zak' ? Tu ne sens pas bien ?

Il lui avait répondu que tout allait bien, mais il n'avait même pas fini sa phrase. Lylim l'observa, fronçant les sourcils l'air dubitative. Zakaerii n'était pas du genre fragile, pour qu'il en vienne à se sentir étrange, c'était qu'il se passait quelque chose.... Et la suite termina de la convaincre définitivement ! Voilà que son matou l'empoigna d'une patte assurée, sans être brutale toutefois, et surtout qu'il l'embrassa avec fougue ! L'espace de quelques seconde, Lylim profita de se baiser, qu'elle lui rendait alors avec plaisir et passion. Surtout que ses mains venaient flatter ses courbes par des caresses irrésistibles.... Elle était à deux doigts de s'adonner à lui, sans retenue aucune, maiiiiiiis.... Le doute la percuta avec une violence qui l'empêcha d'avoir l'esprit tranquille. Elle attendit donc que cet exquis baiser se termine, pour observer un peu plus le comportement de son gros matou. Qui venait tout simplement de lui faire de délicieuses avances. En temps normal, elle lui aurait sauté dessus, avec passion et même dévotion. Mais ici.... Ce n'était pas du tout normal !

Elle en vint à se dire qu'on avait hypnotiser, ou droguer son fauve, que ce n'était pas possible autrement. Elle tilta alors sur sa propre pensée. Drogué.... Un champ de coquelicots..... Bon sang ! Elle attrapa doucement mais rapidement le visage de Zakaerii et plongea son regard dans le sien. Pas pour le plaisir d'admirer ses exquises prunelles, mais plutôt pour examiner ses pupilles.... Qui étaient dilatées. Lylim se sentit mourir doucement face à cette constatation épouvantables. Il était sous l'effet de substances illicites. Elle poussa un soupire à fendre l'âme, affichant un air désolée et triste. Elle avait attendu ce moment depuis l'auberge. Elle avait fait de gros efforts exprès pour qu'il arrive. Et maintenant qu'elle croyait être enfin arrivée au bout de ses peines, maintenant qu'on lui tendait cette douceur sucrée sur un plateau d'argent, elle ne pouvait plus le nier. Ce gâteau était un mensonge. mais en même temps, il était là, tout chaud, tout rôti, prêt à s'offrir à elle. Si désirable, si désireux.... Elle prit une profonde inspiration, luttant farouchement contre ses propres pulsions, et essayant de calmer cet amant trop ravissant.

Mon gros chat.... Dans d'autres lieux j'aurais été la plus heureuse de tout ceci.... De cette déclaration.... De cette initiative.... Vraiment je m'écouterai.... Je m'écouterai....

Ses propres mains parcouraient à présent le corps du félin, glissant à travers sa fourrure pour épouser les formes de ses muscles. Sans même s'en rendre compte, elle s'était blottie contre lui, dans une approche naturelle. Son corps était déjà en effervescence.

Si tu savais comme je voudrais te faire mien.... Comme j'ai envie de combler toutes tes envies, tous tes désirs....

Et ce n'était pas peu dire, car voilà qu'elle venait déposer ses lèvres contre les siennes, le serrant davantage contre elle. Son sang semblait bouillonner, et ce fut presque par chance qu'elle parvint à s'arracher de sa bouche. Elle reprit son souffle, essayant de se calmer pour retrouver elle-même ses esprits, avant de reprendre.

Mais mon gros chat ce n'est pas toi qui me parle.... Tu.... Tu es un peu drogué là..... Tu verrais tes pupilles.... Et... On.... On est dans un champs de coquelicots.... Ce sont des opiacés.... On s'en sert pour fabriquer de l'opium par exemple.... Et.... Et....

Même si elle essayait de se concentrer, ses mains s'étaient comme instinctivement glisser dans son pantalon, pour mieux aller s'accaparer doucement mais sûrement, le séant de son compagnon. Se rendant compte de sa propre audace naturelle, elle retira vivement ses mains du pantalon de Zakaerii, et se recula.

Si je cède tu risques de m'en vouloir et.... Même sans ça en fait.... Je préfère que la première fois que tu me demanderas ça.... Tu le fasses sincèrement, en ton âme et conscience.... Et..... Et....

La voilà de nouveau contre lui, c'était plus fort qu'elle, sauf que cette fois, elle avait glisser délicatement sa jambe entre celles du fauve. Lorsqu’elle réalisa qu'elle dérapait une fois de plus, elle bondit en arrière en se secouant la tête.

Rhaaaaaa par Sipriar quelle torture ! Bon ! Bon ! Bon ! Voilà ce qu'on va faire ! On retourne à l'auberge, ou ailleurs mais loin d'ici ! Et si t'as toujours envie, je te promets que je t'enchante jusqu'à ce que tu me demandes grâce, et même toute la nuit si tu le souhaite !


La pauvresse était haletante, et serrait les poings. Cela lui faisait vraiment de la peine de résister de la sorte, et se faire violence prenait ici tout son sens. Elle agissait réellement contre nature, et la frustration en devenait même douloureuse. Elle s'écarta rapidement de Zakaerii, évitant même de le regarder trop souvent tant elle craignait elle-même de céder. Elle espérait atteindre la sortie de ce champ des tentations avant que ça n'aille plus loin et qu'elle ne soit plus en état de se contenir. Mais le seuil de non retour était imminent.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 9 Fév 2018 - 4:48

Lylim avait toujours le don de se sortir de toutes les situations. Il ne savait pas si cela était dû au fait qu'elle faisait beaucoup de bêtises et devait toujours trouver un moyen d'éviter de se faire punir, ou si ce talent était inné chez elle. Aussi, lorsqu'elle lui fit remarquer que ce n'était pas de la jalousie mais simplement une volonté de ne pas voir son travail de longue haleine ruiné par une quelconque tierce créature, il ne put s'empêcher de sourire. Oui, à l'entendre, elle se pliait vraiment en quatre pour lui. « Eh bien, eh bien ! Quelle dévotion à mon égard. Je suis flatté. » Encore une fois, il doutait sincèrement de trouver beaucoup de créatures éternelles avec qui partager une éternité des moins probables, aussi, elle n'avait donc probablement pas beaucoup à se soucier de devoir écarter une concurrence pour le moment inexistante. Quand à savoir s'il serait en mesure de se débarrasser de la concurrence par lui-même, il n'y avait là rien d'évident. Si la Succube pouvait se vanter d'avoir poussé le Félidaë vers des comportements plus aventureux et fiélons, il était difficile d'imaginer qu'elle arriverait à le pousser à tuer quelqu'un, à moins qu'il n'y ait une véritable raison derrière. C'était un principe important pour Zakaerii, qui allait peut-être être mis à mal par la présence de la jolie rousse, mais il doutait qu'elle en vienne à lui faire faire des choses qu'il réprouvait grandement. Aussi, il ne se formalisa pas de sa petite proposition, au contraire, il préféra jouer le jeu. « Je vois que tu ne manques pas d'idées pour que je ne m'ennuie pas. Nous verrons bien le moment venu, mais garde bien à l'esprit que je pourrais te surprendre. » D'une façon ou d'une autre, ce n'était en rien un mensonge, loin s'en faut, mais il ne pouvait décemment pas s'avancer sur ce que pouvait lui réserver Lylim, elle qui s'était ingéniée, depuis leur rencontre, à le mettre en boîte. Pourtant, il ne regrettait jamais d'être descendu dans la cale le jour de l'attaque des pirates.

La discussion continua gentiment, sujet après sujet, la jeune femme faisant preuve d'une pointe de tendresse en lui confiant qu'il se débrouillait très bien jusqu'à présent. Elle ne manqua cependant pas de lui jouer un nouveau tour, en lui faisant penser qu'elle avait fait venir un certain nombre d'Incubes et de Succubes pour se joindre à leur petite retraite dans la crique. Son air peu rassuré sembla lui suffire cependant pour décider de le soulager et ils finirent simplement par quitter la plage pour dépasser la butte pour atteindre la fameuse prairie aux coquelicots. Bien entendu, le Félidaë était loin de se douter que la verdure cacherait quelques surprises. Car si Lylim s'était enjouée à l'idée que son compagnon prenne enfin quelques initiatives, elle avait rapidement pu constater qu'il n'était pas particulièrement dans son état normal. Et si elle avait attribué cette réalité à la présence des coquelicots, ce n'était pas les jolies fleurs rouges qui étaient responsables des penchants cavaliers de Zakaerii, mais bel et bien des plantes plus connues sous le nom d'herbes-aux-chats. Ces plantes, diverses et variées, ont la fâcheuse caractéristique d'avoir un effet particulier sur les félins, petits et grands. Et, dans le cas présent, celles-ci avaient simplement désinhibé le Félidaë, au point de lui laisser exprimer tout haut ce qu'il ne faisait que penser tout bas. Aussi, pouvait-on effectivement considéré qu'il était drogué, d'une certaine façon, mais là où la Succube se trompait, c'était qu'il n'était pas vraiment dans un état second. Cependant, si elle avait remarqué qu'il n'était plus tout à fait lui-même, elle n'avait pas manqué de lui envoyer des signaux plus ou moins contradictoires. Si elle semblait véritablement vouloir lui dire qu'elle se refusait à se laisser entraîner dans ses circonstances, ses gestes, eux, ne semblaient pas vouloir la décoller du Suli, et, au contraire, la façon qu'elle avait de passer ses mains sur son corps en disaient longs sur ses véritables intentions.

Aussi, Zakaerii, qui était relativement conscient de ce qu'il se passait, mais irrésistiblement attiré par la Succube, dans une volonté instinctive de la faire sienne, ne pouvait qu'apprécier la façon dont elle avait de se lover contre lui, de passer ses doigts dans son pelage et même de venir saisir ses lèvres dans un long baiser, qu'il lui rendait sans état d'âme. Ses pattes entouraient le corps de la jeune femme, la caressant à travers sa tenue. Si elle ne s'était pas écartée de lui, il l'aurait probablement soulevée du sol avant de se laisser tomber en arrière dans le matelas vert. S'il avait du mal à réellement penser, ses idées étant principalement tournées vers Lylim et tout ce que l'on pouvait imaginer lorsque l'on désirait une personne, le Félidaë parvenait quand même à aligner quelques pensées face à la résistance de la jeune femme. « Ce n'est pas... » Il luttait contre ses instincts les plus primaires et ce n'était pas les plus évidents. Mais, profitant de la distance de la Succube, il prit une grande inspiration par la bouche, essayant de limiter sa respiration nasale. « Pas les coquelicots... Herbes. » Il fit quelques pas en avant, rompant la distance avec l'objet de ses désirs ardents, résista difficilement à l'envie de l'embrasser et attrapa sa main avant de partir en direction du sommet de la butte dont ils venaient où la végétation était moins dense et où, probablement, il serait moins soumis aux effets des plantes environnantes. Il fut difficile pour lui de garder les idées claires alors que la Succube se trouvait juste à ses côtés et de nombreuses fois il dut lutter mentalement pour ne pas la prendre dans ses bras et l'embrasser. Après tout, il le voulait vraiment, elle aussi, pourquoi devait-il résister à ce que lui offrait le hasard végétal ? Cependant, cela n'était pas tout à fait juste. Quand ils arrivèrent en bordure de la prairie, là où il n'y avait plus que de l'herbe des plus classiques, Zakaerii prit une grande inspiration et essaya de retrouver ses esprits. « Cela faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé... » Le souffle court, il continuait de respirer profondément pour tenter de calmer ses ardeurs et son esprit. « C'était de l'herbe-aux-chats. Pas les coquelicots. Ces plantes sont communes, mais je crois qu'il y en avait une concentration impressionnante par là-bas... » Une fois apaisé, il se redressa, se tournant vers Lylim.  « Je suis désolé, ces plantes peuvent avoir un effet... désinhibant sur les félins, qu'ils soient grands ou petits, et même les Sulis n'y échappent pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 9 Fév 2018 - 11:07

Lylim n'était pas mécontente de son habilité à reprendre le pas sur la situation. Surtout que Zakaerii n'avait pas eu la désobligeance d'insister pour la mettre en prote à faux, mais au contraire de rentrer dans son jeu. La tentatrice, acquiesça donc à ses propos, et enfonça même le clou.

N'est-ce pas ? Que ne ferais-je pas pour toi ? Mais après tout à élève talentueux mesure d'exception. C'est un juste retour des choses.

Plus le temps passait et plus ils se montraient complices dans leurs petits jeux. Zakaerii commençait à prendre le pli de l'audace et de la provocation, ce qui ravissait la succube. Trop heureuse d'être poussée dans ses investigations, et tentée par la promesse d'un peu d'actions et de surprises, elle ne manqua pas l'occasion de pouvoir en profiter.

Ne me tente pas je pourrais y prendre goût.... Surtout que te connaissant je sais que tu pourrais me faire des prouesses d’ingéniosité.

Pour être surprise, elle ne se doutait pas qu'elle puisse l'être jusqu'à ce point. La réaction si soudaine et alléchante de Zakaerii l'avait laissée à la fois pantoise et envoûtée. Et cette surprise aurait dû être divine dans d'autres circonstances. Mais pour cela, il aurait fallu qu'elle puisse être menée à terme. Résister avait été une expérience bien compliquée pour tous les deux. Mais pour Lylim, cela avait été proche d'un véritable drame. Bon gré mal gré, le couple improvisé s'était retrouvée en haut d'une colline, où le félin pu reprendre doucement ses esprits. Il lui expliqua que ce n'était pas les coquelicots, mais cette vilaine Valériane qui lui avait joué un mauvais tour. Ce qui à tête un peu plus reposée était nettement plus tangible. Pour que le pavot exprime ses vertus narcotiques, il fallait transformer les graines. Une simple inhalation ne pouvait pas suffire. Mais sur l'instant son esprit n'était plus forcément plus clair non plus. Quelqu'un venait de perturber sérieusement ses capacités de réflexion. Elle s'assit, l'air profondément abattue, écoutant son félin s'excuser. Elle lâcha un soupire à s'en fendre l'âme, avant de lui répondre.

Crois moi, la plus désolée des deux c'est moi.... Haaa.... Je commence déjà à regretter. J'aurais dû te laisser faire, qui sait quand tu oseras de nouveau écouter tes envies....

Elle ramena ses genoux sous son menton, regardant l'horizon et le champ de coquelicot. Elle était tiraillée, même maintenant que les choses étaient faites. Est-ce qu'elle avait réellement eu raison de refuser ? Est-ce que c'était la meilleur chose à faire pour le faire évoluer et lui faire prendre confiance ? Est-ce qu'un petit coup de pouce naturel ne lui aurait pas été au contraire ce qu'il lui fallait ? Plongée dans ses réflexions, elle se dit qu'au pire, elle pourrait toujours cueillir un peu d'herbe à chat pour plus tard.... Et à vrai dire, même lorsqu'il serait à l'aise, sera pourrait toujours être amusant. Elle poussa un autre soupire, continuant de fixer l'horizon pour ne pas le fixer lui. Car elle aussi avait réellement besoin de faire retomber la pression. Surtout qu'elle n'avait pas été sous l'effet d'une quelconque substance illicite. Donc cela allait demander un peu de temps. Elle pensait qu'en revanche son cher matou allait vite retrouver ses esprits, et son tempérament calme, presque timoré à son goût.

Que fait-on mon fougueux félin ? Tu veux retourner à la crique ? Je doute que tu ais envie de retourner dans ce champ de toutes les tentations.... A moins qu'on aille ailleurs.

Elle ne serait pas contre mais ce n'était pas conseillé pour son matou, et au final ni pour elle. Car si elle avait pu résister une première fois, elle savait qu'elle ne pourrait pas réitérer l'exploit une seconde fois.

Ça va mieux ? Ton désir est passé ?

Le sien était revêche et résistant, mais une fois qu'il serait moins irrésistible, et surtout sans aucune avance, elle pourrait au moins essayer de le regarder. En tout cette drôle d'expérience serait mémorable, une fois la frustration passée. Elle repéra les tiges de valériane et autres stupéfiants pour matou grands et petits, bien décidé à revenir ici en prélever avant leur départ. Il lui faudrait les sécher et les conserver bien à l'abri loin de l'odorat poussé de Zakaerii. Cela lui promettait quelques jolis coups et peut-être même le petit coup de pouce qu'il lui faudrait pour ses projets entre lui et Fleya. Mais cela serait pour plus tard, beaucoup plus tard. Pour l'heure elle essayait de rattraper le coup et peut-être avec un peu de chance, de finir en beauté. Même si pour l'instant elle n'avait pas encore d’idée.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 12 Fév 2018 - 3:07

Peut-être était-ce un juste retour des choses, effectivement, mais le Suli devait admettre qu'il avait tout de même l'impression de subir un traitement de faveur, et peut-être pas uniquement parce qu'il jouait le jeu. Après tout, les marins à bord de La Sirène avaient probablement, eux aussi, essayer de jouer à ce jeu-là et, pourtant, de ce qu'il avait pu en voir, ils n'avaient pas eu autant d'attention de la part de la Succube. Devait-il y voir quelque chose de particulier ? Après tout, quelqu'un de sensé aurait simplement argumenté qu'aucun des marins n'allait les accompagner dans le voyage à venir et, que, quitte à se trouver un compagnon de jeu, autant en choisir un avec lequel elle pourrait s'amuser le plus longtemps possible. Mais quoiqu'il en fut, il appréciait ce qu'il avait avec Lylim, même si ce n'était qu'un jeu, rien de plus qu'une passade, le temps de ne pas se sentir trop seule pendant une aventure. Bien entendu, cette idée ne faisait pas le plus grand bien au Félidaë, qui, s'il s'était rendu compte d'une chose, s'était attachée à la jeune femme, et pas uniquement de manière amicale. Peut-être était-ce l'effet de leur dernière nuit ? Après tout, les animaux étaient conçus pour trouver une partenaire et s'accoupler avec elle. Si les Sulis bénéficiaient sûrement d'un peu plus de jugeote que leurs cousins félins, ils n'étaient peut-être pas exempts de certaines réactions primaires. Lylim ayant réveillé certains instincts chez Zakaerii, il pouvait être logique de conclure que sa partie animale la trouvait particulièrement parfaite pour la reproduction. Cependant, si cette idée avait une conclusion logique, elle n'expliquait que la composante sexuelle, pour ainsi dire, de l'attirance que pouvait avoir le Suli pour la Succube. Pourtant, il était convaincu qu'il y avait quelque chose de plus, quelque chose qui faisait qu'il la prenait en affection, qu'il appréciait qu'elle dorme dans ses bras, contre lui, la nuit, qu'il adorait passer l'une de ses mains dans ses cheveux et de voir son doux sourire à chaque moment de la journée. Une âme habituée à ce genre de phénomènes l'aurait déjà prévenu, mais le Félidaë n'était pas encore spécialement connaisseur de ces choses-là... Aussi finirait-il peut-être par apprendre de lui-même, ou non.

Cependant, l'épisode du champ de coquelicots eut le mérite de lui faire comprendre quelque chose. Car oui, la situation avait été particulièrement complexe et Zakaerii avait été plus ou moins maître de ses actes durant ce petit épisode visiblement déroutant pour Lylim, mais peut-être tout autant pour lui. Le Félidaë pouvait comprendre, d'une certaine manière, qu'elle pouvait être frustrée et particulièrement amère à l'idée d'avoir dû le repousser. Il l'avait vu aller à l'encontre de ses instincts, de son propre corps, pour refuser de le laisser faire quelque chose qu'il aurait pu regretter par la suite. Une action qu'elle semblait beaucoup regretter désormais, consciente que, dans des scénarios plus classique, le Suli n'était pas du genre à écouter ses envies. Elle n'avait pas tort, sur le fond, et, tandis qu'il reprenait pleinement ses esprits, Zakaerii ne put s'empêcher de réfléchir à ce que la Succube venait de lui dire. Mais l'herbe-aux-chats n'était pas une herbe qui faisait faire n'importe quoi aux félins, simplement exacerbait-elle quelques comportements, ou, dans le cas présent, avait-elle simplement supprimé quelques réserves chez le Félidaë. Là où il aurait dû douter de se laisser tenter, il avait simplement franchi le pas et, parfaitement conscient de ce qu'il faisait, il s'était simplement laissé porter. Cela ne lui avait pas semblé difficile, loin de là, et, en plus, ce n'était pas comme si Lylim l'avait repoussé. Enfin si, au final elle l'avait fait, mais seulement parce qu'elle était convaincu que ses actions n'étaient pas légitimes. Dans le cas contraire, et elle l'avait démontré, elle se serait volontiers abandonnée dans ses bras. De quoi donc pouvait-il bien avoir peur désormais ? Il restait bien entendu cette idée de ne pas la voir comme une simple distributrice de plaisirs, mais cela justifiait-il de ne pas en profiter avec elle ? Est-ce que ne pas céder à ce genre de pulsions la faisait se sentir plus spéciale? Et s'il le lui demandait, plus simplement ? Le pourrait-il seulement ? Après tout, compte-tenu de leurs priorités, les Sucubes n'avaient probablement pas besoin d'attachement, n'est-ce pas ? Si les hommes devaient s'attacher à elles, elles n'en finiraient plus jamais...

Pourtant, tandis qu'il l'observait, là, assise en tenant ses genoux, Zakaerii eut un pincement au cœur. Elle semblait véritablement mal au point. Tandis qu'elle lui demandait ce qu'il souhaitait faire, sans même chercher à la regarder, il s'approcha d'elle et s'installa derrière elle, dans une position semblable à leur dernier bain. Sans crier gare, il passa une patte ferme, mais douce, entre ses genoux et son ventre et l'attira contre son torse, l'enlaçant doucement. « Lylim, il y a quelque chose que tu dois savoir sur l'herbe-aux-chats. » Peut-être le savait-elle, peut-être pas, mais la question n'était pas vraiment sur ce point de détail.  « Elle ne pousse jamais un félin à faire ce qu'il n'a pas envie de faire, tout au plus lui évite-t-elle de réfléchir avant d'agir et le pousse à simplement réagir à ses envies, ses désirs. » Sa voix était douce et posée, mais pourtant, et il le sentait, son cœur battait quelque peu la chamade. Et pour lui, d'ordinaire si calme, ce n'était pas très habituel. « Aussi, pour répondre à ta question avec précision, non, mon désir ne s'est pas calmé. Tu es une femme magnifique et je doute que quelqu'un puisse un jour cesser de te désirer. Le fait est que je ne voulais pas que tu crois que je ne suis là que pour obtenir des faveurs... sexuelles venant de toi. J'apprécie ta compagnie, la patience dont tu fais preuve avec moi, et j'en viens même à apprécier tes bêtises à mes dépends. C'est pour tout cela que je suis là, ici, plutôt qu'ailleurs. » Il la serra un peu plus contre lui.  « Je crois qu'avec tout ça, je veux seulement te dire que... » Il prit une grande inspiration et souffla doucement, avant de pencher légèrement la tête en avant pour déposer sa truffe contre la nuque de la Succube. « J'ai vraiment envie de toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 12 Fév 2018 - 13:10

Zakaerii vint se glisser dans son dos, pour mieux la saisir délicatement. Elle ne put s'empêcher de sourire, et en même temps de prendre une profonde inspiration. Elle avait envie de rire, en pensant que s'il savait l'effet qu'il lui faisait en cet instant, il aurait sûrement bien ri de voir les rôles s'inverser. Et sûrement que son pelage aurait également viré au rouge tomate.... Elle s'adossa contre lui, en se concentrant pour essayer d'apaiser l'ardeur de son désir qui s'était vu raviver par cette nouvelle proximité. Et le félin reprenant la parole, elle pensait pouvoir focaliser son esprit sur autre chose.

Hmmm ?

Quelque chose qu'elle devait savoir sur l'herbe à chat ? Elle savait que cette drôle d'herbe avait tendance à agir comme une drogue sur eux et à les rendre complètement fous pour les plus sensibles. Mais après c'était tout ce qu'elle savait, après tout elle ne pouvait pas tester sur elle-même pour se faire une idée. Elle écouta son félin, se demandant ce qu'il pouvait bien y avoir à savoir d'aussi intéressant sur cette plante. Et ses propos commencèrent à nourrir un doute qu'elle se surprit à espérer de manière aussi puissante. Elle pensait que la Valériane était beaucoup plus puissante que cela, mais apparemment elle se fourvoyait. Oserait-elle y croire ? Elle commença à tourner timidement la tête vers son gros matou, avalant silencieusement sa salive. Elle ne le regardait pas encore, analysant plus en détails ses propos, comme cherchant un indice qui lui permettrait d'être sûre de ce qu'elle souhaitait. Si cela ne le poussait pas à commettre quelque chose qu'il n'avait pas envie, et qu'au contraire cela le poussait à écouter ses envies....

.....non, mon désir ne s'est pas calmé.

Cette fois-ci, elle tourna plus franchement sa tête vers lui, craignant de voir encore des pupilles plus dilatées que jamais.... Mais non. Et la suite de ses propos ne furent que plus merveilleux. Impossible de réprimer ce sourire sincère venu habiller ses lèvres. Et après tout pourquoi faire ? Elle n'était pas du genre à bouder son plaisir. Surtout au vu des propos qu'il tenait. Déjà il la flattait, mais avec sincérité. Elle pouvait le sentir, presque le lire en lui. Ensuite il la surprit, en lui avouant qu'il avait peur qu'elle ne pense qu'il ne s'intéresse à elle que pour le plaisir. Elle savait que c'était là une grande peur de la majorité des femmes de ce monde. Et que c'était aussi une des raisons qui poussait ces dernières à réfréner leurs propres envies, de peur que l'homme qu'elles aimaient ne se désintéressent d'elles une fois "consommées". Chose qui ne l'effrayait pourtant pas, car elle n'espérait pas obtenir plus de quiconque. Jamais on ne pourrait lui accorder plus. Mais... S'il la rassurait sur ce point là.... S'il attachait de l'importance à ce qu'elle ne pense pas ça de lui.... Ces côtés d'elle qu'il déclarait apprécier.... Son aveu sur le fait indéniable qu'il préférait être en compagnie plutôt qu'ailleurs.... Le cœur de la succube qui battait déjà la chamade, s'emballait de plus en plus. Il voulait lui dire quelque chose.... Qu'est-ce qu'il voulait lui dire.... Fébrile, Lylim plantait désormais ses grands yeux verts dans les prunelles bleues du fauve. Elle attendait quelque chose mais étrangement elle redoutait encore plus cette même chose. Et finalement, il lui dit ce qu'elle avait attendu depuis des heures.

La tentatrice lui offrit un sourire radieux. Il n'avait pas dit "plus", donc tout allait bien ! Il n'y avait absolument pas un non-dit éloquent dans ses propos et son attitude.... Du moins c'était ce qu'elle se disait pour mieux nier la réalité. Elle passa ses mains derrière elle pour mieux les glisser dans la chevelure du félin et lui dire avec une joie non feinte.

Loué soit Sipriar, tu l'as dit !

Et sans une autre forme de procès, elle inclina sa tête pour venir cueillir les lèvres de son Suli des siennes. Elle se blottit dans ses bras, pour une étreinte aussi tendre que passionnée. Elle l'observait ensuite si heureuse, et n'importe qui la regardant pourrait dire si amoureuse.... Elle s'était tournée pour être à présent face à lui, couvrant son corps de caresses qui se faisaient doucement fiévreuses. Et alors qu'elle avait glissé sa tête dans le creux de son cou pour mieux embrasser ce dernier, elle lui souffla.

Je sais ton respect sincère.... Merci de me faire aussi unique que tu l'es à mes yeux....

Son cœur s'emballa encore plus, et elle l'embrassa avec fougue pour mieux se faire taire elle-même. Plus un mot.... Pas un de plus. Avant qu'il ne soit trop tard.... Elle ne pouvait pas l'avouer.... Mais elle pouvait laisser sa passion l'exprimer. Et lorsqu'elle lui laissa enfin l'occasion de pouvoir reprendre son souffle, elle lui lança un regard malicieux en laissant échapper un petit rire.

Donc, cela ne te pousse pas à faire ce que tu ne voudrais pas hein....

Elle le sangla soudainement avec ses bras, et elle se jeta sur le côté pour que tous deux puissent rouler inexorablement tout droit vers.... Le champ de coquelicot.... Et d'herbe à chat ! Elle allait y mettre plus que sa passion.... Autant qu'il ose lui aussi mettre tout ce qu'il pouvait souhaiter. Une fois en bas, et des fois qu'il puisse feindre l'ignorance, elle cueillit des tiges de Valériane qu'elle vint glisser sous son museau. Le tout assorti de son sourire de chipie caractéristique, et en enfonçant le clou.

Oups ?

On ne pouvait faire plus faussement innocent, et de sa main libre, elle commençait à faire glisser distraitement les effets de son léopard des neiges. Elle lâcha bien vite les plantes, car comme lui avait dit Zakaerii, il avait réellement envie d'elle. Les végétaux avaient surtout servis de douces provocations. Elle vint de nouveau épouser les lèvres de son amant avec un plaisir et un bonheur explicites. Et si elle s'occupait de l'alléger de ses vêtements, pour le reste elle décida de le laisser faire. De le laisser lui aussi exprimer ses désirs, ses envies, sa passion.... Le laisser faire à sa façon, en l'accompagnant avec joie dans ses pulsions !.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 13 Fév 2018 - 6:25

Zakaerii avait senti son trouble lorsqu'il s'était approché d'elle, jusqu'au moment où il s'était imposé à la Succube, l'attirant contre lui, un peu contre son gré. Elle le lui avait dit, il avait été difficile et décevant pour elle de devoir se restreindre, de ne pas pouvoir céder à la proposition du Suli lorsqu'ils étaient dans ce champ de coquelicots. Sa façon de ne pas le regarder en disait long sur le fait qu'elle essayait probablement de calmer ses ardeurs, et le Félidaë devait admettre qu'il était surpris de voir à quel point elle tentait de ne pas trop le provoquer aujourd'hui, car d'ordinaire, elle ne s'en privait pas le moins du monde. Essayait-elle de se prouver quelque chose ? Quoiqu'il en fut, il eut la satisfaction de voir, dans les yeux de Lylim, l'espoir et la joie renaître au fur et à mesure de sa confession. Des témoins extérieurs y auraient probablement vu un peu plus qu'une manière de dire je te désire, mais le Dévot de Revoran n'était pas particulièrement conscient de ce genre de sentiments-là, aussi, ils étaient plus exprimés par des voies détournées, compréhensibles par qui voulait bien les entendre. La Succube avait gardé uniquement l'essentiel du message, se concentrant sur la partie la plus intéressante pour elle, celle qui stipulait, ouvertement, qu'il avait vraiment envie d'elle et, visiblement, cela la rendait plus heureuse que n'importe quelle autre bêtise imaginable. Elle en était même allée jusqu'à louer Sipriar pour cette confession, ce qui fit sourire le Suli, parfaitement conscient, bien qu'un peu gêné, de voir un large et franc sourire redorer les lèvres de la jeune femme. Des lèvres qu'il n'eut pas spécialement le temps d'admirer avant qu'elles ne viennent se saisir des siennes dans un baiser tendre et passionné. Il savoura son étreinte, la laissant, volontiers, glisser ses mains dans pelage, puisque, après tout, il adorait quand elle faisait cela. Lylim se lova contre lui, enfouissant sa tête au creux de son cou, laissant glisser ses lèvres dans celui-ci tout en lui soufflant qu'elle appréciait sa sincérité ainsi que sa manière de la rendre unique. Dans un sourire, le Suli l'enlaça avec tendresse, appréciant chacune de ses caresses. « Je n'ai pas beaucoup à faire pour te rendre unique, tu sais. »

Et puis, elle l'embrassa encore, plus fougueusement encore, avant de laisser la suite déraper, comme à son habitude, en donnant un petit coup de pouce au destin. Dans un excès de malice, elle jugea bon de prendre son Félidaë par la taille et de lui faire dévaler la colline en roulant sur eux-mêmes. Veillant à protéger la jeune femme lors de leur glisse sur le tapis verdâtre, cette dernière riait déjà à l'avance de sa bêtise. Car ce n'était pas tant le voyage qui l'intéressait, mais plus la destination. Il ne fallut pas beaucoup de temps pour Zakaerii de réaliser qu'ils étaient à nouveau dans le champ de coquelicots et encore pour voir la Succube agiter sous son nez des tiges d'herbes-aux-chats. « Tu es incorrigible, Lylim. » Il l'avait dit avec le sourire, conscient que, déjà, les plantes commençaient à avoir un petit effet sur lui, mais peut-être moins que la Succube elle-même, qui avait déjà entreprit de commencer à débarrasser le Félidaë de ses vêtements. Il avait rapidement compris qu'elle voulait qu'il s'affranchisse d'éventuelles retenues superflues, au moins pour cette fois, et qu'il laisse uniquement parler ses envies, aussi, n'avait-il pas spécialement chercher à lutter contre les effets de la végétation environnantes et décida de se laisser porter par ses envies. Alors, sans plus attendre, il prit le visage de la jeune femme entre ses pattes et l'attira à elle pour l'embrasser, encore. Il n'avait jamais assez de ses lèvres, jamais assez de ses yeux verts, il n'avait jamais assez d'elle tout court. Alors qu'elle finissait de le mettre à nu – pour peu que l'on fasse abstraction du pelage – il étala son manteau d'une main et y déposa la Succube après l'avoir prise dans ses bras, la surplombant de toute sa taille. Sans attendre, il lui infligea le même traitement, l'aidant à se débarrasser de ses vêtements avec une certaine hâte. Il n'y avait plus de gêne de la voir nue, plus de gêne de la réaction de son corps face à elle. La Valériane faisait son effet, probablement pour le plus grand plaisir de la jeune femme, ajoutant une once de fougue dans les gestes de Zakaerii, qui, tandis qu'il retirait les dernières pièces de tissu de sa partenaire, venait saisir une nouvelle fois ses lèvres avec ardeur.



Il n'aurait pas pu dire combien de temps cela dura, mais la course du soleil était bien avancée lorsqu'il se laissa tomber sur le dos, dans l'herbe verte, le corps de la jeune femme en sueur contre son pelage, sa chevelure en bataille et le souffle court, au moins autant que lui, ce qui, d'une certaine façon, était une petite victoire. Il la sera fort contre lui et la recouvrit de son manteau afin qu'elle n'attrape pas froid, la petite brise soufflant sur le champ s'étant un peu rafraîchi avec l'avancement de la journée. L'herbe-aux-chats avait terminé de faire son petit effet depuis quelques temps maintenant et il y serait probablement immunisé pendant quelques heures encore, mais, de toute façon, il était probablement trop fatigué pour pouvoir réfléchir à quoi que ce soit désormais. D'une certaine manière, on pouvait admettre qu'il venait de se donner corps et âme à Lylim, d'une façon plus entière que jamais. Si la jeune femme avait été attiré par le Suli pour le côté sauvage, elle venait d'être servie, à plus d'un titre. Passant une patte dans sa chevelure éparse, le Félidaë déposa un baiser sur son front, tandis qu'il caressait la chute de ses reins de gestes doux et songeurs.  « Satisfaite des effets de la Valériane ? Petite maligne, va.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 13 Fév 2018 - 9:34

Elle était unique à ses yeux, et vraisemblablement cela n'était pas dur pour lui d'en venir à cette conclusion. Pourtant, il n'y avait que pour lui qu'elle était aussi spéciale. Officiellement pour Lylim, c'était parce qu'il était le premier à s'intéresser à elle dans son intégralité, et non pas juste à son corps. Mais la vérité voulait que cela soit bien plus qu'une simple agréable découverte.... Néanmoins pour l'heure, c'était la passion qui parlait. Et la malice de Lylim les avait fait revenir au point de départ, à savoir les champs de tous les plaisirs. Parfaitement fière de sa bêtise, Zakaerii lui rappela à quel point elle pouvait être gentiment infernale. Loin de s'en offusquer, au contraire elle s'en enorgueillit. Et c'est donc avec un large sourire à la fois satisfait et enjôleur qu'elle lui répondit d'une voix chantante.

Je saiiiiis ! Mais rien ne t'empêche d'essayer, hi hi hi...

La provocation paraissait ne jamais avoir ni de fin, ni de limite avec elle. Et le pire c'était qu'elle était explicitement prête à en assumer les conséquences, puisque dans un sens elle les cherchait.... Prête à se montrer complices dans ses actes, elle lui rendit avec fougue ses baisers qui semblaient encore plus irrésistible qu'à l'accoutumé. Peut-être parc qu'ils avaient cette assurance aidée par la végétation, ou peut-être parce que cette fois-ci, le cœur y était encore plus que d'ordinaire. Tout fougueux fauve qu'il était alors, Zakaerii mis en suspend son ardeur quelques secondes à peine, le temps d'aménager le sol avec son manteau pour offrir une couche improvisée à Lylim. De quoi éviter que sa peau ne subisse quelques écorchures dans la broussaille. Sa belle confortablement installé, il l'effeuilla avec une certaine hâte qui semblait enthousiasmer davantage la succube. Un sourire presque carnassier, elle l'observait avec une intensité dans son regard qui ne laissait aucun doute sur son état. Elle était aussi empressée que lui.... Peut-être même fébrile. Mais heureusement pour elle, elle n'avait plus à attendre plus, car la voilà à présent débarrassée de tout tissus superflus, et suspendue aux lèvres de son amant.



Tout en reprenant son souffle, elle se blottissait avec tendresse contre lui, câlinant sa tête contre son torse, et venant caresser son visage d'une main. Elle souriait alors qu'il venait de lui déposer un baiser sur le front, pour mieux venir caresser le bas de son dos. Elle ferma les yeux, visiblement aux anges. Son corps tremblait encore un peu tandis qu'il lui demandait si elle était satisfaite des effets de la Valériane. Elle rit légèrement avant de lui répondre enjouée.

Si je suis satisfaite ? Je crois que je vais en faire pousser partout où je passerai.... hi hi hi !

Elle vint embrasser son puissant félin, tout en retrouvant un semblant de calme dans sa respiration. Elle se surprit à vouloir pouvoir rester ici à jamais. Dans ce champ de coquelicot, contre lui, dans ses bras.... Tout en le caressant distraitement, elle lui dit doucement.

J'ai vraiment passé un moment.... magnifique. Je n'ai pas envie de bouger, ni de rentrer.... Je suis si bien là.

Et c'est vrai qu'elle se sentait beaucoup plus en paix que d'ordinaire. Elle se sentait dans une petite bulle de bonheur et de quiétude. Un moment cocooning alors qu'elle était couchée contre ce pelage soyeux, qui tenait chaud à sa peau douce et démunie. Ce n'était pourtant pas la première fois, mais ici.... C'était plus spéciale. Elle laissait son corps récupérer gentiment, bien qu'elle ne doutait pas que d'ici peu elle serait d'attaque. Cela dit, elle savait qu'il n'en serait pas de même pou son compagnon. Mais après l'exquise démonstration qu'il lui avait fait ces dernières heures, elle n'allait certainement pas le lui reprocher. Au contraire.

Cela va aller pour toi ? Tu n'as pas ménager tes efforts, hi hi hi, et pour mon plus grand plaisir ! Tu n'es pas trop fatigué ?

Elle était prête à faire une sieste à ses côtés pour lui laisser tout le temps qu'il lui faudrait pour récupérer. Elle ne savait ce qu'il avait envie de faire ensuite, mais elle n'était pas pressée de faire terminer ce moment. Elle attendait de voir à présent ce qu'il avait envie de faire.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 13 Fév 2018 - 13:42

S’il y avait une chose qui pouvait rendre Zakaerii heureux en cet instant, c’était bien de savoir que Lylim était aux anges. Certes, la Valériane avait eu son petit effet désinhibant sur le Félidaë qui, en conséquence, s’était montré particulièrement sauvage, ou, du moins, n’avait pas eu à réfléchir sur le besoin de retenir ses instincts et ses pulsions. Mais si la plante avait perdu son effet pour quelques heures, la Succube avait démontré à son compagnon félin que ses élans sauvages n’étaient pas désagréables, bien au contraire, et qu’elle semblait même les apprécier, aussi nul doute que l’Once ne manquerait pas de tirer les conclusions nécessaires de cette expérience, particulièrement plaisante, à ne pas en douter. Et là, alors qu’elle se lovait contre lui, sa peau nue contre son pelage, la chaleur de son corps contre lui, tandis qu’elle tremblait encore légèrement, sa respiration rapide pressant sa poitrine contre son torse… Il ne pouvait la trouver que magnifique. Ses yeux verts resplendissaient encore davantage que la prairie qui les entouraient et il aurait probablement pu s’y noyer pendant au moins une éternité. Alors qu’elle passait une main sur son visage et qu’elle lui répondait, non sans malice, qu’elle planterait probablement de la Valériane partout sur son passage, Zakaerii prit conscience d’une chose qu’il eut du mal à réaliser. Mais il avait la certitude qui n’aurait jamais voulu être ailleurs, ou, plus exactement, qu’il ne voudrait jamais plus être ailleurs qu’auprès d’elle. Peut-être était-ce une réaction normale après un épisode aussi torride que celui qu’ils venaient de passer, mais il ne s’imaginait plus ailleurs qu’à ses côtés. La perspective de devoir reprendre la route seul le mettait presque mal à l’aise… Il soupira doucement, essayant d’évacuer ses pensées pour se concentrer sur le présent. « Les pauvres félins vont devenir fou si tu fais pousser de l’herbe-aux-chats partout dans le monde. » Il esquissa un sourire, conscient que lui-même aurait beaucoup de mal à garder son calme dans une situation pareille.

Elle l’embrassa alors. Un baiser qu’il lui rendit avec tendresse et un soupçon de restant de fougue. Son corps était fatigué, éreinté, même. Lylim, elle, semblait déjà récupérer, mais elle avait déjà démontré son endurance exceptionnelle à ce niveau-là. Malheureusement pour lui, Zakaerii aurait besoin d’un peu plus de repos pour se remettre d’autant d’émotions. « Même si j’avais envie de bouger, je ne suis pas sûr de pouvoir… » Il esquissa un autre sourire et passa ses bras autour de sa taille, l’enserrant contre lui avec tendresse. « On n’est pas obligés de rentrer, pas tout de suite. Nous avons encore la nuit devant nous… L’aube est encore loin. » Il y avait une pointe de tristesse dans ces derniers mots, la prise de conscience de leur départ imminent sonnant le glas de leurs moments de frivolités. La suite n’allait probablement pas être très réjouissante, mieux valait profiter au maximum de ces derniers instants de tranquillité. Alors que son souffle redevenait normal, il leva les yeux au ciel, observant la voûte céleste et les quelques coquelicots qui barraient son champ de vision, seuls témoins de la scène qui venait de se dérouler devant eux. Il réalisa alors que n’importe qui aurait pu les observer s’adonner à la passion au milieu de cette prairie, mais l’idée lui passa finalement au-dessus de la tête et il préféra en sourire, se disant que, malgré tout, il avait été loin d’être mauvais dans cette histoire. Lorsque la Succube lui demanda si cela allait aller pour lui, le Félidaë reposa les yeux sur sa déesse rousse. « Si tu songes déjà à remettre le couvert ma belle succube insatiable, j’ai peur de ne pas être en mesure de te satisfaire immédiatement. » Il avait conscience du côté surnaturel de l’endurance de la Succube, mais, malheureusement pour lui, il devait faire avec ses facultés de mortel. Peut-être aurait-il pu puiser dans ses pouvoirs pour regagner des forces, mais il jugeait tout de même cela… malvenu.

Cependant, s’il ne pouvait décemment lui proposer la même prestation, il pouvait cependant lui offrir quelques menus plaisirs sans trop d’efforts, en tout cas, pas qu’il ne pourrait endurer. Attrapant la Succube avec son manteau, il la fit rouler sur le dos et la surplomba à nouveau de tout son long. « Mais il y a quelque chose que je pourrais faire pour te faire plaisir… » Il laissa ces quelques mots flotter en suspens quelques instants puis il vint déposer un long baiser sur les lèvres de la jeune femme.



Elle l’arrêta alors que le crépuscule faisait rougir la prairie, signe de la fin du jour et du futur commencement de la nuit. Il se redressa alors et s’allongea à ses côtés, posant une patte sur son ventre en le caressant doucement. Certains y auraient vu un geste possessif, et, en toute honnêteté, ils auraient probablement eu raison. A ce moment-là, elle avait été sienne, et pour lui seule. « Et maintenant Lili, que faire de cette nuit qui s’offre à nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 13 Fév 2018 - 15:35

A la réponse du félin, la succube resta un instant songeuse. Elle se perdait dans des rêveries et des projections toutes plus savoureuses et tentantes les unes que les autres, imaginant tous ces Sulis perdant un peu trop leurs moyens. Un sourire carnassier aux lèvres, elle lui répondit un peu ailleurs.

Pauvres félins... Ou pas... Si j'en juge de par ce que je viens de vivre je connais plus d'une femme qui serait comblée.... Et d'un fauve épuisé hi hi hi !

Elle rit davantage en entendant son félin qui lui avouait être trop épuisé pour se mouvoir quand bien même il le voudrait. Ce qui arrangeait bien notre succube, qui se blottit un peu plus en réponse à cette constatation. Elle allait pouvoir profiter un peu plus de ce petit moment de grâce.... Tout en quiétude et en bonheur. Surtout qu'à présent il la serrait doucement contre lui, pour son plus grand plaisir. Par tous les dieux qu'elle aimait être ainsi lovée dans ses bras puissants qui la gardaient contre lui. Elle faisait glisser distraitement et lentement son visage contre le pelage doux de son torse, alors qu'il finissait de la conforter dans sa position. Mais le ton de sa voix sur les derniers mots avaient quelques fragrances de tristesse qui n'échappèrent pas à la jolie rousse. L'aube... Celle qui allait séparer ce que leur après midi et leur nuit auraient pris soin d'unir. Elle pensait comprendre ce qu'il ressentait, elle-même en aurait bien soupiré. Elle n'était pas plus enjouée que lui à l'idée, mais elle voulait surtout lui chasser ces pensées de son esprits. Quoi de mieux pour cela qu'un autre tendre et langoureux baiser, qu'elle s'appliqua à lui donner avec douceur et bienveillance. Elle lui souffla ensuite.

Profitons de ces moments et de la beauté des coquelicots....


Elle était à présent beaucoup plus revigorée. D'ailleurs lorsqu'elle vint s'enquérir de son état, Zakaerii interpréta son approche comme les prémices d'une demande à remettre le couvert. Il lui confessa qu'il n'était pas en mesure de réitérer ses exploits de tout à l'heure, et elle lui répondit par un sourire.


Ne t'en fais pas, tu t'es déjà surpassé. Je peux attendre le temps qu'il faudra, je ne veux pas te tuer à la tâche.



Le temps semblait s'être arrêté, et s'il n'y avait pas eu le crépuscule pour l'avertir, la jeune femme aurait volontiers cru qu'il avait commencé il avait cinq minutes à peine. La mort dans l'âme, elle invita son gros matou à cesser ses exquis offices. Il commençait à se faire tard, mais elle avait du mal à se décider à partir. Son amant lui demandait que faire de cette nuit, et la demoiselle commença à avoir un sourire en coin.

Lorsque l'obscurité tombe, c'est l'heure des coups en traître, il faut se méfier....



Nous ferions peut-être mieux de rentrer à l'auberge pour dormir un peu.... La route sera longue demain.... Et puis tu ne voudrais pas que Elorias me fouette pour avoir découché ? Hi hi hi hi !

Un peu d'humour pour faire passer cet inéluctable retour. Car elle même n'avait pas du tout envie de rentrer. Elorias se serait sûrement un peu inquiété de ne pas la voir rentrer la veille d'un départ, mais au pire du pire, il se serait contenté de la gronder pour lui avoir fait peur. Chose qu'à présent Zakaerii devait se doutait, mais elle n'allait pas se priver de lui rappeler sa plus belle bêtise du jour. Dans un dernier câlin, elle serra intensément son félin contre elle, n'appréciant pas du tout cette séparation nécessaire. Elle se redressa finalement, la mort dans l'âme mais n'en montrant rien. Elle se consola plutôt en prenant le plaisir d'aider l'Once à se rhabiller. Il était tout à fait capable de le faire seul, mais ça restait une excuse pour pouvoir passer encor et encore ses mains le long de son corps. Elle dut se rhabiller elle aussi, et enfin, tout deux étaient fin prêts à reprendre la route. Mais elle n'était pas décidé à lâcher aussi facilement SON gros chat. Aussi, ce fut blottie contre lui qu'elle repris la route. Dans la pénombre elle se moquait bien qu'on puisse apercevoir des silhouettes.

Je te propose de rentrer en première et que tu viennes me rejoindre dans ma chambre pour la nuit ? J'ai envie de la passer dans la chaleur de ta fourrure et de tes bras....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 14 Fév 2018 - 2:59

« Tu sais que, dans ton plan, il n'y a pas que les Félidaês qui vont réagir à ta Valériane, mais également tous les félins ? » Et s'il pouvait comprendre qu'elle puisse motiver une partie des Sulis à suivre des instincts de reproduction pour combler des demoiselles, car après tout elle restait une Succube, il n'était pas convaincu qu'il était dans un quelconque intérêt de malmener la faune du monde entier pour un tel objectif. Néanmoins, il se doutait qu'il n'y avait probablement rien de problématique à ses yeux. Cela n'était que pure théorie de toute façon, car si Lylim pouvait faire le plein de graines et tenter d'en semer sur son passage, il était peu probable que la Valériane se mette à coloniser l'ensemble du monde. Mais il était agréable de spéculer, couché dans l'herbe haute, une jeune femme nue lovée contre lui, avec pour seule protection contre la brise, la chaleur de leurs corps et un manteau posé en couverture. Si cela avait été possible, oui, il aurait avec certitude stoppé le temps en cet instant. Peut-être se seraient-ils ennuyés à la longue, à rester ainsi, l'un sur l'autre, mais la proximité de la Succube était un plaisir agréable dont il était désormais difficile de se passer pour l'Once. Cela avait probablement commencé dès leurs premières nuits ensemble, mais, désormais, c'était encore plus flagrant. Ce qui, bien évidemment, rendait la perspective de devoir se séparer des plus désagréables. Heureusement, malgré tout, ils n'auraient aucune raison de faire semblant pendant la suite de leur voyage. Après tout, il semblait acté que Lylim avait décidé de considérer Zakaerii comme un matelas d'appoint lorsqu'il n'y avait pour autre solution que des racines et des tapis de verdure pas nécessairement confortables, aussi, les autres n'y verraient pas nécessairement plus loin. La fiélonne – il n'aimait pas cette appellation d'ailleurs – lui changea les idées d'un tendre et langoureux baiser, qu'il lui rendit avec toute l'affection du monde et lui proposa de profiter du moment et des coquelicots.

Ce qu'il fit, étonnamment, avec la plus grande diligence et même si elle n'attendait plus de lui les mêmes exploits physiques, conscients des propres faiblesses des corps de ceux qui n'étaient pas de même constitution qu'elle. D'ailleurs, c'était probablement son statut d'immortelle et sa nature de Succube qui faisaient d'elle une diablesse d'endurance, bien au-dessus de ce que pourrais jamais offrir le Félidaë, même avec l'entraînement le plus physique possible. Mais si elle ne donnait jamais l'air d'être aussi épuisée que lui après l'effort, elle n'en semblait pas moins insatisfaite, ou, si c'était le cas, elle ne le montrait pas, semblant sincère quand elle lui assurait en avoir fait plus que de nécessaire. Cependant, le Suli pouvait trouver des moyens alternatifs de lui fournir du plaisir, ce qu'il fit sans attendre, mettant en application d'autres leçons qu'elle lui avait prodigué. Zakaerii avait toujours appris rapidement, mais, là, il y avait surtout un degré d'application inégalé, compte-tenu de l'importance qu'il donnait à son objectif de la satisfaire. S'imaginait-il qu'elle pourrait aller voir ailleurs s'il n'était pas assez performant ? Sûrement. Après tout, il était probablement nécessaire pour elle d'obtenir des faveurs des hommes et des femmes. Il ne savait pas grand-chose des Succubes, pas beaucoup plus que ce que la jeune femme avait pu lui en dire, mais si elles vivaient pour le plaisir, elles ne pouvaient donc potentiellement pas s'en passer. L'idée de l'imaginer dans les bras d'un autre homme, Suli ou non, lui fit étonnamment froid dans le dos, mais il parvint à se débarrasser de cette idée, se concentrant sur sa jolie rousse, ses réactions et son plaisir. En ces instants, elle était à lui seul, et cela lui convenait parfaitement.

Elle l'arrêta dans ses élans, lui faisant prendre conscience de la fin du jour. Cette journée était décidément passée bien trop vite, mais il n'y avait rien qu'ils ne puissent faire pour y remédier. Il faudrait bientôt retourner à l'auberge, se préparer pour le lendemain et passer une nuit des plus réparatrices afin d'être au mieux pour le voyage qui s'offrait à eux et ne semblait pas de tout repos. Cependant, le Suli n'était pas prêt à rentrer tout de suite et il espérait que la Succube ne lui offre une échappatoire. Elle le fit, jugeant opportun de lui jouer un dernier petit tour. Tandis qu'il réfléchissait à ce qu'elle voulait dire par l'heure des coups en traître, il ne s'attendait pas particulièrement à ce que la jeune femme considérait sûrement comme un juste retour des choses. [hide] Elle se glissa jusqu'à sa virilité et lui offrit la même affection qu'il venait de lui donner un peu plus tôt. Toujours sensible après leurs ébats précédents, les attentions tendres et douces de la belle rousse ne manquèrent cependant pas d'être des plus agréables. Connaissant parfaitement ses faiblesses, elle joua avec lui avec tendresse, lui procurant un plaisir non-feint. Ces sensations, proches des autres, mais pourtant si différentes, n'eurent pas besoin de très longtemps pour le submerger. Il s'y abandonna complètement, comme à chaque fois qu'il finissait entre les mains de la Succube et se fendit d'un rugissement de plaisir qui se perdit dans la verdure environnante. Fière d'elle, la jeune femme se redressa alors venant embrasser le Félidaë qui lui rendit, encore un peu fébrile, cette affection particulière qu'elle lui portait. Ils restèrent ainsi quelques temps, enlacés l'un dans l'autre, la légère brise leur rappelant leur nudité, mais la chaleur de leurs corps les empêchant d'avoir froid. Lylim finit par suggérer qu'il était probablement l'heure de rentrer, car il serait peu judicieux de fournir à Elorias un prétexte pour la faire fouetter. Zakaerii eut un sourire. Il savait pertinemment que le vieil homme ne lèverait pas la main sur sa fiélonne pour si peu. Ceci étant dit elle avait raison, ils avaient besoin d'une bonne nuit de sommeil, qu'ils le veuillent ou non.  « Compte-tenu de ce matin, je doute qu'Elorias te punisse aussi durement pour si peu. » Il déposa un baiser sur sa joue. « Mais tu as raison, nous devrions y aller. » Il y avait un peu de résignation dans sa voix, mais ils ne pouvaient pas faire autrement. Lylim l'aida à s'habiller, bien que le Félidaë eut vite fait de comprendre que ce n'était là qu'un stratagème pour continuer à pouvoir passer ses mains sur lui. Il lui rendit la pareille, ramassant et lui tendant les vêtements épars qu'ils avaient semés quelques heures auparavant. Ils prirent finalement la direction de la ville, la Succube s'octroyant le plaisir de rester coller à lui, ce dont le Suli s’accommoda avec plaisir, passant un bras protecteur autour de sa taille pour la garder contre elle. Ils arrivèrent finalement non loin de l'auberge. Les rues étaient déjà beaucoup plus désertes qu'à leur départ. Lylim proposa de rentrer la première avant de lui demander de venir la rejoindre pour la nuit, désireuse de passer cette dernière dans ses bras. Dans un sourire, Zakaerii posa une patte sur sa joue, caressant son visage. « Je ne vois pas de meilleur moyen de terminer cette journée. » Il déposa un rapide baiser sur ses lèvres, des fois qu'un de leur compagnon ne soit dans les environs.  « Par contre, je ne sais pas pour toi, mais tout cet exercice en plein air m'a ouvert l'appétit. Peut-être pourrions-nous prendre le dîner avec nos compagnons, s'ils n'ont pas fini de manger. Après tout, nous ne sommes pas seuls dans cette aventure. » Et puis c'était aussi l'occasion de noyer un peu le poisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 14 Fév 2018 - 6:56

Hi hi hi avoue que ça pourrait être drôle... Tous les félins des environs en émois ! Cela ferait une petite explosion démographique de prédateurs en revanche....

C'était le genre de bêtise qui se voulait initialement innocente mais qui pouvait rapidement aboutir à un désastre écologique. Elle aurait presque pu en soupirer. De si petites choses pouvaient avoir de si grandes répercussions. Mais de toute manière il n'était pas question de jouer les jardinières de la passion pour l'instant. A savoir faire rugir de plaisir son grand fauve. Elle ne se lassait pas de ce son rauque et sourd, synonyme d'une extase délicieuse qui résonnait en elle. Si elle prenait toujours un certain plaisir à provoquer la jouissance de ses partenaires, avec son félin, c'était encore plus intense. Comme si avec lui, tout avait un goût différent, particulier, comme s'il décuplait les arômes du plaisir. Et dans ce moment d'abandon où sa voix retentissait, il y avait dans sa tonalité un petit quelque chose électrifiant qui venait griser la sulfureuse davantage. Elle contempla un instant le visage de son aimé, comme un artiste contemplait parfois son œuvre dans un mélange d'affection et de satisfaction. Et après un tendre baiser, quelques temps bien trop courts l'un contre l'autre, et un trait de malice, il était temps de repartir.

Le voyage retour fut lui aussi bien court au goût de la succube, qui n'en finissait pas de se désoler silencieusement. Elle avait trouvé le moyen d'apaiser un peu son chagrin en proposant de passer cette nuit ensemble. Projet que Zakaerii approuva largement, avant de lui aussi proposer d'aller prendre quelques forces, pour mieux se remettre de leurs enivrantes émotions. Et à présent qu'il en parlait, elle se rendit compte qu'en effet la faim était présente et criante. Mais sa voix n'avait pas été assez puissante pour espérer rattraper la passion définitivement plus dévorante, qui avait consumé leur après-midi.... Sourire aux lèvres, elle lui répondit.


Excellente idée, je pourrais dévorer un ours mais Shavok ne m'inspire guère, autant profiter des repas de l'auberge. Et puis Loth va se croire sortie d'affaire si je ne vais pas l'embêter un peu...

Un regard rapide à gauche et à droite, pour s'assurer que personne n'arrivait, et la succube attrapa le visage de Felidae entre ses mains pour lui donner un baiser tendre, chargé de cette passion presque étourdissant qu'il lui offrait. Elle sépara leurs lèvres pour mettre fin à cette petite mise en ouche et rentra la première dans l'auberge. Le groupe y était réuni, attendant probablement leur repas et faisant le point pour demain. Elorias remarqua Lylim et lui fit signe de les rejoindre.

Eh bien Lylim, on ne t'a pas vu de la journée, où es-tu donc partie flâner ? Je me demandais si tu allais rentrer.... Tu n'as pas fais de bêtises au moins ?

Le pauvre bélinois avait toujours des craintes en la matière de jeux, surtout avec sa succube. Elle s'était déjà surpassée ce matin. Lylim secoua la tête et lui répondit goguenarde.

Tout de suite ! Quelle manque de confiance, vieil hibou va ! Je n'ai fais aucune bêtise, je suis allée explorer les environs, et je me suis attarder dans un immense champs de coquelicots. C'était très beau à voir....

Le vieux sage était surpris d'apprendre qu'elle n'avait rien commis de répréhensible, mais il doutait aussi qu'elle puisse être aussi sage. Cela dit, il lui semblait qu'il y avait quelque chose de véridique dans cette histoire de coquelicot. Mais il ne chercha pas davantage. Difficile de démêler le vrai du faux, avec Lylim c'était peine perdue. Quelques temps plus tard, Zakaerii arriva à son tour, mais heureusement Elorias ne lui demanda pas comment s'était passé sa journée. Pendant le repas, feignant d'être attentive à ce qui se disait, Lylim en profita pour venir malicieusement glisser sa jambe contre celles de Zakaerii. Juste pour le plaisir de le voir manquer une bouchée sous l'effet de la surprise.... Et aussi pour profiter au maximum des derniers instants. A la fin du repas, chacun alla se coucher. Il ne fallut guère longtemps pour que Zakaerii rejoigne sa belle qui l'attendait déjà. Elle avait fait l'effort de garder sa lingerie pour la nuit. Elle doutait que son matou puisse de toute manière être opérationnel après tout ce qu'elle lui avait fait endurer. Cette nuit là, elle s'était donc sagement couchée contre lui, se pelotonnant contre cette fourrure. Elle sentait ses mains s'enfoncer dans l'épaisseur, profitant de la chaleur du félin. Blottie contre son torse, et après quelques derniers baisers, elle déposa sa tête sur son épaule, mêlant ses jambes aux siennes. Finalement, elle ferma les yeux, bercer par sa présence et la quiétude qu'il lui donnait.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Sea, the Succubus and the Suli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: La mer des Larmes­­-