­
 

Partagez | 
 

 The Sea, the Succubus and the Suli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 12 Juin 2017 - 11:18


S’il y a bien une chose dont Zakaerii était fier, c’était la façon dont il avait réussi à mettre à exécution son petit plan machiavélique en vue d’exercer une petite vengeance sur la Succube, qui avait pris un malin plaisir à se jouer de lui, déjà à plusieurs reprises. C’était simplement un juste retour des choses, même si, bien évidemment, certains semblaient s’inquiéter de cette maladie soudaine, Elorias le premier. Il allait surement falloir que le Suli trouve une excuse auprès du Conjurateur pour avoir ainsi joué avec ses nerfs, mais, pour le moment, il préférait se concentrer sur sa petite victoire, remettant à plus tard le moment où il devrait assumer les conséquences secondaires de ses actes. A croire que Lylim commençait à déteindre sur lui, mais, dans le cas présent, elle se maudissait certainement plus qu’elle ne se félicitait de ce fait. Le plateau-déjeuner et l’onguent posé dans la chambre de la Fiélonne, il ne put s’empêcher de profiter du spectacle de cette dernière essayant d’enlever la teinture dont étaient faits les nombreux boutons qui parsemaient sa peau. Visiblement, elle avait découvert le pot-aux-roses et s’évertuait à se débarrasser de ce qui lui avait valu d’être enfermée, sans possibilité de se défendre face à son maître. Heureusement, elle ne semblait pas prendre trop mal sa petite mésaventure, même si elle ne manqua pas d’essayer d’éclabousser le Suli, qui n’échappa pas à un peu d’eau qui vint principalement s’écraser sur son pelage. Il eut un large sourire, c’était de bonne guerre. Il entra dans la salle de bain alors qu’elle lui demandait de lui apporter la serviette, au lieu de se moquer d’elle, ce qu’il fit, lui tendant le tissu, non sans éviter de la regarder alors qu’elle se redressait, quittant la baignoire pour se sécher. Elle lui fit remarquer d’ailleurs qu’il n’avait pas hésité à la droguer, la déshabiller et abuser d’elle durant son inconscience, allant jusqu’à conclure qu’il n’était plus lui-même.

« J’ai eu un excellent professeur pour m’apprendre que la fin justifiait les moyens. » Il eut un large sourire amusé, parce qu’il faisait bien entendu référence à elle-même, qui n’avait pas manqué de démontrer qu’elle était parfaitement capable de faire le nécessaire pour parvenir à ses fins. Ceci étant dit, il n’avait pas été si simple pour le Félidaë d’aller justement dessiner les derniers « boutons » sur le corps de la Succube, et si elle avait su qu’il l’avait fait en détournant le regard, elle n’aurait probablement pas eu le même point de vue sur son exploit. « Et puis, pour ma défense, cela n’avait rien de condamnable, sans compter que je suis resté particulièrement galant. Même si tu n’es pas obligée de me croire. Mais si cela n’avait pas été toi, et pour une petite vengeance, je n’aurai probablement pas pu le faire. » Il détourna d’ailleurs le regard lorsqu’elle passa quelques sous-vêtements. « En tout cas, merci pour le compliment. » Il n’était pas certain qu’avoir les ressources et les capacités d’un Fiélon était une bonne chose, mais, venant de la part de Lylim, ça ne pouvait pas être un reproche, loin de là. Il la suivit jusque dans la pièce principale, où elle ne manqua pas de lui faire remarquer qu’il aurait pu choisir une autre maladie, non contagieuse, afin qu’elle puisse s’amuser au moins un peu et ne se retrouve pas seule, sans possibilité de voir qui que ce soit. « Je suis bien là, moi. Mais, avoue-le, une autre maladie n’aurait pas eu le même effet. Je devais bien trouver une façon de prendre ma revanche. » Il eut un petit sourire et s’installa sur une chaise, prêt de la table où reposait le ragoût, avant qu’elle ne s’approche, pour commencer à manger. « Je lui ai simplement proposé de te monter le déjeuner et de veiller sur toi. » Le Conjurateur portait visiblement le Suli en assez haute estime, ce qui ne manquerait pas de le décevoir lorsqu’il se rendrait compte que ce dernier s’était joué de lui.

« Sois gentille avec lui, ce n’est pas de sa faute. Il se fait vraiment du souci pour toi. Et puis, je suis sensé m’assurer que tu t’en enduises. Peut-être qu’on pourrait rendre cela agréable ? » Il la regarda avec un léger sourire. Sous-entendait-il quelque chose ? Peut-être. Mais l’idée n’emballerait peut-être pas nécessairement la Succube, qui semblait visiblement un peu amère malgré tout, même si elle ne manqua pas de trouver une petite revanche, faisant remarquer au Suli qu’il allait devoir faire une lessive s’il ne voulait pas se faire démasquer par l’aubergiste. Et qu’il lui faudrait également trouver quelque chose à dire à Elorias le moment venu. « Je trouverais le moment venu, pour l’instant, je vais simplement profiter de ma petite victoire. Après tout, je doute que tu t’inquiètes réellement de te faire gronder quand tu fais tes bêtises, n’est-ce pas ? Autant agir en Fiélon de bout en bout, n’est-ce pas ? » Il jeta un œil aux draps qui trainaient dans un coin. « Pour la lessive, je secouerais bien les draps à l’extérieur. Je pense que l’aubergiste trouverait déjà suspicieux que l’on nettoie le linge pour lui. » Il regarda la Succube terminer son repas, visiblement peu enjouée à l’idée de la suite de sa journée. Rapprochant la chaise de la table, il prit son assiette et se servit sa part de ragoût. « Allons, allons, je suis sûr que l’après-midi passera relativement vite, et d’ici demain tu auras de nouveau la permission de sortir. Et puis, je ne suis pas encore parti. » Il enfourna une cuillère de son repas dans la bouche sans quitter la Succube des yeux, visiblement toujours content d’avoir réussi son petit coup envers la Fiélonne. Après tout, il n’avait aucune raison de ne pas profiter de sa réussite, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 12 Juin 2017 - 14:03

Une répartie qui était tout à l'honneur de Zakaerii, et qui arracha un sourire complice à la succube. Forcément, elle n'allait pas bouder la flatterie. Mais elle n'allait pas manquer cette occasion pour finalement lui rappeler un petit quelque chose.

Eh bien tant mieux, cette attitude te sera on ne peut plus utile lorsque viendra le temps pour toi de passer à l'acte....

Elle faisait référence au moment où il devrait lui payer sa "dette", mais elle ne détailla pas plus que cela. Autant qu'il continue d'user de ses méninges. Néanmoins, elle lui jeta un regard suspicieux, avant de rire doucement et de rétorquer.

Hu hu galant ? Mais qui crois-tu pouvoir tromper ? Que ce soit bien clair mon gros chat, il n'y a rien de galant et de non condamnable dans ce que tu as fait. Je ne connais aucune culture sur ces terres qui accepte ou encourage de droguer qui que ce soit, pour les dévêtir et en plus jouer avec leur corps sans consentement. Surtout qu'ici, il est vraisemblablement très inconvenable de dévêtir une femme sans son invitation. Alors galant, hé hé je ne crois pas non. Et c'est condamnable. Ce qui différencie les fiélons de la plupart des gens, c'est que nous agissons en tout état de cause, et que nous éprouvons que très rarement de remords pour nos actes. Mais vous les ildiriens, vous avez des principes, des lignes de conduites, une morale et des règles. C'est tout à votre honneur, car elles vous permettent de cohabiter relativement sereinement. Mais en contre partie, le fait de ne pas les suivre vous place en marginal, en personne déconsidérée de ses pairs, en "malfrats" et en "parias". Sans compter que l'on s'attire les disgrâces et les foudres des autres. Et en plus, pour de "bonnes raisons" selon vos propres échelles de mesures. Es-tu réellement prêt à cela ? A voir les autres te tourner le dos ? Peut-être même à décevoir certaines personnes qui te faisaient confiance ou pour qui tu avais de l'affection ? Pour moi c'est facile, mais pour toi....

Elle avait mis le doigt sur un sujet sensible, qu'il lui aurait de toute manière fallu aborder tôt ou tard. Car si jamais il devenait son fiélon, il devait être en mesure d'assumer les conséquences de ses choix.... Surtout lorsqu'il allait devoir faire face à Fleya. Après avoir mis, non sans malice, les points sur les i, elle ponctua ses propos.

Mais je suis flattée de savoir que tu te sentais suffisamment proche et en confiance avec moi pour oser me dévêtir et interagir avec mon corps. La prochaine étape, tu oseras peut-être faire plus, et pendant que je suis consciente.

Elle n'avait pas manqué de féliciter l'évolution de ses aptitudes fiélonnes, et le suli l'en remercie. Après lui avoir répondu par un sourire, Zakaerii se mit en tête d'adoucir un peu la situation peu plaisante de la succube, tout en justifiant ses choix. Un sourire en coin, la jolie rousse répondit.

Ho je me doute que cette maladie là était parfaite pour tes projets oui.... Mais combien de temps pourras-tu rester me protéger de mon ennuie, là c'est une tout autre question. J'ai déjà passé ma matinée seule....

Elle redoutait de devoir passer une bonne partie de la journée isolée également. Néanmoins, Zakaerii prit la défense d'Elorias, appuyant le fait que le pauvre homme se faisait réellement du souci pour elle, et que finalement, il n'était une victime dans cette histoire. Si d'ordinaire, la succube aurait pu passer sur le cas d'Elorias, ici elle décida au contraire de ne pas l'épargner. Il fallait que son cher matou adoré se rende compte qu'en impliquant des personnes tierces à ses mauvais coups, ces mêmes personnes encouraient elles aussi des risques. D'un point de vue personnel, cela n'était pas quelque chose qui dérangeait Lylim. Car soit elle s'en moquait royalement, soit elle s'arrangeait pour qu'il n'arrive rien à ses victimes collatérales. Mais Zakaerii débutait dans l'univers des fiélons, et il était tout à fait naturel qu'il commette des erreurs. Il fallait bien qu'il apprenne. Aussi elle répliqua.

Il se fait du souci certes, mais il m'aurait écouté au lieu d'en faire qu'à sa tête,on n'en serait pas là. Il avait un moyen de ne pas se faire piéger, mais il a été trop "faible" pour s'éviter tout cela. Il devra payer pour t'avoir écouté et surtout m'avoir ignoré. Je le gronderai demain, ça fait longtemps que nous n'avons pas eu de dispute tien. On verra comment il réagit, cela sera plus ou moins sévère.

Il lui avait parlé de l'onguent, et de l'obligation qu'il avait de s'assurer à ce qu'elle en soit enduite. Si la proposition qu'il lui faisait était alléchante, la succube déchanta très rapidement. En effet, elle avait ouvert le flacon pour en respirer le parfum, et elle affichait à présent une moue renfrognée.

Pfiouuuuu ! Mais par Sipriar qu'est-ce qu'ils ont fichu là-dedans ?! C'est une véritable infection ce truc ! Tiens, sens, tu vas voir !

Elle lui tendit le flacon qui empestait un curieux mélange de camphre, d'ail et de moisissure. L'odeur était très forte, comme alcoolisée et en même temps poivrée. La succube en avait les larmes aux yeux et avait manqué de peu la crise de toux.

On est bien d'accord qu'il est hors de question que tu me mettes ça hein ? J'ai limite peur que ça agresse ma peau ce machin là ! Sérieusement, comment on peut infliger ça à une personne déjà souffrante ? Autant l'achever ! Ils sont inhumains parfois ces soigneurs....


Elle se leva pour aller farfouiller dans ses effets, et en sortir une autre fiole, plus grosse, qu'elle tendit à son gros félin avec un sourire aux lèvres.

Jetons cette horreur avant qu'elle ne tue quelqu'un, et utilisons plutôt ceci. Hume moi ça, c'est définitivement plus agréable.


Le flacon contenait ni plus ni moins qu'une huile de massage faite à base de rose. L'odeur en flacon était assez puissante mais en dehors elle devenait assez légère et subtile, douce et enivrante.

Alors ? C'est quand même mieux non ? Je suis curieuse de voir comment tu compte rendre ce moment plaisant.... Surprends moi, et dans le bon sens bien sûr.

Alors qu'elle attendait de voir s'il était toujours partant pour user d'huile et de charme sur elle, elle lui afficha un sourire digne d'une sale gosse enjouée, tout en lui répondant.

Ho j'aimerais bien pouvoir être là pour te voir entrain de trouver une excuse pour ce cher Elorias ! Hi hi je suis curieuse de voir comment tu t'y prendrais pour le duper une fois de plus !

Alors qu'il allait s'esquiver à la lessive, la jeune femme secoua la tête un petit sourire aux lèvres avant de lui dire.

Que nenni mon ami ! La cochonnerie que tu as mise dans mes draps est tenace, crois moi ! De base c'est conçu pour s'accrocher à la peau, et à tout en fait. Secouer ne suffira pas, tu peux en être sûr. Et j'ai eu ma dose de démangeaisons. C'est compliqué de toujours penser à tout quand on fait un petit tour à quelqu'un. Tu verras avec l'expérience tu sauras prévoir et improviser. Bon je t'aide pour cette fois-ci mais c'est bien parce que c'est toi. Quand la nuit sera tombée, tu sortiras en catimini nettoyer tout ça. Ensuite tu laisseras le tout sécher dans ta chambre. Tu prendras tes draps pour les mettre dans mon lit, et nous dormirons ensemble. Je te réveillerai avant l'aube pour que tu puisses retourner dans tes pénates discrètement, et faire l'échange de literie au passage. Comme ça tu auras pu agir ni vu ni connu.... Je suis trop gentille de t'aider dans tes vilains coups ! Savoure ça ne sera pas tout le temps.

Face à l'appréhension de son ennuie, le suli se voulait rassurant et réconfortant, affirmant que la journée passerait vite. Mais le visage de la succube était visiblement peu convaincu. Il souligna qu'il était encore là, mais la demoiselle lui demanda.


Tu as une idée en tête pour rester le plus longtemps possible ? J'ai pas envie que tu t'en ailles.....

Quand elle était sincère dans l'expression de ses ressentis, elle avait cette espèce de bouille de chaton triste parfaitement désarmante. Est-ce que Zakaerii allait pouvoir soutenir l'insoutenable ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Jeu 15 Juin 2017 - 11:52


Zakaerii fanfaronnait clairement plus que de raison, à tort, très certainement, surtout face à Lylim, qui, probablement, devait s’amuser de le voir ainsi s’encanailler un peu. Certains diraient probablement qu’elle avait une mauvaise influence sur le Suli, mais, de son point de vue, le Félidaë savait qu’il jouait avec le feu et qu’il risquait probablement de se brûler ; peut-être s’en rendrait-il plus clairement compte lorsque cela arriverait vraiment, lorsque la situation serait allée un peu trop loin et qu’il se ferait réprimander. Ce fut un peu le cas d’ailleurs, quand la Succube lui rappela, non sans gravité, que ce qu’il avait fait n’avait rien de galant, dans aucun royaume de ce monde, et que si sa petite blague passait très facilement auprès d’elle, il y avait probablement peu de personnes qui auraient apprécié l’idée de s’imaginer déshabillée par quelqu’un sans en être conscient. En toute honnêteté, l’Once réalisa qu’elle pointait du doigt un point juste et son raisonnement était parfaitement sensé et logique. Cependant, il y avait un petit point sur lequel il y avait débat, un petit point qu’il réalisa soudainement et qui le fit réfléchir encore davantage, bien plus encore que leur petite balade sous la pluie. S’il avait accepté l’idée de la droguer, de la déshabiller et la couvrir de points rouges pour une petite blague, alors qu’il en aurait été parfaitement incapable avec une autre personne, c’était aussi parce qu’elle avait réussi à s’imposer à lui, en quelque sorte, qu’il se sentait à l’aise avec elle – dans la mesure du possible – mais surtout parce qu’il savait que Lylim ne verrait aucune objection à ses actions, aussi répréhensibles soient-elles pour d’autres femmes. Cassiopée, par exemple, n’aurait jamais accepté cela de la part de Zakaerii, et ce dernier n’aurait jamais osé poser la main sur elle. Mais avec la Fiélonne… C’était différent. Complètement différent, mais, après tout, elle ne pouvait pas forcément le savoir. Et même si elle ne partageait pas le même avis à son égard, il la savait suffisamment ouverte d’esprit – elle l’avait d’ailleurs bien assez démontré jusqu’à maintenant – pour accepter les libertés qu’il s’était octroyés pour la piéger. Néanmoins, plutôt que de rentrer dans les détails du fil de ses pensées, il se contenta de répondre plus généralement, pour éviter de se remettre dans une situation similaire à l’avant-veille. « Mais je n’aurais jamais agi comme ça avec une autre personne, parce que je savais, ou du moins, je comptais sur le fait que tu ne verrais pas d’inconvénients à mes actes pour te jouer ce petit tour. » Il soupira légèrement et poursuivit sa réponse. « Pour le reste… Je ne sais pas si je serai capable de trahir véritablement la confiance de personnes que j’affectionne, à moins que ce soit pour un plus grand bien. Mais, encore une fois, j’imagine que tout est une question de contexte. Néanmoins, si je dois absolument accomplir quelque chose et pour cela endurer l’idée que tous mes proches me tournent le dos… Je le ferai certainement. » Fallait-il que ce soit un dessein divin ou alors l’idée de les sauver sans qu’ils ne le sachent… C’était là un sacrifice qu’il était tout à fait à même de réaliser si nécessaire.

Sur un sujet plus léger, Lylim lui fit remarquer néanmoins qu’elle était flattée de le voir autant en confiance avec elle, désespérant simplement de le voir agir ainsi tandis qu’elle était encore consciente. Préférant tomber les masques, Zakaerii eut un petit sourire amusé. « Si tu avais été consciente, tu aurais vu que je n’en menais clairement pas large… Je ne suis même pas certain de vouloir réitérer l’expérience. » Il baisserait peut-être dans son estime, mais il lui devait au moins la vérité, d’autant que cela rabaisserait peut-être les attentes de la Succube en matière de… contacts futurs. Toutefois, la maladie qu’il avait choisie semblait réellement mettre à mal la bonne humeur de sa Fiélonne préférée. Pourtant, quelque chose de non contagieux n’aurait pas eu l’effet escompté. « La soirée arrivera bien vite et, d’ici demain, tes boutons auront disparu, pour la grande joie d’Elorias qui te libèrera surement de ta prison improvisée. » Il eut un petit sourire. « D’ici là, nous trouverons bien de quoi t’occuper un peu, après tout, je m’en voudrais si tu finissais par mourir d’ennui. » Il lui fit un petit clin d’œil avant que le sujet ne s’étende ensuite sur Elorias. Le vieux conjurateur se faisait effectivement du souci pour sa FIélonne, mais, visiblement, cette dernière le tenait également responsable de son sort actuel. Zakaerii ne sut pas réellement à quelle faiblesse elle fit allusion, mais, visiblement, il ne manquerait pas de passer un mauvais quart d’heure lui aussi. En comparaison, le Suli avait l’impression de s’en sortir mieux, alors qu’il avait été le cerveau de l’opération. « Une Fiélonne qui gronde son Conjurateur, j’imagine que ce n’est pas très commun. » Il eut un petit sourire avant de faire une grimace en sentant le pot d’onguent que le vieil homme lui avait demandé d’apporter à la Succube pour qu’elle s’en enduise la peau. L’odeur était puissante et parfaitement désagréable, au point de provoquer un refus catégorique de la part de Lylim à l’idée de poser cela sur sa peau. L’Once acquiesça en silence sur le fait qu’il fallait mieux renoncer à l’idée d’’appliquer cet onguent, d’autant que rien ne justifiait de le faire, au moins médicalement parlant. En revanche, la Succube ne perdit pas le nord et lui tendit un autre flacon, dont exhalait une odeur bien plus agréable, tout en le mettant subtilement au défi de tenir sa promesse. « Laisse-moi finir de manger mon déjeuner et nous verrons cela. » Il eut un petit sourire, sachant pertinemment à quoi il allait devoir se frotter, mais l’idée ne le choquait pas plus que ça. Surtout si ce n’était qu’un petit massage.

Lorsque fut évoquer la question de la lessive, la Fiélonne lui fit remarquer qu’il faudrait bien plus que ce qu’il pensait pour se débarrasser de sa poudre urticante. Elle lui proposa également, magnanime, un stratagème pour s’occuper de changer les draps par les siens, en toute discrétion, afin que personne ne remarque quoi que ce soit. « Pour un peu, je pourrais penser que tu as déjà fait ce coup à quelqu’un… » Il eut un petit sourire et rajouta. « C’est d’accord, nous ferons cela. Et… Merci. » Il lui fit un petit clin d’œil, amusé de la voir se plier en quatre pour l’aider à nettoyer son méfait sans se faire prendre. Effectivement, elle ne lui offrirait peut-être pas toujours son aide, surtout s’il persistait à lui jouer des tours. Alors qu’il terminait son ragoût, elle lui demanda finalement ce qu’il comptait faire pour avoir l’autorisation de rester dans sa chambre, formellement interdite de visites. Attrapant le plateau, le Suli ne mit pas longtemps pour répondre. « Eh bien, d’abord je vais redescendre dans la grande salle avec ceci. Puis je vais faire semblant de sortir faire un tour. De là, je n’aurais plus qu’à grimper par la fenêtre pour te rejoindre. Si l’on ne fait pas trop de bruits, on sera ainsi tranquille pour l’après-midi, qu’en penses-tu ? » Il esquissa un sourire et une fois le plan convenu, il le mit à exécution. Rejoignant les autres, il rassura Elorias sur l’état de Lylim, précisant qu’elle semblait aller pour le mieux et lui glissa deux mots au sujet de l’onguent afin de s’enquérir de son contenu, compte-tenu de son odeur. Il abandonna ensuite le groupe, prétextant une envie de se dégourdir les pattes. A l’extérieur de l’auberge, il s’assura de ne pas être aperçu et bondit prestement jusqu’à la fenêtre de la chambre de la Succube. « Et voilà ! » Il s’était donné un petit air théâtral avant de sourire. « Bon, où en étions-nous ? Ah ! Oui. » Il se dirigea vers le flacon d’onguent et le pointa de sa patte. « Tu es sûre que tu préfères ton onguent à celui d’Elorias ? Tu serais tellement attirante enduite d’une telle concoction ! » La taquinait-il ? Oui, assurément. Il attendit qu’elle s’insurge et une fois qu’il eut ce qu’il voulait, il prit l’autre flacon et jeta un regard vers le lit. « Si mademoiselle veut bien s’allonger… » Le Suli attendit qu’elle s’exécute, lui indiquant de se coucher sur le ventre, puis il s’installa au-dessus d’elle, s’agenouillant au-dessus de sa chute de reins. Il se frotta les pattes pendant quelques instants, puis prit un peu de lotion qu’il laissa glisser sur le dos de la Succube. Zakaerii commença alors ensuite à la masser, doucement. Il savait qu’il ne risquait pas spécialement de la casser mais il n’avait aucune raison de forcer le mouvement. Il se permit même, d’un geste assez maladroit de défaire l’agrafe de la partie supérieure de ses sous-vêtements pour éviter que cela le gêne dans ses gestes. Après tout, il ne voyait que son dos, il n’y avait pas à paniquer. « Si je te fais mal, dis-le-moi. » L’Once poursuivit ses mouvements, appuyant parfois un peu plus ses gestes pour essayer de détendre un peu plus ses muscles. « Ils ne te vont pas si mal que ça ces petits points rouges, tu sais ? » Il y avait une petite teinte moqueuse dans sa voix, mais ce n’était pas totalement faux non plus. Mais, après tout, son avis était peut-être légèrement biaisé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 16 Juin 2017 - 11:42

La succube afficha un petit sourire malicieux tout en faisant rouler ses yeux en direction de son gros matou. Elle était loin d'être dupe, et elle avait bien remarqué la préférence que le suli avait pour elle. Et elle comptait bien même le doigt dessus.

Je suis certaine que même si une autre succube se proposait à toi juste pour répéter l'opération, tu n'oserais pas lui faire à elle ce que tu m'as fait à moi.... Même si elle serait très certainement tout aussi partante pour te laisser jouer avec elle....

Elle pouffa légèrement à la suite de la réponse de Zakaerii, qui s'en tirait à trop bon compte sur ce coup là pour elle.

Non, non, non, mon petit chat.... Ici tu ne trahiras pas la confiance de tes amis et de tes proches pour une noble cause. Bien au contraire.... Ce sera pour faire les pires bêtises, qui te vaudront une place de choix au panthéon des sales gosses de ton ère. Heureusement pour toi, pour ce qui est de ceux que tu affectionnes, les vilaines traîtrises que tu pourrais leur faire n'auront pas plus de gravité que des bêtises d'enfants. Enfin, pour la majore partie du temps... Cela devrait limiter leur ressenti à une furieuse envie de te tirer les oreilles, te passer un savon de tous les diables, ou à la limite te flanquer une correction.... Qui ne serait peut-être pas volée selon les circonstances hi hi hi !

Même si elle avait envie de lui faire un peu peur, elle ne voulait pas non plus être complètement à côté de la plaque. Ils n'étaient qu'au stade des jeux et bêtises bon enfant, rien de bien méchant. Elle se mit à rire de bon cœur en entendant l'once lui avouer à quel point son acte l'avait perturbé, et aussi qu'il n'était pas prêt de recommencer.

Moui, moui, moui, quand je vois comment tu te pavanes fier de ton coup, je pense que tu n'aurais pas de mal à recommencer.... Mais étrangement, ça ne m'étonnerait pas que tu te montres moins fier et assuré s'il s'agissait d'agir alors que je suis consciente.... Cela dit, je pense que mon air amusé t'aurais sûrement détendu. Je me connais après tout....

Il lui semblait sûr que si elle le voyait agir de la sorte tout penaud et gêné, elle n'aurait pas pu s'empêcher de rire. Elle secoua la tête lorsqu'il lui dit que ce cher Elorias la libérerait avec joie le lendemain une fois ses boutons disparus.

Crois moi une fois que je lui aurais montré la fin de mes boutons, il va se faire tirer les oreilles ce vieux hiboux ! Pour une fois que ce sera moi qui le réprimande, je ne vais pas me gêner tiens !


Elle laissa échapper un léger rire alors que Zakaerii rebondissait justement sur la singularité d'un fiélon grondant son conjurateur.

Oui j'avoue que ça n'est pas commun, les relations sont rarement si proches et intimes entre fiélon et conjurateur. Mais je suppose que le fait de partager tous les jours notre quotidien nous permet d'établir une certaine proximité. Surtout après toutes ces années.... On ressemble un peu à un vieux couple hi hi hi ! Et je ne connais pas un couple qui n'a pas son lot de disputes.... Plus ou moins agitées.

La chipie préparait le terrain car en réalité, les disputes avec Elorias étaient plutôt rares. Généralement, Elorias grondait Lylim quand elle faisait encore des siennes, mais le caractère de Lylim rendait très difficile les situations où elle se fâchait réellement contre son vieux bélinois. Surtout que celui-ci faisait attention à ne pas agir de manière à vraiment fâcher sa succube. Aussi les remontrances et sermons étaient souvent à sens unique. L'onguent médicinal définitivement écarté, Zakaerii avait toutefois accepté de se rabattre sur l'huile de massage de Lylim pour pouvoir maintenir ses plans. Ce qui ravissait la succube qui espérait bien pouvoir profiter du massage. Comme pour un échange de bons procédés, elle lui avait offert son aide pour se dépatouiller de la situation délicate dans laquelle il s'était plongé. Son gros matou supposa alors qu'elle n'était pas étrangère à l'utilisation de la poudre urticante. Réprimant un fou rire, la jeune femme lui avoua.

C'est un incontournable tu sais ? J'en utilise depuis que je suis enfant. C'est le partenaire idéale de bien des fous rire. Mais à manier avec précaution, ça peut vite se retourner contre soi sinon.

Elle répondit par un sourire à ses remerciements, avant d'acquiescer à son plan pour venir la retrouver.

Je pense que ça devrait être suffisant, Elorias ne se risquera pas à venir dans ma chambre après m'avoir enfermé, donc on devrait être tranquille.


Le plan validé, Lylim observa son gros matou partir, et ouvrit la fenêtre pour lui laisser libre accès. De son côté Elorias se retrouva bien penaud à la question de Zakaerii. Il parvint à identifier quelque composant, des champignons des mines, du camphre et des algues, mais pas le reste. Il faisait confiance à l’apothicaire qui lui avait vendu, et ajouta que souvent, les remèdes était peu ragoûtant. Ce qui ne l'avait donc pas choqué. La jeune femme n'eut pas à attendre longtemps, car son félin revint bien vite. Elle l'accueillit avec un franc sourire, contente de ne plus être seule, applaudissant même un peu son retour triomphal. Le Felidae lança une dernière boutade avant de se préparer.

Je pense que tu as tout autant envie que moi de te passer de cette horreur. N'oublie pas que tes pattes empesteraient si tu me massais avec ça.

Sa remarque faite, elle obéit à son matou et s'allongea sur le lit pour le laisser accomplir son office. Elle ne releva même pas le fait qu'il avait dégrafé son soutien-gorge, tant cela était naturel dans le contexte donné. Elle se détendit complètement, accordant une confiance aveugle au suli, qui lui restait soucieux.

Ne t'en fais pas, tant que tu n'uses pas de tes griffes je doute que tu puisses me faire mal tu sais ? J'aime les massages pénétrant....

Bien entendu, le jeu de mot n'était pas du tout innocent, bien qu'elle restait sincère dans ses affirmations. Il vint la complimenter sur ses points rouges, ce à quoi elle rétorqua un sourire en coin.

Je pense que ça ne va qu'à ceux qui portent les points sur des pelages.... Sur une peau de ce genre ça fait désordre.

Elle ne boudait pas son plaisir, ainsi choyer entre les pattes puissantes du suli. La pièce embaumait une douce fragrance de rose, et la succube s'était laissée aller à une semi somnolence alors que ses muscles se délassaient. Elle lâchait par moments des petits soupirs de soulagement ou de bien être.


Mmmh.... N'hésite pas à voir du côté de mes jambes....


Tant qu'à faire autant avoir un massage intégrale. Après tout, s'il avait vraiment dû lui administrer l'onguent nauséabond, il aurait dû aller partout. Mais elle se doutait qu'il n'oserait pas aller passer ses mains sur certaines parties de son anatomie.... Et alors qu'il avait parfumé la presque totalité de son corps à l'huile de rose, elle se retourna soudainement sur le dos, avant de dire.


Tu dois passer partout où tu as mis des points rouges....

Allait-il y arriver ? Allait-il déjà parvenir à palper son torse ? Et le reste ? S'il pouvait encore prendre sur lui pour le torse, pour le reste, elle en doutait très franchement. Mais Zakaerii savait la surprendre lorsqu'il le voulait. Est-ce que ça allait être le cas ici ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Sam 17 Juin 2017 - 9:30


Lylim avait beau parfois feindre l’ignorance ou l’insouciance, elle était parfaitement capable de démêler le vrai du faux et, surtout, ses capacités de déduction auraient pu faire rougir n’importe quel enquêteur. Après tout, elle avait raison : pour n’importe quelle autre succube, il n’aurait probablement pas osé aller jusque-là où il était allé avec la fiélonne pour monter son petit coup. Avec un peu de recul, le Félidaë constatait qu’il avait effectivement franchi une certaine limite – non sans énormément de mal – et que ce qui avait été un jeu cette nuit, faisait peut-être écho à quelque chose de plus profond, de plus puissant, qu’il gardait toujours pour lui. C’était plus qu’une préférence, mais il n’était pas spécialement nécessaire de revenir là-dessus, après tout, il en avait assez dit et la Succube n’en avait probablement pas cure. Après tout, combien d’hommes voyait-elle défiler entre ses bras ? Et combien d’entre eux finissaient dans la même situation que Zakaerii ? Bah, il valait peut-être mieux ne pas se faire d’illusions, mais, malheureusement, il était des choses que l’on ne taisait pas facilement, en tout cas, pas d’une simple pensée. « Hmmm… Tu as peut-être raison. Mais peut-être qu’une autre Succube serait plus… persuasive ? » Il jouait avec le feu, et, surtout, il mentait outrageusement. Lylim ne manquerait pas de le remarquer, mais son sourire sur le museau indiquait qu’il s’en moquait. Il ne faisait que la taquiner, ouvertement, pour le simple plaisir de la voir réagir, et, de ce fait, alléger l’ennui qu’elle pouvait subir à rester enfermer dans cette chambre par sa faute. Essayait-il de réparer les pots cassés ? Pas vraiment. Mais, après tout, il n’avait aucune raison d’accabler encore et encore la fiélonne au point de lui faire passer une mauvaise journée. Leurs buts respectifs impliquaient de s’amuser et le Suli ne s’amuserait définitivement pas si sa petite malade se ruinait le moral à tourner en rond, seule dans sa chambre.

« Tant que tu ne me demandes pas de trahir ouvertement mes principes ou mes amis, je n’aurais probablement pas trop de mal à jouer un tour ou l’autre. Je ne suis pas aussi blanc que mon pelage après tout… » Il lui adressa un sourire taquin. S’il n’était pas blanc, il n’était cependant pas noir pour un sou, Zakaerii ayant toujours vécu dans les clous, mais ayant déjà tué – notamment pour Fleya – lorsqu’il n’en avait pas le choix. Il préférait de loin les issues pacifiques si c’était possible, mais ne rechignait jamais pour un combat. Aussi, la mort de l’adversaire était parfois une conséquence inévitable. Il ne pleurerait clairement pas les brigands que Lylim pourrait lui demander de mettre hors d’état de nuire, mais elle ne manquerait certainement pas de le mettre dans des situations plus complexes, où sa morale et sa conscience seraient indéniablement tiraillées. Cela ne lui faisait pas spécialement peur, conscient qu’il aurait probablement l’occasion de refuser dans le pire des cas. Elle ne manquerait pas de tester ses limites et, pour l’Once, se serait également un excellent moyen pour se connaître d’avantages et en apprendre encore plus sur lui-même. Allait-il se surprendre ou simplement confirmer ce qu’il savait déjà ? La suite le lui dirait. Pourvu que la fiélonne ne remporte un de leurs paris à l’occasion. « Peut-être… Mais si tu avais été consciente, alors ma surprise tombait à l’eau. Ça aurait été dommage, quand même. Car, mine de rien, ton expression au réveil était… unique. » Il se souvenait encore de la façon dont Elorias l’avait tirée du lit et de l’état dans lequel la pauvre fiélonne avait dû se soumettre à une inspection en bonne et due forme. A mi-chemin entre le sommeil et l’incompréhension, il ne manquerait pas de s’en souvenir pendant un petit moment en souriant…

« Tu es depuis longtemps au… service d’Elorias ? » La Succube en parlait effectivement comme s’ils étaient liés depuis de nombreuses années et c’était peut-être le cas. Le Conjurateur était assez âgé et peut-être que ce dernier avait invoqué Lylim dans sa jeunesse. Cette dernière ne subissant probablement pas de la même manière les affres du temps, il était difficile de lui donner un âge, car elle pouvait très bien en avoir plus d’une centaine comme une simple vingtaine. Ceci étant dit, compte-tenu de son expérience, elle devait avoir bien plus qu’elle n’en paraissait. Il se rappela d’ailleurs qu’elle lui avait fait remarquer qu’il n’était pas bien vu de demander à une femme une information qui pouvait trahir son âge, mais il avait espéré qu’elle ferait une petite entorse, après tout, il avait bien le droit d’en apprendre un peu plus sur elle. Et puis ce n’était pas comme si son âge allait faire une différence de toute façon. « Ca sent effectivement le vécu ! Nul doute que j’imagine qu’il s’est déjà retourné contre toi ? Une petite anecdote à partager, peut-être ? » Zakaerii avait eu quelques démangeaisons – jusqu’à ce qu’il se lave soigneusement les mains – après avoir mis du poil à gratter dans le lit de la Succube. Particulièrement volatile, le composé méritait effectivement d’être manipulé avec précaution et l’Once pouvait clairement comprendre qu’il pouvait aisément se retourner contre celui qui essayait de l’utiliser. Un simple coup de vent pouvait transformer la meilleure tentative de blague en un calvaire urticant difficile à maîtriser. Heureusement, un bon bain et l’essentiel était neutralisé. Lylim en était d’ailleurs la preuve vivante.

Une fois le plan validé et appliqué, le Suli revint donc, par la fenêtre, dans la chambre de la fiélonne qui l’attendait déjà, non sans lui faire remarquer que, s’il tenait à utiliser l’onguent d’Elorias, il en aurait les pattes pleines aussi. « Je pense que je pourrais m’y habituer. Toi par contre… » Il ne termina pas sa phrase, mais, encore une fois, il la taquinait simplement, optant pour l’onguent de la jeune femme, aux senteurs plus agréables. Allongée sur le lit, Lylim sembla s’abandonner littéralement aux pattes de son masseur, le laissant la délasser de haut de son maigre savoir-faire. Conforme à ses instructions, il appuya légèrement plus fort, afin d’essayer de détendre davantage ses muscles. « Tu ne serais probablement pas désagréable avec un pelage… » Il avait dit cela d’un petit ton amusé, poursuivant son massage avec conscience. Il s’attardait principalement sur ses épaules et son dos, se laissant guider par les soupirs de soulagement que la fiélonne laissait glisser entre ses lèvres, pour guider ses propres gestes. Alors qu’il terminait doucement le dos, elle lui suggéra de ne pas oublier ses jambes. Dans un sourire, il s’exécuta, se tournant afin de pouvoir réaliser sa demande. Il poursuivit, veillant cependant à ne pas remonter trop haut au niveau des cuisses, à cause d’une pudeur qu’elle lui connaissait bien désormais. Il ne mit pas trop longtemps à parvenir à ses fins, mais soudainement, elle se tourna sous ses jambes, pour se mettre sur le dos. Il ne voyait toujours que ses jambes, mais il avait une petite idée de ce qu’il allait voir s’il tournait la tête. Alors, à l’injonction de la Succube, le Suli eut un long moment d’hésitation. « Essayerais-tu de prendre ta revanche ? » Il hésita encore quelques secondes avant de se tourner à nouveau vers Lylim, croisant son regard. Sans la quitter des yeux – pour ne pas avoir à regarder ailleurs – il attrapa le flacon d’onguent et en remit sur ses pattes. Il posa celles-ci sur ses épaules, et redescendit lentement sur son corps. Zakaerii ne quittait toujours pas le regard de la Succube et tâcha de se vider l’esprit pour ne pas trop réfléchir. Il prit une profonde inspiration et ferma les yeux un court instant avant de regarder à nouveau la jeune femme tandis que ses pattes glissaient sur sa poitrine. Etonnamment, bien qu’il était clairement plus fébrile que lorsqu’il lui massait le dos, il se laissa aller à la masser, non sans s’attarder énormément non plus, préférant de loin ses hanches et son ventre. Il poursuivit ses gestes, avec plus de douceur que précédemment, un peu plus de lenteur aussi, tandis qu’il ne quittait pas des yeux la jeune femme. Il y avait littéralement un torrent de sentiments qui rugissait en lui, mais il essayait de le faire taire. Même si ses gestes se firent un peu plus assurés, ils s’attardèrent plus sur les zones moins sensibles, qui posaient moins de problèmes malgré tout. Lorsqu’il eut finit, après avoir faiblement flirté avec les zones les plus intimes, pour jouer un minimum le jeu et éviter que Lylim ne le lui reproche trop ouvertement, il esquissa un léger sourire, en se frottant les pattes. « Mademoiselle est-elle satisfaite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Dim 18 Juin 2017 - 6:18

Pourtant il la connaissait. Il savait qu'elle ne perdait pas la moindre occasion de pouvoir utiliser ses propos à son avantage. Mais il persistait quand même dans ses provocations. Une chose qui ne resterait pas impuni, car tôt ou tard la succube saurait lui rappeler ses paroles, et le mettre devant ses responsabilités. D'ailleurs, le sourire carnassier qu'elle lui offrit en disait déà long sur son ressenti.

Ho ? C'était donc cela ? Je n'étais pas assez "persuasive" à ton goût ? Mais qu'à cela ne tienne mon gros félin, je saurai me corriger dorénavant....

Il avait agiter une invitation sous son nez par jeu, mais elle l'avait saisi au vol et comptait bien y répondre dès que l'occasion se présenterait. Il était cuit à ses yeux. L'Once commença à établir quelques limites à leur petits jeux, semblant enfin réaliser toute l'ampleur que cela pouvait prendre. S'il s'était montré plus que confiant jusqu'ici, il fit enfin preuve d'un peu plus de retenu quant à ses capacités. Ce qui sembla plus concret et plus réaliste pour la succube. On ne changeait pas du tout au tout en un claquement de doigt. Et d'ailleurs, elle ne voulait pas le changer du tout au tout. Juste s'amuser et le dévergonder un peu. Elle ne souhaitait pas qu'il se perde en chemin. Aussi, elle accueillit plutôt bien ces affirmations, répondant toutefois.

Il est possible que je te demande de trahir certains de tes principes, car je doute tous les connaître. Mais même si j'aurais certainement envie de repousser tes limites, je doute de te faire franchir certains caps.... Ou alors ça serait très rare, ou dans des situations particulières.... Mais nous ne sommes pas encore là. Et d'ici là, j'aurais tout loisir de voir à quel point ce pelage blanc cache des poils noirs !

Zakaerii, même s'il était très loin d'être fourbe, avait néanmoins une certaine malice, qui ne demandait qu'à être encouragée pour pouvoir s'exprimer et grandir. La petite expérience de la journée en était une preuve flagrante, et le suli ne manqua pas, justement d'y revenir en justifiant ses choix méthodologiques. Ce qui arracha un petit rire à Lylim, qui lui répondit.

Oui j'imagine que le rendu n'aurait pas du tout été le même, d'autant plus que je ne me serais pas laissée faire plus longtemps, une fois les points rouges appliqués.

Il fallait bien lui admettre que sans drogue, son plan aurait indubitablement capoté. Mais le Felidae vint à s'intéresser au lien entre Elorias et Lylim, venant à demander depuis combien de temps elle le suivait. La succube se concentra en essayant de calculer les années passées.

Pfiou.... Elorias et moi nous sommes connus alors qu'il était encore un homme en pleine force de l'âge. Il n'avait ni ride, ni cheveux blanc, il était même fringant. Je ne saurais plus dire exactement, mais ça fait plusieurs décennies. C'est compliqué parfois la notion du temps. Trois décennies ? Peut-être quatre... Je ne sais plus. Mais je peux dire que je l'ai vu vieillir ce vieux hiboux !

Et en parlant de temps qui passait, Zakaerii s'interrogeait sur le vécu de sa succube et notamment de certaines de ses expériences passées. Lorsqu'il la questionna pour une anecdote, Lylim rit légèrement avant de se confier.


Cette poudre urticante est issue d'une plante. Lorsque j'étais petite je ne connaissais rien de cette poudre ni de la plante dont elle vient. Et une fois, je suis tombée et j'ai roulé jusqu'à un grand par terre de cette cochonnerie.... J'en étais entièrement recouverte, surtout qu'à l'état de plante, il y a comme de minuscules épines qui font que ça s'accroche bien ! Malheureusement pour moi, à ce stade les démangeaisons donnent aussi des espèces de brûlures tant qu'on ne retire pas les épines. J'ai cru devenir folle, plus j'essayais de m'en débarrasser et pire c'était. J'ai eu droit à plusieurs bains et trois linges de toilettes ont été sacrifié pour me libérer de cette horreur. Heureusement, la poudre qu'on vend est beaucoup moins violente, même si niveau démangeaison, il n'y a aucun doute à faire sur le lien de parenté. L'avantage c'est que je sais ce que ça fait, donc je sais comment doser pour obtenir l'effet que je souhaite.

L'apprentissage empirique était une méthode qui avait fait ses preuves. Même si l'expérience avait été hautement désagréable, Lylim préférait en garder le côté pratique. De toute manière elle ne pouvait pas changer le passé. Alors que leur conversation continuait, Zakaerii vint affirmer qu'il aurait pu s'accommoder de l'odeur, ce qui laissa la succube perplexe et dubitative, avant qu'elle ne répondre.

Cela aurait été une manœuvre pour que je te lave de nouveau "contre ton gré" ?

Elle ne pouvait pas concevoir qu'on puisse sciemment s'infliger une odeur pareil. Autant surgir dans un troupeau de moufettes et les provoquer toutes en même temps. Mais l'ambiance s'était davantage feutrée à présent que le massage commençait. Détendu et dans une atmosphère intimiste, le duo partageait un petit moment privilégié. Zakaerii vint à confier qu'il trouvait que Lylim serait surement très agréable avec un pelage. Ce qui dessina un sourire sur le visage de la jeune femme qui lui répondit comme à moitié endormi.

Mmmh oui..... je pense aussi....

S'il savait.... Mais il n'était pas question de s'endormir pour de bon ! Même si le massage s'y prêtait.... Elle s'était retournée, et le félin croyait y voir là l'objet de sa vengeance. Mais ce n'était pas de ses points rouges dont elle se "vengeait". Elle répondait plutôt à ses provocations faites plus tôt. Néanmoins, elle ne répondit pas, préférant sourire. S'il pouvait croire qu'elle s'était déjà venger la surprise n'en serait que plus complète lorsqu'elle le ferait réellement. Zakaerii se décida alors à aller jusqu'au bout, pour le plus grand plaisir de la succube. Toutefois, ile ne s'attardait pas trop sur les zones sensibles, préférant travailler le reste, et surtout.... Il prenait un soin vital à ne pas quitter des yeux le visage de la jolie rousse. Ce qui finit par faire rire cette dernière, qui lui dit doucement.

Tu ne deviendras pas aveugle si tu regardes tu sais....

Elle lui adressait un sourire bienveillant, et le calme et la sérénité qu'elle dégageait contrastait avec les émotions que son pauvre matou devait ressentir. Il prit malgré tout l'audace d'aller flirter avec certaines zones, sans pour autant s'y attarder. Mais alors qu'il croyait en avoir fini, et s'en être bien sorti, la succube vint prendre doucement sa tête entre ses mains et lui répondre doucement.

Un peu timide, mais très plaisant en effet.... ce serait dommage de s'en arrêter là....

Elle se doutait bien que le massage ne l'avait pas laissé indifférent. Encore il n'aurait massé que le dos et les jambes, il n'aurait eu aucun mal à ne rien ressentir. Mais elle lui avait imposé un "bonus" qui lui ne pouvait pas laisser le félin de marbre. Et elle comptait bien battre le fer tant qu'il était encore chaud. L'une de ses mains vint se glisser le long du dos de l'Once, et effectuer une légère pression pour l'inciter à s'allonger presque sur elle. Réduire la distance qu'il y avait entre eux deux. Tout en l'encourageant par des caresses, lorsqu'il fut suffisamment près, elle glisser son visage dans le cou de Zakaerii, et y déposer un baiser avant de dire à mi-mot.

Voyons si je saurais me montrer plus persuasive....

Sa main vint glisser dangereusement dans le bas de son dos, plus bas que ses reins encore, venant flirter avec la naissance de ses fesses.... Il lui suffisait de s'allonger complètement, de s'abandonner à elle, pour qu'elle puisse avoir accès à plus.... Et lui offrir plus.... A vrai dire il n'avait plus que deux choix possibles. Soit il devait fuir, et très très vite.... Soit il devait aller jusqu'au bout....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 26 Juin 2017 - 12:21

A trop vouloir jouer avec le feu, on finissait toujours par se brûler, et Zakaerii apprendrait bien assez tôt, à son insu, que l’adage était particulièrement vrai, encore plus avec Lylim. Porutant, le Suli avait eu le loisir d’en avoir un aperçu plusieurs fois, mais il ne pouvait faire autrement que de continuer à s’y frotter, par attrait, par plaisir, par jeu. Alors oui, puisqu’il ne parvenait pas à tenir sa langue, nul doute que la Succube veillerait, à l’avenir, à se faire plus persuasive s’il ne fallait que ça pour le pousser hors des sentiers battus. S’il avait su ce qui allait l’attendre à la suite de cette petite pique, le Félidaë se serait peut-être abstenu de commentaire, d’autant que, en toute vérité, ce n’était pas tant une question de persuasion que d’affinité avec la personne. Toutefois, mieux valait éviter d’essayer de corriger la situation, car, tel qu’il se connaissait, il avait plus de chances de s’empêtrer davantage dans ses explications, s’exposant encore davantage à la malice de la Fiélonne. Mieux valait espérer qu’elle ne pourrait pas se venger immédiatement et finirait par oublier, avec le temps, ou trouver une autre occupation, comme celle de faire de lui son Fiélon, une activité qui ne manquerait pas d’être à haut risque, elle aussi… Peut-être avait-il fait une folie en se rapprochant de Lylim finalement, mais à défaut de regretter cela, il devait admettre que cela pimentait agréablement son existence, même si cela lui attirerait probablement les pires ennuis, à ne pas en douter. « Mon pelage ne cache rien, tous les poils noirs sont déjà visibles. » Il lui fit un petit sourire amusé. Le Suli était bel et bien conscient qu’elle faisait usage d’une métaphore, mais il n’y avait aucun mal à la prendre au mot littéralement pour lui damner le pion. Ceci étant dit, son pelage était probablement une très bonne illustration de sa moralité relativement pure mais parsemée de zones sombres, enclines à outrepasser certaines règles, sous certaines conditions.

La discussion dévia finalement sur quelque chose de plus léger et de moins dangereux pour le Félidaë, même si cela ne signifiait pas nécessairement qu’il était sorti de l’auberge – loin de là – et, qui plus est, même s’il était fier d’avoir réussi son petit coup à l’encontre de la Fiélonne, elle semblait pâtir relativement fortement de sa solitude et il aurait semblé malvenu à l’Once de la laisser s’embêter toute seule pour le reste de la journée. Ce fut également l’occasion d’en apprendre un peu plus sur Elorias et elle, et même s’il se doutait que ces deux-là se connaissaient depuis longtemps, Zakaerii fut tout de même légèrement surpris d’apprendre que cela faisait plusieurs décennies qu’ils parcouraient ce monde côte à côte. Lylim était donc ainsi arrivée sur ses terres bien avant lui, et pourtant, d’une certaine manière, elle lui semblait presque plus jeune. A croire que les Fiélon – et en particulier les Succubes – bénéficiaient d’un traitement de faveur vis-à-vis de l’âge. « Vous avez beau vous chamailler, il est évident que vous vous appréciez énormément tous les deux. J’imagine qu’après toutes ces années, il est difficile de ne pas s’attacher. » Le Suli réalisa alors rapidement que l’immortalité n’était peut-être pas une si bonne chose finalement, mais, surtout, il en fut à se demander ce qui allait se passer à la mort d’Elorias. Si le Conjurateur n’était plus, son Fiélon retournait probablement d’où il venait, sauf s’il avait acquis suffisamment de pouvoir pour rester sur ces terres. Cependant, rien n’indiquait que Lylim en soit arrivée à ce stade, sans quoi elle se serait probablement déjà affranchie du vieil homme, quelle que soit l’affection qu’elle pouvait avoir pour lui. Après tout, elle restait une Fiélonne, et, de ce que le Félidaë avait pu en voir, elle semblait également chérir sa liberté. Peut-être pourraient-ils évoquer cette éventualité plus tard, mais, pour le moment, mieux valait probablement éviter des sujets plus mélancoliques et surement ni l’un, ni l’autre, ne souhaitait véritablement évoquer la disparition du Conjurateur.

La discussion s’orienta alors sur une anecdote de l’enfance de Lylim, autour du poil à gratter, et, plus précisément, de la plante dont il est extrait et dans un buisson de laquelle la Succube était tombée dans son enfance. Une expérience particulièrement désagréable s’il devait en être une. « Au moins, c’est rassurant de savoir que l’enfance d’un Fiélon n’est pas nécessairement différente de celle d’un enfant de chez nous. » Après tout, quel enfant ne faisait pas une bêtise en se frottant à quelque chose qu’il n’aurait pas dû approcher ? Qu’il s’agisse d’une menace animale ou végétale d’ailleurs… « Tu sauterais sur n’importe quelle occasion pour me laver contre mon gré ! Malheureusement pour toi, j’aurai probablement été à même de me laver mes pattes moi-même. » Même si l’idée de se faire mousser par la belle Succube n’était pas ce qui le gênait réellement, mais plutôt tout ce qui en découlait presque inévitablement. Et peut-être aurait-il dû se douter que d’un simple massage pourrait découler des choses tout aussi gênantes, mais il avait eu la bêtise, ou plutôt l’insouciance enfantine de croire, que Lylim ne profiterait pas nécessairement de la situation. A tort, bien entendu, car même si elle profita sagement, pour un temps, du massage que lui offrait le Félidaë, elle ne manqua pas de s’offrir un petit luxe en se retournant sur le dos. Et tandis qu’il fixait son regard dans le sien, elle ne perdit non plus pas l’occasion de le taquiner un peu, même si, dans sa voix, elle donnait davantage l’impression d’essayer de le rassurer et de le mettre en confiance. « Je crains que, depuis notre rencontre, je serais déjà aveugle dans le cas contraire… » Une petite pointe d’humour pour essayer de masquer sa gêne, qui restait pourtant bel et bien visible, malgré ses efforts pour essayer de surmonter cette petite épreuve. Ce n’était pas tant qu’il avait peur de voir, mais simplement que cela lui semblait… déplacé. Même si la Succube s’offrait volontiers à lui.

Malheureusement, cette dernière avait décidé de pousser son petit jeu jusqu’au bout, et, alors qu’elle s’estimait relativement satisfaite de la prestation de Zakaerii, elle profita de sa position et de la situation pour glisser ses mains le long de son dos et le forcer à se rapprocher d’elle. Surpris par le geste – et pas nécessairement en position pour lutter – l’Once se retrouva alors au-dessus de la Fiélonne, ses pattes posées de part et d’autre de son visage, laissant ainsi une certaine distance de sécurité entre eux, maigre distance que la Succube rompit rapidement en venant glisser ses lèvres dans le cou du Suli, lui murmurant à l’envie qu’elle se sentait d’humeur persuasive, faisant ainsi écho à sa remarque précédente, au grand désarroi du Dévot qui ne savait plus vraiment où se mettre, conscient de ce qui se passait, et peut-être encore davantage lorsqu’il sentit une main de la jeune femme glisser toujours plus bas dans son dos. Tendu, le souffle légèrement court et son regard rivé dans celui de Lylim, le Félidaë ne savait pas quoi faire et, surtout, savait que ses options étaient limitées, trop limitées. « Lylim… Je… » En réalité, il n’arrivait déjà plus vraiment à penser de manière raisonnée et sensée. La main qui glissait sur son dos, arrachait à son corps tendu des frissons qui le brûlaient presque. Au fond de lui, il savait qu’il le voulait, mais, en vérité, il avait simplement peur, peur de ce qui allait se passer, peur de cet inconnu. Il aurait pu affronter des dizaines d’ennemis sans faiblir, mais là, entre les bras de Lylim, s’abandonner à elle, lui faisait peur d’être ridicule. Avec une autre, il n’aurait peut-être pas autant hésité, mais ce n’était pas n’importe quelle femme après tout. Il ferma les yeux, sembla résister quelques instants, sentant que son corps n’obéissait déjà plus à sa raison. Après quelques instants, il se laissa glisser contre elle, cessant de lutter, son pelage entrant en contact avec sa peau douce et chaude. Il rouvrit les yeux, croisa en silence le regard de la Succube. Il ne dit pas un mot mais ses iris témoignaient bien assez pour lui, à la fois de la crainte de la suite, mais également de l’envie en lui d’y succomber et peut—être aussi, un soupçon de ce qu’elle représentait pour lui. Et, non sans l’habituelle maladresse des premières fois, il l’embrassa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 27 Juin 2017 - 11:24

On ne voit jamais tous les poils noirs....

Elle esquissa un sourire pour ponctuer ses propos lourds de sens. Son expérience lui avait appris qu'on ne savait jamais de quoi quelqu'un était vraiment capable jusqu'à ce qu'il agisse au-delà de ses limites supposées. Parfois on ignorait soi-même ses propres capacités. Mais les circonstances pouvaient engendrer bien des bouleversements, plus ou moins importants. Elle afficha un sourire plus doux lorsqu'il parla de la complicité qu'elle pouvait avoir avec Elorias. Il y avait du vrai dans ce qu'il disait, et pourtant, ce n'était pas une vérité générale.

Ne t'y fies pas mon minou, j'ai déjà vu des fiélons ronger leur frein pendant plus d'un demi-siècle avant de chercher à se retourner contre son ancien conjurateur, un fois la puissance nécessaire obtenue. C'est quelque chose propre à chaque fiélon. Nous sommes capables du pire comme.... bon le plus souvent du pire. Même quand on apprécie son conjurateur ça peut être risqué pour lui. On a déjà vu des fiélons tuer leur conjurateur une fois leur contrat terminé, juste parce qu'ils refusaient que qui que ce soit d'autres les servent. L'affection peut vite virer à la jalousie pour certains. Ce qui n'aident pas toujours les conjurateurs à essayer de se lier à leur fiélon. Bon, il faut bien avouer qu'à ce sujet, Elorias est relativement tranquille et serein. Il serait même plus apte à vouloir se débarrasser de moi que l'inverse, hé hé hé ! Je pense que de nous deux c'est lui qui me supporte le moins.

En réalité, elle pensait au contraire qu'ils se toléraient plutôt très bien l'un et l'autre. Mais elle avait besoin d'insinuer une relation inégale dans l'esprit de Zak, juste pour pouvoir servir ses desseins futurs. Il n'aurait pas été crédible d'affirmer la veille que Elorias et elle s'adoraient, et prétendre le lendemain qu'il l'avait battu à sang ! Zakaerii aurait tout loisir de comprendre à quel point tout ceci serait faux une fois qu'il se serait fait avoir. Elle continua de nuancer les propos de son gros matou, lorsqu'ils abordaient le sujet de l'enfance.

Oula, attention, en fonction des races, et parfois même des familles, les enfances peuvent changer du tout au tout. Certains se retrouvent livrés à eux-mêmes à peine sortis de l’œuf. D'autres passent leur enfance à fuir à peine sortis du ventre de leur mère, car les mâles cherchent à tuer les progénitures extérieures pour pouvoir semer leur propre descendance à la place. Et certains arrivent directement adultes. C'est vraiment très vaste comme domaine.

Elle avait poussé un petit rire à sa boutade affichant un air faussement innocent. Mais elle n'infirma, ni ne confirma ses dires, laissant planer le doute. Si tenté était qu'il puisse y en avoir un. Et si le félin avait de gros doutes quand a la suite, la succube, elle, n'en avait aucun. Elle lui adressa un sourire doux et complice à sa remarque. La suite des événements mit fin absolument à toute idée de doute. Zakaerii était piégé, il le savait. Il avait à peine bredouiller un frêle début de protestation.... Mais en vain. Cette fois-ci, il ne pouvait fuir.

Lylim l’enlaçait, un sourire bienveillant aux lèvres, le regardant avec affection. Elle lui caressait le visage et la tête, avant de lui dire.


Je suis très fière de toi mon gros félin.... Tu t'en es bien sorti. Dis moi, qu'en as-tu pensé ?

Elle espérait que cela lui avait suffisamment plu pour qu'il y ait pris goût. Et qu'il ne soit pas trop fatigué pour lui répondre. Même si elle ne lui refuserait pas une bonne sieste réparatrice. Le repos du guerrier était mérité à son sens.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 30 Juin 2017 - 16:13


« Sur un pelage aussi blanc, pourtant… » Bien entendu, Zakaerii savait parfaitement à quoi faisait allusion la Succube et, au fond, elle avait parfaitement raison, même si, dans son cas, le Félidaê était particulièrement convaincu qu’il n’y avait pas beaucoup de suspense. Après tout, il n’était pas spécialement imprévisible dans ce domaine, et même si Lylim ne le connaissait pas réellement, elle devait bien se douter qu’il n’était pas du genre à faire mille et une bêtises ou à transgresser les règles. Il penchait bien trop du côté « neutre bon » plutôt que du « chaotique neutre », même si la Fiélonne ne désespérait peut-être pas lui faire faire quelques incursions dans le domaine du filoutage. Il était d’ailleurs convaincu qu’elle se ferait un plaisir de le mettre à l’épreuve le jour où il serait à son service, mais, au fond, ce n’était que justice. Et puis, elle l’avait prévenu de ce qui pourrait l’attendre s’il venait à devenir son Fiélon, aussi ne pouvait-il plus jouer la carte de l’ignorance. Cependant, il se doutait que, ce qui l’attendait, n’aurait rien à voir avec ce que pouvait être un véritable lien entre un Conjurateur et sa créature, même si, finalement, ce n’était probablement pas le but de leur petit jeu. Mais s’il était conscient de cette relation privilégiée entre Lylim et Elorias, cette dernière ne manqua pas de lui faire remarquer que tout n’était pas aussi rose, surtout lorsqu’il s’agissait de Fiélons. Visiblement, ces derniers ne manquaient pas de patience lorsqu’il s’agissait d’ourdir leurs plans et certains d’entre eux n’avaient aucun problème à se retourner contre leurs anciens maîtres une fois libres. Quant à d’autres, ils pouvaient simplement vouloir les tuer pour éviter que d’autres Fiélons ne puissent les servir, ce qui ressemblait à une sorte de jalousie. Ce comportement était parfaitement surprenant pour le Suli qui se faisait rappeler que ces créatures-là n’étaient pas toutes animées des attentions les plus aimables et que Lylim faisait office d’exception dans bien des domaines. « Pour quelqu’un qui ne te supporte pas, je le trouve relativement aux petits soins pour toi. »

Il fallait dire que, tout de même, le vieil homme semblait effectivement avoir une relation privilégiée avec sa Fiélonne, même si, de par la nature de cette dernière, certains auraient pu s’imaginer des choses, Zakaerii avait cependant eu l’occasion de voir que s’il y avait bien une personne dans ce monde qui s’assurait qu’il n’arrive rien de fâcheux à Lylim, c’était bien Elorias. Après tout, l’Once avait eu le loisir de l’observer un peu durant leur séjour à bord de La Sirène. Toutefois, il voulait bien croire qu’il pouvait, malgré toute l’affection qu’il avait pour elle, avoir des moments où il se serait imaginé l’étrangler. Le caractère et la personnalité de la jeune femme était ainsi, il avait d’ailleurs pu y goûter lui aussi, même si, actuellement, elle était loin de l’énerver véritablement. Tout au plus le faisait-elle tourner un peu en bourrique, mais il n’y avait pas de quoi fouetter un chat, ou pas encore. La Succube était peut-être du genre à tester chaque limite, à les repousser jusqu’à ce que la réponse en face ne lui plaise guère, il n’aurait pas été idiot de penser qu’elle faisait pareil avec l’Once, ne serait-ce que pour connaître ses limites. Quand elle lui fit remarquer que les enfances étaient particulièrement variables concernant les Fiélons, le Félidaë fut surpris d’apprendre que certains allaient même jusqu’à tuer leurs propres enfants, le faisant réfléchir sur l’intérêt de procréer dans ces conditions. « Je vois… Je ne peux quand même pas m’empêcher de trouver étrange l’idée de faire des enfants si, par la suite, on ne cherche qu’à les tuer… » Quelque chose lui échappait définitivement, mais, comme l’avait dit la Succube, le sujet était particulièrement vaste et il n’y connaissait que très peu de chose, puisqu’après tout, c’était cette dernière qui lui avait appris le peu qu’il en savait. Mais, visiblement, elle avait en tête de lui apprendre bien davantage que des connaissances théoriques sur les Fiélons, et cette fois-ci, elle allait arriver à ses fins, car l’Once n’avait pas trouvé la force de volonté suffisante pour s’arracher à son étreinte, mais peut-être simplement parce qu’il n’en avait pas envie.



Lorsque cet interlude prit fin, Zakaerii se retrouva entre les bras de la jeune femme, le cœur étonnement léger et le corps libre de toute tension. Il sentait les mains de la Succube courir sur son pelage, caressant son visage. Le silence glissa sur eux quelques instants avant qu’elle ne lui dise qu’elle était contente de lui, tout en lui demandant ce qu’il en avait pensé. Essayant de rassembler ses esprits perdus dans une tornade de sensations, le Suli attira la jeune femme un peu plus contre lui. « Y’a-t-il simplement un homme, ou même une femme, de ce monde qui ait pu prétendre le contraire ? » Le Félidaë eut un petit soupir amusé tandis qu’il reprenait doucement son souffle. L’expérience avait été particulièrement éprouvante et physique, mais particulièrement entrainé aux efforts longs et soutenus, on ne pouvait pas réellement dire qu’il était fatigué. Il était simplement terriblement détendu. « C’était… grisant. Particulièrement agréable, même si je dois admettre que j’ai été simplement dépassé par… toutes ces sensations. » Sa patte jouait avec la chevelure de la rousse qui se tenait à ses côtés. « J’ai juste l’impression d’avoir été initié à un art dont je ne connais que les premières bases et que je suis face à un maître qui en connait toutes les ficelles. Difficile de croire que tu y aies trouvé ton compte… » Il ne fallait pas être un génie pour comprendre que Lylim avait tellement d’expérience qu’il y avait probablement eu d’innombrables amants bien meilleurs que le Félidaë et qu’elle avait probablement connu d’ébats plus excitants que celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Sam 1 Juil 2017 - 11:48

Ho je te rassure, ils ne tuent pas les leurs, ils tuent ceux des autres. Leur descendance une fois faite, ils n'y toucheront pas, et ils s'en moquent le plus souvent. Je dois avouer que si je comprends tout à fait la manière de fonctionner, je ne la trouve pas spécialement judicieuse non plus mais que veux-tu. Il n'y a pas grand chose que l'on puisse faire contre l'orgueil démesuré de certains mâles. Si ce n'est savourer la chance de ne pas faire partie de cette peuplade là. Et Pour tout dire, je suis contente de mon sors sur ce plan là ! Même si je dois faire avec quelqu'un qui me supporte aussi difficilement qu'il doit faire attention à la l'intérêt que je peux lui apporter, hi hi hi.

Si Elorias était aux petits soins pour Lylim, celle-ci l'avait été pour Zakaerii. Dans un tout autre domaine.... Mais la succube était très satisfaite. La réaction de son gros matou lui avait fait très plaisir, et elle savoura pleinement ce qui était pour elle une victoire aussi éclatante que touchante. Parfois très sentimentale sur certains sujets, c'était avec fierté et émotion qu'elle avait pu voir son très cher félin connaître sa première jouissance. Et elle avait été à l'origine de ce dernier, un petit privilège qui avait à ses yeux une certaine valeur. Il fallait dire qu'elle avait rondement menée cette première fois, dont elle n'avait pas manqué d'en savourer chaque instant. Même la légère gêne qu'avait pu éprouvé Zakaerii avait été un véritable nectar à déguster. Cette honte là avait un parfum de retenue et de timidité parfaitement irrésistible. Elle faisait écho à une certaine candeur, une certaine pureté. La méconnaissance rimait alors avec l'innocence.... Et guider un partenaire dont l'hésitation résonnait avec sa fébrilité était une mise en bouche particulièrement excitante. C'était comme faire gravir doucement une haute côte à quelqu'un d'effrayé à cette idée.... De lui faire découvrir l'ivresse des sommets récompensant l'ascension. Et de redescendre ensuite ensemble, dans une glissade complice vers le plateau.


Avant que les habitudes et la confiance ne s'installe, ouvrant d'autres types de plaisir, elle savait qu'il lui faudrait profiter de cet état de timidité, de ces hésitations si craquantes, avant qu'elles ne disparaissent définitivement. Mais avant cela, il fallait faire un petit retour sur les observations de son félin.

Ne t'en fais pas pour moi. Même si je suis insatiable sur ce point là, et que je peux y passer mes nuits.... Et mes journées aussi, je sais m'arranger pour être satisfaite en une fois. Ce que je vais te dire peux te paraître curieux, mais une femme qui connait très bien son corps n'a pas besoin de beaucoup pour obtenir ce qu'elle souhaite. Il suffit alors d'un minimum d'effort de la part de son partenaire pour parvenir à l'extase. Et là dessus, tu as largement donner de quoi faire. Après si tu n'as pas trop confiance en tes capacités, l'astuce consiste à bien mener les préliminaires. Plus on prépare avec soin et attention sa compagne, plus la victoire est aisée.... C'est même une formule qui ne s'applique pas uniquement aux plaisirs charnels. Si tu y regardes bien, nous avons suivi le même schéma. En douceurs, progressivement, lentement.... Et puis la complicité est venue.... Quand la confiance s'est installée, tu t'es laissé aller à me tutoyer.... à m'embrasser.... Nos jeux t'ont amené à toucher un peu plus mon corps.... Et finalement.... J'ai fais rugir de plaisir mon beau fauve hi hi hi ! Ce n'est pas toujours simple d'attendre et de prendre son temps. Mais je pense pouvoir dire que ça vaut le coût.

Elle continuait de caresser le pelage de l'Once, passant sur son bras et son visage, tandis qu'il jouait avec ses cheveux. Et rapidement, elle se rendit compte qu'elle avait sous-estimé ses capacités physiques. Car le félin accusait très bien le coup de la "petite mort". Certes, sa condition physique était excellente de base. Mais cela ne suffisait souvent pas, la chute de tension et surtout d'hormones n'étant pas solidaire des entrainements musculaires. Qu'importe au final ! Elle voyait surtout là l'occasion de remettre le couvert ! Et aussi gourmande qu'insatiable, la jolie rousse n'allait pas s'en priver.... Un sourire en coin, elle eut envie de voir si, à présent, son félin était un peu plus disposé à prendre quelques initiatives par rapport à avant.



Un soupir de plaisir plus tard, et un sourire en coin, elle se tourna de nouveau vers son gros chat, et vint se loger contre son torse. Tout sourire, et fière d'eux, elle lui dit.


Eh bien.... Il est rarissime de voir un homme remettre le couvert après une première fois.... Comme quoi tu es bien plus doué que tu ne veux bien l'admettre.... Mais dis moi, combien d'énergie te reste-t-il encore en réserve ? Va-t-on pouvoir éprouver la solidité de ce lit toute la nuit ?

Elle en doutait un peu, mais un peu de taquinerie n'était pas contre-indiquée non plus. Une fois encore, elle vint caresser avec tendresse le visage de Zakaerii, lui déposant un baiser tout aussi tendre sur le museau.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 3 Juil 2017 - 11:13

Il était plus logique, au moins légèrement, que certaines créatures ne cherchent pas à massacrer leur propre progéniture mais plutôt celle des autres, ce qui s’approchait davantage du comportement dont on pouvait s’attendre de la part de Fiélons, mais le Suli était particulièrement sensible au fait que ce genre de comportement se retrouvait dans la vie animale, aussi, peut-être ne fallait-il voir en ces créatures uniquement des animaux aux capacités cognitives humaines et aux pouvoirs parfois meurtriers. Ils n’étaient peut-être pas si différents des Sulis après tout, même si ces derniers n’avaient pas de pouvoirs particuliers, tout au plus des aptitudes physiques plus développées que la moyenne, en fonction de leur race. Et comme toujours, au final, ce n’était qu’une question de chance à la naissance, car, effectivement, elle aurait très bien pu faire partie d’une autre peuplade et ne pas être en mesure d’apprécier la vie telle qu’elle le faisait actuellement. Ceci étant dit, pour le reste, elle se débrouillait parfaitement bien, avec ce dont la nature l’avait doté, pour profiter de son existence jusqu’à maintenant, quitte à trouver du plaisir dans toutes les situations qu’elle pouvait rencontrer, comme elle avait pu le faire avec le Félidaë, s’offrant au passage son dépucelage en bonne et due forme. Non pas que Zakaerii s’en serait offusqué, d’une façon ou d’une autre, puisqu’il se sentait plutôt redevable à la Succube qu’autre chose. Au-delà de cette nouvelle expérience, il avait juste l’impression de s’être abandonné à la bonne personne. Peut-être était-ce dû à la manière dont elle avait réussi à le guider à travers toutes les étapes, sans le brusquer, en l’amenant à découvrir les plaisirs de deux corps qui s’abandonnent l’un à l’autre. Il n’aurait véritablement su le dire, pas avec certitude, mais savoir que Lylim y avait trouvé son compte le rassurait quelque peu, même si, comme elle le disait elle-même, elle n’avait pas nécessairement besoin de grand-chose pour cela, ce qui pouvait être également un peu vexant, mais qu’il préféra ne pas considérer en se concentrant sur les commentaires qui ressemblaient davantage à des compliments. Au pire, il trouverait peut-être l’occasion de montrer qu’il pouvait apprendre assez rapidement. « Ainsi donc j’en déduis que tu avais prévu, depuis notre rencontre sur La Sirène que cela finirait ainsi ? » Il n’était pas si étonnant d’imaginer qu’une Succube s’était mise en tête de prendre du bon temps avec un homme. Néanmoins, il espérait qu’il s’agissait d’un peu plus que de simplement passer du temps entre ses bras et, surtout, qu’elle ne déciderait pas simplement de passer à quelque chose – ou plutôt quelqu’un – d’autre, maintenant que cet objectif était atteint. « En tout cas, je tâcherai de me souvenir de ton conseil. » Après tout, elle lui avait démontré par bien des manières qu’elle était effectivement experte en son royaume, ne pas l’écouter aurait été idiot, même s’il ne savait pas vraiment s’il serait capable de mettre tout cela en pratique. Mais, étonnamment, Lylim ne manqua pas de lui offrir l’opportunité de se mettre à l’épreuve.



Le souffle court, le Suli regarda sa belle rousse se retourner et se lover contre lui, alors qu’il refermait ses bras puissants autour d’elle, sa poitrine se soulevant au rythme rapide de sa respiration. Elle lui fit remarquer que tous les hommes n’étaient pas à même de pouvoir se vanter d’offrir autant de prestations à la suite à une femme, allant même jusqu’à lui demander s’il disposait encore d’énergie au point de pouvoir éprouver la solidité du lit toute la nuit. S’il n’était pas épuisé physiquement, Zakaerii était par contre relativement conscient de ses propres limites et il était loin de pouvoir tenir toute la nuit et des performances de la Succube qui, elle, comme elle le lui avait dit, était tout simplement infatigable. « Je… » Il s’accorda quelques secondes pour reprendre son souffle et essayer de calmer sa respiration et son rythme cardiaque. « Je crains de ne pouvoir t’offrir de nouvelles prestations. En tous les cas, pas jusqu’au bout de la nuit. » Il eut un petit sourire. « Mais peut-être aurais-je un peu de forces pour une… dernière fois ? » Il la regarda, un peu amusé, et puis soupira doucement, roulant sur le dos, gardant Lylim contre lui. Le regard tourné vers le plafond, il poursuivit. « En fait… Je n’en sais rien. Je n’ai pas l’impression d’être fatigué physiquement, mais… » Il posa à nouveau son regard vers celui de la Succube. « Pour être honnête, j’ai l’impression que mon corps n’arrive plus vraiment à m’envoyer de signaux valables sur mon état physique. Je me sens trop bien pour que ce soit réel. J’imagine que tu vois de quoi je veux parler ? Aussi ne voudrais-je pas vraiment surestimer mes capacités. » Non, il ne le voulait pas, mais il ne pouvait pas nier que tout cela était particulièrement agréable, sinon davantage, et qu’il semblait désormais difficile de résister à l’appel de la tentation qu’elle lui lançait. Cependant, peut-être qu’il fallait simplement ne pas trop tirer sur la corde, ou, plus exactement, ne pas chercher à trop en vouloir pour une première fois. Mais le Suli se reposait sur l’expertise de Lylim pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 4 Juil 2017 - 17:58

Sans user de mes pouvoirs je ne peux jamais être sûre à cent pour cent. Dans ce genre de cas, je ne prévois pas vraiment. J'ai simplement agis de manière à offrir le meilleur contexte. Si quoique je fasse tu n'avais pas été en confiance, mes efforts auraient été vain. Il serait prétentieux de dire que tout cela est grâce à moi. Ton rôle et ton implication ont été tout aussi importants.

Dans ce genre de petits jeux, il fallait être deux. Et d'ailleurs, la succube ne manqua pas de faire illustrer ses propos avec le second round de leurs ébats.



Finalement, la succube daigna se coucher de nouveau à ses côtés, se demandant combien de minutes avant qu'il ne s'écroule de fatigue dans un sommeil réparateur bien mérité. Elle ne se priva pas de lui demander ses impressions, un petit sourire en coin.


Alors ? Que penses-tu du fait de laisser ta partenaire "prendre le dessus" ? Est-ce que ton corps demande grâce à présent ? En tout cas je me dois de te féliciter, tant d'efforts et d'endurance pour une première fois, surtout pour un Ildirien..... Je ne sais même pas si j'ai déjà pu voir ça dans ce monde depuis mon arrivée.

Elle le caressait doucement, gentiment, comme pour l'aider à retrouver son calme, ainsi qu'une certaine paix. Il avait résolument bien mérité son repos du guerrier. Surtout qu'elle savait ce qui l'attendrait demain....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 22 Aoû 2017 - 16:32

Etranger aux étreintes, il n’aurait su dire si l’endurance de sa partenaire était surnaturelle, mais, néanmoins, Zakaerii eut un léger aperçu de l’insatiabilité de la jeune femme et des intarissables envies de Lylim, lorsqu’il s’agissait de luxure et de plaisirs. Néanmoins, on ne pouvait pas dire que le Félidaë aurait pu se plaindre de quoi que ce soit. La façon dont elle avait pris les choses en main, venant réveiller les passions et les désirs dont les braises étaient encore ardentes et ne nécessitaient pas beaucoup d’efforts pour être ravivées, ne déplut en rien au Suli, qui eut l’occasion de voir les passions de la Succube s’exprimer au grand jour, lui donnant un aperçu différent de celle qui, jusqu’à présent, s’était contentée d’un peu de douceur et de patience pour lui enseigner l’une ou l’autre chose, et qui, enfin, semblait se libérer et s’offrir ce dont elle raffolait. Sans chercher à la raisonner, apprenant davantage à profiter de ce nouveau rythme, presque endiablé, qu’elle leur imposait à tous les deux, il vint poser ses pattes sur son corps, accompagnant ses gestes, épousant ses formes sans appréhension, allant même jusqu’à flatter ses courbes dans leur effort. La jeune femme le dominait complètement, mais, dans cette étreinte, Zakaerii ne pouvait s’empêcher de ressentir un nouvel élan de passion et de plaisirs inattendus mais particulièrement grisants. Après de longues minutes plutôt intensives mais dont les variations vinrent à bout de la résistance déjà affaiblie du Suli qui s’avoua vaincu dans un dernier râle, qui lui ôta probablement les dernières de ses forces. Aussi, le souffle court et, visiblement conquis, il s’abandonna encore davantage, si c’était possible, sur le matelas. Essayant de reprendre son souffle, il ne quittait pas Lylim du regard, ses yeux de glace plongés dans ceux de la Succube, qui, visiblement, ne semblaient même pas entamée par cette séance d’activités pourtant particulièrement soutenues…

Lorsqu’elle consentit finalement à s’allonger contre lui, Zakaerii l’enlaça doucement, le souffle toujours court, se rendant compte qu’il commençait néanmoins à perdre ses attaches sur la réalité, la fatigue de son corps commençant à prendre entièrement ses droits. « Je crois que tu aimes prendre le dessus et je n’ai pas à m’en plaindre… Tu es… magnifique ainsi. » Il y avait eu quelque chose de relativement grisant dans le spectacle qu’elle lui avait offert et, pour rien au monde, il ne la priverait de recommencer, mais, en tout cas, ce ne serait pas maintenant… Car s’il avait pu se sentir d’attaque après leur premier ébat, il était désormais évident pour lui qu’il ne serait en mesure d’assurer aucune performance, même minime. « Je crois effectivement devoir m’avouer vaincu… Je sens que… » Il bailla à s’en décrocher la mâchoire, bien que légèrement honteux. « Je suis désolé, mais… je ne suis même plus en mesure de penser… » Il n’entendit plus vraiment grand-chose après cela, et même si Lylim le complimenta sur son endurance, cela tomba dans l’oreille d’un Suli assoupi. Alors qu’il sombrait dans son sommeil, il enlaça un peu plus fortement la jeune femme contre lui et se lova contre son corps avant de finalement sombrer dans un sommeil profond duquel rien ne vint le réveiller, pas avant le début de soirée, pas avant qu’une petite maligne ne joue avec ses vibrisses pour, même si cela lui déchirait le cœur, le réveiller afin que son alibi reste crédible et que leur compagnie ne se mette pas à sa recherche. Ouvrant les yeux, le corps légèrement endolori, le Félidaë émergea lentement, tandis que la Succube lui rappelait que l’heure du souper approchait et qu’il était attendu et sensé être en ville et non dans la chambre d’une malade.

La réalité rattrapa rapidement le Suli, qui cependant profita quand même de l’intimité de la chambre de Lylim pour prendre le temps de se réveiller entre les bras de la jeune femme, puis il se rhabilla et, comme il était venu, redescendit dans la ruelle par la fenêtre. Il réintégra l’auberge après quelques minutes dans la rue, histoire de s’assurer que tout était calme, et rejoignit la tablée de ses compagnons pour le diner. Après celui-ci, il apporta son plateau à Lylim, avec la promesse à Elorias de lui passer une nouvelle couche d’onguent, avec qui il passa une partie de la soirée. Avant que la nuit ne les emporte entre les bras de Morphée, le Félidaë s’occupa de transférer les draps de sa chambre dans celle de Lylim et prit les draps infestés jusqu’à la laverie de l’aubergiste où il les glissa dans une bassine où marinaient déjà d’autres draps, ni vu, ni connu. Il remonta ensuite et retourna voir la Succube avec laquelle il passa une nuit, bien moins agitée que l’après-midi, ce qui n’était pas pour déplaire à Zakaerii, probablement trop fatigué de toute façon. Ils passèrent une nuit tranquille, le Suli se réveillant au petit matin, avant de quitter en catimini la chambre de la jeune femme, rejoignant sa chambre où il se permit de faire un brin de toilette avant de se poser tranquillement au milieu de sa pièce afin de méditer comme il le faisait habituellement le matin, en attendant l’heure du petit-déjeuner. Néanmoins, pour une fois, il ne réussit pas complètement à avoir l’esprit tranquille, des images de la veille pénétrant sans cesse dans son esprit. Décidément, Lylim avait réussi à lui chambouler l’esprit, mais était-ce vraiment étonnant ? Ou plutôt était-ce un crime ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 23 Aoû 2017 - 15:48

Ses bienfaits accomplis, Lylim était venues prendre place aux côtés de son gros chat, qui avait visiblement un peu de mal à s'en remettre. Elle esquissa un doux sourire lorsqu'il lui avoua la trouver sublime lorsqu'elle prenait les dessus. Bien qu'elle gardait cela pour elle, la succube trouvait qu'une femme était particulièrement rayonnante lorsqu'elle était la maîtresse de son plaisir.... Et de celui de son partenaire ! Pour avoir tester les pratiques des ildiriennes, elle trouvait dommage que la plupart n'ose pas cette délicieuse audace. Mais elle ne se faisait pas trop de souci. Les hommes savaient très bien demander d'être dominés dans certaines situations..... Et les mentalités évolueraient ainsi d'elles-mêmes. La tentatrice poussa un léger rire alors que Zakaerii lâcha qu'il n'était même plus en mesure de penser. Le pauvre félin était vidé dans tous les sens du terme. Elle se pelotonna contre lui tandis qu'il la serrait, caressant sa tête pour accompagner son repos de douceur. Elle l'observa dormir avec un sourire bienveillant un long moment. Il était si mignon quand il dormait.... Elle finit par s'assoupir aussi, la douceur de son pelage chaud n'était pas étrangère à sa sieste. Néanmoins, elle se réveilla avant lui. Le fauve était toujours entrain de dormir. Lylim l'aurait bien laissé faire jusqu'au lendemain, mais c'était hélas impossible. Elle poussa un soupir, et se résigna à le réveiller.... En jouant avec ses moustaches ! Et alors qu'il émergeait, elle déposa un baiser sur son front, en lui disant doucement.

Réveille-toi mon beau fauve.... On ne doit pas te trouver ici, normalement tu es censé vadrouiller en ville.... Et puis l'heure du souper approche, tu devrais y aller.

Zakaerii prit son temps pour se réveiller, ce qui n'était pas pour déplaire à Lylim, qui l'observa se rhabiller et s'en aller, avant d'aller prendre un énième bain, en attendant le repas du soir. Elle accueillit l'Once avec un large sourire, contente de pouvoir passer le reste de la soirée, et de la nuit avec lui. Même si cette dernière fut sage, elle n'en restait pas moins délicieusement douce et tendre. Bien sûr la tentatrice avait une soif insatiable de luxure, mais elle accueillait toujours la tendresse et l'affection avec bon cœur. La séparation du lendemain matin fut désagréable pour la succube. Elle n'aimait pas être séparée de sa peluche grandeur nature. Mais il le fallait, et elle le savait.... Comme pour la conforter dans ses résignations, Elorias frappa à sa porte avant d'entré. Heureusement son amant était déjà parti depuis longtemps ! Le bon vieux bélinois était venu prendre nouvelle de son état, et fut surpris de voir les boutons êtres devenus tout pastel, presque effacés.

Hé bien Lylim tu.... sembles aller mieux ?

Forcément que je vais mieux, puisque je n'ai jamais rien eu ! Espèce de vieux machin !!!

Mais enfin....

Ha non mais ça suffit ! Regarde un peu avant de repartir dans tes délires !


Elle lui mit son avant-bras sous le nez, sa peau étant plus proche, le vieillard n'eut d'autre choix que de constater la supercherie.


Je.... Je ne comprends pas !

Je te disais la vérité mais tu ne m'écoutes jamais ! On m'a juste fait une mauvaise blague en se servant de toi comme dindon, et tu n'as pas marché, tu as couru !!!

Elorias soupira de tout son être. Des prises de tête dès le matin, il était trop vieux pour ces bêtises. Lylim attendait un mea culpa de son conjurateur, mais la suite ne lui porta pas satisfaction, au contraire....

J'aimerai bien ne pas être mêlé aux bêtises que toi et tes petits camarades concoctez....

QUOI ?! Mais j'ai rien fait !

Lylim si quelqu'un vient te changer en succube à pois rouge, ce n'est certainement pas gratuit. Tu as encore dû pousser quelqu'un à bout, et cette personne a décidé de te donner une leçon, voilà tout. Tu n'aurais pas commencé à enquiquiner le monde entier, rien de tout cela ne serait arrivé.

Estomaquée, la succube observa incrédule le vieillard. Vexée au plus haut point, elle sentit la frustration prendre le dessus et elle commença à s'emporter.

Ha génial, je me fais séquestrer une journée pour rien parce que tu n'es pas fichu de m'écouter ou de faire plus attention à ce qu'il se passe, et c'est encore MA faute ?! Mais quel toupet ! Sors d'ici je ne veux plus te voir !

Toujours la fureur aux joues, elle ne laissa pas le temps au bélinois de répliquer qu'elle commença à lui balancer son oreiller, ses draps, son sac et un peux tout ce qu'il lui tomber sous la main pour le chasser. Le pauvre homme eu tout juste le temps d'éviter le premier projectile, et ne demanda pas son reste pour s'enfuir de la chambre de la succube, refermant prestement la porte derrière lui. Il poussa un énième soupir, se massant les yeux, la lassitude le pesant de bon matin. Il secoua la tête et s'en alla. Lylim ne piquait pas souvent des colères, mais quand cela lui arrivait il valait mieux la laisser tranquille, surtout quand elle le demandait. Il se réconforta en se disant qu'au moins elle était en forme.... De son côté la rouquine était plus déterminée que jamais de se venger, et de ne pas épargner ce vieil hiboux ! Elle allait leur préparer un coup fumant dont elle avait le secret ! Elle commença par reprendre un bain, pour estomper presque complètement les points rouge, et pouvoir sortir dehors sans attirer trop le regard. Mais il lui apparut que cela allait encore demander un peu de temps. Elle se résigna donc à enfiler une ample cape pour dissimuler son corps et son visage, et sortit de sa chambre par la fenêtre.

Elle commença par faire le tour de la ville pour rechercher l'enfant complice de son vilain matou. Une fois avoir repéré l'endroit où il mendiait et trainait, elle n'alla pas le voir tout de suite. Elle fit demi-tour pour se rendre en périphérique de la ville, là où il y avait quelques fermes. Elle y trouva son bonheur. L'endroit où le fermier tuait ses bêtes, avec des pots de sang frais. Elle épuisa le fermier à sa manière, veillant à ne pas trop traîner toutefois, et attendit qu'il s'endorme. De là, elle lui déroba un pot de sang, et une sorte de badine à bestiaux. Son méfait accomplis, elle retourna en ville, et se plaça dans une ruelle déserte, adjacente et à celle où se trouvait l'enfant. Elle plongea le bout de la badine dans le pot de sang, et se dessina des zébrures fines sur tout le corps avec ce pinceau improvisé. Elle attendit un peu juste de quoi laisser le temps se solidifier très légèrement, et elle alla ensuite à la rencontre du gamin.

Bonjour Billy....

Ho ! Salut Mam'Zelle ! Vous êtes guéries ? hi hi hi !

Il n'y a pas de quoi rire Billy....

Bah ? Vous aimez plus les blagues Mam'Zelle ?

Mon maître n'a pas aimé.... Pas du tout aimé. Quand il a vu que je n'étais pas malade, il a cru que je m'étais moquée de lui, et il s'est terriblement fâché.... Il était furieux.... et....

La succube et dévoila ses avants-bras et une partie de son corps à l'enfant, qui écarquilla les yeux horrifiés.

.... Il m'a sévèrement battue.... J'ai réussi à m'enfuir mais je dois à présent y retourner..... Même si je sais qu'il va recommencer pour m'être sauvée. Mais si je tarde trop, ça sera encore pire.... Au revoir Billy.....

MAM'ZELLE ! ATTENDEZ !

Mais Lylim s'était empressée de disparaître, laissant le pauvre gosse dans un état de panique complet. Il se mit à courir à en perdre haleine vers l'auberge cherchant du regard Zakaerii dans tous les sens des fois qu'il soit sorti. Pour Lylim, plus une seconde à perdre. Elle se mit elle aussi à courir pour rejoindre l'auberge, avant Billy. Elle avait l'avantage d'être plus rapide et de ne pas s'arrêter pour regarder. Elle passa par la fenêtre de sa chambre, et sortit de cette dernière avec toute la discrétion du monde, pour se faufiler au rez-de-chaussée. Toujours dissimulée sous sa cape, elle se glissa discrètement dans le dos d'Elorias en pleine conversation avec le tavernier, et lui glissa subreptissement la badine à la ceinture. Elle s'en retourna ensuite rapidement vers sa chambre, ou elle se débarrassa de sa cape, et attendit que son plan se mette en marche....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 27 Déc 2017 - 13:23

Alors que le soleil pointait définitivement le bout de son nez au-dessus des toits de Ragepierre, le Suli décida de sortir de sa chambre, abandonnant sa méditation qui, ce matin, ne menait pas à grand-chose. Il fallait croire que les souvenirs des moments passés en compagnie de la Succube l’empêcheraient définitivement de méditer paisiblement en cette matinée. Il s’installa parmi les clients matinaux de l’auberge et commanda une tasse de lait de chèvre en attendant les autres membres de leur petite épopée. Elorias ne tarda pas trop, suivit de près de la Capitaine dont les cheveux lui rappelèrent bien rapidement ceux de Lylim, et puis les autres. Ils prirent alors le petit-déjeuner ensemble, discutant de choses et d’autres. Zakaerii resta sur un repas frugal, comme à son habitude, et décida ensuite d’aller prendre l’air, histoire d’essayer de se changer les idées une bonne fois pour toute. Il prit congé de ses compagnons et quitta l’auberge, profitant de l’air frais de la matinée pour s’emplir les poumons d’une grande et longue inspiration avant de prendre la route au hasard, laissant le hasard décider de l’endroit où le mèneraient ses pas. L’air frais passait au travers de son pelage et lui fit le plus grand bien, lui arrachant, bien malgré lui, quelques frissons le temps qu’il s’habitue à la nouvelle température ambiante, bien loin de celle de l’auberge, dans laquelle il faisait plus que bon, notamment à côté de la grande cheminée de la pièce principale, où un grand feu brûlait nuit et jour, alimenté par le tavernier qui ne semblait pas manquer une occasion de remettre du bois dans son gigantesque âtre. L’autre avantage de cette sortie matinale était de voir les petits commerces commencer à s’ouvrir et, notamment, de profiter des différents fumets provenant des différentes livraisons de nourritures et d’ingrédients pour les différents commerces dont les préparations ajoutaient également aux odeurs qui se propageaient à travers les ruelles. Ici un cuisinier recevait probablement des poissons fraichement pêchés, provenant directement du port. Là, une boulangère sortait du four des pâtisseries tout juste cuites dont les arômes indiquaient qu’elles devaient être délicieuses. Comme toujours lorsqu’il déambulait dans les rues et ruelles d’une ville, le Félidaë se laissait enivrer par ce que son odorat lui faisait découvrir petit à petit, loin de se douter qu’à l’auberge, une Succube méditait une revanche qu’il n’était probablement pas prêt d’oublier de sitôt.

Le Suli déambula plusieurs heures, allant même jusqu’à se poser sur un banc pour y fermer les yeux et méditer paisiblement, son esprit visiblement purgé – au moins pour quelques instants – de ses souvenirs de la veille. Ce ne fut qu’après un déjeuner prit en solitaire au détour d’un petit stand d’une vieille dame proposant de la viande marinée et cuite à la volée, qu’il décida de rentrer à l’auberge pour retrouver ses compagnons. Après tout, les préparatifs étaient probablement bientôt terminés et ils ne manqueraient pas de partir bientôt. Tandis qu’il s’approchait de l’auberge, il entendit quelqu’un crier son nom au travers de la petite foule qui passait dans les rues de Ragepierre, tournant la tête et dressant l’oreille, il reconnut rapidement le petit garçon dont la Succube s’était servi pour lui jouer un mauvais tour et avec lequel il avait ourdi sa propre vengeance. Le pauvre bougre semblait complètement bouleversé. Il courut jusque devant le Félidaë, l’interpelant à plusieurs reprises. « Qu’y-a-t-il Billy ? » Il laissa le petit bonhomme reprendre son souffle mais lorsque ce dernier lui expliqua pourquoi il venait de traverser la ville en courant, Zakaerii eut l’impression que son sang ne fit qu’un tour avant qu’il ne remercie le jeune garçon et, qu’à son tour, il ne se mette à courir vers l’auberge. S’il avait été complètement ouvert à l’extérieur jusqu’à maintenant, il ne fit même plus attention à quoique ce soit sur le trajet du retour, se contentant de demander aux passants de faire place, en bousculant quelques-uns au passage, en s’excusant cordialement mais distraitement néanmoins lorsque c’était le cas. Il entra dans l’auberge et grimpa immédiatement à l’étage, se dirigeant directement dans la chambre de Lylim où il ne prit même pas le temps de frapper avant d’ouvrir la porte en grand, encore sous le choc de la nouvelle qui lui avait rapporté le petit garçon. « C’est vrai ? » Le Suli s’approcha de la jeune femme et ne put s’empêcher de remarquer les zébrures qui marbraient ses avant-bras découverts. Il continua à s’approcher, l’odeur de sang lui prenant les narines et alimentant, sans qu’il ne puisse y faire quelque chose, une certaine colère. « Tu permets ? » Sans vraiment attendre de réponse, il releva doucement le haut de la tunique de la Succube pour découvrir avec horreur que les mêmes zébrures parcouraient le bas de son dos. Sa mâchoire se contracta et il serra les crocs avant de faire volte-face et de quitter la pièce comme une furie.

Son regard se porta à la recherche d’Elorias, seul responsable de ce qu’il venait de voir. De retour dans la salle commune, il chercha des yeux le vieux conjurateur, faisant chou blanc. Remarquant que certains de leurs compagnons étaient encore là, il leur demanda s’ils avaient vus le vieil homme et ils lui répondirent qu’il venait de remonter pour gagner sa chambre. Le Suli les remercia et remonta donc à toute jambe, regagnant la chambre d’Elorias avant de tambouriner à sa porte. « Elorias ! » Lorsque la porte s’entrouvrit, le Félidaë s’engouffra à l’intérieur, sans grands ménagements. « Vous battez vos Démons maintenant, vieil homme ? Cela ne vous suffit pas de les avoir complètement assouvis ? Vous devez en plus leur infliger des sévices corporels s’ils ont le malheur de vous déplaire ? » Ce n’était pas courant, mais, clairement, il n’était pas difficile d’imaginer que Zakaerii était en colère. Ses pupilles, félines, n’étaient presque plus visibles et il était peu dire qu’il montrait les crocs. Sans laisser vraiment au Conjurateur l’occasion de se justifier, il poursuivit. « Je vous prenais pour quelqu’un de particulièrement… souple. Mais il faut croire que les apparences sont particulièrement trompeuses. Vous n’avez pas honte de la battre au sang pour si peu ? C’était une petite blague où vous avez eu votre petit rôle mais qui ne méritait probablement pas de la punir avec autant de violence ! » Et si Elorias commença à se défendre, le Suli sentit quelque chose lui démanger les narines. Baissant les yeux, il repéra la badine d’où provenait cette odeur de sang séché. Sans réellement pouvoir se contrôler, il attrapa la badine d’une patte et le col du Conjurateur peur l’autre, le levant à sa hauteur contre le mur le plus proche, lui tendant l’instrument de torture sous les yeux. « Et ce n’est pas à vous ça, peut-être ? » Là, Zakaerii n’avait plus vraiment rien d’un petit chaton tout mignon, non, plus rien du tout…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 27 Déc 2017 - 18:58

La cape soigneusement pliée, elle "rangea" cet indice minutieusement dans ses affaires. Cela étant fait, elle n'avait plus eu qu'à attendre que son matou favori tombe dans le panneau. Et le moins qu'on puisse dire, c'était qu'il n'avait pas traîné ! En un temps record, il était revenu à l'auberge, et l'émoi était tel qu'il en était rentré dans sa chambre sans frapper. Ce qui venant d'un félin aussi bien élevé et même gentleman, en disait déjà long sur la situation sulfureuse du moment. Lylim dut faire un immense effort pour dissimuler un sourire qui lui serait remonté jusque derrière les oreilles si elle avait pu se le permettre. Mais elle se contenta plutôt de jouer la surprise suite à l'entrée en fanfare de Zakaerii dans sa chambre. A sa première question, elle en répondit par une autre.

Quoi donc ?

Dans le cas où elle n'aurait pas manigancé toute cette honteuse supercherie, elle aurait pu s'interroger de manière tout à fait légitime. A sa seconde question, elle avait à peine souffler un "mais" que le félin avait déjà pris la liberté de vérifier de lui-même ses pires craintes. Ces dernières qui pour le coup lui semblèrent avérées. Continuant de jouer l'hébétement et la stupeur face à la réaction, encore inédite de la part de son gros chat, la succube l'observa partir en furie. Et alors qu'il était de dos, elle profita de se moment pour afficher un magnifique sourire de peste satisfaite. Trop curieuse pour en rester là, elle laissa une avance suffisante à Zakaerii pour le suivre sans qu'il ne fasse trop attention à elle. Ce qui vu son état de rage ne serait certainement pas compliqué. Elle le vit filer comme une flèche dans la chambre de son cher conjurateur, et c'était comme voir un magnifique gâteau arriver pour le dessert. Elle le laissa débouler dans la chambre écoutant tout d'une oreille attentive, à l'abri des regards des principaux concernés.

Elorias était entrain de vérifier les ressources qu'il avait dans sa besace pour pouvoir éventuellement faire des emplettes avant le départ, lorsque la voix courroucée d'un félin le surpris au point de le faire sursauter. Il fit volte-face à son tour, et découvrit un fauve furieux et qui ne lui inspirait absolument rien qui n'aille. Il se surprit à se demander si on avait oublié de le nourrir pour lui inspirer un pareille fureur ! Le pauvre vieillard n'eut même pas le temps d'en placer une, tout juste d'ouvrir la bouche, que son interlocuteur outré repris la parole. Et ce qui lui annonça scia le pauvre hère sur place. Il observa Zakaerii avec de grands yeux ronds , la bouche bée. Estomaqué, le bélinois en aurait éclaté de rire à s'en fendre les côtes si le Suli face à lui ne semblait pas prêt à se servir de lui comme d'un sac de frappe. Il allait pour prendre la parole, mais se fit couper une fois de plus la parole par le félin, qui lui exprimait à présent toute son indignation, en dénonçant ses honteuses méthodes. Le vieillard commençant à comprendre les subterfuges, il poussa un long soupire en secouant. la tête. Lylim allait le faire mourir de vieillesse avant l'heure avec ses bêtises. En premier lieu, il fallait qu'il arrive à calmer le félin, et qu'il remette la vérité au grand jour.

Voyons Zakaerii, calmez-vous, vous déraisonnez et.....

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que le léopard des neiges avait repéré la badine ensanglantée à sa ceinture. Zakaerii avait vu rouge, aussi rouge que le sang qui l'enrageait. Le pauvre bélinois se retrouva soulevé du sol, par la poigne vigoureuse et puissante de son interlocuteur, avant d'être apposé contre le mur le plus proche, avec une délicatesse relativement discutable. Hébété, et surtout choqué par l'aspect menaçant du félin, Elorias manqua de s'étrangler en voyant cette badine ensanglanté sortir de nul part. Il devait l'admettre, Lylim avait encore fait très fort. Mais aussi rare que cela puisse être, ce fut au tour du vieux sage de commencer à s'irriter. D'ordinaire il aurait tout fait sauf cela, pour évite d'envenimer la situation. Mais il restait humain, et l'escalade à la bêtise de ces deux grands gamins commençait un peu trop à se répercuter sur lui à son goût. Certains allaient se faire tirer les oreilles mais pour commencer il haussa le ton !

Maintenant Zakaerii ça suffit ! Non mais vous vous êtes entendu ?! Nous parlons de Lylim ! Vous imaginez sincèrement Lylim se faire battre bien gentiment sans broncher ?! Et puis par les dieux Zakaerii, moi battre Lylim ?! Non mais vous avez perdu la tête ?! Réfléchissez deux minutes grand dadais, qu'est-ce qui est plus plausible ?! Que je batte Lylim aussi sauvagement pour des bêtises, ou qu'elle se soit une fois de plus jouer de vous, pour en plus se venger de moi.... Pour le rôle que VOUS m'avez fait jouer à mon insu !

Elorias secoua la tête exaspéré. Il se dégagea de la poigne de Zakaerii, qui devait à présent être en plein doute, et il lui prit la badine des mains pour l'examiner.

Une badine à bestiaux, rien que ça ! Tsah, je parierais ma barbe que ce sang n'est pas le sien.... Parce que je n'ai battu ni puni personne ! Même si avec toutes vos bêtises à tous les deux, vous n'auriez pas volé ni l'un ni l'autre une bonne correction ! En parlant de ça !

Pour Lylim c'était le signal de déguerpir au plus vite pour retourner dans sa chambre, et de s'assoir sur son lit pour attendre une visite qui ne saurait tarder. Elorias empoigna Zakaerii par un pan de ses vêtements pour l'emmener avec lui vers la chambre de Lylim. Il n'y avait pas de raison que Zakaerii soit le seul à se prendre un savon. Ce fut la seconde fois qu'on entra sans frapper dans la chambre de Lylim, qui les accueillit avec un grand sourire radieux. Le genre de sourire que faisait les chipies pour éviter de se faire gronder. Mais ce n'était pas à Elorias qu'elle allait réussir à faire ce coup-là. Elorias lui montra la badine, puis Zakaerii, et croisa les bras pour commencer un sermon patriarcal bien senti.

Tu es fière de toi Lylim ?! Ou tu aurais peut-être préféré que Zakaerii en vienne aux mains pour m'alléger plus tôt que prévu de mes dents ?!

N'exagérons pas Elorias, tu sais très bien que je ne l'aurais pas permis. Je serais intervenue.

Ho je sais pertinemment que tu n'as pas dû perdre une miette de notre échange ! Non mais sincèrement Lylim, tu as perdu la tête ?! Vous avez tous les deux perdus la tête ?! Non mais vous avez quel âge ?!

Lylim se sentit inspirée pour faire profil bas, et réprimer le fou rire qui commençait à la dévorer de l'intérieur. Elorias ne se fâchait pas souvent, et elle préférait que cela reste rare. Donc autant essayer de calmer le jeu. Elorias eut tout loisir de voir les zébrures de sang sur les avant bras et les jambes de Lylim et se tint les sinus, essayant de ne pas bouillir davantage.

J'espère pour toi que ce n'est pas du sang humain que tu as utilisé pour ta blague de mauvais goût ?!

Non, bien sûr que non.

C'est au moins ça ! Retire moi tout ça à présent, cette mascarade a assez duré ! Non mais vraiment, vous devriez avoir honte, et tous les deux !

Lylim avait commencé à tremper un linge dans une bassine pour se retirer les premières zébrures sur un de ses poignets. Elle jeta des coups d'oeil furtifs à Zakaerii pour voir s'il accusait bien le coup. Car Elorias les grondait tous les deux à présent.

Moi, un tortionnaire à la badine, c'est scandaleux !

C'est bien parce que c'est improbable que c'est aussi savoureux !

Cela avait été trop tentant pour la succube de ne pas répliquer, mais ça n'avait pas été du goût d'Elorias.

Ne la ramène pas trop toi, parce que peut-être que si je te punissais tu ferais moins de bêtises ! C'est ce que je dois faire ?!

Elorias était fâché, mais il n'était pas bête ni aveugle. Et il décida qu'il avait le droit à son tour d'user de l'un contre l'autre. Il se tourna vers Zakaerii et lança.

Je dois vous punir vous aussi ?!

Non !

La réaction de Lylim avait été immédiate, un vrai cri du cœur ! Et intérieurement, le vieux sage savoura sa victoire, et en profita pour enfoncer le clou.

Si vous faites tous les deux des âneries, vous serez deux à en assumer les conséquences !

Voyons Elorias, calme-toi.... Si tu veux vraiment passer tes nerfs, adresse à la véritable responsable, et pas à la victime numéro un de mes petites entreprises. Surtout que tu n'as pas de droit sur lui, là où tu en as sur moi....

Figure toi que la victime numéro deux aimerait bien qu'on l'oublie ! Vos petits jeux me fatiguent !

Et à vrai dire, il commençait à avoir mal à la tête. Il souffla encore, comme pour évacuer ses tensions, et il commença à se masser le front. Lylim se leva et vint poser ses mains sur les épaules du vieillard. Il n'était pas habitué à s'emporter aussi longtemps. Elle lui parla doucement.

Allez Elorias, calme-toi, tu vas finir par te rendre malade. C'est fini, et je suis désolée que cela t'ait mis dans un état pareil. Ce serait dommage de te mettre mal pour des bêtises, n'est-ce pas ?

Tu vas loin Lylim....

Cela m'a vraiment contrarié que tu ne me crois pas....

Ce n'est pas une raison....


Il semblerait.

Pour Lylim c'était discutable, mais ce n'était pas le moment de polémiquer. Pour l'instant, Elorias devait se calmer.

Écoute, va te reposer, on reparlera de tous ça tous les deux si tu le souhaite, mais plus tard. Profite du temps qu'il nous reste pour récupérer.

La succube savait tout à fait être prévenante et attentionnée quand elle le voulait. Et Elorias n'avait pas le cœur à insister davantage. Après tout, il avait réussi à prendre la succube à son propre piège en menaçant Zakaerii, et cela était le mieux qu'il puisse faire. Il ne pouvait pas faire promettre à Lylim de ne jamais recommencer, et elle-même n'avait pas fait cette démarche. Car tous deux connaissaient les limites de la succube.... Mais elle se tiendrait tranquille au moins un petit temps. Décidant d'aller suivre un des rares sages conseils de Lylim, Elorias commença à faire demi-tour. Il vit la badine dans ses mains, qui lui était plus encombrante qu'autre chose. Il la remit entre les pattes du Suli, ne sachant pas quoi en faire d'autre, et n'ayant plus trop la tête à réfléchir.

Je vous laisse vous expliquer tous les deux, mais évitez de mettre le reste du monde à feu et à sang....


Et sur ces paroles, il s'en alla en fermant la porte derrière lui, comme si cela pouvait lui offrir une protection temporaire contre les turbulences de sa succube. Si le conjurateur était reparti dans sa chambre, Lylim se retrouvait à présent seule à seule avec un félin qui avait toutes les raison du monde de lui en vouloir. Elle en vint à se dire qu'Elorias aurait peut-être dû réfléchir à deux fois avant de lui remettre un objet de torture entre les pattes, au vu des circonstances. La succube s'était assise de nouveau pour reprendre son nettoyage. Mais si elle avait entamé son avant-bras, elle attendait le second ouragan qu'elle imaginait bien plus violent que le premier. Mais l'important pour elle était que Zakaerii n'ai rien eu de plus à essuyer qu'un savon. Elle était persuadée qu'elle n'allait pas couper à des représailles. Que ce soit en sermon, bouderie, vengeances diverses et variées, voir un mélange des trois. Aussi elle décida de crever l'abcès et de prendre ses "responsabilités" de face.

.....Ça va aller Zak' ? Tu accuses le coup ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Dim 21 Jan 2018 - 15:33

Pour voir rouge, Zakaerii voyait rouge sang. L’idée que le vieil homme puisse battre sa Succube pour l’avoir fait tourner en bourrique lui aurait semblé invraisemblable en temps normal, mais, dans cette situation, il y avait eu les marques sur la peau de Lylim et il n’avait malheureusement pas eu le temps de faire la part des choses. Quant à la badine qu’il n’avait pas manqué d’apercevoir, il n’en avait pas fallu plus pour qu’il perde davantage la raison. Dans tous les cas, pour un félin qui avait probablement une image relativement calme et paisible, il démontrait désormais qu’il ne valait pas mieux le chercher ou le prendre du mauvais poil. Heureusement pour lui, Elorias garda relativement son sang-froid, ce qui, avouons-le, n’était pas le plus évident face à un animal littéralement enragé. Aussi, lorsqu’il décida de couper court à la plaisanterie, le Suli resta surpris quelques instants, suffisamment pour le vieil homme de reprendre l’avantage dans le rapport de force qui s’inversa assez rapidement. Il fallait dire qu’en y réfléchissant un minimum, toute cette situation était extrêmement ridicule, mais, une fois encore, le Félidaë avait réagi à l’instinct, sans se poser de questions. Pourtant en y regardant d’un peu plus près, il imaginait effectivement mal la Succube se laisser faire sans protester, mais, pourtant autant, avait-elle seulement le droit de protester ? Il n’était pas clair que le lien entre les Conjurateurs et leurs Démons laissaient à ces derniers la possibilité de faire autre chose que de se soumettre à la volonté – bonne ou mauvaise – de leurs maîtres. Car même si Lylim essayait de faire ce que bon lui semblait, elle n’avait pas non plus le plaisir d’aller ouvertement à l’encontre de la volonté d’Elorias, et si ce dernier souhaitait la voir souffrir, le Suli était convaincu qu’elle ne pouvait pas y faire grand-chose.

Toutefois, il était effectivement plus logique que, compte-tenu du caractère d’Elorias, ou du moins de celui qu’il avait affiché jusqu’à maintenant, il fut beaucoup plus probable qu’il n’en ait juste jamais eu l’intention. Mais, encore une fois, le vieux Bélinois masquait peut-être bien son jeu. Ceci étant dit, ces remarques suffirent à diminuer la fureur du Suli, ce qui permit au vieil homme de se libérer de sa poigne et de continuer à enfoncer le clou quant à la réaction plus que stupide de son compagnon. Un peu penaud face à cette remontrance en bonne et due forme, il fallait admettre que Zakaerii ne pouvait décemment pas protester. Maintenant que l’évidence était agitée sous ses yeux, il semblait effectivement plus probable qu’il ne s’agissait là que d’une énième façon pour Lylim de se jouer de lui et, cette fois-ci, il avait littéralement sauté dans le plat les deux pieds en avant. Le conjurateur poursuivit son argumentation, prenant la badine dans ses mains et faisant remarquer qu’il s’agissait là d’une badine utilisée sur les animaux, pointant également que le sang n’était probablement pas celui de la Succube, ce à quoi le Félidaë put également remarquer qu’il avait davantage l’odeur de sang de porc et qu’il était vraiment une andouille. Ce fut à son tour de ne pas pouvoir protester et il se laissa entrainer par Elorias qui le tira jusqu’à la chambre de la Succube où il commença à réprimander sa Démone, qui, visiblement, avait essayé de jouer la carte de l’innocence, en vain. Face à la colère du Bélinois, Zakaerii resta silencieux, conscient d’avoir été berné comme un débutant, pourtant conscient, qu’avec une jeune femme comme Lylim, il allait probablement en voir des vertes et des pas mûres. Il aurait dû faire plus attention, aussi méritait-il d’assumer les conséquences de ses actes, même si cela signifiait d’être puni. Encore fallait-il imaginer quelle punition pouvait lui échoir.

Cela dit, la Succube semblait ne pas vouloir qu’il paie pour ses bêtises, même si, comme le disait justement Elorias, le Suli méritait également sa part dans cette histoire, car incapable d’avoir pu faire la part des choses. Mais, là où il aurait pu se sentir un honteux, et cela avait été le cas pendant quelques minutes, mais, de part les réactions de la jeune femme, il ne pouvait s’empêcher de penser que, finalement, tout ceci était finalement assez amusant. Surtout maintenant qu’il savait qu’il ne s’agissait que d’une plaisanterie – pas vraiment de bon goût – et qu’il n’était rien arrivé de fâcheux à la Succube. Il laissa les deux principaux protagonistes discuter, observant la manière dont Lylim avait la faculté de calmer la situation. Son Conjurateur quitta alors la pièce, laissant la badine entre les mains de Zakaerii, tout en essayant de les mettre en garde pour la suite. Observant pendant quelques instants la badine en silence, le Suli releva les yeux vers la jeune femme quand elle lui demanda s’il accusait le coup. L’expression neutre, il finit par se lever et s’approcha de la Succube qui se trouvait à proximité de sa baignoire, nettoyant les marques qu’elle s’était infligées elle-même. Le regard fixé sur la badine, il s’arrêta un peu à côté d’elle. « Tu m’as eu comme un bleu… Et pourtant j’aurais dû savoir que tu chercherais à te venger, mais tu m’as eu. Je n’ai même pas marché, j’ai simplement couru. » Il soupira doucement. « Bien joué. » Il releva la tête, un petit sourire en coin sur les lèvres, et, avant qu’elle ne puisse réagir, il la poussa dans la baignoire dans laquelle elle tomba éclaboussant une bonne partie du parquet tout autour, le Suli prenant sur lui d’être légèrement mouillé lui aussi. Il laissa tomber la badine et se pencha légèrement en avant. « Ca devrait être plus facile de retirer ces marques maintenant. Après tout, il ne faudrait pas donner à Elorias une raison de réellement te punir, n’est-ce pas ? » Une chose était certaine, il ne semblait pas vraiment affecté par les réprimandes du vieil homme, où s’il l’avait été, il semblait s’en être remis assez rapidement. Après tout, ce n’était pas un drame. Il n’y avait pas eu mort d’homme, c’était l’essentiel, et, avec un peu de recul, c’était bien joué de sa part. La prochaine fois, le Suli ferait un peu plus attention…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 22 Jan 2018 - 8:11


Les zébrures disparaissaient de la peau de Lylim comme un mauvais songe s'estompait à l'éveil du rêveur. Elle s'était inquiétée de l'état du Suli, qui n'avait pas pipé un seul mot depuis que Papy Elorias s'était mis à le gronder, puis les gronder. La succube ne se formalisait pas de ce genre de situation, car ce n'était pas la première fois qu'elle se faisait souffler dans les bronches. Mais elle doutait très sincèrement que ce soit un cas habituel chez son gros matou. Elle le voyait comme quelqu'un de très droit, surtout par rapport à elle. S'était-il seulement déjà fait houspiller de la sorte une fois dans sa vie ? Mais finalement, Zakaerii prit la parole, pour le plus grand plaisir de la rouquine. Elle ne retint pas des rires ravis à l’aveu penaud de son grand fauve, lui adressant un sourire aussi franc qu'amusé. Il était rarissime qu'elle puisse assister à ce genre de confession, et elle n'en était pas peu fière. Flattée et se sentant au sommet de sa gloire, elle répondit toute pimpante à son félin.

Pour être honnête, je ne pensais pas que ça marcherait aussi bien, tu as été remarquable !

Mais plus hauts sont les sommets, et plus dure est la chute. Enivrée par sa victoire, Lylim avait baissé sa garde, et elle n'avait pas fait attention à ce prédateur félin qui s'était rapproché d'elle.... Elle avait à peine fini sa phrase qu'il passa à l'attaque, et l'envoya vivement prendre un bain ! La succube n'avait même pas eu le temps de pousser un cri sous la surprise. Sortant sa tête e l'eau, ses cheveux épousant à présent les courbes de son corps, elle fut surprise un bref instant. Mais encore plus rapidement, elle se mit à rire, observant Zakaerii qui avait du sacrifier de sa personne en se mouillant aussi pour accomplir sa douce vengeance. Une fois son fou rire un peu calmé, la demoiselle n'hésita pas à braver sans honte ni vergogne sa malheureuse victime.

Hé bien, quitte à me faire prendre un bain forcé, tu aurais au moins pu me dévêtir avant, non ? Et puisque tant qu'on y est, pourquoi ne pas finir ce que tu as commencé ? Comme tu l'as si bien dis, il ne faudrait pas que ce cher Elorias se mette de nouveau à perdre patience ! Hé hé hé ! Et encore, il est beaucoup moins impulsif que dans ses vertes années.

Elle lui tendit le linge trempé, l'invitant à participer à sa toilette. Celle-ci était déjà bien avancée à vrai dire, l'intervention de Zakaerii ayant eu le mérite de la débarrasser rapidement du reste de sang. Néanmoins, toute cette histoire était entrain de réveiller un peu plus fortement, une vérité chez Lylim. Une vérité qu'elle ne voulait pas entendre. Une vérité qu'elle n'était pas prête à accepter, et peut-être encore moins à gérer. Un homme ne réagissait pas aussi violemment à l'idée qu'on fasse du mal à une dame, si cette dernière ne lui était pas particulièrement importante. Elle se mentait toujours plus éhontément, se disant que c'était parce qu'elle était une amante, et même une amie. Mais au fond d'elle même, elle savait que les passions qui en résultaient n'étaient pas les mêmes. Combien de temps pourrait-elle encore se réfugier derrière des non-dits ? Il n'était pas question pour elle d'y réfléchir, ni même d'aborder le sujet. Elle préférait plutôt savourer l'instant présent. Et par extension, savourer sa victoire.

Tu auras sans doute remarqué que j'ai pris un très grand soin à organiser toute cette petite entreprise. Tout ce soin du détail, rien que pour toi ! Tu peu être flatté. Même si je regrette un peu de ne pas avoir pu prélever du sang humanoïde. Le sang porcin s'en rapproche beaucoup, mais ce n'est pas pareil. Ton odorat aurait pu découvrir le pot aux roses, si je n'avais pas mis tes nerfs à vifs.


Elle poussa un léger soupir avant de faire une petite moue.

Malheureusement Elorias n'aurait jamais accepté que j'allège un peu un ildirien de son sang, même pour la bonne cause. Il n'est pas drôle....

La succube n'aurait pas eu de scrupule à saigner un ildirien pour s'amuser. Surtout qu'ici, elle n'aurait même pas eu besoin de le tuer, juste lui prendre un peu de sang. Et sûrement moins qu'un vampire en plus ! Mais son conjurateur s'était toujours montré inflexible sur ce oint. Et quelque chose lui disait que son félin serait plutôt de l'avis de son bélinois sur ce coup là. Quoique, il aurait bien été prêt à laisser un homme se faire torturer pour un défi. Mais là encore le doute subsiste. Elle ne lui avait pas laissé la moindre chance de résister à un spectacle de ce genre en mettant directement un enfant dans la partie. Il n'était pas simple de savoir les limites de son gros matou. Mais il ne coûtait rien de les lui demander, tout simplement.

Est-ce que toi tu m'aurais laissé faire ? Comment tu aurais réagis à la place d'Elorias si j'avais été prendre du sang à un Ildirien pour mes desseins personnels ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 22 Jan 2018 - 18:11

Zakaerii n’était pas mécontent de son petit méfait, même s’il était loin d’être parfait et s’il était parfaitement risible face aux efforts déployés par la Succube pour le faire tomber dans le panneau. Mais, finalement, les plaisirs les plus simples étaient souvent les meilleurs. Même s’il s’était relativement mouillé par cette manœuvre, voir ainsi la jeune femme trempée jusqu’à l’os, vêtements y compris, en valait bien la peine. Sans compter que la voir rire n’avait probablement pas de prix. « Cela aurait été bien moins amusant, avoue-le. » Le Suli lui fit un clin d’œil et se sécha les moustaches tandis qu’elle lui faisait remarquer qu’il pouvait aussi venir terminer ce qu’il avait commencé, justement pour qu’Elorias ne vienne pas l’enguirlander par la suite. Soupirant doucement, il esquissa un léger sourire et attrapa le linge mouillé tout en invitant Lylim à s’installer sur le bord de la baignoire près de lui. « C’est bien parce que c’est toi. » Il posa un genou à terre, pour se mettre à la bonne hauteur et commença à terminer la toilette de la Succube, que cette dernière avait commencé un peu plus tôt et dont le plongeon forcé eut tôt fait d’accélérer la complétion. L’eau s’était d’ailleurs teintée d’une légère couleur sanguine, qui, il fallait l’admettre, ne détonnait pas trop avec la personne qui se prélassait à l’intérieur. Tandis qu’elle se laissait faire, la jeune femme ne manqua pas de rajouter une petite couche sur sa réussite, tout en précisant avec quelle précision elle avait réussi à monter son coup pour lui faire une bonne frayeur. « Tu es effectivement allée loin dans le détail pour me mettre hors de moi. Félicitations. » Il soupira doucement et essora le linge sur la tête de la Succube, pour la peine. « Mais je reconnais que tu es probablement maîtresse dans l’art de manigancer des plans aussi soignés. »

Après tout, elle avait probablement beaucoup d’expérience dans le domaine, et, pour la peine, le Suli ne put s’empêcher de plaindre un peu le vieux conjurateur, qui avaient surement eu l’occasion d’en voir des vertes et des pas mûres, encore plus que Zakaerii. Quant à l’idée qu’elle eut pu utiliser du véritable sang humanoïde, l’idée n’était que passablement amusante pour le Félidaë. « J’imagine que tes talents ont réussis à compenser cette petite imperfection, après tout, je ne me suis même pas posé de questions. Et, pourtant, avec mon odorat, j’aurais dû pouvoir faire la différence et voir la supercherie. » Il abandonna le linge à la Succube alors qu’il terminait d’effacer les dernières marques sur sa peau avant de se redresser légèrement, se dégourdissant les pattes. Il attrapa également une serviette et en profita pour se sécher un peu, afin d’éviter de trop sentir le fauve humide. Tandis qu’il s’essuyait, Lylim lui demanda de but en blanc s’il l’aurait laissée faire, en parlant d’utiliser du sang d’humain, voire comment il aurait réagi en apprenait qu’elle l’avait fait. S’interrompant dans ses gestes, le Suli resta pensif quelques instants. L’idée qu’elle puisse faire du mal à quelqu’un pour une mauvaise blague n’était pas forcément du meilleur goût pour le Félidaë. « Mmmm… Je t’avoue que je ne suis pas spécialement enjoué à l’idée que tu puisses faire du mal à quelqu’un pour une simple plaisanterie. Mais, j’imagine que si tu parviens à te procurer du sang d’un Ildirien de bonne volonté, sans lui faire de mal et sans le piéger, je n’y verrais pas forcément d’inconvénient… » Après tout, ce n’était pas non plus un drame, du moment qu’il n’y avait pas mort d’homme… Et il n’était même pas particulièrement laxiste avec la Succube pour une raison ou pour une autre, il restait simplement assez pragmatique.

Une fois un peu plus sec, Zakaerii jeta une serviette sèche en direction de la jeune femme. « Plutôt que d’imaginer encore plus de bêtises, sèche-toi, je pense que tu en as assez fait pour aujourd’hui, tu ne crois pas ? » Il esquissa un sourire et se débarrassa de son manteau pour le déposer sur une chaise alors qu’il revenait dans la pièce principale de la chambre. Il en profita pour ouvrir la fenêtre et profiter de l’air de la mi-journée. Maintenant qu’il savait que toute cette histoire n’avait été qu’une façon pour Lylim de se venger de son petit coup mesquin, il était quand même beaucoup plus paisible. Après tout, qu’elle ait pu être punie par Elorias à cause de lui avait été particulièrement perturbant. Et même si, maintenant, il revoyait sa manière de réagir comme parfaitement disproportionnée, il ne pouvait que réaliser qu’il tenait quand même à elle, pour le meilleur ou pour le pire… Bien entendu, la journée précédente n’y était peut-être pas pour rien, mais le Suli restait convaincu qu’il n’y avait pas là que les résidus d’une relation passionnelle, même si, bien évidemment, cela avait également dû jouer dans la balance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 23 Jan 2018 - 16:31


Lylim avait pris le parti de s'installer plus confortablement dans l'imposante bassine qui lui servait de baignoire. Tout en écoutant la réponse de son gros matou, elle avait décidé de se dévêtir elle-même. Ses vêtements étant mouillés, il allait devenir compliqué pour quelqu'un d'autre de les lui retirer. Aussi, en adepte du travail bien fait, mieux valait-il encore qu'elle s'en charge elle-même. La réponse du Suli lui arracha un autre sourire, et elle acquiesça à ses propos.

C'est indéniable en effet. Le plaisir y a perdu là où l'efficacité et la beauté de la chose y ont gagné.

La chipie sourit davantage lorsque le félin cède à son caprice, et certainement plus de bon cœur qu'il ne voulait bien l'avouer. Elle savait pertinemment qu'il avait raison cela dit, et qu'il n'aurait jamais accordé cette faveur à qui que ce soit d'autre. Ce qui rendait la chose d'autant plus savoureuse à son goût. Elle prenait goût à la situation, qu'importe si le léopard de neige en profitait pour lui arroser le crâne au passage. Histoire qu'elle garde la tête froide. Mais elle était plutôt encline à rire comme une enfant de leur malice mutuelle que tout autre chose. Et ce n'était peut-être pas plus mal ainsi. Elle acquiesça de nouveau lorsque Zakaerii lui attribua le titre de Maîtresse des manigances. C'était quelque chose de très flatteur pour la jolie rousse qui n'était pas peu fière de cela. Elle était sensible au fait que son matou ait pris soin de remarquer tout le mal qu'elle s'était donné rien pour lui. L'importance qu'elle attachait à sa reconnaissance était un signe de plus de quelque chose de plus profond.... Mais une fois encore, il fut renié et négligé. Elle préféra songer à l'odorat du Suli, qui aurait vraiment pu tout faire raté. Elle soupira doucement.

J'aime quand tout est parfait, et j'avoue que ça m'a un peu contrarié de en pas pouvoir pousser le soin du détail jusque là. J'ai même songé l'espace d'un instant à prélever de mon propre sang, mais ça aurait été trop dangereux. Car pour le coup, même si je n'avais pas eu de blessure apparente, il aurait été bien difficile de te prouver que je n'avais réellement pas subis le moindre mal. Et quelque chose me dit que toute puissante je puisse être, j'aurais eu bien du mal à t'empêcher de réduire Elorias en viande haché si tu avais eu des preuves accablantes et incontestables....

Elle ne doutait pas qu'elle aurait fini par réussir à calmer Zakaerii, mais Elorias aurait réellement risqué de recevoir des coups plus ou moins sévère, et ça, elle ne pouvait pas se le permettre. Une supercherie qui tournait mal était un drame et un gâchis accablant pour elle. Débarrassée du sang, elle observa Zakaerii se sécher tout en analysant sa réponse. Elle réfléchit aux différents prérequis qu'il imposait dans le cadre du prélèvement de sang ildirien. Il avait bien dit qu'il n'était pas très chaud à l'idée, mais il était déjà moins catégorique que son bélinois. Elle finit par lui répondre.

En usant de mes pouvoir je suis sûre que je peux parfaitement convaincre un homme de me donner tout le sang que je souhaite.... Mais est-ce que ça revient à le piéger ? En tout cas prélever de sang sans faire de mal, ça me semble compliqué. A un moment, il faut bien percer ou couper la peau.... Je ne suis pas une vampire pour réussir le prodige de prélever sans faire souffrir. Et encore, leur charme hypnotique permet d'anesthésier sur le coup, mais je ne sais pas si au réveil la douleur n'est pas là.

Mais voilà que le félin lui jette une serviette, lui conseillant d'arrêter deux minutes ses machinations sulfureuses au moins pour la journée. La succube attrapa la serviette au vol, et après être sortie de la bassine, elle consentit à commencer à se sécher. Elle termina de sécher ses cheveux et trouva Zakaerii accoudé à la fenêtre appréciant la douceur de la journée que l'extérieur lui offrait. Un sourire malicieux aux lèvres, elle alla le rejoindre, venant plaquer sans retenue son corps nu contre son dos. Elle posa sa tête sur son épaule et lui souffla.

Ce sont nos derniers temps de quiétude avant la reprise de notre périple. Envie d'une ballade avant que le groupe ne reprenne la route ? Enfin.... Avant de pouvoir faire quoique ce soit, il va falloir attendre que mes vêtements sèchent.... Figure toi qu'un vilain chat m'a poussé dans l'eau....

Tout en soufflant ses propos malicieux elle vint glisser ses index derrière les oreilles de Zakaerii, les caressant doucement.

Des idées pour patienter quelques temps ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 23 Jan 2018 - 18:25

S’il aurait pu s’offusquer de la nudité de la Succube, depuis quelques temps maintenant, il avait appris à la supporter avec davantage de facilité. Bien entendu, il ne manqua pas de détourner légèrement le regard tandis qu’elle se dévêtait complètement, laissant ses vêtements trempés sur le côté de la baignoire, avant de venir s’installer dos à lui. Il évita soigneusement de poser son regard sur autre chose que ses épaules dénudées, mais ne fit pas tellement de manière lorsqu’il fut question de passer le linge humide sur son corps. Après tout, il avait appris à le connaître de manière bien plus intime à peine quelques heures plus tôt, et même s’il restait décemment pudique et gentleman, le Suli n’était plus aussi timide qu’il n’avait pu l’être avant les évènements de la veille. En tous les cas, elle ne semblait pas bouder son plaisir, et il aurait été malvenu de dire qu’elle claironnait pour rien. Elle méritait sa victoire, et, d’une certaine façon, Zakaerii se dit qu’il était bon que, pour l’occasion, ils n’aient rien pariés sur qui aurait le dernier mot dans leurs petits jeux. Mais, après tout, peut-être trouverait-il une petite vengeance à faire subir à la Succube, autre que la pousser entièrement habillée dans sa baignoire, et sans impliquer Elorias, mais, encore une fois, elle avait mis la barre vraiment haut, et il doutait de mettre autant de passion et de préparation dans une plaisanterie. L’avenir le leur dirait de toute façon et, dans les jours à venir, ils auraient bien trop à faire de toute façon. Mieux valait profiter des quelques heures à venir pour prendre du repos plutôt que de se faire de mauvais coup et risquer de mettre à mal la suite des évènements. Le voyage serait peut-être propice à quelques bonnes idées pour une prochaine fois…

« Je ne suis pas surpris que tu cherches la perfection, même dans tes bêtises. » Le Félidaë terminait de nettoyer la jeune femme. « Je pense que si tu t’étais infligées de vraies blessures, cela aurait probablement mal fini oui. Quant à savoir si tu es en mesure de m’arrêter lorsque je suis enragé… Peut-être auras-tu l’occasion de le vérifier, quelque chose me dit que ce n’est pas le dernier tour que tu me joueras. » Il avait un sourire sur les lèvres et cela s’entendait également dans sa voix. « Mais je ne suis pas convaincu qu’il faille t’encourager à me pousser dans mes derniers retranchements à ce niveau-là. » Si Zakaerii était convaincu d’avoir une relative maîtrise de lui-même, les évènements récents avaient tendance à lui démontrer qu’en présence de Lylim, il n’y avait plus véritablement de certitudes à avoir. C’était probablement la seule chose qui lui faisait un peu peur, mais il ne voyait aucune raison de changer quoi que ce soit pour le moment. Après tout, il n’avait pas fondamentalement l’impression de devenir une mauvaise personne, tout au plus apprenait-il… de nouvelles choses, physiquement et mentalement. L’expérience était troublante et grisante, mais elle ne pouvait pas être mauvaise, n’est-ce pas ? Abandonnant la Succube, désormais propre, il se concentra sur son propre pelage, toujours trempé de sa petite folie. « Utiliser tes pouvoirs reviendrait à le tromper, oui. Et si un homme serait prêt à donner de son sang pour toi, il existe plusieurs procédés pour le saigner sans douleur. Après tout, les médecins y arrivent bien sans blesser leurs patients outre-mesure. » Il eut un petit sourire. « Enfin, je pense que tu saisis l’idée, même si, pour être honnête, je préfèrerais que tu évites de prendre du sang à une personne pour tes petits jeux. »

Abandonnant la jeune femme à la fin de son bain, il profita de l’air de la fenêtre, observant la ville qui grouillait quelque peu en contrebas. La mi-journée s’annonçait et les rues fourmillaient d’activités diverses. Les passants se pressaient, certains probablement pour regagner leur domicile et préparer ou profiter d’un bon repas, d’autres transportaient des marchandises, d’autres tentaient d’alpaguer les passants pour leur vendre l’un ou l’autre bien, avec plus ou moins de succès. Tandis qu’il observait tout ce beau monde, il entendit Lylim s’approcher et il se raidit quelque peu lorsqu’il sentit sa peau contre la sienne, conscient qu’elle ne s’était pas rhabillée pour un sou après s’être séchée. Il se détendit néanmoins très rapidement et esquissa un sourire alors qu’elle posait la tête sur son épaule, évoquant l’imminence de leur départ et lui demandant s’il voulait faire quelque chose de particulier pour profiter de leurs dernières heures au calme, proposant une ballade avant de lui faire remarquer qu’ils devraient attendre que ses vêtements sèchent avant cela, à cause de lui. Zakaerii ferma les yeux en sentant les doigts de la Succube masser l’arrière de ses oreilles, lui demandant s’il avait d’autres idées, pour passer le temps. Il soupira, amusé. « J’imagine que tu n’as pas spécialement besoin de mes propositions pour avoir une myriade d’idées en tête. » Il passa une patte dans la chevelure rousse de Lylim. « Je me trompe ? Ou alors peut-être que tu voudrais m’entendre dire quelque chose de particulier ? » Il semblait presque évident que la proposition qu’elle suggérait nécessitait de faire un usage plus ou moins intensif de son lit, mais il n’était pas clair que le Félidaë se sentait d’humeur à partager ce genre de moment à cet instant. « J’imagine que je peux aller nous chercher de quoi déjeuner en bas. Le temps de manger, tes vêtements auront peut-être le temps de sécher, et si ce n’est pas le cas, on pourra toujours aviser d’ici-là. Qu’en penses-tu ? » Il n’avait pas retiré la main de la crinière de la jeune femme, jouant doucement avec ses cheveux, le regard toujours porté vers l’extérieur, un petit sourire sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Jeu 25 Jan 2018 - 12:13


Lylim se pinça les lèvres l'air à la fois malicieuse et songeuse. Elle essayait de s'imaginer la scène de son fauve dans un état de furie sanguinaire.... Et aussi de la manière dont elle devrait faire preuve pour le calmer. Nul doute que cette grosse bête avait autant de puissance que de ressources ! Et que l'empêcher d'exterminer une cible lui demanderait tout les efforts du monde. Surtout qu'il s'agissait là de retenir quelqu'un sans lui faire mal. L'expérience promettait d'être physique.... A bien des égards d'ailleurs. Car elle savait aussi comme elle pouvait manœuvrer pour l'épuiser complètement, de manière beaucoup plus agréable.... Après l'effort de l'avoir clamer, elle leur offrirait un réconfort mutuel.... Mais elle chassa à regrets quelques digressions un peu trop plaisantes à son esprit, pour ne pas négliger trop longtemps la réalité. Elle se mit à pouffer légèrement à la suite des propos de Zakaerii. Elle ne fut pas étonnée de s'entendre dire que d'user de ses pouvoirs était considéré comme de la tricherie. Mais elle n'était absolument pas convaincu de la maîtrise des prétendus médecins sur leur prélèvement sans douleur.

C'est étrange, j'ai toujours entendu des échos comme quoi ces gens s'apparentaient davantage à des bouchers qu'à des médecins. Mis à part des sangsues et quelques moustiques, je ne connais pas de créatures capables de prendre du sang sans douleur. Même une fine aiguille en provoquera une.... Surtout que j'aurais eu besoin de beaucoup plus de sang qu'une sangsue, hé hé hé !

Pour ne rien arranger, dès qu'un ildirien perdait en moyenne plus d'un demi litre de sang, il commençait à se sentir mal. Et au delà d'un litre, il y laissait généralement sa vie. Néanmoins, Lylim tempéra. Elle n'aurait pas eu besoin de autant de sang ! Et de toute manière, le félin de neige la ramena à la réalité, lui précisant qu'il préférait qu'elle n'aille pas jusque là pour ses petits jeux. Elle acquiesça en lâchant un léger soupire. Il avait raison, et de toute manière il ne servait à rien de se projeter dans des projets qui ne verraient jamais le jour. Elle préférait largement savourer l'instant. Et ainsi elle s'était retrouvée tout contre lui, appréciant la douceur de son pelage. Si elle avait pu, c'est elle qui aurait ronronné lorsqu'il glissa sa patte dans ses cheveux. Elle esquissa un sourire en coin à l'écoute de ses questions.

Ho moi, je peux toujours avoir des tas d'idées, mais là ce sont les tiennes que je veux.... Quelles qu'elles soient. Dis moi juste ce que tu désirs.

Qu'il lui prête des intentions salaces, c'était une chose on ne pouvait plus naturelle. Mais est-ce que lui pouvait en avoir ? La succube n'en était pas sûre, il fallait dire qu'il n'était encore qu'un tout jeune initié en la matière. Et la suite lui confirma ses opinions. Qu'à cela ne tienne, elle prendrait le temps. Aller le chercher n'était pas chose qui la dérangeait, mais se sentir désirée était tout aussi attirant. Mais apprendre à venir cueillir une femme n'allait pas être simple. Surtout avec toute la retenue dont ce brave homme savait faire preuve. Il fallait y aller doucement mais sûrement. A défaut d'activité physiques, la rousse sulfureuse se consola avec des câlins. Elle appuyait sa tête contre la patte qui la caressait, et enlaçait à présent le félin, en se blottissant tendrement.

Mmmh ma foi cela me semble une bonne idée. Voyons si mes vêtements auront assez du repas.

Elle consentit à se séparer de Zak pour le laisser aller chercher le repas. Elle était allongée sur le lit à son retour, et elle appréciait visiblement le luxe de pouvoir manger tout en étant vautrer dans dans un support doux et moelleux. Libre à Zakaerii de la rejoindre dans son petit plaisir. Piochant dans le plat, elle réfléchissait tout en reprenant des forces à grand coup de morceaux de viande.

Mmmh où est-ce qu'on pourrait se balader ? Tu as une idée ou on flâne là où le vent nous porte ?

L'un comme l'autre, cela lui allait, car à vrai dire, la destination n'avait que peu d'importance. C'était le temps passer ensemble qui était important. Après avoir mis une misère phénoménale à la viande et au fromage, la succube était entrain de faire une fête à une grosse pomme lorsqu'elle alla vérifier l'état de ses affaires. A vrai dire, elle ne faisait cela que pour la forme. Elle savait pertinemment que toutes ses affaires ne seraient pas sèches. Et pour cause, elles contenaient souvent des pièces de cuir. Et le cuir mouillé demandait beaucoup de temps pour sécher complètement. Elle avait bien entendu des affaires de rechanges qu'elle sortirait dès qu'il le faudrait. Mais pour l'heure, elle avait envie de voir ce que pouvait le proposer son gros matou. La curiosité n'était pas prêt de la lâcher.... Elle souleva une de ses affaire encore bien mouillée, et la montra à Zakaerii, en preuve de son apparente bonne foi.


J'ai l'impression qu'il va nous falloir plusieurs repas pour que cela sèche.... A moins que tu n'aies encore faim, tu as une idée pour nous occuper en attendant ?

Elle l'observait petit sourire en coin. Avec Zakaerii, elle pouvait plus ou moins s'attendre à tout, sauf peut-être à ce qu'il lui saute dessus. Mais il n'était pas impossible qu'il lui sorte un jeu de cartes ou que contraire il lui propose un massage. Il était capable du meilleur comme du pire. Même si avec lui le pire signifiait au maximum quelque chose de pas extrêmement amusant. Ou qu'il n'ait simplement pas d'idée. Elle revint s'installer dans le lit, l'observant tout en finissant sa pomme.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 26 Jan 2018 - 7:15

Evidemment, lorsque Lylim parlait d’idées pour passer le temps, le quidam moyen, la connaissant un minimum, se devait d’imaginer des scénarios plus ou moins sulfureux. Après tout, elle restait une Succube et, visiblement, son attrait pour le badinage n’était plus à démontrer. Non pas que Zakaerii la blâmait pour cela, loin s’en faut. Après tout, elle lui avait démontré par bien des égards que c’était une activité loin d’être désagréable, mais le Suli, même s’il aurait probablement apprécié de partager une nouvelle fois la couche de la jeune femme, pensait surtout qu’il ne voulait pas qu’elle croit qu’il ne pensait qu’à ça en sa présence. Car, bien entendu, elle ne le laissait jamais indifférent, à tous les plans, et cette matinée l’avait une nouvelle fois démontrée, à son grand désarroi. Mais si le Félidaë s’était surpris face à sa réaction de tout à l’heure, cela ne le dérangeait pas particulièrement, se rappelant ce que lui avait une fois confié son père adoptif, essayant de faire sentir à son fils qu’à moins de vivre comme un ermite dans les montagnes, chaque personne qu’il rencontrerait aurait forcément un impact, parfois infime, parfois singulier, sur lui, mais que ce n’était pas une raison pour avoir peur de se lier aux gens. Jusqu’à présent, on pouvait raisonnablement argumenter que Lylim n’avait pas une si mauvaise influence sur lui, si ce n’est peut-être le pousser à faire quelques plaisanteries un peu… poussées. Pour le reste, elle avait surtout démontré un intérêt certains à développer certains de ses talents sous-développés, selon elle. Mais rien de fondamentalement répréhensible. Qui plus était, et même s’il ne l’avait jamais dit à haute voix, dormir avec elle, sur le bateau, avait été une expérience des plus agréables et, encore aujourd’hui, la perspective de partager ses nuits en sa compagnie ne lui déplaisait absolument pas.

« J’imagine que tout ceci n’est encore qu’à ses balbutiements et qu’ils ont besoin de pratiquer leurs talents, mais j’ai pu en rencontrer quelques-uns qui, notamment, parvenaient à faire quelques miracles de ce côté-là. » C’était d’ailleurs la vérité, puisqu’il s’était fait une fois fait soigner par l’une de ces personnes. Une sorte de médecin itinérant qui avait apparu au bon moment – d’ailleurs probablement une intervention de Revoran – et qui avait aidé le Félidaë à se remettre d’une sérieuse blessure qui aurait pu être plus… problématique, s’il avait dû s’en remettre à ses maigres talents de premiers soins. Profitant de la chaleur du corps de Lylim contre son dos, faisant rapidement fi du fait qu’elle était entièrement nue – ce qui était plus facile vu qu’il lui faisait dos – il eut un petit sourire lorsqu’elle lui fit remarquer qu’elle voulait savoir ce qu’il désirait, car elle pouvait toujours avoir des tas d’idées. Malheureusement, il n’aurait pu décemment lui dire tout ce à quoi il pensait, même si Zakaerii était convaincu qu’elle n’en aurait pas été offusquée, loin s’en faut. Mais, une nouvelle fois, elle n’était pas qu’une personne suscitant la passion et il se refusait à lui faire croire qu’il ne la voyait que comme cela. Le Suli profita des quelques instants de tendresse qui suivirent, massant doucement la tête de la Succube tandis qu’elle l’enlaçait, semblant presque chercher à s’enfouir dans son pelage. Ils restèrent ainsi plusieurs minutes et finalement le Félidaë s’arracha, à contrecœur, à l’étreinte de la jeune femme pour aller chercher le repas. Il veilla à ne pas trop poser les yeux sur elle, puisqu’elle était toujours nue, et quitta la chambre pour descendre dans la grande salle. Il demanda à l’aubergiste de lui préparer un plateau-repas, pour le déjeuner, pour deux Sulis. Car, s’il y avait une chose qu’il avait pu remarquer également, c’était que sa petite démone ne mangeait pas comme un moineau. Il remercia le tenancier et salua quelques compagnons qui se trouvaient eux aussi dans la grande-salle avant de remonter avec le déjeuner.

Lorsqu’il ouvrit la porte de la chambre, il put constater que, comme il aurait pu s’y attendre, n’avait même pas pris la peine de mettre une petite pièce de tissu. Au contraire, elle s’était réfugiée sur le lit, s’y lovant lascivement, dans une position loin d’être désagréable à l’œil. Essayant de chasser ses idées déplacées, Zakaerii approcha le plateau-repas jusqu’au lit et le déposa au bord de celui-ci. « Le déjeuner est servi. » Il adressa un sourire à Lylim, quand même un peu gêné, visiblement, puis il alla récupérer une chaise pour s’installer à côté d’elle, tournant celle-ci de telle sorte à être le moins possible en ligne visuelle directe sur sa nudité. Ils prirent le temps de manger tranquillement, la Succube ayant visiblement bon appétit et particulièrement encline à se nourrir en étant couchée dans son lit. « Je ne connais pas trop cette ville, aussi je ne saurais pas s’il y a des endroits intéressants à voir… J’imagine qu’on peut juste voir où nos pas nous mènent, ou alors demander à l’aubergiste, il pourra peut-être nous conseiller. » Après tout, s’il y en avait un qui connaissait la ville, c’était bien lui. Lorsqu’elle eut terminé, la jeune femme se releva, pour aller vérifier ses vêtements, forçant le Suli à détourner légèrement le regard. Elle constata que ses vêtements étaient encore trempés et en souleva même un à l’attention de Zakaerii en preuve de sa bonne foi, renouvelant sa demande quant à d’éventuelles occupations. « Lylim… Pourrais-tu enfiler quelques sous-vêtements ? C’est loin d’être désagréable, mais même après nos récents démêlés, je suis encore un peu… mal à l’aise de te voir entièrement nue. » C’était un aveu de faiblesse, mais, en toute honnêteté, il avait beaucoup de mal à poser le regard sur elle en la sachant entièrement nue. « Pour ce qui est du reste… J’imagine que tu as des vêtements de rechange, non ? » Après tout, le Félidaë n’était pas né de la dernière pluie et si la jeune femme n’avait qu’une tenue, cela aurait été extrêmement étonnant. « Alors… Soit tu penses pouvoir enfiler une tenue de rechange et j’imagine que nous pouvons sortir nous balader… Ou alors… On regarde les gens passer à la fenêtre. » Il eut un petit sourire. La perspective de s’installer au bord de la fenêtre comme en fin de matinée, avec la jeune femme entre ses bras ne lui déplaisait absolument pas, mais il pouvait comprendre que ce n’était pas très excitant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 26 Jan 2018 - 10:49

Ho vraiment ? Je suis agréablement surprise. Hé bien je ne sais pas s'ils évolueront, mais je présume que c'est tout le mal qu'on peut leur souhaiter.

Même si la succube n'était pas réellement et directement concernée, elle savait trouver profit dès que cela était possible. Une meilleure médecine lui permettrait des exactions plus poussées de sa part.... Enfin, des saisons auront passés d'ici là à ce que ce soit suffisant pour pallier à certaines extravagances de la jolie rousse. Pour l'heure, il était davantage question de victuailles et de programme pour la journée que médecine. Le plateau repas fut livrée par un service d'étage improvisé, mais pour rien au monde elle n'en aurait souhaité d'autre. Confortablement installée sur sa couche, la coquine ne manqua pas de remarquer qu'il y avait un certain trouble chez son gros félin, qui prenait grand soin à ne pas trop attarder son regard sur elle. La situation ne fit que la faire sourire davantage, profitant et abusant avec malice de cette adorable pudeur. Il fallait dire que le reste du temps, personne ne se privait d'admirer sans retenue la moindre courbe de son corps. Et généralement on la "savourait" sans attendre. Mais Zakaerii était très différent. Il lui accordait mille égares, résistait à la tentation permanente qu'elle représentait. Et ce n'était pas par peur d'un refus, car elle lui avait déjà démontré qu'elle était du genre très généreuse à ce sujet.

Pourquoi se refusait-il à céder à ses pulsions ? Là était la question.... Elle se demandait s'il avait peur qu'elle puisse se lasser.... Dans un sens c'était bien mal la connaître. Mais de l'autre.... Il fallait avouer que son attitude atypique contribuait à faire de lui quelqu'un de spécial, et de bien différent des autres. Et comme pour la conforter dans ses réflexions, voilà qu'il lui demanda de se vêtir un peu. Elle éclata de rire un bref instant, secouant la tête, mais s'exécutant sans poser de question. Et alors qu'elle se levait pour aller chercher des affaires, elle en profita pour laisser glisser affectueusement sa main le long du visage du félin. Il était définitivement adorable avec sa timidité. Elle s'affubla donc de quelques fanfreluches avec un sourire en coin. Ho pour sûr, elle avait enfilé quelque chose, mais est-ce que cela allait vraiment permettre à Zakaerii de se détendre ? Car en matière de dessous, elle savait créer des ensembles particulièrement affriolant. Néanmoins elle savait aussi s'adapter aux goûts de ce monde, même s'il était encore très ignorant en matière de sous-vêtements. Mais elle savait que ce qui était explicite était vite catalogué comme vulgaire. Il fallait rester dans le suggestif, laisser du mystère pour donner envie "d'en savoir plus". Ce qui était chose faite à présent..... Mais était-il vraiment nécessaire de vouloir attirer davantage l'attention d'un pauvre félin qui avait déjà du demander un effort de sa part pour se maîtriser ? Absolument pas, mais à vrai dire, elle avait simplement trouver là le moyen de le taquiner encore plus. Et la possibilité de le mettre en boîte n'avait pas de prix. Aussi, elle se tourna vers lui, une fois "vêtue", et lui demanda son avis un sourire goguenard aux lèvres.


Est-ce mieux ainsi ?

Elle avait envie de le deviner rougir sous son pelage. Il ne lui fallait pas grand chose pour l'amuser, mais certaines situations lui étaient beaucoup plus distrayantes que d'autres. Une fois sa petite bravade accompli, elle s'installa sur le lit et réfléchit aux remarques du Suli. Malheureusement, il avait pensé au fait qu'elle ait des affaires de rechanges. Mais il avait encore la candeur de lui laisser un choix. Elle se mit alors à réfléchir à voix haute, une certaine malice dans la voix.

Voyons.... Soit je m'habille et nous allons nous balader.... Soit nous restons ici.... A regarder les passants comme nous le faisions.... Mais pour ça je devrais me blottir de nouveau contre toi.... Et je n'aurais pas de raison de m'habiller.... Je dirais même plus... Il faudrait que je me m'allège de quelques couches de tissus superflus que je n'avais pas tout à l'heure.

Son large sourire de chipie aux lèvres, elle laissa quelques instants la situations en suspend, espérant pouvoir savourer l'espace d'un moment un air perturbé sur le museau de son gros fauve favori. Néanmoins, elle finit par se lever et s'habilla pour mieux venir chercher son Once.

Peut-être ferions-nous mieux d'aller voir cet aubergiste pour aller marcher un peu. Quelque chose me dit que j'aurais moins de risque à faire lâcher ton cœur en allant nous promener qu'en restant enfermé ici....

Ainsi la belle enfin complètement vêtue, descendit en compagnie de ce qui lui était le plus charmant. L'aubergiste réfléchit un instant et indiqua un coin du vieux port fournit en échoppes, une vieille crique connue des habitants et peu fréquentée mais magnifique, et d'autres petits coins atypiques. Lylim invita Zakaerii à sortir le premier, le suivant de près et lui demanda.

Nous avons là tout un programme, alors, par quoi commençons nous ? Je n'ai pas de préférence particulière, donc je te fais confiance !

La destination lui importait peu, mais le voyage en revanche.... Elle espérait bien qu'il lui offrirait quelques opportunités de s'amuser un peu ! Certainement aux dépends de Zakaerii, mais après ce qu'elle lui avait fait plus tôt dans la matinée, cela resterait bien plus gentillet et bonne enfant.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 26 Jan 2018 - 13:52

Lylim jouait avec lui, il n’avait pas besoin d’être très futé pour s’en rendre compte, après tout, elle le faisait depuis leur première rencontre à bord de La Sirène. Cela ne le dérangeait pas outre mesure, conscient qu’il ne s’agissait-là que d’un jeu bon enfant, visant simplement à le pousser dans des directions inhabituelles pour observer ses réactions et son comportement, une preuve, s’il fallait en trouver une, qu’elle le trouver suffisamment intéressant pour s’amuser avec lui. Le Suli aurait pu s’en trouver offusqué, mais, après tout, elle faisait ainsi avec quasiment tout le monde, pour peu qu’une personne soit suffisamment intéressante de prime abord à ses yeux. Clairement le statut de novice dans les arts de la chair du Félidaë avait suffi à la Succube pour qu’elle se fasse un devoir de remédier à la situation. Ce dernier, même s’il avait fini par se retrouver entre ses bras, avait cependant encore un peu de mal avec l’idée de l’observer, complètement nue, dans un contexte qui ne se prêtait pas à l’intimité et la proximité de rapports sensuels. Aussi, après qu’elle se soit levée et se soit à nouveau offerte à sa vue dans son intégralité, il avait fini par lui demander si elle pouvait revêtir quelques menus tissus afin de couvrir un minimum sa peau, ne serait-ce que pour lui fournir un semblant de sérénité. Il ne risquait pas tellement de lui sauter dessus – même s’il se doutait légèrement qu’elle ne lui aurait jamais reproché et peut-être l’escomptait-elle en se baladant ainsi dévêtue – mais il était difficile pour lui de simplement regarder dans sa direction ce qui, avouons-le, n’était pas particulièrement pratique pour mener une discussion. Encore une fois, ce n’était ni par dégoût, ni par honte, mais il voulait simplement rester maître de ses passions, conscient que Lylim était plus que désirable, mais qu’il ne voulait pas que la voir comme telle, mais également juste pour la personne qu’elle était.

Zakaerii détourna légèrement le regard alors que la jeune femme passait à côté de lui, visiblement résignée à lui faire plaisir malgré son amusement certain, et esquissa un léger sourire alors qu’elle laissait glisser sa main sur sa joue tandis qu’elle s’éloignait. Elle sembla fouiller dans ses affaires quelques moments avant de trouver ce qui pourrait convenir puis elle lui demanda finalement si c’était mieux de cette façon. Le Félidaë, interpellé, tourna la tête et put découvrir qu’effectivement, la Succube s’était habillée d’un ensemble de sous-vêtements, mais, il dut admettre que cela n’avait pas forcément eut complètement l’effet escompté. La diablesse – au sens figuré et presque au sens propre – avait probablement choisi ses affaires avec soin, mais, si elle n’en restait pas moins désirable, il était plus facile de la regarder ainsi sans avoir l’impression de la violer du regard. « C’est… Haem… Oui, c’est mieux. Merci. » Il esquissa un léger sourire et reporta son attention sur le reste de son repas tandis qu’elle reprenait sa place sur le lit pour finir sa pomme. Tandis qu’il la laissait à la lourde tâche de choisir leur prochaine activité, il en profita pour se servir un verre d’eau, un verre qu’il manqua de recracher presque directement alors que la Succube essayait de récapituler ses options face aux propositions de Zakaerii. Manquant de s’étrangler lorsqu’elle mentionna le fait de devoir à nouveau se déshabiller pour pouvoir se blottir contre lui, le Suli lui jeta un regard interrogatif, qui, visiblement, suffit amplement à la ravir. Elle se releva et semblait déterminer à s’habiller, optant visiblement pour une balade. Lylim eut tôt fait de terminer de s’apprêter et le Félidaë, après avoir rassemblé les restes – fort maigres – de leur déjeuner, ainsi que la vaisselle sur le plateau, put constater que même dans sa tenue de rechange, elle n’en restait pas moins ravissante. « Menteuse. » Il esquissa un sourire et alla récupérer son manteau. Ce dernier était encore un peu humide mais il aurait tôt fait de sécher une fois à l’extérieur. Et puis il restait son pelage. « Je sais très bien que tu pourrais très bien t’ingénier à faire lâcher mon cœur, ici ou ailleurs. »

Sur le retour, il prit le plateau et descendit avec la jeune femme. Ils allèrent à la rencontre de l’aubergiste qui leur conseilla quelques coins de la ville. Ils prirent alors congé et se retrouvèrent à l’extérieur du bâtiment où les rues fourmillaient encore de gens. Lylim, visiblement peu encline à choisir quoi que ce soit aujourd’hui, lui demanda alors s’il avait une préférence pour le choix de la ballade. N’ayant pas vraiment réfléchi à cette idée entre le peu d’instants qui s’étaient écoulés, le Suli haussa les épaules. « J’imagine que la crique pourrait avoir son charme, à en croire l’aubergiste, il en semblait très fier. » Zakaerii tâcha de se souvenir exactement des indications de l’homme enjoué pour leur indiquer la direction de la crique. Celle-ci était visiblement un peu à l’écart, bien cachée, mais les locaux la connaissaient bien. Bah, s’ils se perdaient, ils pourraient toujours demander leur chemin, non ? « Va pour la crique, donc ? » Il attendit que la Succube donne son aval, ce qui, au vu de la question qu’elle avait posé, ne semblerait pas lui déplaire mais, avant de prendre, la route, il l’attrapa par la taille et la posa sur ses épaules, perchée à presque deux mètres du sol. « Au vu des indications de l’aubergiste, ce sera mieux si on a quelqu’un capable de voir au-dessus de la foule. Et puis je me suis dit que ça ne te déplairait pas. » Un léger sourire sur les lèvres, le Suli commença à fendre la foule dans la direction indiquée par le tavernier, amusé par les regards que lui jetaient certains passants, et notamment quelques enfants, qui, visiblement emballés par l’idée, réclamaient la même à leurs parents…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Sea, the Succubus and the Suli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: La mer des Larmes­­-